dimanche 7 mars 2010

OUTILS DU BIJOUTIER-JOAILLIER: DE P à T

-->
PAILLON :  Petit brin ou morceau de soudure découpé à la cisoire.
Ce sont ces petits morceaux de soudure qui vont être déposés à la jonction de deux parties a souder avec un pinceau a borax
Fleuve cher aux Nicois , il doit son nom aux paillettes d'or que son cours charriait  dans l'Antiquité

PALMER : Secteur à deux extrémités, l'une fixe, l'autre mobile, entre lesquelles est placé l'objet dont on doit mesurer avec précision l'épaisseur. La partie mobile est une vis graduée jusqu'au centième.

PAPIER ÉMERI :  Abrasif. Fabriqué à partir d’une roche composée de spinelle , de corindon,(le saphir est du corindon)de la magnétite et de l hématite.Comme je collectionne les bouteilles anciennes , au passage une expression qui concerne les hommes et les bouteilles anciennes « Bouché à l’émeri »
Une poudre mélangée à de l’eau et de l huile est déposée sur le bouchon et le goulot intérieur de la bouteille , l’ouvrier tournait le bouchon en verre jusqu'à ce que les deux parties soient entamées au point de ne plus rien laisser passer, c'est-à-dire complètement hermétique , je possède une bouteille  de parfum « Guerlain » bouchée a l émeri et signée « Baccarat »  d’une étanchéité parfaite.
Se disait aussi d’une personne qui ne comprenait rien.
Après la lime dure, la lime douce , le bijoutier joaillier se sert de papiers émeris de force différente pour fignoler la surface de son bijou et le préparer à être poli

PEAU D ÉTABLI : Pièce de cuir fixée à la place de l'ouvrier sous l'établi et reposant sur ses genoux pour recueillir pierres ou limailles et poussières de métal précieux.
Expression :faire sa peau  (nettoyer et trier les déchets de métaux précieux  qui sont tombés dans la peau)

PERCEUSE :  Moteur électrique suspendu actionnant, par flexible, un mandrin porte foret, porte-mèche ou porte-fraise, monté sur une pièce à main. Elle peut être  commandée à la main ou  au pied par rhéostat.
.
PERLOIR : Tige d'acier cylindrique à l'extrémité creusée en demi-sphère et régularisée par un fion pour perler, en demi-perles, des filets recoupés ou pour bouler des griffes.

PERRUQUE EN FIL DE FER : Galette en fils de fer entrecroisés sur laquelle sont soudés les métaux.
Voir :

PETIT TAS :  Morceau de fer plat et poli, ovale, carré ou rectangulaire, sur lequel on
peut planer et river.

PIED A COULISSE : Réglet gradué avec un coulisseau permettant de mesurer les
épaisseurs, mais aussi les intérieurs de corps de bague, etc.
Voir ci-contre, le plus petit est celui de mon père, le plus gros celui de mon beau père(armurier)

PIED DE BICHE :  Échoppe à section ovale.

PIERRE A DRESSER :  Abrasif de grains agglomérés qui par usure, sert à rendre planes les plaques de métal.

PIERRE A HUILE : Pierre du Levant ou d’Arkansas sur laquelle on affûte échoppes, forets, burins, ciseaux et grattoirs.

PIERRE DE TOUCHE : Morceau de jaspe noir très plat, dur et rugueux, sur lequel on
frotte une partie d'un objet pour en vérifier le titrage. Voir:

PINCE : Outil de fer composé de deux branches enchâssées
en croissant, aux deux tiers environ l'une dans l'autre et rivées pour permettre un mouvement d’ouverture et
de fermeture. Leur extrémité ventrue facilite la préhension. 
Il en existe pour tous  usages, leurs  formes sont diverses et variées: bec plat, demi-rond, rond long bec, bout rond, camuse, parallèle, coupante de diverses inclinaisons, à coulant, a étirer
ci contre pince parallèle
camuse, parallèle, coupante, de diverses inclinaisons, à coulant, à étirer.
Je regrette que les pinces actuelles soient plus destinées aux horlogers ou aux électroniciens, les manches sont trop fin, les mâchoires sont anguleuses et marquent le métal.
 A droite, pince étau à mâchoire parallèles, une merveille, mais impossible a trouver en France

PINCEAU A  BORAX : Pinceau pour enduire les pièces de borax.

PINCETTE :  Petite pince.
« il est à prendre avec des pincettes » expression qui veut dire de quelqu’un qu’il est sale, répugnant ou d’humeur exécrable et qu’il vaut mieux le prendre avec des pinces que de le toucher directement.

PISTOLET :  Chalumeau avec veilleuse où se conjuguent les conduits de gaz et d'air
(soufflé ou comprimé) ou d'oxygène.

PLANCHE :  Établi de plusieurs places groupant une équipe d'ouvriers.

PLANOIR :  Marteau à large panne tombant à plomb sur une table bien plate.

PLÂTRE A MODELER :  Sert à fixer des motifs entre eux afin de les souder.

POIGNÉE CIMENTÉE :  Manche en bois dont l'un des bouts est garni de ciment sur
lequel on fixe la pièce à sertir.

POINÇON : Le mâle de la matrice : il enfonce son décor dans le bloc d'acier qu'est la
matrice. Ainsi le poinçon de titrage ou le poinçon de responsabilité . jusque dans les années 1990  existait le poinçon de Maître, qui désignait celui qui avait fabriqué l’objet. Ou du moins le propriétaire de l entreprise qui avait  réalisé ce bijou. Pour des raisons non dites, certaines grandes entreprises ont commencé a faire fabriquer des bijoux non sertis en extrême orient et ces objets auraient dû être revêtus du poinçon d’importation. Ce qui à l’époque les rendaient repérables aux yeux du public attaché à une fabrication française, l’embrouille était de dire que ces montures étaient un apprêt terminé en France. Ce fut la fin d’une belle époque, le marketing a fait le reste.

POINÇON MATRICE : Original d'une médaille, d'une monnaie, qui sert à fabriquer le
moule. Voir une excellente démonstration sur la fabrication des médailles sur:
http://www.marie-or.fr/notremetier/fabrication.pdf

POINTE A FEU :  Pointe de fer ou d’acier droite ou anglée servant à déplacer sous la
flamme, pièces, paillons ou petits éléments de métal.

POINTE A TRACER :  Instrument à pointe fine et dure utilisé entaille-douce pour graver.

POINTEAU :  A main ou à frappe automatique, il sert à pointer des trous avant de les
percer.
Ci contre pointeau mécanique, une pression réglable sur une vis sans fin déclenche le pointeau qui vient frapper le métal .

PORTE ÉQUARRISSOIR :  Support avec mandrin en nez vissé serrant l'équarrissoir
porte équarrissoir

PORTE SCIE :  Voir Bocfil.

PRECELLES :  Voir Brucelles.

QUEUE DE RAT : Lime ronde et terminée en pointe.

RÉGLET :  Règle graduée très droite pour tirer des traits.

REPOUSSOIR :  «Espèce de ciselet servant à repousser par-dessous les reliefs qu'on avait enfoncés en les ciselant par-dessus.» Diderot.

RIFLOIR : Lime douce, détrempée, courbée à son extrémité et retrempée,
servant à adoucir des défauts en des coins difficilement accessibles.

ROULE GOUPILLE :  Voir Porte-équarrissoir.

ROULETTE A PERLER :  Petite molette sur le champ de laquelle on grave en creux des demi-sphères, à la manière d'un perloir, et qui, roulant sur un filet de serti, donne le serti perlé.

SABLEUSE :  Machine à projeter sable fin, billes de verre ou de plastique pour
décaper, dépolir ou graver des métaux précieux.

SCIE A REPERCER : Ensemble composé du bocfil et de sa lame, fil d’acier denté, en général de section rectangulaire.

TARAUD : Tige d'acier filetée au bout pointu et évidé sur les flancs pour laisser
passer les copeaux, servant à fileter les logements de vis ou d'écrous.

TAS :  Petite enclume à huit pans en carré dont la queue entre dans le billot pour
planer ou travailler de petits ouvrages.

TENAILLE :  Outil qui accroche, tient, pince et coupe. Il en existe de toutes formes et
grosseurs.

TIERS POINT :  Lime poinçon à section triangulaire.

TOUCHAU :  Morceau de métal servant à vérifier le titrage des métaux.


Je reprends l excellente définition de Wikipédia:
"L'essayeur strie légèrement la surface de la pierre avec l'objet soumis à l'essai et réitère l'opération avec les échantillonnages du touchau, de façon à laisser des traces de 2 à 3 millimètres de large sur 4 à 5 millimètres de long, appelées touches (tocchi). Sur toutes ces empreintes, il verse et étale, à la plume d’oie, la solution d'acide nitrique qui, dûment dosée, attaque tout ce qui n’est pas or. Il la laisse agir 7 à 8 secondes. En comparant, sur la pierre, des réactions qui varient selon le titre des échantillons utilisés, il ne reste plus qu'à évaluer la pureté de l'or contenu dans l'objet à tester. Si la trace demeure d’un jaune brillant, l’alliage est au bon titre; si la coloration passe au rouge-brun, si du métal disparaît en essuyant la pierre, l’alliage est en délicatesse avec l’aloi."

TOURET :  Tour à polir.

TOURNETTE : Outil composé d'un mandrin axé sur un cadre, pour tourner des
cannetilles ou fileter des longueurs de fil, par le jeu d'une manivelle et d’engrenages
très démultipliés.

TRACOIR :  Voir pointe à tracer.

TRÉPAN : Voir drille.

TRIBOULET :  Cône ou tronc de cône en corne, bois, fer ou acier pour former ou forger bagues, bracelets, anneaux ronds, carrés, ovales.  à gauche triboulet a bracelet, permettant  de forger et mettre en forme des bracelets, au centre un triboulet métrique un "bergeon" en mesure américaine et en mesure française, un doigt de 52 français  équivaut  a un doigt de 12 aux états unis. 
Un doigt de 52  équivaut à une circonférence de 5cm 20. voir mon article:

http://richardjeanjacques.blogspot.com/2008/02/connaissez-vous-le-triboulet.html
Vous connaitrez l histoire du triboulet, vous apprendrez aussi pourquoi vous chaussez du 39!!!!!


TRIQUOISE :  Pince coupante. Elle coupe sur le côté comme une pince, ou sur le
dessus comme une tenaille.

TRUSQUIN :  Pied à coulisse. Le prolongement du coulissant terminé en pointe permet de tracer à dimension des lignes parallèles au bord.

TUILE : Sorte de lingotière

Pour acheter de l outillage  maison Pouget Pellerin 15 rue de Montmorency Paris
http://www.pouget-pellerin.com 

1 commentaire:

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais