lundi 7 mars 2016

LACLOCHE: De l histoire, et de la famille de ces grands joailliers Français

Un grand nombre de sites internet où de livres nous expliquent que la Maison Lacloche aurait été fondée en 1875 par les quatre frères Lacloche.
En particulier le "Dictionnaire International du bijou" et un article d'une des fondatrices de cet ouvrage nous dit que  la maison a été fondée en 1875 à Madrid par Fernand Jules, Léopold, et Jacques. Difficile de comprendre car cette personne ne répond jamais à mes courriers. L auteur de "Bijoux des années 1940-1950" fait la même erreur, mais ne répond pas non plus.





Très jolie pendulette de Bureau de Lacloche Frères vers 1910, les aiguilles sont comme des ailes de diamants en émail, or, platine diamants taillés en rose mouvement 8 jours, vente Antiquorum.

Internet est merveilleux, avant lui on publiait un livre et rien ne pouvait se vérifier, des auteurs publiaient un ouvrage avec beaucoup de photos de bijoux, mais les sources publiées venaient des grandes maisons de Joaillerie qui figuraient dans ces livres.
De nos jours des dizaines de sites recopient la même erreur, " En 1875, Fernand, Jules, Léopold et Jacques Lacloche fondent à Madrid une bijouterie"
Si tous ces sites publient les mêmes phrases, cela attire mon attention, s'ils recopient tous (c'est le cas) la même phrase, il peut y avoir une erreur de date, personne ne vérifie, même le "Dictionnaire International du Bijou", cela se corse quelquefois quand on lit:


Alors que ce  sont les frères Lacloche.


Donc il faut vérifier, ce qui est loin d'être facile. C'est donc  un travail en commun avec des descendants directs, Françis Lacloche, Gaby Laws qui  je l'espère va nous permettre de nous y retrouver.

Je joins beaucoup de photographies des Bijoux des "Lacloche" en oubliant certains, qu'on ne m'en veuille pas, ils ont tellement produit.

Pourquoi n'est il pas possible que la fondation date de 1875? 

Parce que Léopold est né le 14-10-1863 à Maastricht, Jacques est né le 17-10-1865,à Maastricht, que Jules Henry est né le 22-6-1867 à Maastricht et Fernand naît à Bruxelles le 9-12-1868.
Ce n’est pas avant les années 1890 que les frères Lacloche partent pour l'Amérique du Nord et du Sud pour trouver des pierres.


Gemmingen

En 1780, naît à Gemmingen, en Allemagne, Lebe Elias. Fils de Elias Hertz, il porte, selon la tradition juive, le prénom de son père. En 1808, à la suite du Décret de Bayonne du 28 juillet 1808, Napoléon oblige les citoyens juifs de France à avoir un nom de famille définitif et à le déclarer à la mairie. Lebe Elias devient Hector Lacloche.
C’est ainsi que le 9 novembre 1808, Lebe Elias, 28 ans, né à Gemingen, en Pays de Wiertenberg, colporteur, demeurant à Galoppe, a pris pour nom de famille celui de Lacloche et pour prénom celui d’Hector.
Maastricht est considéré comme le berceau de la famille Lacloche.

Hendrick et Rosalie Lacloche s’installent à Bruxelles vers 1865. Leur second enfant, Jacques, y naît la même année. Commence un va-et-vient entre les deux villes car Jules Lacloche naît en 1867 à Maastricht tandis que Fernand naît en 1868 à Bruxelles.
Les garçons entrent naturellement dans le métier du commerce ; probablement les draps et tissus comme leur père.
Ils sont encouragés à se débrouiller par un destin guère favorable : leur père, Hendrick Lacloche, meurt jeune, en 1870, à l’âge de 42 ans. Rosalie, leur mère, n’a que 37 ans et sept enfants à charge.(Francis Lacloche)

D’autres voyages sont attestés par la présence de Lacloche dans les listes de passagers entre l’Europe et les Etats-Unis à la toute fin du XIXe siècle; le 21 mars 1892, Le "Bretagne", qui assure la traversée Le Havre – New York, a à son bord Fernand et Jacques Lacloche; ils ont respectivement 25 et 27 ans. Que partent-ils faire là-bas ?
Ils auraient même découvert une mine d’or appelée Los dos Estrellas.
En 1890 Léopold Lacloche , le frère aîné vit à Bruxelles , il est bijoutier en 1891.



Grande et Petite Sonnerie Lacloche Frères, Paris, n ° 23098. réalisé vers 1892.Laiton doré  grande et petite sonnerie, 8 jours avec alarme et répétition. Revendue par Antiquorum Genève


En 1892 Léopold et Jules Henri sont tous deux bijoutiers et  le 15 novembre 1892, la Société en nom collectif Lacloche Frères,  rue de Chateaudun Paris, a été déposée et  créé.





Diamant et émail cette broche Hirondelle peut etre aussi un ornement de cheveux, Sotheby's le note "circa 1890" ce ne peut etre avant 1892 plutôt 1895.Diamants taille ancienne et taillés en roses pesant environ 1,00 carats, monture en or 18 carats, numérotée 2929, poinçon français Avec l'écrin signé LACLOCHE Frères.




Journal "La Epoca "madrid  en français dans le journal


Jacques et Fernand sont encore jeunes - 28 et 30 ans - quand ils ouvrent leur boutique à Madrid en 1895. Leur société s’appelle dans un premier temps "A. Walewick-Lacloche", maison de blanc ;elle est installée dans le Palais de la Equitativa. Ils y vendent des trousseaux pour les jeunes mariées et sont manifestement associés aux Walewyk.

L’apparition de Lacloche et Cie joailliers à Madrid semble ultérieure.

Ils ouvrent un magasin à San Sebastien, puis à Biarritz, 13 rue de Mazagran vers 1897 ; ils ouvrent plus tard une boutique au 1, place de la Mairie.
Le registre des stocks et des créances de Lacloche et Cie à Madrid donne une idée de la marchandise et de ses clients : beaucoup d’objets d’ornement qui ne sont pas à proprement parler des bijoux : épingles de cravate, de chapeau, de cheveux, breloques et médaillons, boutons de manchettes, fume-cigarettes ; on y trouve de la maroquinerie religieuse, des cadres, des boites à coudre ou à cachets, des bonbonnières, des cannes et des coupe-papier, des flacons à liqueur, des bougeoirs, des vases, des boites à timbres, des bourses en or ou en argent, des objets divers en cristal ou en bronze, des face-à-main et des carnets de bal. Enfin des vide-poches, des vases, des bougeoirs et des lampes, des articles de voyage et même des ombrelles pour le chaud climat espagnol.
Qui achète toute cette bimbeloterie et quelques bijoux de grand appareil, collier, parures et broches ? Des marquises et marquis à foison ; tels les Manzanedo, Martorell, Malcampo de Urbino, de Los Rodrogo, de Las Claras, de Vilches, de Monte Hermo, de Yarayabo. Apparaît un Baron de Hortega et un Baron de Los Torres, ; puis une comtesse Guaqui et une autre Boyagal, etc…

Parmi les débiteurs et créditeurs on note aussi un Gompers-Lacloche, preuve de relations anciennes avec cette maison qui ouvre place Vendôme en 1898.

Les succursales de San Sebastien et de Biarritz assurent la saison et permettent à Jacques de s’y installer avec femme et enfant. De Madrid et de Biarritz, il gère aussi ses relations avec ses autres frères installés à Paris.




1898 Madrid


La maison de lingerie Walewyck-Lacloche va perdurer semble-t-il à Bruxelles où elle semble encore en activité, avenue Louise, jusqu’en 1966.
Débuts parisiens de Jules et Léopold En 1895, Louis Gompers et sa femme Flore, née Polak, s’installent au 39, rue Lafayette puis avenue de l'Opéra. Enfin au 7, rue Georges Berger.

 

A Madrid: Annuaire des Joailliers: Lacloche en 1900

A Paris le monde de la Joaillerie bouge et les maisons s'organisent.
Selon les indications de Jacqueline Viruega*, dans sa thèse sur les entreprises de bijouterie soixante dix sept sociétés se sont formées en commandite simple.
Les commanditaires peuvent entrer dans la société en apportant des fonds, mais se contentent de surveiller la gestion en ne faisant pas commerce, au moins aux yeux des tiers, et ne sont responsables que dans la limite de leur mise. Le montant du capital social ne semble pas jouer ici de rôle plus important que dans la société en nom collectif.*Jacqueline Viruega, La bijouterie parisienne, 1860-1914, du Second Empire à la Première Guerre Mondiale, L’Harmattan, Paris, 2004




Rue de Chateaudun à Paris

De leur côté les frères Léopold et Jules Lacloche entament aussi leur carrière à Paris : ils s’installent comme joailliers-fabricants au 47 rue de Châteaudun d’octobre 1892 à 1897. Jules est domicilié au 30.
Cette enseigne ferme en 1896, date à laquelle ils s’installent 13, avenue de l’Opéra jusqu’en 1898.
Ils ont comme associés minoritaires leurs frères Fernand et Jacques, le directeur de la maison est Henri Brandel.

C’est à cette date qu’est crée une société en commandite appelée "Lacloche Frères", dotée d’un capital de 900.000 francs au 41, avenue de l’Opéra ; elle est composée de quatre associés: Jules Lacloche apportant 410.000 francs.





Une flèche à l endroit où se trouvait Lacloche à Nice
Cliquer pour agrandir toutes les photos

Un fonds de commerce à Nice (probablement la succursale du 6, avenue de Verdun) ; d’autres sources de presse indiquent 6 Av Masséna, car le début de l’avenue Massena a été débaptisé après 1918 en avenue de Verdun (qui est aussi une adresse des Gompers).
"Lacloche Freres" a été dissoute le 31 mai 1898. L'adresse était à l'époque, 41 Avenue de l'Opera, Paris. Comme les enregistrements montrent que Léopold et Jules Henri résident à la fois avenue Opéra, il est probable que cette entreprise était composée de ces deux frères.
Petit retour en arrière pour comprendre mieux cette grande famille, Léopold Lacloche, un des frères parisiens, épouse Hélène Polak en 1890 ; du coup les Polak entrent dans le groupe en constitution ; la sœur d’Hélène, Flore épouse Louis Gompers qui est installé 28 place Vendôme ; il faut aussi intégrer que les sœurs Lacloche, Émilie (qui épouse Joseph Cohen), Bertha (qui épouse Jacob Walewyck, associé dans l’affaire de Madrid), jouent un rôle essentiel dans les débuts de la société : leurs maris apportent des capitaux et surtout de l’énergie et de la compétence. Bientôt un nombre significatif de boutiques existeront dans le monde, géré par les frères Lacloche ou leurs beaux-frères. Le début d’un groupe ? Une pratique courante.

"L'histoire de la maison Lacloche ne présente pas d'erreurs de gestion, malgré la dissolution de la première association. Créée en juin 1898,la société en commandite simple "Lacloche frères, Lacloche et Gompers successeurs" naît sous de bons auspices avec un capital de 800 000 francs. Jules Lacloche apporte, pour une valeur de 410 000 francs, la succession Lacloche à Paris et un fonds de commerce Lacloche à Nice ; Louis Gompers et son épouse Flore Polak le fonds de commerce place Vendôme et une succursale à Trouville, estimés 240 000 francs. Le troisième associé, Léopold Lacloche, le frère de Jules, domicilié à Bruxelles, devient commanditaire pour 150 000 francs en numéraire. En novembre 1899, Léopold devient gérant au siège place Vendôme. La raison sociale se transforme en Lacloche et Gompers, le capital est porté à 900 000 francs et les associés décident de partager par tiers les bénéfices"
Jacqueline Viruega, La bijouterie parisienne, 1860-1914, du Second Empire à la Première Guerre Mondiale, L’Harmattan, Paris, 2004
En janvier 1900, Léopold, prudent, cesse d'être gérant et redevient commanditaire.




Cette pendulette est en argent, émail quartz de Lacloche Frères a Paris elle a été revendue par Coven-Lacloche, Buenos Aires, vers 1900.



Nous disposons de peu d'informations sur cette boutique de Buenos Aires. Ses propriétaires sur le pas de la porte sont Henri Cohen(1881-1935) et Rachel Cohen(née Levie), partis à Buenos Aires, il modifient leur nom en "Coven Lacloche". Henri est le fils de Joseph Cohen et Emilie Lacloche, soeur des quatre frères Lacloche.
Ce magasin est situé 325, calle Florida, et on peut y lire les noms des succursales : Paris, Londres, Madrid, le Caire Nice Ostende, Biarritz, Aix les Bains et San Sebastien. Il est associé à toutes les enseignes qui portent le nom de Lacloche, Gompers, Polac etc.., suggérant un groupe familial dont nous ne savons encore rien; ni rien de la nature de leurs relations capitalistiques et commerciales; ni enfin de la cohérence esthétique de leurs production.
Les Lacloche avaient-ils lancé l’idée d'une "marque" ?



1900 Cette charmante pendulette de Bureau possède un mouvement 8 jours, répétition minute est attribuée par la Maison Christie's à Lacloche Frères, elle est en Laiton doré. Sonnerie avec deux marteaux sur deux "gongs" lorsqu'on appuie sur le poussoir en cabochon d'agate sur le haut de la pendule. Le cadran est en émail blanc avec des chiffres romains pour les heures et les minutes sont sont en chiffres arabes, diamants, et la base de la pendulette est en agate grise.



20-11-1900 mort de Jacques Lacloche dans un accident de train.





Nous sommes en 1900 : Jacques est, début novembre, à Madrid avec son frère Fernand.
Puis, il quitte Madrid le 10 pour aller voir sa femme qui est avec leur fille Berthe à Biarritz où la Maison Lacloche a une succursale rue Mazagran.
Il compte se rendre à Paris mais il est retenu par sa petite fille qui est légèrement souffrante. Quand celle-ci va mieux, il écrit à son frère Fernand pour le prévenir qu’il prendra le train le 15 novembre; il précise « le Sud Express ».
Pendant ce séjour sur la Côte Basque on comprend, au ton de ces lettres que Jacques est le patron des deux affaires ; il donne quasiment des instructions à ses frères installés à Paris ; il laisse filtrer qu’un projet est déjà en cours dans le but de réunir les deux affaires. Ce qu’il ne sait évidemment pas c’est que les événements vont précipiter les choses.
Le 15 novembre la petite Berthe va mieux : il peut donc partir ; il monte dans le Sud-Express qui relie Madrid à Paris; le train déraille à 31 km de Dax, à Saint-Geours–de-Marenne. On dénombre 14 morts, presque tous occupants du wagon-restaurant, dont Jacques Lacloche, victime d’une fracture du crâne.
Cette disparition va entraîner le regroupement des affaires espagnoles et parisiennes ; désormais les trois frères, Fernand, Léopold et Jules seront associés dans l’enseigne Lacloche Frères.
À cause de difficultés imprévues, la société est liquidée à l'amiable en mai 1901.
" Le fonds de Paris est repris par Gompers, celui de Nice par Jules Lacloche ; le fonds de Trouville est vendu par adjudication ; les outils sont partagés par moitié. L'acte précise que le « passif doit être éteint au 31 mai 96. et Léopold Lacloche désintéressé de sa commandite. » Les excédents seront partagés selon les droits sociaux et les lots invendus tirés au sort. La seule clause défensive intéresse la raison sociale : le nom Lacloche et Gompers ne peut être repris."

Devenue une affaire importante, évaluée 800 000 francs en 1901,c'est ce statut que vont choisir les propriétaires de "Lacloche frères, Lacloche et Gompers successeurs." La commandite simple a été préférée pour éviter la dissolution en cas de décès éventuel, prévue par le régime de la société en nom collectif quand l'associé décédé ne laisse que des héritiers mineurs.
Car en 1901 les Lacloche déménagent et pas n'importe où! Ils s'installent au 15 rue de la Paix. La presse s'en fait vite l écho, les Lacloche reprennent la maison Ravaut en 1901, à côté de la maison Guerlain.



LACLOCHE FRÈRES, 15 Rue de la Paix, après 1901. Pendentif rare en cristal de roche, numéroté 5099, platine et brillants en forme de losange. Miniature sur ivoire au centre, signée en bas à droite Paillet. Au verso une montre,cadran en ivoire peint. Chaîne en or gris. Écrin d'origine. (Probablement réalisé par VERGER). En l'état. Fernand Paillet (1840-1918), connu pour ses portraits et émaux sur porcelaine. Exposant au Salon de Paris en 1873. De 1879 à 1888 travaille à la manufacture de porcelaine de Sèvres



1901 Dans la presse: au sujet de la reprise de Ravaut par Lacloche:

On inaugure. et on n'en augure que de très belles choses,Il s'agit de la réouverture quelque peu sensationnelle, qui a lieu aujourd'hui, de l'ancienne Maison Ravaut, les joailliers de la rue de la Paix.
Cette excellente maison, réputée dans le monde entier, a été acquise récemment par MM. Lacloche Frères, déjà si connus par leurs diverses maisons de Paris, Nice, Biarritz et Madrid où, fournisseurs de la Cour, ils ont fait connaître et adopter le beau bijou français. MM. Lacloche Frères ont tenu à donner toute leur mesure dans leur nouvelle installation de là rue de la Paix et ils réussiront certainement à satisfaire les plus délicats. C'est une transformation complète, une devanture admirable en marbre, granit et bronze ciselé, et, pour l'installation intérieure le Louis XVI le plus pur et le plus sobre, les boiseries les plus finement sculptées.
Mais n'oublions pas le principal, la raison d'être de cette recherche de goût et de style une exposition unique de perles, de joaillerie, de bijouterie, d'orfèvrerie d'art, où MM. Lacloche Frères se sont surpassés.




Publication de la nouvelle société en 1902





Diamant: L Agra

En 1904, la maison de joaillerie et pierres précieuses "Streeter" a été achetée dans son intégralité par LACLOCHE Frères. 
Le diamant L'Agra était resté dans le stock de Streeter jusqu'à sa cessation d’activité de l'entreprise en 1904. Les autres éléments du stock ont été vendus par les frères Lacloche qui avaient acquis les locaux et le matériel de Steeter à travers le Royaume-Investment Corporation et voulaient se débarrasser du stock. Ils s'associèrent à Harold King et Ullman.

 


Bon nombre des articles à bas prix ont été achetés par Debenham & Freebody (chaine britannique de grands magasins). Le reste, comprenant les articles de plus grande valeur, a été mis en vente par Christie's de Londres le 22 Février 1905. Ce diamant a été le clou de la vente aux enchères. Il n'a pas été référencé par son nom, mais les experts ont tous conclu que c'était l’Agra. Le lot était décrit ainsi "un magnifique diamant rose de rose de la plus haute qualité, poids 31 /32 carats". Le Times a rapporté que la vente a attiré une grande foule de personnes, y compris un certain nombre de collectionneurs indiens. L'appel d'offres fut ouvert à 1000 guinées .
La pierre fut vendue pour 5 100 £ et 5100 shillings (25 500 $) pour un prix nettement inférieur à l'estimation d'avant la vente, à M. Max Meyer, un diamantaire.



Dans l annuaire de Paris, des abonnés au téléphone,en 1904, les "Lacloche Frères sont inscrits au 15 rue de la Paix.


1905 Un Dufy Offert par Lacloche cliquer sur toutes les images pour les agrandir




1905 Visite du Pape Pie X



1905 Visite du Pape Pie X






Le 27-juillet 1906 Jacques Lacloche est admis au lycée Condorcet de Paris en classe de 9 eme





Dans "le Journal" le 21-12-1907 l'affaire du collier de perles du Pacha




En 1908  Lacloche est toujours sur la grande place de Catalogne à Madrid.



La Dama, journal Espagnol de Madrid 1908,Il est intéressant de noter toutes les succursales



Au centre de la photographie, S.M le Roi de Grèce



Le charme de ces photographies anciennes


S.M. Georges 1er, roi de Grèce, vint chez Lacloche, rue de la Paix, le 29 août 1908. Photo prise par l'agence Rof: BNF


Cette montre pendentif de Lacloche Frères 1908 montre qu'ils savaient s'entourer d'excellents fabricants; Montre de Lacloche Frères, le mouvement est de Vacheron Constantin le boitier est conçu par Verger, le tour est en verre sculpté par Lalique, et la miniature a été peinte par Paillet. Le verre (si je puis dire) est taillé dans une améthyste, Platine, or , diamants et perles. (Vente Antiquorum Genève)





1908, dans "le Journal"... Tout va bien.


1910 broche revendue par Sotheby's



Pendulette de bureau" Lacloche frères vers 1910  base en agate








1910 Bulletin de l'union des employés de Louis Lacloche.




1910: Pendentif montre, diamant et émail, de Lacloche frères
Conçu comme une amphore avec émail noir et blanc représentant la statue classique d'une femme motif en émeraude calibrées Au dos cadran circulaire, chiffres arabes et aiguilles en acier bleui vers 1910, écrin en cuir vert Lacloche



De septembre 1910 à mars 1911, un certain Louis Destouches travaille chez Robert, un bijoutier, puis il est embauché chez Wagner, joaillier rue du Temple. En octobre 1911, les frères Lacloche l'embauchent à leur tour et l'affectent dans leur succursale du 6 avenue Massena à Nice jusqu'au 12 mai 1912.
Plus tard, il deviendra écrivain sous le nom de Louis Céline.
En 2012 j'avais fait un article sur ce bijoutier, Louis Céline futur écrivain.
http://richardjeanjacques.blogspot.fr/search?q=C%C3%A9line
http://celiniana3.monsite-orange.fr/page-54f716482eb9e.html


Citons l'alliance des Lacloche avec les Cohen.
En 1850, naît à Zulphen, Joseph Cohen. Les Cohen, devenus plus tard Coven, vont jouer un rôle important dans le développement international de la maison Lacloche.

Joseph Cohen a épousé l’aînée des Lacloche, Emilie, en 1873. Joseph est parti en 1902 à Paris et en 1904 il s'installe au 20 rue de la Paix, sous le nom de Coven Lacloche. Ils vont constituer une autre famille de commerçant associés aux Lacloche dans le commerce de la joaillerie : Les Coven Lacloche vont fermer ce magasin de la rue de la Paix après une sombre histoire en 1908.


cliquer pour agrandir



Leur fils, Henri Cohen (1881 – 1935), épousera par la suite Rachel Levie et s’associera avec la famille Lacloche et ouvrira une succursale à Buenos-Aires en 1911.
Un peu plus d'un an plus tard, Coven-Lacloche reçut une commande spéciale pour créer une nouvelle couronne pour la statue de la Vierge Marie autorisée par le pape. Ce fut pour commémorer la bataille de Tucuman, qui a conduit à l'indépendance en 1816.




Cette photo qui doit dater de 1908-1910 regroupe Henri Cohen et Rachel Levie, (couple à droite) et à gauche Esther Van Cleef (née Arpels) et Alfred Van Cleef, pour une soirée au Tabarin.



26-03-1912 journal Le Gaulois le "beau geste des Joailliers.









1912:28 place Vendôme dans le journal "les Modes " la famille Gompers apparentée aux Lacloche.
à Nice, ils sont installé au 16 Av Massena, boutique qui sera reprise par Van Cleef et Arpels; en 1914 ils sont 18 rue de la Paix, enfin en 1927 à Paris au 30, rue Le Peletier.
Francisco Gompers nait à Buenos Aires en 1924 ; il est le fils de Louis Gompers (1863-1930) et de Flore Polak (1867-1944 à Paris) qui se sont mariés en 1890 à Bruxelles. Ses parents étaient donc à Buenos Aires en 1924. Avec les Cohen ? Mais ils y étaient déjà lors de la naissance de leur fille Renée en 1893 !
Francisco meurt à Auschwitz en 1844 à l’âge de vingt ans !
Les Gompers ont deux autres enfants : Sylvain (1892 -1944 à Auschwitz à l’âge de 52 ans) et Renée (1893 à Buenos Aires - 1944 à Auschwitz à l’âge de 51 ans).En 1944 toute la famille a disparu.


1913 La Legion d'Honneur de Lacloche qui, malheureusement ne se trouve pas dans la base léonore du Ministère de la Culture.


1913 Jacques Lacloche joue au golf à Biarritz



1914 Le Figaro


1914 "Le Journal"



1915 cette broche a été revendue par Sotheby's



1915 revendue par Sotheby's

1 broche ajourée, stylisée, de "Coven Lacloche". six centimètres de large, poinçon français pour le platine, écrin d origine en cuir vert.



1915. revendu par Sotheby's superbe collier de diamants Lacloche Freres, 13 noeuds de rubans entrelacés en diamants taille ancienne, poinçon français or et argent . L ecrin est noté rue de Chateaudun!

Sotheby's

Revendu aussi par Christie"s
Eric Valdieu, chef du département de la bijouterie Genève chez Christie's "Ce tour de cou en diamant rend hommage au talent créatif et la vision de Lacloche Frères, l'un des grands maîtres de bijoux du début du 20ème siècle. Son design est audacieux et élégant, il est aussi aujourd'hui toujours à la mode et portable, comme quand il a été réalisé en 1915. Les motifs-rubans de diamants sont habilement liés de manière à rester souples Cet équilibre parfait d'audace et de finesse n'est pas surprenant pour un bijou créé par LACLOCHE Frères, une petite entreprise familiale rivale de Cartier et Van Cleef & Arpels. Fondée en 1895 à Madrid par quatre frères et présente jusque dans les années 1930, la maison a atteint son apogée entre les deux guerres mondiales, particulièrement admirée au Salon des Arts Décoratifs de 1925. Leur production limitée fait que leurs bijoux sont des plus plus recherchés.




En 1916, Van Cleef et Arpels reprennent le magasin de l'avenue de Verdun à Nice.
En effet , nous pouvons vérifier la date, car Alfred Van Cleef faisait exécuter les plans de ses magasins par un architecte de Vichy, "Percilly Brière"


C'est pourquoi l architecte note ces travaux et leurs entreprises participantes en 1916, un beau dossier découvert à Vichy lors de mes recherches sur Renée Rachel Puissant Van Cleef.




1917 dans "l univers Israélite"


Magasin de Fabergé New Bond Street à Londres

Carl Fabergé a ouvert sa seule succursale en dehors de la Russie, à Londres en 1903. En 1915, le gouvernement Russe exige que tous les capitaux investis à l'étranger soient rapatriés en Russie pour contribuer à l'effort de guerre. Fabergé reste à Londres jusqu'en 1917, date à laquelle la boutique de New Bond Street est définitivement fermée et le stock restant sera vendu aux Frères lacloche en 1917.





1918 Paul Chantecaille dans un de ses livres.






1918 Mariage de Fernand Lacloche journal "Le Gaulois"





1919 premier anniversaire de la Victoire: sur cette magnifique photographie, le magasin Lacloche Rue de la Paix est à l' extrême droite



Très rare et inhabituelle horloge de bureau par Lacloche, vers 1920. Cette horloge dispose d'une base en agate avec émail blanc et bleu, accentuée à chaque coin de saphirs bleus cabochon sur ce que nous croyons être l'or. Le cadran est réalisé avec de l'émail bleu , et des cabochons de saphirs, de diamants taille brillant à chaque heure, ainsi qu'un cabochon en corail indiquant  les heures.

 Poinçons: Lacloche Paris, diverses marques argent et la marque de fabricant. 
En vente chez Stdibs https://www.1stdibs.com/ 





1920 vendu par Christie's. Bracelet Art Déco, par LACLOCHE 

Le bracelet conique avec des motifs en échelle ajourés et  sertis de diamants, renforcée par des lignes de rubis calibrés, le gland stylisé est  pivotant , 1920, diamètre intérieur de 6,5 cm, poinçon français pour le platine, Signé Lacloche.



Madame Cailles citait ce bracelet dans son livre "Le Prix des Bijoux ".  Sotheby's l'avait vendu en 1988 à Genève 88.000 francs suisses, il s'est revendu en 2012 chez Christie's , 193.000$
Il représente bien la joaillerie de l'après première guerre mondiale, encore marqué par les années 1910 (motifs en écailles)

1920 revendue par Christie's

Exploité à outrance à des fins de propagande pendant la Première Guerre mondiale, le symbole du coq fut aussi reproduit en bijoux . Les sportifs s'en étaient emparés des 1905.Ainsi dès 1920, le coq fait sa réapparition sur les terrains de sport C'est également en 1920, à Anvers, que le coq gaulois foulera pour la première fois la terre cendrée d'un stade olympique. L'écusson, à fond blanc pour les athlètes, mais aussi bleu et rouge ne présente d'autres symboles que le coq gaulois, rouge et tourné vers le coeur.


Ce très beau bracelet,Art Déco, en platine par Lacloche Frères composé de diamants taille ancienne, taille marquise, émeraude, taille brillant, pour un poids total approximatif de 20.00 carats. 

En 1920, Jacques, le fils de Jacques Lacloche décédé dans le déraillement du Madrid-Paris, entre dans la société ; il n’est pas actionnaire depuis la mort de son père, car Fernand a rachetés les actions à Rachel, sa mère. Mais, protégé et formé par son oncle Fernand, il trouve, dès la fin de ses études, sa place dans la société. Il dirigera les succursales de Londres mais aussi celles des stations
balnéaires en vogue comme Deauville. Après avoir passé sa jeunesse, entre 1901 et 1918 à Bruxelles, il arrive à Paris en décembre 1918 ; de janvier à avril 1919 il part se former à Londres puis revient en avril 1919 comme vendeur à Paris; il sera également dans la nouvelle boutique des Galeries Fleuries à Cannes en 1924 ; A Deauville, Lacloche Frères est installé en 1907 au 23 rue du Casino derrière  La Potinière, puis sur les planches. Il semblerait qu’une succursale fut réouverte à Biarritz, peut être place de la Mairie.




Lacloche Vendu par Antiquorum Genève


Lacloche Frères, 15 rue de la Paix, Paris et W. Bond Street. Londres, circa 1920. Écaille de tortue, or, agate blanche, jade, lapis-lazuli ,argent doré, 



1920 Lacloche frères Le boîtier rectangulaire est  orné sur le devant d'une scène d'inspiration chinoise en laque noire, accentuée par un caractère de "Shòu" serti de diamants roses , encadré de ligne  de diamants, de même sur le poussoir, contenant un compartiment central pour la poudre, rouge à lèvres et un miroir , mesure environ 80 x 40 x 15mm. Revendu par Sotheby's.

Aux environ de 1920: Vanity case en onyx, émail, corail et diamants par LACLOCHE Frères. Le boîtier est circulaire  avec quatre plaques d'onyx biseautées, le motif central de shòu et bords est serti de diamants taillés en rose, cordon de soie torsadée avec une perle de corail sertie de  roses diamant  se terminant sur un gland  avec des perles onyx, à l intérieur un compartiment avec  miroir, tube de rouge à lèvres et poudre, signé Lacloche Frères, numéroté, poinçons français.



1920 Revendu par Sotheby's. Montre de revers:  Lacloche
De conception géométrique, le motif de chrysanthème serti de saphirs et jadéites suifés, entouré de diamants ronds de motifs onyx, remontoir avec une perle de culture, cadran avec chiffres arabes, signé Lacloche.



Lacloche Frères, Paris, n ° 82702, circa 1920. or blanc 750/1000°, diamants et perles, cristal de roche,.Revendue par Antiquorum Genève

1920  Ravissante broche de Lacloche, revendue par Bonhams





Revendues par Bonham's





Pendulette de chevet de Lacloche en agate grise accompagnée de son écrin d’origine en cuir. Cadran argenté et guilloché, motifs rayons de soleil, aiguilles stylisées serties de brillants, double graduation en chiffres romains sur 12 heures et arabes sur 24 heures. Mouvement mécanique avec remontage manuel, échappement à ancre, balancier bi-métallique et spiral Breguet. Boîtier numéroté 107311. Signature sur le cadran et dans l’écrin. Travail vers 1920. 





Vers 1920 de Lacloche un Vanity case en émail , motifs d inspiration chinoise caractère Shou serti de diamants taille rose. Encadrement avec des bordures de diamant taille rose et une perle comme poussoir. S'ouvre pour révéler un miroir de courtoisie, deux compartiments de poudre avec bâton de rouge à lèvres. Poinçon français français et de fabricant, marques d'importation britanniques.




Vanity case émail noir par Lacloche Frères.
Le couvercle de l'émail noir avec détails diamant motif oriental intérieur en vermeil avec miroir et pochette en soie, vers 1920, les dimensions 6,2 x 7,7 cm, avec poinçons français et marque d'importation anglaise
Signé Lacloche Frères Paris, non. 72520 et 5535




Lacloche en a vendu plusieurs de toutes les couleurs et matières. Une broche améthyste "bouddha" Lacloche Art Déco, la broche comprenant un bouddha en améthyste sculpté, orné de diamants  taille rose, au  centre et sur la  fleur-de-lys la base, signée Lacloche Frères, poids brut 6,6 grammes, vers 1920 revendue par BENTLEY & SKINNER




Annuaire des grands cercles 1920




Lacloche vers 1920





Etui à cigarettes Art Déco émail et diamants de forme rectangulaire, en émail rouge  symbole "Shou" serti de petits diamants taillés en rose, appliqués sur le dessus, Souligné de deux bordures d'émail noir et vert . Décor de Fleurs de lotus, monture en or jaune, vers 1920,Signé Lacloche Frères. Revendu par Christie's.


Pendulette en pierre dure et diamants par Lacloche frères.

Boîtier en ambre, rectangulaire avec un cadran sculpté en lapis-lazuli, diamants taille rose chiffres arabes flanqué de chaque côté par un quartz aventurine cannelée, lapis-lazuli , pieds en aventurine, base de socle lazuli et ambre, vers 1920, poinçons française pour le platine et l'or, 10,7 x 7,6 cm,écrin marqué Lacloche.  revendu par Christie's

Vanity en émail et or par Lacloche Frères
Le boîtier en or rectangulaire appliquée avec les cotés de couleur lavande en émail bleu et émail noir motifs géométriques, à l' intérieur un miroir, un compartiment de poudre et un bâton  de rouge à lèvres, des années 1920, 7,0 cm, avec poinçons  français et marque d importation  anglaise.
Signé Lacloche Frères Paris, n °. 746856 et 9119  Revendu par Christie's


1920 Revendue chez Antiquorum Genève


A Deauville où les Lacloche ont installés une succursale, en 1921, l'architecte parisien Charles Adda est le lauréat d'un concours organisé par la municipalité afin de remplacer l'établissement de bains construit quelques années plus tôt par Georges Wybo . Novateur, son projet s'inspire des modèles archéologiques de l'antiquité tout en s'inscrivant dans la modernité par des lignes franches et l'emploi du béton, dont l'uniformité est atténuée par un important décor de mosaïques polychromes conçu par les architectes-céramistes Alphonse Gentil et Eugène Bourdet. Il prévoit 250 cabines de plage, organisées en deux quartiers (l'un pour les hommes, l'autre pour les femmes), des salles de sudation et de massage, un bar américain, un salon de coiffure et des boutiques. Les plans, maquettes et devis sont approuvés le 24 mars 1923 et l'édifice est construit cette même année.




1921 dans Renaissance de l art Français



1921 décès de Léopold Lacloche dans le Figaro

1922

L'étui à cigarettes sur lequel sont appliquées  les armoiries du "Royal Irish Hussars" , diamants taillés  rose, l' étui est décoré d'émail noir,sous le couvercle est gravé "Loin des yeux loin du coeur ? Edward ", mesure environ 82 x 43 x 8 mm, signé Lacloche Frères, numéroté, poinçons français, marque d'importation britannique pour 1922.
Présenté comme un cadeau d'Edward quand il était Prince de Galles. Le bénéficiaire le plus probable de ce cadeau était Freda Dudley Ward.
En  1918 Edward était amoureux de  Freda Dudley Ward depuis plusieurs années. Freda s'etait mariée avec le très honorable Willian Dudley Ward, député libéral de Southampton en 1913. A cette époque, Edward était le prince de Galles, passant beaucoup de son temps à voyager a travers l'Empire, et donc il écrivit à Freda  d'innombrables lettres déclarant son amour pour elle, et lui aurait offert quelques cadeaux précieux. 
Le "Royal Irish Hussars"  du Roi était un régiment de cavalerie dans l'armée britannique, créé en  1693. Il a  servi pendant trois siècles, avant d'être fusionné avec le Royal Irish Hussars Queen  en 1958.





1923 dans Renaissance de l'art Français



1923 Émeraude 4 carats dans "Vogue"



1923 Maison Lacloche Rue de la Paix


1923  Renaissance de l'art Français


1923  Renaissance de l'art Français

Dans "Renaissance de l'Art Français" en 1923 le rédacteur écrivait:
Hier la maison Lacloche s'attaquait au problème de la montre moderne, et. du simple cadran enrichi de brillants ramenait ce témoin des heures tristes ou joyeuses aux saines traditions du boîtier en forme, nouveau de matière, précieux de travail, simple de lignes et séduisant de couleur. Aujourd'hui son effort se porte sur les nécessaires de toilette, les étuis à cigarettes, les boîtes à poudre, ces minuscules et charmants bibelots
que les jolies mains aiment à manier, qui leur suggèrent les gestes les plus gracieux du monde. Jeu et joyau ont la même étymologie.
A vrai dire les bijoutiers orfèvres de toutes les époques ont excellé dans cet art pour Lilliput, depuis les cassolettes du XVIe et du XVIIe siècles jusqu'aux étuis nécessaires, aux carnets-souvenirs, aux drageoirs, aux boîtes à mouche, aux étuis à cire du XVIIIe, ce siècle par excellence de la parure précieuse de la femme. Toutes les matières y sont passé : or vert, or jaune, or brillant, or mat, émail, cloisonné ou émail peint, écaille, nacre, laque, vernis-martin, pierres dures, mosaïques, maroquin, galuchat, sans oublier les garnitures de demi-perles ou les pavés de brillants. Mais ces adorables créations font aujourd'hui le bonheur des Musées ou des collections d'amateurs.



1923  Renaissance de l'art Français


1923  Renaissance de l'art Français

Et l article continuait ainsi: 

Comment est née, dans la maison Lacloche, toute une famille de petits ustensiles d'orfèvrerie, aussi inattendus de forme que séduisants de matière et de forme.
Les usages d'ailleurs, en sont nouveaux. Les grandes dames de la Régence prisaient. Nos contemporaines allument des cigarettes du plus fin tabac d'Orient. Voici à leur intention un étui en cristal mat où s'étale une branche légère de pêcher du Japon, et un autre de même matière rehaussé par une bande d'onyx sculptée et repercée. Sur les soies brochées des robes à panier, les contemporaines de la Pompadour laissaient retomber de fastueuses châtelaines lourdes de tout l'arsenal de la coquetterie d'alors. La Parisienne d'aujourd'hui n'a qu'un sac minuscule, véritable boîte de Pandore trop petite pour l'infini des inutilités dont elle ne peut se passer. Voici des boîtes à poudre plates comme ces pièces de cinq francs que l'on assure, avoir autrefois servi de monnaie d'échange. Les unes sont en émail rouge champlevé à décor chinois, d'autres en onyx, avec un cadre d'émail rouge et un motif de milieu en corail et jade vert sculptés, d'autres sont en lapis et émail noir avec le caractère chinois du bonheur en brillants. Cette boîte à poudre est hexagonale. Elle se porte par une chaînette d'onyx et de corail et le bâton de rouge est logé dans la barrette. Ce nécessaire est en ambre jaune avec les bouts en lapis et des bandes de joaillerie.Cet autre est en émail noir, avec les fonds en corail du Japon sculpté.
On ne sait ce que l'on préfère, dans ces séduisantes créations du goût parisien. Le modernisme savoureux du décor et des formes, ou la perfection sans pareille de l'exécution qui nous ramène aux meilleures traditions du passé.



1923  Renaissance de l'art Français


1923  Renaissance de l'art Français



1923 dans la revue "Vogue"


1923


1923 Journal Le Gaulois Lacloche à Deauville


1923 Lacloche Frères New York


1924 Madame Lacloche à l inauguration des nouveaux bains de Deauville.

En 1924, Deauville ou les Lacloche étaient installés sur les "planches" en bord de plage, la municipalité entreprend de l'agrandir d'une piscine à ciel ouvert avec ses annexes, de nouvelles cabines de bains, d'un bar, de boutiques et d'un abri. Seules les cabines de bains sont réalisées. Entre 1928 et 1930, le magasin de fourrures Max et la bijouterie Lacloche font construire de nouvelles boutiques (le projet d'une boutique pour Buggati est finalement abandonné). La nouvelle boutique est sur les Planches.
Les deux blockhaus qui avaient été adossés contre l'établissement de bains durant la Seconde Guerre mondiale seront détruits à la Libération en 1944. L'établissement ouvrira à nouveau ses portes pour la saison estivale de 1944. En 1949, de nouvelles cabines seront construites par l'architecte Guy.





1924 revendu par Sotheby's




Les Galeries Fleuries à Cannes ouvrent en 1924
L’Hôtel-Pension Gray, datant de 1863, avait été construit sur un terrain planté de vignes et de figuiers. Le prince de Galles, futur Edouard VII, s’y installa en 1872 lors de son premier séjour à Cannes. En 1874, le propriétaire ayant acquis l’hôtel Albion voisin, le fit transformer, l’appelant Hôtel Gray et d’Albion. Un magnifique parc s’étendait jusqu’au boulevard. Après la première guerre mondiale, racheté par la Société Immobilière des Bas-Alpins, il devint un palace. Ainsi furent créées Les Galeries Fleuries composées de magasins de luxe, salons de thé, précédés de colonnades et d’arcades fleuries qui entouraient un jardin. C’est l’architecte Charles Dalmas qui en traça les plans.



Le magasin Lacloche se trouvait dans ces galeries


La Saison de Cannes de 1924 les décrit ainsi : C’est la plus récente création du Cannes moderne,Mecque hivernale de la Mode et du Luxe vers laquelle accourent tous les fidèles de la Beauté et du Goût et les grands prêtres de ce culte profane : tout ce qui porte un nom dans le commerce de luxe et d’art de Paris, de Londres et de New-York… Et sous ces galeries, où J. Patou, Alexandrine, Lacloche, La Pensée, Vaillant, Orel, Redfern et tant d’autres voisinent, la foule élégante flâne, papote, savoure dans la clarté blonde le porto matinal, ou rêve aux harmonies discrètes des violons, dans la vapeur du Ceylan parfumé à l’heure du crépuscule. 
Sur une partie de la grande pelouse, un grand tea-room avait été aménagé ainsi qu’un mini-golf. Le duc de Connaught en fut l’un des plus fervents joueurs de l’hiver 1925. Ce fut une sorte de galeries du Palais Royal Cannois !
Une occasion que ne laissa pas passer Fernand.

En octobre 1972, l’hôtel Gray et d’Albion a fermé ses portes. Deux ans plus tard il est détruit. En 1980, un immeuble moderne, le Gray d’Albion, le remplace et s’ouvre dans son enceinte, un palace éponyme. En rez-de-chaussée, est aménagée une galerie commerçante couverte allant de la Croisette à la rue d’Antibes.
boîtier rectangulaire avec des côtés et le couvercle émaillés noir , diamant taille ancienne, diamant taille moderne, rubis suifés et taillés, améthystes sur les fleurs du centre saphirs, onyx,  feuilles d'émeraudes, poussoir en diamant taillés en rose, bâton  de rouge à lèvres et deux compartiments cachés, monté sur or blanc 750/1000°, circa 1925,
Signés Lacloche Frères, Paris, revendu par Christie's



1925: Broche signée Lacloche Paris, diamants environ 5 carats 75, poinçons français revendue par Sotheby's



Platine et or, diamants, rubis et onyx 1925 environ se trouve au Museum of fine Arts à Boston



Ceci est la page de Lacloche pour son grand prix à l exposition de 1925.


1925 Revendue par Christie's




Deux montres vers 1925
 la première:  cadran argenté avec chiffres arabes,  or 750-1000° boîtier en or jaune, laque rouge, cotés Onyx signé Lacloche, boite de montre signé Verger Frères • la seconde:rectangulaire  cadran argenté orné avec index appliqués dorés,boitier  en argent, panneaux latéraux et supérieurs avec motifs chinois en or et  laque rouge, boite signée Golay Fils






Très belle montre joaillerie pour l'époque, en platine,  bracelet  diamants et saphirs, Coven-Lacloche.

Au centre un diamant en forme de poire pesant environ 1,95 carats et un saphir en forme de poire pesant environ 2,35 carats, flanqué d'une rangée de saphirs calibrés coupées et bordé de diamants taillés  pesant environ 4,00 carats, signé Coven- Lacloche, numérotée 4418, poinçons d'état et ateliers  français; vers 1925. Revendue par Sotheby's





Petit sac rectangulaire en fils de soie noire et d'argent, orné d'un fermoir en or 750/1000° et chrysoprase. Fermoir et sac signés Lacloche. P (fermoir): 21,7 g Vente Millon Paris.



Lacloche Frères. Boîte de beauté rectangulaire Art Déco en or jaune émaillé noir, les extrémités et le centre du couvercle appliqués sur fond de lapis lazuli, de fleurs sculptées en jade, cornaline et corail nervurées, centrées et soulignées de crénelures en platine serties de diamants taillés en rose. Époque 1925. Photo Artcurial. L'intérieur à trois compartiments comporte un miroir. Signée Lacloche Frères 




1925
Pendule en Argent et Vermeil, corail, saphirs fait et signé a Paris, Lacloche : Vente Sotheby's




Rare et important bracelet de style égyptien Revival. Platine, Diamant et coloré Lacloche Frères, Paris. revendu par  Sotheby's
Composé de trois panneaux principaux, le panneau central représentant un sphinx parmi les anciens symboles égyptiens, flanqué de deux panneaux représentant le dieu égyptien Horus , les trois panneaux avec des saphirs des rubis et des émeraudes suifés. Signé Lacloche Frères, Paris, numéro 65059; vers 1925.





Bracelet en platine, diamant, onyx et émeraude, Lacloche Frères, France  1925



Montre Lacloche Frères: Platine – Rubis – Onyx – Saphirs – Emeraudes – Diamants, vous pouvez la voir (et l acheter bien sûr) actuellement à La Galerie Parisienne .https://lagalerieparisienne.wordpress.com/category/joaillerie/
Lacloche Frères, 15, rue de la Paix, Paris, vers 1925. Argent et lapis, Art Déco, l'écrin est en maroquin vert: Revendue par Antiquorum



Celle ci revendue par Sotheby's



Stand de la joaillerie à l' exposition  internationale de 1925


Boutons de Manchette Lacloche frères vers 1925




Une exquise  perle naturelle,au centre d'un bracelet de Lacloche Frères
Deux têtes de chimères, chacune accentuées par un diamant de forme triangulaire et les yeux émeraude, une perle naturelle pesant 41.59 grains, circa 1925, 18,2 cm de circonférence  intérieure: Un certificat  en date du 19 Août 2008 de la FFCA Institut Suisse de Gemmologie indiquant que la perle est une perle d'eau de mer naturelle.


A l' intérieur de ce pendentif art déco de 1925, une montre, chiffres arabes peints et aiguilles en acier bleui, platine poinçon français, signé Lacloche Frères 
N°.32695



Platine, cristal de roche, émail noir et diamants. Broche, Lacloche Frères, France

Le cadre de cristal de roche se trouve entre deux motifs sur les côtés sertis de diamants  taille anciennes pesant environ 2,35 carats, souligné d' émail noir, signé Lacloche Frères, numéroté 67493, poinçons français; vers 1925.






Pendants d'oreilles émail et onyx, par Lacloche Frères

Chacun conçu comme un panneau, diamants taille ancienne rubis, émeraude, saphir vers 1925 Signé par Lacloche, Paris, non. 65718



Dans la presse de l'époque 



Et ce pendentif photographié de nos jours



1925 Repertoire général de la production industrielle




09-01-1925 Lacloche dans vogue



Lacloche dans le Journal "Vogue"


Horloge de bureau "chinoiserie"

Le cadran rectangulaire en nacre, décoration de l'oiseau améliorée par le corail sculpté, diamant taille rose, chiffres arabes et aiguilles pavée de diamant, boitier en laque noire, quartz rose  chiens en  quartz rose, piliers en  émail bleu piliers floraux, la base de laque noire avec six pieds en  quartz, mouvement mécanique, vers 1925, hauteur 15,5 cm.Signé Lacloche Frères, décor signé par Wladimir Makovsky (qui travaillait chez Strauss allard et meyer), appartenait à la famille royale de Savoie, revendue par Christie's
Vanity case,par Lacloche Frères
Email noir, rectangulaire, et boîtier en or 750/1000° avec des diamants taille rose, le couvercle est serti de roses de corail rouge sculptées chacune avec une rose de diamant, feuilles lapis-lazuli avec veines de diamant en  taille rose ,  un de rouge à lèvres vers 1925, avec  gravé la  marque de LACLOCHE Frères. 



Broche Art Déco

Figurant un oiseau fabuleux. Entièrement serti de saphirs, rubis, émeraudes et onyx calibrés , diamants baguettes, monture en platine, vers 1925
Signée Lacloche-Frères.




Montre fabriquée par Verger Frères et Vacheron & Constantin, Genève,  n ° 9789 , livrée en 1925. vendue par Lacloche Frères.Très belle et rare montre pendentif en  or jaune 750/1000°, diamants, corail et émaillée en bleu, onyx .Accompagnée par un Certificat d'authenticité. Revendue par Antiquorum Genève.
1925





"Hivan Tsang" le boitier est de Verger n° 7924 livré en 1925 Le mouvement est de Vacheron et Constantin,Onyx noir, corail perles, or et argent, vendue par Lacloche. Revendue par Antiquorum Genève


Pendule Mystérieuse suisse, Lacloche Frères, le mouvement n ° 751. réalisée vers 1925. Jolie et rare, argent et or, lapis-lazuli, corail, agate, perle et diamant taille rose, Mvt 8 jours revendue par Antiquorum Geneve
Une montre de Lacloche en émail et or .
trois différentes couleurs d'émail noir, bleu et vert, diamants taille rose , chaque motif, est relié par des cordons noirs doubles, le plus grand pendentif est suspendu par un diamant charnière, renforcée par une plaque d'émail vert, montre avec des chiffres arabes noirs et aiguilles en acier bleui, dans un cadre d'émail noir, avec une couronne de perles, montées en or 750/1000°, circa 1925 Bijou signé Lacloche Frères; le mouvement signé Verger-France. Revendue par Christie's




20-06-1926  Naissance de Philippe Lacloche



27-05-1926 Journal "le Gaulois" Légion d'honneur de Fernand


1926: Laque noire et rouge laque rouge montre pendentif de Lacloche Frères. Poinçon français,Cadran signé par Lacloche Frères, 


Montre en Or, platine, émail, diamants taillés en roses et brillants, saphirs, jadéite, calcédoine à dos noir, perle et soie La juxtaposition audacieuse du rouge et du noir dans cette montre montre l'influence de la laque orientale sur les bijoux au cours des années 1920 et 30. Les fleurs stylisées flottantes peuvent également être inspirés par l'art oriental - en particulier des dessins textiles.
l'Onyx noir est souvent utilisé dans les bijoux Art déco. Il est rare dans la nature, mais un substitut peut être réalisé par trempage dans une calcédoine plus pâle solution de sucre en ébullition, puis en chauffant dans de l'acide sulfurique.  Victoria Albert Muséum Londres
Le Musée, Victoria indique que Lacloche Frères étaient parmi la profusion des bijoutiers de la rue de la Paix à Paris. Fondée à Madrid en 1875,(comme quoi ce célèbre musée recopie certaines erreurs)





1926 Pendulette de Lacloche Frères "Chinoiserie" en laque, jadéite, onyx, revendue par Hancock's Londres






1926 Page entière du Journal "Vogue". Les bijoux sont de Lacloche"



Cliquez pour agrandir
1926 Renaissance de l Art


Or 750/1000°, avec jadéite teintée noire et calcédoine,  le couvercle serti de diamants taillés en roses et brillants  lapis-lazuli, turquoise, malachite, rhodonite, de nacre et  perles  Victoria Albert Muséum



11-01-1926  page entiere de  l Officiel les bijoux sont de Lacloche et ce doit être Madame Lacloche qui officie comme mannequin


Derrière toutes ces marques de Joaillerie, il y a surtout d’habiles et talentueux fabricants qui dessinent et réalisent pour les grandes maisons. Certains; comme Verger, Janesich, ont aussi pignon sur rue. 
Verger par exemple disposera d’un stand à l’exposition de 1925 aux côtés des Boucheron, Van Cleef, Linzeler, Cartier, Lacloche.
Les fabricants de Lacloche Frères sont Girard, Halluin & Metlinger (de merveilleux étuis à cigarettes), Georges Meyer, Louis Pery et ses fils, Georges Lenfant un grand technicien du travail de l'or qui avec Gaêtan de Perçin ont inventé des systèmes, des fermoirs originaux, les frères Rubel, Wakefield, Leblanc.. 
Qui dessine ? Jeanne Toussaint, René Révillon, Suzanne Jacqueau, la femme de Charles Jacqueau grand dessinateur de "Cartier" René Sim Lacaze, le dessinateur des belles années de Van Cleef et Arpels influencé par sa directrice artistique Renée Rachel Puissant Van Cleef.
Les boites et les vanity sont réalisés dans les ateliers de Strauss, Allard & Meyer (qui travaillent aussi pour Cartier et Van Cleef et Arpels) installés place des Vosges. Louis Kuppenheim, Lavabre, Chaillouc, Bock, Yahr & Ouchinnikov, Renaud travaillent surtout pour Cartier comme Bachaumont qui sera intégré dans l’atelier maison.
Les pendules sortent des ateliers de Bredillard, de Dagoneau, de Prevost pour les mouvements, de Dubret pour les boîtiers en émail, de Bako pour les boîtiers en cristal, de Haas & Neveux pour les ornementations des cadrans,  de Maurice Couët qui est horloger devenu célèbre pour ses pendules mystérieuses chez Cartier; ils sont installés rue des Petits-Champs, rue d’Hauteville, boulevard de Sébastopol, rue Saint Martin.
Verger réalise des pendules mystérieuses dont Georges Rémy ou Fourrier conçoivent les boîtiers. Verger travaille d’ailleurs pour toute la place : Cartier, Lacloche, Chaument, Van Cleef, Boucheron, Janesich, Gubelin et Ostertag.
Parmi ces artisans de grands talents on trouve des arméniens – Mezbourian, Esmerian, Sirakian, Kelekian (ce dernier installé au 12, rue de la Paix, vend des objets égyptiens), Kalebdjian (2, place Vendôme)des Vietnamiens comme Phung Dinh Van spécialiste des laques.





1926 à 1930 ce bracelet Art Déco en platine  par Lacloche Frères diamants navette, diamants taille  émeraude et  diamants ronds avec un poids total approximatif de 20,00 carats. Revendu par  SHREVE, CRUMP & LOW 




1926 Journal Fémina






bijoux du jour Lacloche Paris 1927 conception originale ,neuf poires rubis cabochon collier de diamants pour la Maharani de Cooch Behar, une princesse de Baroda et la mère du Maharani de Jaipur. (jewels du jour)




Maharani Gayatri Devi, une longue vie très remplie, d'une grande beauté, sa vie vaut la peine d'être lue.Elle aimait beaucoup les bijoux.


Ce collier est réapparu lors de la vente des bijoux de Françoise Hermann en 2004; par la société de vente Bonham's. Le produit de cette vente finança une fondation caritative du nom de Hermann, pour le Dr Leon et Fernande Hermann. Le Dr. Hermann est né en France en 1881 et a été administrateur unique de la société qui a construit la Statue de la Liberté. 







Montre pendentif, or, émail et de ivoire de LACLOCHE Frères, vers 1927
Cadran guilloché en argent,chiffres arabes, aiguilles en acier bleui, tour de la plaque d'ivoire en or, motif grec classique, pendentif sur un ruban de soie noire, avec plaque d'ivoire rectangulaire décoré or, plaque estampillée FV pour Ferdinand Verger. Revendue par Sotheby's actuellement au Victoria Albert Muséum.



 Très beau bracelet de style "japonisant" Lacloche 1927





1928  Journal Le Gaulois:  Jacques Lacloche





Paire de clips en platine, Jade, diamants et onyx.

Sur les anneaux de jade diamants taille ancienne  pesant environ 5,40 carats et onyx et des calibrés en onyx. Avec un étui de cuir signé Coven LACLOCHE, 325 Calle Florida, Buenos Aires. Sotheby's l attribue à Coven Lacloche.



Une belle idée, Une horloge de bureau symbolisant une fontaine , art déco, en cristal de roche, onyx, diamants, lapis lazuli.
Le cadran, conçu comme une fontaine de cristal de roche taillé, avec un poisson en opale noire sculptée, avec les yeux cabochon de rubis pour marquer les heures, serti dans un anneau d'onyx noir avec  chiffres arabes en diamants taille rose, le lapis soutenus par des pieds onyx noirs cannelés sur des gradins en lapis-lazuli et  gradins et base hexagonale onyx noir, montés en argent et en or 750/1000° ,poinçons français,écrin  Lacloche cuir noir .
Signé Lacloche .Cette horloge a été fabriqué par l'atelier Verger pour Lacloche Frères en 1928.




Necessaire Art Déco.  De forme rectangulaire en émail noir, le couvercle en deux parties émaillées bleu avec des motifs géométriques sertis de petits Diamants taillés en roses, àl'intérieur un étui à cigarettes un miroir, un peigne en écaille , monture en or Poinçons français et  poinçons anglais d'importation vers 1928.Signé Lacloche frères, Paris.





Un boîtier rectangulaire avec sur le couvercle avant et arrière, des panneaux "laque burgauté" représentant des scènes de jardin oriental cotés en néphrite et laque, A l intérieur un miroir équipé,  Avec poinçons français.Signé par LACLOCHE Frères, Paris
Laque de Burgauté:Ce terme, qui provient de Burgau, nom vulgaire de diverses coquilles nacrées, désigne des laques unies, ou des porcelaines laquées, incrustés de nacre.  Il a été créé par Jacquemart et Le Blant (Histoire artistique commerciale et industrielle de la porcelaine, Paris, 1862) à propos de porcelaines chinoises ainsi ornées. Il n'est employé actuellement que pour les pièces de la dynastie Qing, parmi lesquelles celles de la période Kangxi sont les plus remarquables. La technique des incrustations se distingue de celle des époques antérieures : les parcelles de nacre, beaucoup plus petites, se combinent avec de la nacre pulvérisée et, parfois, avec des applications d'or et d'argent. De plus, la nacre est souvent teintée, à sa surface inférieure, de tons rosés, pourprés, verts ou bleus, dont les reflets chatoyants varient selon les éclairages. Ce mode de décor est utilisé sur des laques de petites dimensions (boîtes, plats, etc.), notamment pour des paysages où, par exemple, les feuilles des arbres, les aiguilles des pins sont détaillées à une échelle miniature. Sur les porcelaines, des couches de laque noir, polies avec soin, reçoivent les fragments de nacre avant le séchage de la dernière couche. Le tout est alors revêtu de laque transparent, frotté jusqu'à passer inaperçu pour laisser jouer les reflets de la matière. Les objets de ce type (petits plats, bols, etc.) constituaient des articles précieux très appréciés en Europe au XVIIe et au XVIIIe siècle.

1929 la fameuse exposition Galliera



1929 Renaissance de l'Art  l expo Gallièra


"En tournant autour des vitrines des joailliers, nous avons constaté la
même perfection dans le métier. Cette qualité demeure  commune à
tous les exposants de cette section qui, par ailleurs, se distinguent par
leurs dons particuliers.
Une grâce harmonieuse et de la souche la plusfrançaise se remarque chez M. Lacloche, dans son panier de fleurs en brillants, rehaussé de rubis et d'émeraudes, modernisant un motif du XVIIIe siècle, dans son bracelet
en guirlande juxtaposant des diamants, des émeraudes, des rubis, comme une éclosion de boutons de roses parmi de jeunes pousses vertes, dans toutes ces boîtes, ces étuis d'un décor où il entre tant de mesure dans la couleur." Paul Sentenac dans "Renaissance de l'art et de l' industrie" 




1929 Design étonnant  pour son époque




1929 dans le journal  "l'Officiel"



1929 dans  l officiel photo, les bijoux sont de Lacloche, je concède qu'on ne les voit pas bien sur cette photo, mais c'est pour nous replonger dans l atmosphere de cette époque.




1929: Une boîte de cigarettes en deux couleurs or, argent et émail par LACLOCHE Frères, avec une scène de joueurs de polo,  incrustés sur le couvercle. Les côtés sont agrémentés par des bandes en or jaune, portant les poinçons d'or et d'argent français et les marques d'importation pour Londres 1929. Note: PROPOSÉ PAR PULLMAN GALLERY sur le site :
https://www.1stdibs.com/shop/jewelry/




Intérieur de la boite des joueurs de Polo




Un pendentif broche en diamant, PAR LACLOCHE FRERES aux environs de 1929





20-04-1929 dans le journal  "Le Journal", naissance de Philippe




Horloge de bureau: Lacloche Frères - Argent et or  Art Déco n ° 874/1034. Vendue par le magasin de Londres poinçons d'importation pour 1929-1930. très rare,  or jaune et onyx mouvement  8 jours. Revendue par Antiquorum Geneve.



Le grand journal "L'art et la mode" ecrivait ceci  en 1929
cliquer sur toutes les photos pour agrandir

La crise de 1929 a des répercussions évidentes sur une partie de la riche clientèle de la maison. Fernand Lacloche joue régulièrement au casino ; probablement à Deauville où il a une boutique à la Potinière depuis le début du siècle, non loin de ses confrères de la rue de la Paix. 


Sotheby's


A propos de la crise de 1929 Mme Viruega nous informe dans son ouvrage important et très documenté que* :
Des archives plus tardives, trouvées à Roubaix, montrent que le bilan pour l'année 1924 de la Société Anonyme des anciens établissements Lacloche Frères s'élève à 281 050 384, 53 francs. Un deuxième bilan, daté de 1929, fait état d'un bénéfice de 1 899 876,50 francs et de succursales à Cannes, Deauville,
Biarritz et Londres, le siège social demeurant à Paris. Ce document est présenté comme le vingt-troisième exercice social de la société. La Société anonyme a donc été créée en 1906, cinq ans après la dissolution de la société en commandite simple. L'entreprise a non seulement survécu à la crise mais s'est largement développée. À ce deuxième bilan est annexé un rapport du conseil d'administration de mai 1930, tendant à convaincre l'assemblée générale des actionnaires que la situation est saine en dépit de la crise qui affecte
toute l'économie occidentale. Il propose néanmoins, par mesure de prudence, de réduire le montant des dividendes et de créer un fonds de garantie.
**Jacqueline Viruega, La bijouterie parisienne, 1860-1914, du Second Empire à la Première Guerre Mondiale, L’Harmattan, Paris, 2004.





Un des plus célèbres diadèmes Westminster n'est plus dans la collection familiale depuis quelques décennies. Il a été commandé dans un style rappelant les coiffes chinoises,  chez Lacloche en 1930 pour la troisième épouse du 2e duc de Westminster, et a été conçu pour accueillir trois gros diamants: les diamants Arcot de chaque côté et le diamant Hastings au  centre. Le couple divorça en 1947. Voici la duchesse de Westminster coiffée de cet imposant diadème qui lui fut offert à l’occasion d’un anniversaire.  Le diadème a été vendu en 1959 et acheté par le joaillier Harry Winston.






Duchesse de Westminster avec son diadème Lacloche

Cela rappelle les diadèmes Kokoshnik d'inspiration Russe.



1930 dans le journal "Vogue" une très belle publicité avec des bijoux vendus chez Lacloche.


Magnifique pendule de Lacloche avec un mouvement Vacheron Constantin 17 rubis.  la marqueterie octogonale est en nacre et le cadran émaillé, représentant une scène  classique sur un fond de paysage, avec ébats de femmes grecques, l'une jouant de la harpe (en or poli),  embelli par morceaux  de turquoises, des guirlandes d'or et en détail, chiffres arabes en diamants taillés en rose, colonnes de cristal de roche, avec motifs émaillés noirs , sur une base onyx noir et cristal de roche, 1930 environ
Signé Lacloche Frères, Paris, Londres 
Mouvement signé Vacheron Constantin, n° 38652 
Poinçon de maitre de Verger Frères, n° 9360





Dans le journal "l'officiel" de 1930 Madame Jacques Lacloche






Vacheron & Constantin, Genève, n ° 386583, affaire n ° 9359 par Verger Frères, Paris,  vendus au détail par Lacloche Frères, Paris. Or 750/1000°, sertie de diamants, onyx, ambre et émeraude Art-Déco, mouvement  huit jours avec un cadran en nacre,écrin d'origine avec  des dessins originaux de Verger.
Broche en vente chez stdibs.com De contour hexagonal, la ajouré plaque géométrique conçu comme un vase de diamant circulaire et taille baguette, sertie d'un diamant jaune en forme de bouclier flanqué de deux buff-top émeraudes de forme triangulaire, l'extension d'un bouquet de rubis sculpté, citrine, saphir, améthyste et fleurs saphir fleur rose, renforcée par défilement circulaire et de diamants taille baguette feuilles, montées dans le platine. Circa 1930, marque française de dosage. Signée Lacloche.




1930


1930 Jacques est dans  l 'Annuaire des grands cercles





1930 Le Journal Fémina présente le dessin d une belle parure d'émeraudes



1930 beau bracelet platine et diamant 


1930 


Un collier Art déco diamant et aîgue-marine (convertible en une tiare) par LACLOCHE Frères. vers 1930, 41,5 cm. long, avec des raccords pour une broche et diadème, il peut être converti  également en bracelet, écrin original en cuir bleu Lacloche Frères, 3 New Bond Street, Londres,  Signé LACLOCHE Frères. revendu par Christie.







Très belle broche Cristal de Roche  et jade 1930



Bijoux de Lacloche dans le Journal "Vogue"


Pour clore ces années 1930 , cette magnifique Manchette en platine et diamant, je trouve que c'est une pièce marquante , importante.




Les administrateurs n'ont pas anticipé la crise de 1931 en France. La société Lacloche la subit de plein fouet et n'y survit pas. Sa faillite et sa liquidation judiciaire ont lieu en 1933, entraînant la vente de ses marchandises aux enchères publiques. La prudente gestion préconisée par ses administrateurs aurait-elle pu empêcher ce naufrage ? La crise des années 30 a été fatale à de nombreuses entreprises de luxe, à cause de la baisse du pouvoir d'achat de leur clientèle habituelle, en France et dans le monde.




La défaillance de la Banque Nationale de Crédit et du comptoir Lyon-Alemand qui lui est lié, met en péril plusieurs maisons qui, pour la majorité d’entre elles, résistent. Mais Lacloche Frères a aussi une traite douteuse sur un de leur client, le puissant homme d’affaire portugais, Simon Patiño. Enfin, il est possible qu’un banco malheureux de Fernand Lacloche contre André Citroën rende impossible le renflouement de la société au moment où elle connaît une importante crise de liquidités. 
Il faut en savoir plus sur l’impact de Simon Patiño qui était d’origine bolivienne
Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Sim%C3%B3n_Iturri_Pati%C3%B1o

Lacloche Frère, en cessation de paiement, est déclarée en faillite en 1931.
Dans le dossier des affaires diamantaires conservé à la BNF il est noté:
120 AQ 672 Dossier 1. Lacloche frères (Société des anciens établissements).
La BNC produisit pour environ 2 500 000 francs à la faillite prononcée le 23 juin 
Je vous invite vivement a lire mon article :
http://richardjeanjacques.blogspot.fr/2011/09/la-faillite-du-comptoir-lyon-alemand-et.html

Progressivement le stock est vendu aux enchères. Les autres oncles de Jacques ne lui sont guère utiles : Jules est mort en 1921, Léopold sera diamantaire ou courtier en bijoux ; il meurt à son tour en 1937. Les cousins ne sont pas intéressés ou mènent des existences plus exaltantes.
Dans le dossier des affaires diamantaires conservé à la BNF il est noté:
120 AQ 672 Dossier 1. Lacloche frères (Société des anciens établissements).
La BNC produisit pour environ 2 500 000 francs à la faillite prononcée le 23 juin 1931.

Jacques devra repartir à zéro. C’est une rupture forte, brutale, traumatisante, qui l’oblige à devenir colporteur de luxe, et du luxe, dans les mêmes stations et auprès des mêmes clients. Ce n’est pas l’enfer certes mais que serait devenue la Maison Lacloche dont il aurait à l’évidence pris la succession si ces épisodes malheureux n’avaient pas coulé une des plus prospères maisons de la
place de Paris ?




1932 Journal le Temps.


Edith Manet plus connue sous le nom de Lacloche ex joaillier!!






1932 dans "Vogue"






28-12-1933  dans "le Journal"



9-6-1934 dans la "La comédie Humaine" un fait divers


Très belles boucles d'oreilles de Jacques Lacloche en 1935



Superbe bracelet Saphirs diamants, émail et or, de Jacques Lacloche, vers 1935
L'ensemble avant avec saphirs gravés avec des  motifs de feuilles, circonférence intérieure d'environ 140mm, extensible, signé J. Lacloche



Jacques Lacloche 1935

En 1936 Jacques Lacloche loue une vitrine à l intérieur de l’hôtel Carlton à Cannes, deux ans plus tard, le 15 mai 1938, il ouvre une boutique au 8, place Vendôme. 




05-04-1938  Le Figaro, enfin Jacques Lacloche arrive a s'installer place Vendôme





Puis il ouvre dans la foulée une boutique au 49, La Croisette dans le Cercle Nautique, aux côtés d’autres enseignes : Elisabeth Arden, le Blue Bar qui restera son voisin dans le Palais des Festivals jusqu’à sa destruction en 1947, les Fourrures Renel, une galerie de tableaux et d’antiquités, la maison de haute-coutume Gaby Mono, enfin Les Galeries de la Croisette.

Le Cercle Nautique comprenait, outre ces sept commerces, un théâtre avec balcon, six salons, une grande terrasse au-dessus des boutiques, 25 chambres (francis Lacloche)


Sur cette vieille carte postale colorisée, on voit nettement à gauche le magasin de Van Cleef et Arpels  avant 1912 dans ce même batiment du cercle nautique ou fut plus tard Jacques Lacloche. (Cliquer pour agrandir)




1939 dans "Vogue"


Arrive la Guerre, Jacques Lacloche va "naviguer" . 
Au début de la guerre entre Paris qui est occupé et Cannes encore en zone libre, il a toujours sa boutique sur la croisette à l intérieur du centre nautique.



1940

1940



1940


Cette petit bonne femme a été datée en 1940 par l expert de la vente, je n'en suis pas sûr


Vendu par la Maison "Aguttes" comme datant de 1940



Affiche 1940


1940


1940 revendu par Sotheby's





En 1941 il part à Cannes.


Poudrier or,  argent et rubis, jacques Lacloche vers 1945



A la sortie de la guerre, en 1946, la municipalité signe une promesse d'achat s'élevant à seize millions de francs, ayant besoin d'un terrain pour construire un Palais des Festivals, le premier festival d'avant guerre ayant été assuré provisoirement par le Casino municipal, mais avorté en raison des évènements. Le "vrai" premier festival international du cinéma se déroule au Casino municipal en septembre 1946.
Le maire de Cannes fait voter un emprunt de 110 millions de francs pour les travaux de construction du nouveau Palais qui commencent en 1947 ; le Cercle Nautique est détruit au passage. Le Festival de 1947 a lieu dans le Palais en cours de construction. En 1948, tout comme en 1950, aucun festival n'a lieu en raison des restrictions. L'inauguration officielle du nouveau Palais a lieu avec l'ouverture du Festival du 12 septembre 1949.(cparama.com)


Jacques Lacloche cède la place au nouveau Palais des Festivals qui conservera le Blue Bar et la Maison Lacloche sur son aile gauche.
Il participe à la vie mondaine de Cannes et a une très belle et très riche clientèle
Il devient le joaillier du Prince Rainier,  Il créé de nouveaux bijoux.


Ces petites bonnes femmes ne sont pas sans rappeler celles de Van Cleef et Arpels à la même époque

1946


Un collier de diamants, années 1950 ligne de diamants taille brillants, les poinçons français pour l'or et le platine, 37.8cm de long Signé Lacloche


Broche "jeunes filles"  tenant un panier avec saphir et rubis , et une grappe de raisin vert émeraude, sa jupe avec diamants , circa 1950, Signé J Lacloche Paris Cannes


1950 sotheby's


Paire de clips, Saphirs, Rubis, Diamants Emeraudes. Chacune représentant un oiseau se reposant sur ​​une branche de corail, le corps en saphir cabochon, l'oeil serti d'un ubis cabochon, ponctuée de rubis, émeraudes, saphirs et diamants, monture en or jaune, poinçons français, Poids brut: 13,25 gr, vers 1950,signés Lacloche Paris-Cannes 




Parure composée d'un collier en frange d'or ponctué de turquoises cabochons, le fermoir figurant une boucle de ceinture sertie de diamants taille ancienne et taille 8/8, 36 cm., et d'une paire de clips d'oreilles sertis de turquoises cabochons, de diamants demi-taille et de franges d'or, monture en or jaune et platine, poinçons français, vers 1950, poids brut 123 gr.
Collier signé J. Lacloche, no. 6569, clip signé J. Lacloche Paris 



1950

1955

Péridots, amethystes, or jaune diamants, une merveille

Devenu le Joaillier du Prince Rainier dans les années 1950 , il fournit une belle broche pour le mariage de Grace Kelly avec Rainier



Si l'article de presse reproduit n'est pas très net, on distingue néanmoins nettement la broche dont le dessin ci dessus appartient au fils de Jacques Lacloche, Monsieur Francis Lacloche




Apres guerre, les Rois et Reines, c'est fini, les fortunes ont changé de mains, de nouvelles se constituent, Alain Dominique Perrin crée une révolution. 
En 1976, il est nommé Président Directeur Général des « Must de Cartier », un concept "révolutionnaire" dans le monde du luxe . ADP crée des "séries" l'idée est excellente et permet d'attendre le renouveau de très grandes fortunes qui ne va d'ailleurs pas se faire attendre longtemps.
L apparition de grands groupes d'investisseurs dans les metiers de la Joaillerie fait que Jacques Lacloche préfère se tourner vers l'art contemporain.


Il cesse son activité de bijoux en fermant le 8 place Vendôme au début des années 1960 ne conservant que quelques bijoux contemporains de Dinh Van, Arman, etc..

Il fera une très belle carrière dans l'art contemporain, mais c'est une autre histoire


Si vous avez des commentaires, des critiques, des suggestions vous trouverez ci dessous une rubrique "commentaires" sinon ecrivez moi richard.jeanjacques@gmail.com




2 commentaires:

  1. C'est un énorme travail de recherche, avec une documentation et une collection de photos magnifiques.
    Quelle famille !!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce travail remarquable, et la passion qui l'anime.

    RépondreSupprimer

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais