vendredi 23 août 2013

Mellerio Joaillier: l histoire du 9 rue de la Paix spolié à un juif

Depuis quand cet immeuble  appartient il aux Mellerio? 



 Dans les trois chapitres qui précèdent, j'ai pu expliquer que François, en 1815, s’installe avec son frère Jean-Jacques Mellerio au 22 rue de la Paix, sous la raison sociale "Mellerio dits Meller frères ".
L histoire écrite par Joseph Mellerio, et que personne de la famille n'a contesté dit que tout part de François Mellerio:

 En septembre 1811 Francois rentre à Paris pour laisser sa femme enceinte à Craveggia .
Septembre 1813 sa femme l'a rejoint à Paris.
Janvier 1816 il change d'adresse pour la  maison et boutique de la rue du Coq -Saint- Honoré et va  au 22 rue de la Paix ......
1825 avec son frère Jean-François Jacques, bijoutiers rue de la Paix , donnent un capital de 1.400 francs pour les filles de l'école (Joseph Mellerio 1893) .

Ils ont en effet énormément enrichi leur Village

1829 Les deux frères Francesco et Giovanni Giacomo sont rue de la Paix , le fils de Giovanni Francesco , donne à l'église de Craveggia un riche ostensoir en argent doré, enrichi de pierres précieuses ( Joseph Mellerio 1893) .
1833 avec son frère François achète une propriété 5 rue de la Paix , près de l'immeuble du timbre royal construite sur l'ancien couvent des Capucins. Coût 400.000 francs. Était responsable de la rénovation  un architecte de Craveggia, un certain CIOLINA .
Enfin en 1836, il s'installe avec sa famille au 5 rue de la Paix, qui devint plus tard le numéro 9 .

Maison qui a été vendue par les descendants Mellerio en 1892 pour 1 million 200 mille francs de l'époque.

Donc sont ils restés locataires, ont ils déménagés?

C'est en préparant mes articles sur Mellerio en juin et juillet, que je trouve cette photo


Cliquez pour agrandir


Au début je pense à une inversion de cliché, puis je vois que le voisin est le grand Vever, qui était au 20, donc coté pair , alors que le 9 est coté impair avant Cartier, dont je trouve aussi une photo prise le même jour, le 14 juillet 1919. Mais, alors, qui est au 9 rue de la Paix? 

Agrandissement de la photo, nul doute!

je découvre dans mes archives une autre photo de la rue de la Paix, au 9, en 1923...voir:



En 1923 Jacques Seligmann et fils occupent toute la largeur de l immeuble.

c'est le 9 rue de la Paix, le 11 c'est Cartier. Qui donc est propriétaire? quelques jours de recherche et je découvre une procédure.
En 1911 le propriétaire du 9 rue de la Paix renouvelle le bail de Mellerio pour 24 ans , mais l immeuble est vétuste et le propriétaire va devoir s'en séparer, il le vend à Jacques Seligmann et fils.




Pour Germain Seligman la promesse de vente est de 1914, une procédure très longue nous explique que G. Seligman, était dans l obligation de s'arranger avec les locataires pour qu'ils partent afin de pouvoir reconstruire l immeuble.

Cher Maitre Bazin
 En ce qui concerne les questions fiscales américaines de M. Seligman, nous avons un besoin urgent de la confirmation du prix d'achat initial et l'achat de la date de son ancien bâtiment au 9 rue de la Paix. Cet achat selon les informations que nous avons ici, remonte à 1914 et s'élève à 2.200.000 FFC -. (Deux millions deux cent mille francs français)
M. Seligman a l'impression que vous devriez être en mesure de lui fournir ces données, car selon lui, il figure parmi les documents relatifs à la succession de son défunt père, M. Jacques Seligmann. Toutefois, si vous ne trouvez pas ces informations dans vos fichiers, seriez-vous assez bon pour obtenir de l'Etude de Maître Moyne.LETULLE 
Je serais très obligé si vous pouviez nous donner cette information à votre meilleure convenance.
Avec anticipation merci,
Cordialement
(Melvin C. Robins)
(1) à travers laquelle le bâtiment a été acheté
Selon les documents scannés par ARCHIVES OF AMERICAN ART, c'est 1914.

Jacques Seligmann
Cliquez pour agrandir

Sur ce cliché du 14 juillet 1918, chacun peut voir qu'il y a une palissade devant Seligmann au 9 rue de la Paix, juste avant la maison Cartier, les travaux ont ils commencé? malgré les procès?
Cela traîne à cause d'un parfumeur Mr Bordes qui occupe la moitié du rez de chaussée et veut les mêmes avantages que ceux consentis aux Mellerio.
Procès, procès, appels et nous voila en 1929




Donc et afin de résumer, Mellerio n'est pas propriétaire du 9 rue de la Paix et Maurice Mellerio, en accord avec Seligmann va s'installer au 16 rue de la Paix provisoirement, avec espoir de revenir au 9.


En agrandissant ce cliché (cliquez pour agrandir) des frères Seeberger, conservé au Ministère de la Culture à Paris, vous verrez nettement en 1925 les arches du magasin de Jacques Seligmann qui se trouve juste avant Cartier en venant de la place Vendome.

En 1836, la maison fut transférée, du n° 22 de la rue de la Paix, où l'on était en location, au n° 5 (actuellement n° 9),dont les Mellerio étaient propriétaires, ainsi que nous venons de le dire.Il n'est peut-être pas sans intérêt d'indiquer ici les valeurs progressives prises par cet immeuble de la rue de la Paix, en moins de soixante ans.
Cette maison coûta 400.000 francs en 1833 (à la même époque, l'hôtel Mirabeau était proposé pour 5oo.ooo francs). En 1856, vingt-trois ans après, les deux fils aînés de François (Jean et Antoine) ses successeurs, la rachetèrent aux enchères à la famille pour 570.000 francs. En 1866, dix ans seulement après, Jean revendit sa part à Antoine 450.000 francs, ce qui mettait l'immeuble à 900.000 francs ; les deux frères y avaient fait pour 100.000 francs de frais depuis 1856.  
"En 1892, il fut vendu définitivement au prix de 1.200.000 francs sans les frais. Ce fut un étranger à la famille qui en devint acquéreur"
D'après Vever.



Mellerio au 16 rue de la Paix à coté de Vever

La drôle de Guerre s'installe, est ce pour cela que Mellerio ne revint pas au 9, toujours est il qu'il est encore au N° 16 rue de la Paix en 1940 avec semble t il une galerie installée au 9 vers 1935.
Qui est ce Monsieur Seligman? l un des plus grands marchands d'art français a cette époque, puisque Germain est Français.


Un ami d'internet, m'a adressé ce cliche de Germain Seligman (alors avec deux N) il finira cette guerre :capitaine:


Ceci prouve la qualité de grand français de Germain Seligman.

Pour ne citer que quelques clients importants des Seligmann, le Baron Edmond de Rothschild de France, la famille Stroganoff de la Russie, Sir Philip Sassoon de l'Angleterre, et les collectionneurs américains Benjamin Altman, William Randolph Hearst, JP Morgan, Henry Walters, et Joseph Widener.
Comme les clients américains de plus en plus font le plus gros des activités de vente de l'entreprise, un bureau de New York à 7 West trente-sixième rue a été ouvert en 1904. Cinq ans plus tard, 1909, Jacques a acheté l'Hôtel de Sagan (aussi appelé le Palais de Sagan par la famille Seligmann) à Paris parce que c'est un endroit où Jacques Seligmann & Cie pouvaient trouver plus de place pour exposer leurs collections et aussi pour recevoir leur clientèle fortunée.



Ce très bel hotel qui a été vendu par Seligman,  est depuis 1936, l'ambassade d'autriche 


Germain déménagea ses collections au 23 rue de Constantine d'ou on peut voir les arbres du parc de l hotel de Sagan, c'était vraiment à coté, c'est là que les nazis, aidé de la Police Française vinrent tout saisir.

Quelques heures après l'ordre de mobilisation en 1914, Germain rejoint l'armée française comme sous-lieutenant dans le 132eme régiment d'infanterie de Reims. En 1916, il a été promu premier lieutenant dans la vingt-quatrième brigade d'infanterie et l'année suivante atteint le grade de capitaine à la cinquante-sixième Division d'infanterie. Seligman a quitté de l'armée française en 1919 et a reçu la Croix de Guerre française avec six citations. (En 1938, Seligman a reçu la Légion d'honneur et en 1939, il a été décoré par le Général John Pershing Joseph avec la Médaille du service méritoire des États-Unis, en reconnaissance de son service pendant la Première Guerre mondiale.



Hotel de Sagan , acquis en 1909 par Jacques Seligmann

Les Archives de "American Art" précisent:

Au cours de l'Exposition universelle de New York de 1939, Germain a été membre du Comité de l'exposition, qui a coordonné la section d'art. Lorsque l'exposition a été prolongée pour une année supplémentaire, les responsables ont demandé à Seligman d' assumer la responsabilité de la planification de la section de l'art français. En Juin 1940 les forces allemandes envahirent la France et occupent Paris. Les affaires pour Jacques Seligmann & Co., Inc., ont affiché un repli spectaculaire. À l'été 1940, les galeries Seligmann et les biens familiaux ont été saisis par le gouvernement de Vichy, avec la collection d'art privée de Germain. La maison familiale et son contenu, ainsi que la quasi-totalité du stock de l'entreprise de Paris, ont été vendu aux enchères publiques. Au magasin "Jacques Seligmann & Co., Inc" le personnel a brûlé les archives du bureau de Paris, pour conserver les dossiers relatifs à des œuvres d'art , afin d'éviter que les noms des acheteurs ou vendeurs ne tombent dans les mains de l'occupant nazi


Germain Seligman

Les membres de la famille ont également connu les douleurs et les changements provoqués par la guerre. Jean Seligmann, un cousin de Germain et patron de Arnold Seligmann & Cie, a été capturé et fusillé à Vincennes.



SELIGMANN Jean, Albert

Né le 15 juin 1903 à Paris XVIe arr., fusillé comme otage le 15 décembre 1941 au Mont Valérien (commune de Suresnes) ; antiquaire.

Jean Seligmann

Fils d’Arnold, négociant, et de Georgette, née Bussmann, Jean Seligmann était marié, père de cinq enfants, la famille vivait dans un bel appartement au 24 Rue Barbet-de-Jouy VIIe arr. Il tenait un commerce d’antiquités et d’objets d’art 23 Place Vendôme à Paris Ier arr.
Des membres de l’armée allemande l’arrêtèrent le 29 mars 1941, il fut incarcéré à la prison du Cherche-Midi, VIe arr. Selon une note des Renseignements généraux de l’après-guerre, le frère de Jean Seligmann, Armand travaillait pour le 2e Bureau de l’État-major il aurait accompli une mission concernant l’armée allemande. Jean Seligmann qui effectuait de fréquents déplacements à l’étranger contribua au succès de cette collecte de renseignements. Les rapports d’Armand Seligmann furent transmis au Ministère de la Guerre, les allemands en eurent connaissance, ce qui motiva l’arrestation de Jean Seligmann.
Il fut transféré au Fort de Romainville, puis au camp de Drancy (Seine, Seine-Saint-Denis) réservé aux Juifs. Le 14 décembre 1941, le général Von Stülpnagel faisait paraître un « AVIS » : « Ces dernières semaines, des attentats à la dynamite et au revolver ont de nouveau été commis contre des membres de l’Armée allemande. Ces attentats ont pour auteur des éléments, parfois même jeunes, à la solde des Anglo-Saxons, des Juifs et des Bolcheviks et agissant selon les mots d’ordre infâmes de ceux-ci. Des soldats allemands ont été assassinés dans le dos et blessés. En aucun cas, les assassins ont été arrêtés ».
Désigné comme otage, Jean Seligmann fut fusillé le 15 décembre 1941, inhumé au cimetière de Nanterre (Seine, Hauts-de-Seine). Son nom figure sur la plaque commémorative des morts 1940-1945 apposée à l’entrée de la mairie du VIIe arr.

SOURCES : Arch. PPo., RG77W 2161. – Serge Klarsfeld, Le livre des otages, ÉFR, 1979. – Site Internet Mémoire des Hommes. – Site Internet CDJC. – Site Internet GenWeb. – État civil, Paris XVIe arr.



Affaire d'Arnold Seligman, rue de la Paix en 1925, cliché de Seeberger

François-Gérard, un demi-frère, a été enrôlé dans l'armée et a ensuite rejoint la Résistance française. Un autre frère, André, a fui la France en Septembre 1940 et est arrivé à New York, où il a ouvert sa propre galerie. (Il y reviendra plus tard à Paris après la guerre, mais il est mort peu de temps après d'une crise cardiaque.)

A gauche la femme de Jean Seligmann, a droite Jean Seligmann avec des lunettes


C'est lui qui arrêté est emprisonné à la prison du cherche midi, et fusillé
Germain Seligman avait "planqué" les oeuvres d art, mais "Pendant l'occupation, Lucie Botton, employée des frères Seligmann, guida Hoter Angerer et Fritz Schmidt, jusqu'aux cachettes où étaient stockées des collections juives". Plus tard elle traitera des affaires avec le dénommé Hofer. (extrait d'un rapport américain sur le marché de l'art à Paris sous l'Occupation cité par Ph.D. et E. de R. "Le Monde" du 25/11/1998).

Je crois nécessaire d'ajouter que les 3 nazis étaient assistés par le commissaire de police Georges Chain, c'etait le 1er juillet 1940. Regardez par exemple le chemin parcouru par une tapisserie saisie par ces tristes sires.Le Ministere de la culture fournit des exemples, j'en recopie un en bas de ce chapitre. 1*



Ces trois allemands travaillaient pour Goering et Hitler, mais les meubles et les biens immobiliers vont etre saisis par la police française et mis en vente aux enchères par un administrateur crapuleux, un dénommé Larrieu dans des conditions malhonnêtes si tant est que de vendre des biens sous pretexte qu'ils appartiennent à des juifs est honnête.

Cet administrateur nommé pour confisquer tous les biens des Seligman , va être assisté par un commissaire priseur du nom de Quoniam.
J'espere que quelqu'un ....un jour..(vu la puissance de cette profession) aura le courage d'ecrire un livre sur les pratiques des commissaires priseurs a cette époque et aux autres. d'ailleurs Germain Seligman classait tout , ce qui nous permet de voir que Quoniam n'était pas le seul et que même le "grand" Bellier (aux yeux des autres) a fini sa carriere très riche, en dépit de ses petites escroqueries, mais toujours à propos de la Vente Fabius.





Il faut plusieurs jours de vente, en 1942, pour écouler son stock, à bas prix, sous le contrôle du commissariat aux affaires juives. L’expert de la liquidation, Jacques Bruyer, multiplie les humiliations et se sert au passage. Les commissaires-priseurs, Mes Bellier et Ledoux-Lebard, seront condamnés à la Libération. Elie, qui n’a même pas pu assister aux ventes, s’éteint en mars, sans avoir pu revoir ses enfants, partis rejoindre le maquis ou les forces françaises libres. En 1945, les trois fils se relancent boulevard Haussmann, reconstituant leur stock de Carpeaux, Barye ou de la peinture de cour de Winterhalter. (Liberation de Octobre 2011)

Il parait que le Général de Gaulle croisant Maître Maurice Rheims apres la libération lui aurait dit " Alors, Rheims, toujours votre coupable industrie ? "
Plus de 600 pièces maitresses sont parties en Allemagne, mais le 23 place Vendome , le 9 rue de la Paix et le 23 rue de Constantine, furent vendus aux enchères et le commissariat aux questions juives se servit au passage en conservant plus de 200.000 frs sur la vente de l immeuble du 9 rue de la paix, 610.952 frs sur la vente de l immeuble de la rue Constantine et 5.245.155frs sur le mobilier des fonds de commerce et le mobilier personnel.


Voici le décret de fin 1940 qui désigna les administrateurs des biens juifs saisis par Vichy et les Allemands.



Ce fut ce Monsieur Gras du 140 Faubourg Saint Honoré qui géra les biens saisis aux familles juives  dont les noms sont inscrits ci-dessus, liste extraordinaire ou entres autres se trouve le nom de Hessel, ce grand galeriste beau-père de Jacques Arpels et pere de Lucie Hessel, que de noms célèbres " Seligmann, Khan, Wildenstein, Berheim, Libovici" c'est à lui que Maurice Mellerio devait d avoir acheté l immeuble du 9 rue de la Paix, spolié à Seligmann, et vendu à vil prix.

Un ami  de Germain Seligman essaya bien de racheter le 9 rue de la Paix, mais plusieurs courriers révèlent que Mellerio surenchérit, et devint propriétaire, certainement en fin 1941 début 1942.



N'oubliez pas de cliquer pour agrandir toutes les images

Donc Mellerio n'est propriétaire du 9 rue de la Paix que depuis 1942.
Il était bien introduit auprès du commissariat aux questions juives, puisque je le rappelle, Maurice Mellerio avait été nommé administrateur de l aryanisation des bien Juifs par les Allemands pour l'Aryanisation du  grand Joaillier Arnold Ostertag  qui finalement n'était pas juif: lire

Arrive la libération et je ne sais quel arrangement a été pris avec Germain Seligman pour le 9,  plusieurs courriers font état de sommes que Mellerio devait à Seligman.



Il parait (sauf pour ceux qui étaient morts en camp de concentration, ou fusillés, ou !!!) que les biens saisis par le commissariat aux questions juives ont été restitués après la guerre, ce n'est pas le reflet de la réalité et  nombreux sont ceux qui ont argués qu'ils avaient acheté en toute légalité (à des crapules comme Larrieu, Bellier, Qoniam!!) Comment s'est passé la restitution des biens à la famille Seligmann pour ce qui concerne Mellerio ? Cela reste vague, mais cette lettre ci-dessus parle d'argent dû! D'autant que tout le monde se servait!!!


En tous cas les Mellerio se sont bien rendus par  avion à New York aux alentours des dates indiquées dans les courriers
D'abord Emile!!! le 8-5-1946


Puis G. Mellerio le 2-3-1950


Et encore, personne ne voulait rendre quoi que ce soit, même illégalement acquis, il fallut que Seligman engage comme on le  lui conseillait, un détective privé, car les commissaires priseurs et les administrateurs utilisaient des prêtes noms, et il a fallu les confondre.
De plus, l'état s'en mêlait, car une fois les immeubles retrouvés et vendus!!!



Des éléments nouveaux viennent de me parvenir et permettent de mieux comprendre comment  l'achat de cet immeuble s'est déroulé.
Le commissariat aux questions juives a vendu à la" société civile immobilière du 9 rue de la Paix (nouvellement crée le 12-06-1942 et qui existe toujours), l'immeuble  du 9 rue de la Paix ..Le notaire a prélevé sur la vente 202.000frs pour le verser au CGAQJ 


Certaines informations me font penser que  Mr Seligman après guerre n'a pas récupéré ses immeubles


Cette notice explicative nous précise que, Constantin, Notaire, et Larrieu administrateur, nommé par les Allemands ont vendu le 31 décembre 1941 l'immeuble confisqué a Monsieur Seligmann en raison des lois raciales, situé au 9 rue de la Paix au prix de 6.310.000frs sur lequel il a été payé comptant 3.200.000frs, la vente a été homologuée le 28 mai 1942, la société civile immobiliere du 9 rue de la Paix a été constituée le 12-06-1942 et chez ce même notaire le 19 février 1943, le prix a été ramené à 5.805.200frs après accord avec le CGQJ.





En 1946 un acte de convention a été signé entre Mr Seligmann et la" societé civile immobiliere du 9 rue de la Paix"





En 1943 Maitre Decaux  signale que le CGQJ a prélevé sa dîme sur cette vente et que cette somme doit être restituée à Monsieur Seligman
















Details de la somme prélevée par le CGQJ sur le montant de la vente de l' immeuble du 9 rue de la Paix.
Je rappelle que CGQJ veut dire Commissariat Général aux questions juives
Le Commissariat général aux questions juives (C.G.Q.J.) fut créé par la loi du 23 mars 1941. Il était chargé de préparer et proposer au chef de l'État (le Bon Maréchal Pétain)toutes les mesures législatives concernant les Juifs, de fixer les dates de liquidation des biens juifs, de désigner les administrateurs séquestres et de contrôler leur activité.
La direction de l'aryanisation économique (D.A.E.) avait, à elle seule, plus d'importance que tous les autres services du Commissariat. Elle était chargée de l'exécution des mesures économiques prises contre les Juifs et englobait le Service du contrôle des administrateurs provisoires (S.C.A.P.).
L'autre service prédominant était la Police des questions juives (P.Q.J.), devenue par la suite section d'enquête et de contrôle (S.E.C.), dont le rôle était la recherche des infractions au statut des Juifs.
Le C.G.Q.J. a été officiellement fermé fin août 1944, ses biens ont été mis sous séquestre et le séquestre confié au ministère des Finances.



Enfin la Caisse des dépots, consent à verser le prélèvement du CGQJ



Compte tenu de l'érosion monétaire due à l'inflation, le pouvoir d'achat de 1898136,90 anciens francs en 1943 est donc le même que celui de 530.000 euros en 2012.


L'argent ayant été placé à la caisse des dépots et consignations et Mellerio désirant garder l'immeuble, Seligman n'en renonça pas moins à demander la nullité de la vente le 5 aout 1946 et toucha la somme bloquée à la caisse des dépots. Il ne récupéra qu'en 1952 les 210.904 frs qui avaient été prélevés par le commissariat aux questions juives 

Il y eut procès et procès jusqu'à la fin des années 80 et les Seligman ne récupérèrent pas l immeuble.

L' honneur aurait commandé de rendre l immeuble à Germain Seligman après la libération, de se faire rembourser l'achat de Mellerio par l'Etat (la continuité de l'Etat devant assurer les erreurs du régime de Pétain), que les Mellerio redeviennent locataires et ensuite  de demander à Germain Seligman (s'il l'acceptait) de leur vendre cet immeuble selon les conditions honnêtes du marché.
De plus, de nos jours,  accepter les faits et modifier son histoire, que ce soit dans Wikipedia ou ailleurs



*Réponse N° 42OAR 474
Objets d'art
Bruxelles
BB et FVH ; atelier de Franz Van den Hecke
Tapisserie : Diogène dans son tonneau
Entré sous le titre
Diogène assis dans son tonneau reçoit la visite d'Alexandre
Vers 1640
17e siècle ,Fils de laine, d'or, d'argent et de soie H. 4,06 ; La. 3,68 m
Inscriptions, signature
Marque de Bruxelles et les lettres F.V.H. initiales François van den Hecke.
Cette tapisserie a été saisie par Joseph Angerer et Fritz Schmidt en présence de l'officier de police Georges Chain, le 1er juillet 1940, 23, place Vendôme, à la galerie Jean A. Seligmann, où elle avait été mise en " dépôt libre ". Elle a figuré dans la collection de Guillaume Ohnesorge, ministre des Postes d'Hitler. La tapisserie est revenue à Paris le 26 décembre 1951 (déballé le 28 décembre 1951) par le 9e convoi en provenance de Vienne.


5 commentaires:

  1. Bonjour
    Qui était Gerard Francois Seligmann? un antiquaire de Paris? Vivait il en FRANCE? Je m intéresse a la dynastie.
    CORDIALEMENT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour
      A ma connaissanceGerard François Seligmann n'est pas de la famille du grand Antiquaire de la Rue de la Paix a Paris, il est le mari de Françoise Seligmann grande résistante morte récemment http://www.fondation-seligmann.org/la-fondatrice-francoise-seligmann/1/30

      Supprimer
  2. Bonjour Jean-Jacques! Je vis à New York et aurais souhaité savoir si les joailliers Mellerio etaient proprietaires de l'immeubles dans les anness 30? J'ai trouve' sur le web une illustration du 9 Rue de la Paix ou' on voit le logo des parfums Dana clairement sur l'immeuble..... d'apres vos recherches, ils ne l'etaient plus...alors qu'un article recent dans le New York Times sur la famille Mellerio nous assure que l'entreprise familiale est restee la' depuis plus de 200 ans: "For the last 200 years, Mellerio dits Meller has operated from 9, rue de la Paix, one block north of the Paris square but still considered a part of “the Place.” Its wooden facade is the most discreet in the neighborhood, an apt metaphor for its founding family, which has run the house uninterrupted for 14 generations." L'article est de TINA ISAAC-GOIZÉ. Je pense qu'elle ne savait pas l'histoire de l'immeuble.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Que puis je répondre?, j'ai dans mon histoire des Mellerio prouvé, documents à l'appui, qu'ils n'étaient plus propriétaires, j ai expliqué aussi qu'ils n'avaient pas 400 ans d existence comme joailliers mais un peu plus de la moitié.
    L immeuble a été vendu par les membres de la famille en 1892 et les Mellerio restant Bijoutiers, sont devenus locataire de la moitié du rez de chaussée et du 1 er etage.
    L immeuble fut acheté par Mr Seligmann, malheureusement il était juif et le "commissariat aux questions juives" l'aryanisa, en fit la saisie et le revendit a Maurice Mellerio pour une somme moins elevée que le marché. Il y avait d'autres prétendants mais en renchérissants et grace à ses relations auprès du CGQJ acheta cet immeuble spolié à un juif fin 1941.
    J ai reçu en Avignon la visite de l actuel PDG Laurent Mellerio et sa chargée de Patrimoine, Emilie Berard car il ne connaissait que les histoires transmises par la famille, entretien tres fructueux mais Olivier Mellerio et son frere restent dans le déni le plus total.
    Donc Madame TINA ISAAC-GOIZÉ devrait me lire a moins que l article soit commandé par les publicistes.
    Si vous avez ses coordonnées , je lui transmettrais les liens vers mes articles
    donnez lui mon mail: richard.jeanjacques@gmail.com, je lui répondrais
    Merci d'avoir noté cet article du New York Times

    Jean Jacques Richard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci pour votre réponse. Non, je ne connais pas l’auteur de l’article mais je pense qu’il s’agit effectivement d’un article de PR car il est dithyrambique. J’ai écrit au New York Times pour leur faire part de votre blog et vos recherches. Mais je n’ai pas eu de réponse. Merci encore de faire la lumière sur une partie bien sombre et tragique de notre histoire.

      Supprimer

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais