lundi 1 avril 2013

Bagues de Bonaparte et Napoleon: Le vrai du faux?

Une bague qui aurait appartenu à Marie Josèphe Rose Tascher de La Pagerie, dite Joséphine (Napoléon ne voulait pas du prénom Josephe) de Beauharnais vient d'être vendue aux enchères



Cliquez sur toutes les images pour les agrandir

Napoléon Bonaparte  aurait acheté cette bague pour ses fiançailles avec Joséphine de Beauharnais en 1796, ornée d'un saphir poire et d'un diamant poire. L'expert de la maison de ventes "Osenat" l'avait estimée entre 8 et 12000€, elle a atteint 896.400€.

Sur quelles preuves historiques se base-t-on?
«Il n'y a pas eu d'inventaire de bijoux de José­phine. Mais l'inventaire de Napoléon III en fait bien mention» affirme JC Chataigner  du département Empire chez Osenat. La Maison Osenat n'a pas produit cet inventaire en détail.
Un connaisseur demande«Est-ce que l'anneau s'ouvre?» . 
«II le devrait et l'on doit alors lire l'inscription “Deux font un”», assure-t-il en faisant lecture du catalogue d'une exposition de Bruxelles, en 1950, où la bague de fiançailles de Bonaparte à Joséphine portait le no 129.
Mais  la bague mise aux enchères ne s'ouvre pas. 


Mr Chataigner n'a aucun doute ," la bague provient de la collection du Prince Victor et de la Princesse Clémentine de Belgique". Pourtant il n'y eut pas de fiançailles officielles entre nos deux tourtereaux qui étaient pressés par le départ en Italie de Bonaparte. 
Mais  Madame Payenneville dont j'ai bien connu la famille en tant que Joaillier à Rouen , parlait  en octobre 1934  d'un simple saphir, pourquoi ne parle t elle que d'un simple saphir?


Mais alors, l autre Bague? exposée en 1950 à Bruxelles?.
Les Musées de France  étaient absents de cette vente, dommage ! Ils nous auraient peut être éclairés, quoique!!! 
Quand à la mention "par téléphone" il arrive qu'il n'y ait personne au bout du fil, histoire de faire monter.


Cela n'est pas sans rappeler l'affaire du Sabre de Marengo dont certains doutèrent qu'il ait appartenu réellement à Bonaparte, ou ait été porté à Marengo il avait été vendu par la même salle de ventes. De nombreux articles doutent.
napoleonhttp://www.liberation.fr/culture/0101112395-le-sabre-pas-clair-de-napoleon


Prenez cette bague acrostiche "Joséphine" elle a été achetée par le Musée de la Malmaison en 1972, est elle revêtue d'un poinçon de Maitre?, un moyen de l'identifier,mais le Musée de la Malmaison note:


Je crois, mais c'est entre nous, que personne ne sait de quelle Joséphine, mais au vu du travail, je ne pense pas que ce soit Joséphine Baker, mais peut etre pas non plus de Joséphine de Beauharnais.

Cliquer sur toutes les photos pour les agrandir
Cet anneau du Sacre de Napoléon a fait couler encore plus d'encre, Napoléon et Joséphine avaient fait bénir par le Pape Pie VII, deux anneaux lors du couronnement de Napoléon.
Ci dessus, celui de l empereur sur lequel était monté une émeraude de 5 carats 14, qui symbolisait la révélation divine.
C'était le Trésor de  France qui l'avait fourni, donc une preuve, pareil pour Joséphine qui reçut du trésor un Rubis de 5 cts 33, les deux bagues furent montées par le Joaillier "Marguerite" et coutèrent à l époque or et façon comprise, 48 frs chaque. 
Il est donc possible de retrouver des traces autres que la tradition orale.
Personne ne sut ce qu'étaient devenues  ces deux bagues après le Sacre, et on ne les retrouva pas non plus dans le trésor des Joyaux de la Couronne, pas plus que dans l'inventaire de 1811.

Mais en 1946, précisément le 18 avril, coup de tonnerre bénéfique, le Joaillier de Genève,  Lucien Baszanger (descendant malheureux du Joaillier Bassenge, victime des escrocs dans l affaire du collier de la Reine)  remit à la France ce fameux anneau de Napoléon.

Cet anneau  parait il, d'après l'impératrice Marie Louise, était passé dans les mains de la maison d'Autriche, puis avant guerre, vu la menace Hitlérienne, il avait été proposé au Joaillier (Baszanger à Genève), qui l'avait acquis.

Une belle cérémonie fut organisée dans la galerie d' Appollon (là ou sont exposés les bijoux Royaux) au Louvre et Mr le ministre de la Culture Marcel Naegelen blablata dans un registre dityrambique sur les mérites du Joaillier allant jusqu'a lui adresser "Vous avez su servir la noble cause de la liberté"



Et personne n'alla vérifier  que ce n'était peut être pas l'Anneau de Napoléon, puisque l'émeraude pesait environ 20 carats alors que celle du vrai pesait 5cts,33





Quand je dis personne n'a vérifié, tous ont pris le message officiel pour vérité,  les pages ci-dessus sont de Simone Hatem dans son livre "l'empire des perles et des pierres précieuses" Cette dame fait référence dans le métier, ses ecrits servent  de base dans de nombreux livres.


Cette émeraude était gravée, comme celle de Napoléon.
Il fallut attendre 1970 pour que Monsieur le Baron Pinoteau , secrétaire de l'académie internationale Héraldique révèle dans un journal Allemand "Der Tappert" que, quand  même, une émeraude qui gonfle de 5ct33 à 20 carats!!!!, et de plus , le Baron indiquait que les armoiries gravées étaient celles de de la famille "Yengalytchev" Princes Russes d'origine Tartare et non celles que Napoléon s'était attribué .
En 1975 la bague fut retirée de la Galerie d'Appollon et depuis, de toutes les archives, même la photo n'est plus  dans le catalogue RMN.

Il y avait beaucoup de personnalités à cette réception de la remise de la bague du sacre, Mr Bourguignon, conservateur de la Malmaison déclara:

«Ce geste a d'autant plus de mérite que vous n'avez pas été le simple acquéreur de l'Anneau du Sacre, mais que vous avez contribué à le sauver: lorsque l'Anneau était encore en Autriche, Hitler était tout-puissant et avait interdit la sortie de tous les souvenirs historiques qui étaient demeurés dans la famille des Habsbourg. C'est au milieu de difficultés sans nombre que vous avez pu faire passer en Suisse le joyau qui brille aujourd'hui sous nos yeux. Vous avez plus tard refusé de le céder à Mussolini qui le convoitait.».

Mr Naegelen , le ministre en rajouta:
 «Le gouvernement de la République a du reste décidé de vous donner un haut témoignage de sa gratitude. Sur ma proposition, le ministre des Affaires étrangères prépare le décret qui consacrera bientôt votre promotion exceptionnelle au grade de commandeur de la Légion d'honneur.».

A cet éloge, M. Lucien Baszanger répondit par ces mots: «Je forme les voeux les plus ardents, Monsieur le ministre, pour que la Colombe portant le rameau d'olivier, que Napoléon Bonaparte a fait graver sur l'émeraude, soit d'un heureux présage pour votre pays et le monde.».

Monsieur Baszanger fut bien élevé au grade de Commandeur de la légion d'honneur puisqu'il avait déja reçu la légion d'honneur en 1930, notons que Monsieur Baszanger  aimait Napoleon (comme beaucoup de Suisses) et la France.


Excusez ma copie du journal vous la trouverez sur Gallica
Pourquoi la légion d'honneur ? parce qu'en 1930, il avait déjà été généreux envers notre Pays



Dans un livre sur l'émeraude en 1998, Maurice Emile Giard, grand professionnel de nos métiers écrit: A ce jour, nul ne sait ce que sont devenus les anneaux portés par Napoléon et Joséphine lors de leur couronnement. Existent-ils toujours  et si oui, quel en est(ou quels en sont) le ou les heureux possesseurs"

Or, les musées ecrivent


Historique

Cette bague était à l’origine ornée d’un rubis – emblème de la joie – qui provenait des Diamants de la Couronne, comme en provenait aussi l’émeraude qui ornait celle de Napoléon (disparue). Ces deux anneaux, montés par l’orfèvre Marguerite, furent bénis par le pape le jour du couronnement, le 2 décembre 1804.
Restée dans la descendance de Napoléon, la bague de Joséphine, dont le rubis fut, à un moment donné, substitué par un grenat, a été offerte par le roi Jérôme, frère de l’Empereur, à la princesse Marie-Clotilde de Savoie, sa belle-fille. Avant son entrée au musée, en 1979, elle appartenait à S.A.I. le prince Napoléon, alors dernier descendant du roi Jérôme et chef de la maison impériale.



Don du prince Napoléon et de sa sœur la comtesse de Witt, entré au musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau en 1979.
Description
Anneau en or plein ciselé orné d’un chaton serti d’un grenat en table sur clinquant. Les épaulements sont garnis chacun de deux petits brillants. La bague repose, sur un lit de velours rouge, dans un écrin en bois précieux travaillé en forme d’écailles et quadrillé de pointes d’acier. Sur le couvercle, une plaque en vermeil porte gravé : « bague / du couronnement / de / l’Empereur NAPOLÉON / et


Donc comment identifier l objet historique en bijouterie, par l''écrin?.......
Par le poinçon de Maitre? 
A t-on réalisé de tous nos objets de musées, une spectroscopie Raman ou confié ces objets a nos labos, entre autres le LFG?
Est on sûr que les descendants d'Altesses ne font pas un commerce ?
Les  conservateurs ne sont il pas pressés d'avoir découvert une merveille et d' accorder une confiance aveugle aux Altesses actuelles.
Je connais pourtant des universitaires qui ont fait des erreurs considérables, "Hénaurmes" parce qu'ils recopient certaines données, ce qui peut arriver, amis qu'ils ne les rectifient pas quand on leur signale l'erreur!!!!!!
Je connais des experts judiciaires parisiens et j en ai même souffert une fois qui sont, ou incapables d'identifier un objet, ou et je le pense, de mèche avec les experts de salle de vente et tout ce qui entoure certains (evidemment que je peux le prouver, mais les meilleurs sont des gens très honnêtes)

Ce sont des questions que nous pouvons nous poser!

A propos du laboratoire français de gemmologie, l'histoire de la découverte d'un oeuf extra-ordinaire de Fabergé,il faut le lire en suivant le lien ci-dessous.



A lire ce qui précède, il y aurait apparemment de l avenir pour les  "fakes" historiques.

Histoire des Bassanges et des Baszanger.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais