dimanche 22 janvier 2012

LA COLONNE VENDÔME A PARIS EST DETRUITE LE 16 MARS 1871

Cet endroit est fortement marqué par les symboles.
C'est notre "Roi Soleil" qui avait voulu la place Vendôme. A l'epoque Paris n'était que rues étroites quelques fois infâmes, il désirait une place, grande, large, Mansart et Louvois le poussèrent à acheter l hotel du Duc de Vendôme, mais le Roi pour des questions d'argent ne put réaliser son projet et vendit à la ville de Paris les terrains sous certaines conditions, c'est a dire conserver son projet de facades.
Nouveau quartier, quartier chic ou très vite les gens fortunés, à l instar du banquier Law s'y installent.
La révolution, avec Danton va confisquer la Chancellerie Royale et  une troupe de femmes va promener autour de la place et à bout de lances les corps dépecés de plusieurs Royalistes, ce devint la "place des piques"

En matière de "déboulonnage" les révolutionaires commençèrent par la statue de Louis XIV qui se trouvait au centre de la place.

Depuis l an 1800, l idée avait germé de construire deux colonnes , une à la Concorde et une place Vendome.


Vue de la rue de la Paix, Colonne Vendôme en 1827: Bibliothèque  nationale


Bonaparte premier Consul confirma l'érection d'une colonne place Vendôme "à l'instar de celle élevée à Rome, en l'honneur de Trajan", mais il l'a voulait surmontée d'une statue de Charlemagne. 
Bonaparte était modeste, mais deux ans plus tard, après la victoire d'Austerlitz le directeur des musées nationaux,Ddominique Vivant Denon eut l' idée de lui souffler qu'il serait plus symbolique de construire une colonne commémorative de la campagne  avec les canons pris aux Autrichiens et dédiée à la Grande Armée. Et surtout de ne plus la dédicacer à Charlemagne mais à une colonne germanique en hommage à cette campagne  de 1805.

Colonne "TRAJAN"



Les Sieurs Lepère et  Gondoin  fondirent 1200 canons et couleuvrines (le chiffre réel est plus près de 400)  pour réaliser les 425 bas reliefs en Bronze fixés par des agrafes sur des futs en pierres, au centre desquels  se trouve un petit escalier ( 93 cm de large) qui atteint le sommet de la colonne.
Mr Chaudet la coiffa d'une statue représentant l'empereur en costume romain sur la base  fut gravé:
 "Monument élevé à la gloire de la Grande Armée par Napoléon le Grand, commencé le 25 août 1806, terminé le 15 août 1810"

Cette place fut le témoin de tellement d'évènements, telle en 1812 la tentative de coup d'état du général Malet, il était venu sur cette place  annoncer la mort de l’empereur à Moscou, ce qui était faux. Lui et ses complices furent arrêtés.


D'autre faits comme la dégradation du général Bonnaire qui fut soldat de l' empire; on lui reprocha la mort accidentelle du chef d'état major de Louis XVIII, les royalistes avait choisi ce lieu pour le dégrader en public pour rappeler leur haine de Napoléon.

La Colonne d'Austerlitz avait été surmontée par une statue  du Petit Caporal" en redingote et en chapeau sous Louis Philippe en 1833 mais Napoleon III la remplaça en 1863 par une statue de Napoléon en costume romain, la statue était une oeuvre de Dumont


La restauration enlève la statue de Napoléon et y plante son drapeau Blanc, la Monarchie de Juillet enlève le Blanc pour le tricolore, mais pour ne choquer personne, elle remet la statue de Napoléon.
Napoleon III fait défiler ses troupes lors des victoires de la bataille de Magenta et de Solférino, mais vient le désastre de Sedan et le premier Mars 1871, l assemblée, réunie à Bordeaux vote "la déchéance officielle de l' empereur.
Le 18 mars c'est l insurrection, ce qu'on va appeler la Commune de Paris, cela s'achevera par une semaine sanglante de règlement de comptes le 28 mai

Colonne Vendome en 1870

La commune va siéger sans arret et prend des mesures en grand nombre dont une

« La Commune de Paris, considérant que la colonne impériale de la place Vendôme est un monument de barbarie, un symbole de force brute et de fausse gloire, une affirmation du militarisme, une négation du droit international, une insulte permanente des vainqueurs aux vaincus, un attentat perpétuel à l’un des trois grands principes de la République française, la fraternité, décrète : article unique - La colonne Vendôme sera démolie. »

Dans Paris se sont installées des barricades,  celle ci est au depart de la rue de la Paix vers l opéra, les esprits sont échauffés.


Les préparatifs s'accélèrent, de plus en plus de curieux s'empressent sur la place Vendôme, mais il faut un laisser passer pour assister à la chute






Il a été décidé de faire un lit de fumier et de terre pour amortir la chute , le fumier , encore un symbole.

La garde Nationale est partout présente.




Ils n'arriverent pas à la déboulonner, alors on attache un filin pour la renverser
Ces hommes de troupes et officiers gardent l'entrée de la rue Castiglionne




Encore quelques instants et ....



Elle tombe.





Nous sommes le 16 mars 1871, beaucoup de Parisiens ont fui vers Versailles, la repression sera terrible, une place vide, heureusement les plaques de Bronze, même en mauvais état sont récupérées.

Le nouveau président de la III eme république va décider en mai 1873 de faire reconstruire  la Colonne Vendôme , c'est le Maréchal Mac-Mahon qui décidera de le faire, au frais du grand peintre Gustave Courbet, à qui on avait attribué cette très mauvaise idée de démolition, le temps de faire le devis pour paiement echelonné, que Courbet  ne paiera jamais car il mourra avant de payer sa premiere traite. Il s'était exilé a Vevey, la Suisse....déjà....




Ci dessus plan de l'èchafaudage pour la reconstruction  de la Colonne, remarquez qu'a l 'epoque on appelait ceci un "echafaud"

Elle reprit sa place la vie aussi, les défilés aussi




Le défilé des midinettes en 1917


De nos jours la Colonne Vendôme est le symbole mondial du Luxe, mais la plus belle des colonnes Vendome, elle est chez moi, dans le Gard, près d'Avignon, elle est en verre soufflée, oeuvre du grand maitre verrier  François Théodore Legras