lundi 3 septembre 2012

EMERAUDES TRAPICHES et autres pierres trapiches

Machine trapiche au musée de Los Clavo Venezuela


Qu’est ce qu’une émeraude trapiche, ou un saphir trapiche, ou une autre gemme trapiche ?
D’abord le mot et son etymologie : Elle vient d’un mot espagnol désignant un moulin pour extraire les sucs de la canne à sucre ou de l'olive et, par extension, une roue dentée utilisée dans le broyage des minerais

Regardez en haut des rouleaux  les engrenages (cliquez pour agrandir)
En Minéralogie : Se dit d’une gemme dont l’on voit des figures de plus forte concentration en éléments chimiques dans la pierre.





L’observation de ce phénomène n’est pas nouvelle, déjà, dans  le compte-rendu de la séance du 13 février 1897 de la Société Minéralogique de France, il est spécifié : "Monsieur E. Bertrand présente ensuite des cristaux d'émeraudes assez curieux; ces échantillons viennent de Muso, Nouvelle Grenade.(NDLR : La Nouvelle-Grenade est le nom ancien désignant la région correspondant approximativement aux actuels États de Colombie et du Panama) lls sont formés, au centre, d'une portion hexagonale presque incolore ; cette partie centrale est entourée d'une autre portion verte striée parallèlement aux côtés de l'hexagone, et présentant des modifications tangentes aux arêtes du prisme. La partie centrale montre à l’oeil nu l'astéride à six branches et le cercle parhélique (NDLR : ressemblant à un halo) au microscope polarisant, en lumière convergente, on voit la croix et les anneaux, avec une faible dislocation dans les trois directions normales aux côtés de l'hexagone. Les parties vertes striées qui enveloppent le noyau central, montrent à l'œil nu une seule ligne lumineuse perpendiculaire aux stries. En lumière polarisée convergente, la croix et les anneaux sont constamment déformés et montrent un phénomène semblable à celui que donnerait un cristal à deux axes rapprochés, le plan des axes étant perpendiculaire aux stries. Ces cristaux au nombre de quarante environ, montrent tous le même phénomène".



Vous venez de lire ci dessus le terme dastéride, décrivant la disposition à l’intérieur du cristal, et cela vous fait peut être penser à l’astérisme, comme dans  le saphir étoilé ou l oeil de chat?

Saphir étoilé cliquez pour agrandir
En gemmologie, on appelle astérisme un effet d'étoile ou de croix sur certaines pierres gemmes. Les raies lumineuses formant la croix peuvent être au nombre de quatre, six, et rarement douze. De très nombreuses espèces minérales présentent cette particularité. L'astérisme est dû à l'interférence de la lumière avec les inclusions, par exemple le rutile dans les corindons, la magnétite pour le diopside. L'effet peut être spectaculaire sur les pierres taillées en cabochon
Emeraudes trapiches de colombie
Mais dans le cas des trapiches, ces rayons ressemblent à de l’astérisme, mais ces rayons sont fixes et ne bougent pas, donc c'est une astéride.

Ces pierres souvent nuageuses ( transparence trouble) résultat d'un phénomene de croissance particulier (qui résulte de l accroissement d'un cristal par couches successives d'un fluide et d'un solide), sont constituées d'un prisme central hexagonal entouré de six prismes trapézoidaux, cimentés entre eux par des zones carbonnées à albites.

Grosso-modo, leur formation provient de variations d'apport de fluides lors de phases de cristallisation.
 Cet article n'a pas vocation scientifique, simplement tenter de vous faire comprendre pourquoi une "gemme trapiche" est différente. des autres.





la cristallisation particulière des trapiches s'effectue en deux phases :

Phase 1: la cristallisation du prisme central se produit, puis s'enrichit en albite qui cristallise sous la forme de fins cristaux mélangés au béryl ; il se forme un eutectique qui se poursuit tant qu'il existe une arrivée de fluides. Une interruption crée une croute sur les faces du prisme initial ;
Phase 2: la cristallisation reprend lors d'un nouvel apport de fluide et se fait parallèlement aux faces du prisme initial. L'eutectique choisit les arêtes du prisme, seuls sites de croissance disponibles. Il faut que les eaux-mères soient saturées d'albite pour la poursuite de la croissance.

Qu'est l'eutectique?
Un eutectique est un mélange de deux corps purs qui contrairement aux mélanges habituels. fond et se solidifie à température constante : lors de sa fusion, il se comporte en fait comme un corps pur.
L'eutectique le plus connu est l'eutectique de l'eau salée : on sale les routes en hiver pour que la glace forme un eutectique avec le sel, et reste liquide à des températures négatives. Selon le dosage, ce mélange rester liquide jusqu'à -21 °C., et si on utilise du chlorure de calcium (comme sur les routes d'Amérique du Nord) jusqu'à -51,1 °C. L'abaissement de la température de fusion ainsi obtenu est appelé « fusion eutectique ».



Emeraude trapiche

D’après messieurs Nassau et Jackson (1970, reprise par Webster en 1983), les émeraudes trapiches se trouvent uniquement dans certains gisements de la zone à émeraude occidentale; elles ne se rencontrent pas dans les districts miniers de Gachalá et de Chivor

D'après Webster (1983), les émeraudes trapiches de Chivor et de Peña Blanca sont givrées avec des stries internes et un nucléus vert alors qu'à Muzo, le prisme central est opaque. De magnifiques  cabochons d'émeraudes trapiches de 5,5 et 6,9 carats sont conservés au National Gem Collection de la Smithsonian Institution 
Trapiche vendu par la compagnie des gemmes

Messieurs Sinkankas et Read (1985) ont identifiés la calcite, la dolomie, le quartz, l'albite, la pyrite, la biotite, le kaolin et du matériel carboné. L’étude de Daniel Ohnenstetter, Gaston Guliani et Omar Bustos a mis en évidence outre les carbonates et la pyrite, la présence d'apatite, d'albite-oligoclase, du feldspath potassique, de la monazite et même du zircon. Le nucléus des cristaux c'est-à-dire la zone centrale, est formé par un prisme hexagonal de béryl limpide alors que les zones extérieures sont formées de prismes trapézoïdaux (Schiffman,1968) faisant penser à des pétales de fleur. Ces prismes peuvent être incolores ou verts (qualité gemme).

Mais cette forme se retrouve également sur certains corindons et sur certaines tourmalines. Il ne s'agit pas d'une macle mais bien d'un monocristal ayant subi deux phases de croissances bien distinctes. 


Rubis trapiche photo d'Edoaurd Monges: voir ci-après


Saphir Trapiche



Tourmaline trapiche, Photo de Luciana DB

Chrysoberyl 

Mr Segura du laboratoire français de gemmologie me fait parvenir son avis  "Pour le chrysoberyl, il s’agit plutôt d’une macle, donc l’interpénétration de deux ou plusieurs cristaux, formant ici une étoile, a la différence du phénomène de trapiche qui est dû à une cristallisation particulière, où il ne s’agit donc que d’un seul cristal."
Il nous offre une photo de trapiche rubis




Edouard Monges, gemmologue français propose les  photos qui suivent



Saphir trapiche (Edouard Monges)


Exceptionnel, ce saphir est à la fois trapiche et étoilé, 
Cliché fourni par Edouard Monges


Rubis trapiche (photo Edouard Monges)


Saphir trapiche de haute qualité vendu par PALAGEM


Etonnant et superbe (Edouard Monges)

Edouard Monges est aussi photographe de gemmes, il "expose "ses photos sur

Sur le site Gemology online, une splendide série d'émeraudes de même couleur qui a été vendue pour faire une parure.


Voir l'explication ci-dessous


Je crois necessaire de signaler un excellent article de Monsieur Olivier Segura, gemmologue, responsable du Développement au Laboratoire Français de Gemmologie



Rubis trapiche au verre au plomb


Depuis 2004, le traitement des corindons (rubis principalement) par remplissage des fractures au verre au plomb ne cesse de se développer. Développement technique certes, avec l’apparition de verres qui ne montrent plus d’effet flash bleu/orange. Mais aussi développement quantitatif par le nombre de pierres traitées sur le marché et la découverte de nouvelles productions se prêtant particulièrement bien à ce traitement, notamment au Mozambique.
Aujourd’hui, un nouveau type de développement apparaît sur le marché des gemmes qui n’étaient jusqu’alors pas concernées par ce traitement.
Au mois d’août 2010, l’auteur a acquis un rubis trapiche de 20.37 ct, translucide, sur le marché de Chanthaburi (Thaïlande). Le vendeur a précisé que la pierre était originaire du Mozambique et qu’elle était traitée par remplissage des fractures au verre au plomb. D’autres vendeurs rencontrés plus tard proposent également des rubis trapiches non traités, de grande taille (jusqu’à 181 ct), qu’ils disent provenir de la région de Nzérékoré en Guinée (Afrique de l’Ouest), une zone non encore connue pour ce type de matériau.




Rubis trapiche de 20.37 ct, vendu comme rubis traité par verre au plomb, photo O. Segura.

Sur notre échantillon on voit clairement une figure classique de trapiche, avec six secteurs séparés par une limite d’aspect différent. On y observe aussi des zones de croissance hexagonales typiques des corindons. A la loupe x10, on distingue facilement de nombreuses bulles qui témoignent du remplissage des fractures par un matériau fluide au moment du traitement.
Les propriétés gemmologiques sont cohérentes avec celles du rubis : IR = 1.755-1.770 ; densité = 3.95 ; pierre inerte aux ultraviolets à 254 nm et rouge à 365 nm ; le spectre est classiquement celui du rubis (raie d’absorption  à 693 nm, bande d’absorption importante dans le jaune et le vert aux environs de 500 nm à 610 nm environ, 2 raies d’absorption dans le bleu  à 468 nm et 476 nm, et absorption du violet).
L’examen au microscope confirme la présence de nombreuses fissures remplies avec un matériau possédant les propriétés du verre. Elles se distinguent en lumière réfléchie par un éclat plus mat et sont souvent assez larges. Ceci laisse présager un remplissage très important de la pierre.  Il y a beaucoup de bulles emprisonnées dont certaines parfaitement sphériques, ce qui indique que les volumes à remplir étaient importants, permettant à la bulle de se développer librement, sans être aplatie.


L'observation en lumière réfléchie montre un remplissage important de la pierre (x10),
 photo O. Segura.
Nombreuses bulles sphériques emprisonnées, signe du volume important à remplir. On remarque également la présence d'inclusions naturelles (x20). Photo O. Segura.
Des inclusions naturelles de cristaux sont également visibles en grand nombre, il s’agit probablement d’apatite. Les figures du trapiche sont de couleur blanche et d’aspect soyeux, bien régulières et homogènes.  Nous sommes donc en présence d’un seul cristal et non d’une pierre reconstituée, malgré l’abondance du verre.
A notre connaissance, les rubis trapiches en provenances du Mozambique sont beaucoup plus rares et d’une taille beaucoup plus importante que ceux que l’on trouve en Birmanie, notamment dans la région de Mong Shu.
On peut donc augurer que l’exploitation poussée des gisements du Mozambique, découverts depuis début 2009, fournira à l’avenir des rubis trapiches de belle taille.
Olivier Segura, gemmologue, responsable du Développement, Laboratoire Français de Gemmologie



Vous pouvez acheter des émeraudes "trapiche" sur internet  je vous recommande cette maison, qui se trouve a Nice.  Des gens ouverts et sympathiques.

Compagnie des gemmes
http://www.compagniedesgemmes.com/

Sources: 
 Larousse des pierres précieuses de Bariand et Poirot
L'Emeraude : livre en vente a l association française de gemmologie
Thierry Bertier maitre de conférence de mathématiques à l université de limoges: 

1 commentaire:

  1. très intéressant. J'adore tout particulièrement les pierres taillées en étoile qui font penser à de belles fleurs

    RépondreSupprimer

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais