samedi 12 novembre 2011

INCLUSIONS DANS LES PIERRES PRECIEUSES et non précieuses




L’émeraude est un béryl vert, mais tous les béryls verts ne sont pas des émeraudes…

Pour pouvoir s'appeler émeraude, la définition précise est que le béryl doit contenir du Chrome et / ou du vanadium... Donc une émeraude avec seulement du vanadium est bien une émeraude, et effectivement c'est parfois le cas dans certains gisement.
Triphasé de colombie,
Cliquez sur toutes les images pour agrandir

Dans les émeraudes de Colombie le liquide contenu dans les libelles est de l’eau, saturée de Chlorure de sodium(NaCl), eau primitivement sursaturée de ce sel et dont l’excès en cours de refroidissement, s’est solidifié sous forme d’un minuscule cristal cubique.
Cet ensemble est appelé Inclusion à trois phases ou Triphasé de Colombie, parce que dans une même cavité sont représentés les trois états de la matière : Solide, Liquide, Gazeux.

Triphasé de Colombie, cliché  de l'Association Française de Gemmologie
J'ai traité ce sujet plus complètement à cette adresse





Cristaux négatifs avec libelles dans l'émeraude (Colombie)
Un cristal négatif est un vide dont la forme est celle du cristal-hôte, et orienté de même façon, c'est à dire que les faces en creux sont parallèles aux faces du cristal-hôte ainsi que leurs arêtes. On les distingue des cristaux positifs à un très fort relief. Les cristaux positifs sont généralement remplis de liquide


Volutes dans une émeraude synthétique (procédé flux-fusion)

Les légers tulles liquides tournoient dans le volume de la pierre.Les éléments liquide sont des gouttelettes isolées, étirées, terminées en boules ou reliées entre elles comme les éléments des givres des Saphirs de Ceylan

Les premières émeraudes synthétiques furent fabriquées en 1848 par dissolution anhydre (qui ne contient pas d’eau). La méthode : puisque c’est   par attaque basique que les silicates se dissolvent le mieux, on fait donc cristalliser à pression normale dans une solution portée à saturation.  Caroll Chatham avait mis au point les premières émeraudes synthétiques commercialisables.
L'eau est essentielle à la croissance des cristaux, c'est suite à cette constatation que Frémy aboutit à la cristallisation de cristaux de rubis en 1877. On va donc « nourrir » un germe cristallin qui est plongé dans un autoclave rempli d'une solution aqueuse alcaline C’est la dissolution hydrothermale. Le transport de la silice (en poudre ou en morceau) s'opère depuis la région la plus chaude jusqu'à la plus froide. Le quartz est fabriqué en grande quantité par cette méthode, on fabriqua aussi de l'émeraude, de l'aiguë-marine, etc.


Les Doublets



Doublet cristal de roche émail vert, cristal de roche
Les doublets sont des assemblages de pierres destinés à tromper l'acheteur.
Pline en parlait déjà dans son encyclopédie monumentale "Histoire naturelle" qui fut pendant des siècles la référence. Je fais souvent référence à Pline l'ancien (par opposition à son neveu Pline le jeune) Pline est né en 23 après JC et mort en 79 car il habitait près de Pompéi et fut victime de l'éruption du Vésuve. Il existe un site merveilleux ou des passionnés ont traduit et mis en ligne des auteurs latins
Je vous l'indique:
http://remacle.org/
Il en fut fabriqué à cette époque , mais des orfèvres comme Benvenuto Cellini ont décrit dans les années 1500 des assemblages ressemblants à des doublets.
Au XV° siècle Zocolino, faussaire célèbre, fabriquait déjà des pierres avec deux plaques de cristal de roche assemblée par de la glu colorée.

  

  En 1850, on découvrit les premiers doublets grenat/verre.
Les doublets étaient composés d'une lame de grenat almandin collé sur une masse de verre coloré selon la couleur de la pierre véritable qu'on désirait imiter.
Pendant 150 ans ils ont été très répandus
Au début c'était une petite lamelle de grenat qui occupait 30% de la hauteur de la couronne, c'est à dire la partie supérieure de la pierre
le cône pointu du dessous se nomme la culasse et la très fine partie entre les deux le feuilletis. Plus tard la lame de grenat atteignit le feuilletis pour que le collage se voit moins.
En perfectionnant un peu, lorsqu'on voulait imiter le rubis ou le saphir, la lame de grenat était choisie avec des inclusions de rutile qui pouvait rappeler les givres ou les soies des vrais corindons




 Sur la photo ci-dessus, vous voyez que le verre bleu de la culasse se reflète dans la couronne et la couronne étant en grenat almandin, se voit très bien. Des bulles d'air,(un peu grosses) de voient nettement dans la culasse, mais à l'oeil, monté sur une bague , cela peut faire penser à des inclusions.
C'est l'un des doublets les plus faciles a reconnaître, il suffit de mettre la pierre à l'envers sur un bristol blanc , un cerne rouge est visible. Vu à l'endroit avec une loupe 10 fois, il est facile de trouver des bulles d'air qui apparaissent toutes sur un même plan, c'est à dire au niveau du collage par fusion.
Sur ce doublet égrisé et cassé on distingue parfaitement les trois épaisseurs collées



D'autres explications au sujet des doublets sur ce site:
http://www.gemmology.be/bibliothe/20-articles/44-les-pierres-compos



Nuages de bulles imitant les givres de l'émeraude dans le verre



Inclusions trois phases dans la fluorine, ces formes dérivent à la fois du cube et de l'octaèdre, c'est a dire de la forme initiale de la fluorine cubique et de ses clivages parallèles aux plans de l'octaèdre, ci-dessous octaèdre de fluorine






Libelles et dépôt salins dans aiguë marine, libelles orientées, parallèles aux divers plans de symétrie du cristal



Cavité déchiquetée avec Libelle dans aiguë  marine





Fleur d'Ilménite dans de l'aiguë marine, elle peut aussi contenir des cristaux plats de mica, muscovite, hématite.



Inclusion cristalline dans du béryl rose, je rappelle pour les débutants que le béryl est une famille de gemmes, un béryl rose est une morganite, un béryl bleu est une aiguë marine, un béryl jaune est une héliodore et..un béryl vert est une émeraude!




Reflet argenté dans de l oeil de chat




Perturbation de croissance dans une Topaze



Canaux parallèles dans de la rubellite de la famille des tourmalines



Groupe de cristaux dans du Spinelle rouge
On distingue de petits octaèdres (agrandissez la photo)  peut être aussi des dodécaèdres qui peuvent être des cristaux négatifs ou des cristaux de magnétite bien que l on n' observe pas d'éclatements dans ce spinelle.


Photographie d'Edouard Monges

cristal de zircon dans une cyanite népalais. N'oubliez pas de cliquer sur les photos pour les agrandir.



Photo d'Edouard Monges

Inclusions dans une cyanite, l inclusion orange est un zircon, ainsi que l inclusion rouge, et peut etre celle qui est brun-vert, vous voyez aussi une inclusion dans une autre inclusion



Photo d'Edouard Monges

Ces inclusions, appelées "flèches d'amour" sont des aiguilles de goethite dont l' origine ressemble à celle d'un harpon. L origine des pointes de fleches sont des petits grains d'hydro-oxydes de fer, et la hampe croit en même temps que le quartz autour.



Photo d'Edouard Monges

Inclusion « Atoll » dans un saphir chauffé de Songea (tanzanie), typique du chauffage a haute température dans le corindon



Photographie d'Edouard Monges

Cette microphotographie est une inclusion biphasique (liquide + gaz) dans un cristal de gypse.

Regardez bien la photo ci-dessous, agrandissez là en cliquant dessus, vous voyez toujours double? Non vous n'avez pas bu, enfin...pas assez, je vais essayer de vous expliquer simplement pourquoi tout se dédouble, on ne peut tous avoir fait des études d'optique!!!



Cette photo représente le doublage des arêtes dans le Zircon,Une feuille de papier blanc réfléchit toutes les vibrations de la lumière. Un point noir dessiné sur ce papier blanc est une petite surface d"absorption" de toutes ces vibrations, le point noir a absorbé les rayons multicolores qui vous renvoient cette lumière réfléchie par le papier blanc. J'emprunte à un très bon site "Science Maison"  http://zpag.net/  une photo pour vous expliquer


Vue a travers un spath d'Islande un peu épais, la nappe d'ondes est dédoublée par la double réfraction et les deux nappes d'ondes polarisée apportent chacune une image  des lignes d'obscurité crée par le traçage d'une croix sur le papier. 
Le phénomène du doublage de la croix est bien visible à travers le spath d'Islande, cristal de calcite particulièrement pur, dont la biréfringence  est 0,172.
Tous les minéraux non cubiques laissant passer la lumière montrent une double réfraction plus ou moins élevée. La variété de calcite appelée spath d'Islande présente ce phénomène avec une particulière netteté. La double réfraction est donc très utile pour reconnaître certaines pierres.


 Ce petit tableau vous donne un ordre de grandeur de la visibilité maximum du doublage d'un point dans certaines gemmes, et "un dernier pour faire la route"







Ci dessous un groupe de cristaux dans du grenat almandin



Certainement des cristaux de diopsides, mais on peut trouver aussi des cristaux de rutile, des cristaux cernés, de asbeste qui est un minéral fibreux qui résiste au feu (amiante), des paillettes d'oligiste qui est un oxyde naturel de fer appelé aussi hématite rouge. Pourquoi Hématite, car quand on frotte de l'hématite qui est souvent de la couleur du fer sur un bristol , elle laisse une trace rouge sang , d'où son nom.



Byssolite rayonnante dans un grenat  démantoïde
La Byssolite qui est une variété d'actinote à fibres capillaires, Le mot Byssolite a été inventé par Horace-Benedict de Saussure, minéralogiste suisse et ce dernier lui a attribué la signification de "Barbe de pierre"
Le grenat démantoïde est très rare,Les démantoïdes Russes contiennent presque toujours des inclusions de byssolite et / ou de chrysotile, qui sont toutes deux des types d'amiante. 



Cristal ayant provoqué un éclatement dans un péridot




Semis de cristaux dans du Péridot



Décollements lamellaires dans pierre de lune



Paillettes de Fuschite dans du quartz aventurine



Agate herborisée par des gerbes de clhorite



Agate Mousse



Arc en ciel brisé, de la laiteuse opale

Pour en revenir au Spath d'Islande, un article intéressant du 2/11/2011 dans la presse.


Un cristal islandais doté de propriétés uniques aurait permis aux navigateurs nordiques de s'orienter sans boussole.

Les drakkars auraient été guidés par des pierres islandaises.
Les drakkars auraient été guidés par des pierres islandaises. © Photo sous licence Creative Commons by 2.0 / Annie Roi


  • Partagez sur Facebook
  •  
  • Partagez sur Twitter
  •  
  •  
  • Partagez sur LinkedIn
  •  
  • Partagez sur Netvibes
  •  
  • Envoyer par email

La fabuleuse "pierre de soleil", qui aurait permis, selon les sagas scandinaves, aux navigateurs vikings de s'orienter même par temps couvert, n'est pas une simple légende, assurent des chercheurs qui démontrent son efficacité dans une étude publiée mercredi. On sait que les Vikings ont parcouru des milliers de kilomètres en direction de l'Islande et du Groenland, découvrant sans doute l'Amérique du Nord vers l'an 1000, bien avant Christophe Colomb. Mais leur capacité à naviguer sans boussole sur d'aussi longues distances, et dans des conditions très défavorables (nuit polaire, neige, etc.), reste encore un mystère. Outre leurs excellentes connaissances astronomiques et maritimes, ils auraient utilisé des "pierres de soleil", regardant au travers pour détecter la position exacte de l'astre invisible à l'oeil nu et en déduire ainsi le cap de leur navire. Les légendes qui les mentionnent ne donnent toutefois aucune indication quant à la nature de ces pierres fabuleuses, dont aucune n'a jamais été formellement identifiée dans les vestiges archéologiques.
Selon Guy Ropars, chercheur au Laboratoire de physique des lasers de l'université de Rennes-1, cette "pierre de soleil" ne serait autre qu'un "spath d'Islande", un cristal de calcite transparent relativement courant en Scandinavie et qui est encore actuellement utilisé dans certains instruments optiques. Ce cristal a en effet la propriété de "dépolariser" la lumière du Soleil, c'est-à-dire de la filtrer différemment selon la façon dont on oriente la pierre. Concrètement, si on regarde la lumière au travers du cristal, il produit deux "faisceaux" différents, l'un "ordinaire" et l'autre "dépolarisé". "Lorsque l'on tourne le cristal sur lui-même pour obtenir une position, si les intensités des deux images sont strictement égales, alors le cristal donne directement la direction du soleil", assurent Guy Ropars et son collègue Albert Le Floch.
Précision
Les rayons du Soleil qui nous parviennent sont en effet partiellement "polarisés", c'est-à-dire orientés dans un sens précis. "Lorsqu'on regarde le ciel au zénith, la lumière du soleil, qui au départ est non polarisée, tombe sur les molécules de l'atmosphère. Ces molécules se comportent comme de petits réémetteurs qui ne ramènent dans notre oeil que la vibration horizontale, perpendiculaire à la direction du soleil", expliquent les physiciens bretons. À l'aide de calculs théoriques très poussés confortés par une longue batterie de tests effectués avec leurs collègues canadiens et américains, ils en concluent que "la direction du Soleil peut être facilement déterminée, grâce à une simple observation fondée sur la différenciation entre les deux images" produites par le spath d'Islande.
"Une précision de quelques degrés peut être atteinte, même dans des conditions de luminosité crépusculaires", souligne l'étude, publiée dans la revue scientifique britannique Proceedings of the Royal Society A. Même sans avoir aucune connaissance scientifique sur la polarisation, les Vikings ont donc facilement pu observer les propriétés de ce cristal et s'en servir pour trouver le Soleil à coup sûr. Un cristal de calcite a été récemment trouvé à bord d'une épave britannique du XVIe siècle découverte au large de l'île anglo-normande d'Aurigny (Alderney en anglais). Une bizarrerie inutile étant donné que la boussole était connue des navigateurs européens depuis le XIIIe siècle ?
"Nous avons vérifié à Aurigny qu'un seul des canons remontés de l'épave peut, à cause de sa masse métallique, perturber l'orientation du compas magnétique de 90 degrés. Ainsi, pour éviter toute erreur de navigation lorsque le Soleil est caché, le recours à un compas optique pouvait être crucial même à cette époque", relève l'étude.
Click here to find out more!



Des questions? pour m'éviter les spams, le faire ci dessous dans les commentaires


lundi 7 novembre 2011

Clerc Place de l'Opéra à Paris: Une partie de l énigme résolue

Dans un précèdent article consacré à l histoire de la Bijouterie Clerc Place de l Opéra à Paris, j'avais expliqué en racontant cette épopée, que plus aucun membre de la famille Clerc n'était concerné ou associé depuis 1932.

http://richardjeanjacques.blogspot.com/2011/04/letonnante-histoire-de-la-maison-clerc.html


Pourquoi la mère s'était associée avec son fils Charles en écartant son fils Paul?

J'avais écrit aussi:
Que sont devenus Monsieur Vigouroux, Monsieur Liebmann, Charles et Paul Clerc? il y a peut être des descendants pour nous l'expliquer?

Un descendant indirect m'a donné des éclaircissements qui font comprendre beaucoup de choses.



figaro du 5/6/1907

Paul qui avait déclaré dans les années 1940 que son père était mort de chagrin parce qu'il ne s'était pas remis de la mort de son fils à la guerre de 1914, ne serait ce pas plutôt  de voir que son propre fils l'avait dévalisé.
Que la mère ne s'associe qu'avec  son fils Charles et éloigne Paul, cela se comprend, Charles  avait donné l impression de déposséder son frère, c'est en partie vrai, mais...dans le journal "le petit parisien" de juin 1907!


Il est évident que  Paul était frustré de sa part successorale, mais il n'avait pas rendu les bijoux volés à sa famille.
Il fit un procès qu'il perdit définitivement en 1946.


mardi 1 novembre 2011

Les Charm's ? ou breloques précieuses ?

Cliquer sur toutes les photos et articles de presse pour les agrandir
Les Romains en fabriquaient déjà , en or, témoin ce dessin tiré d'un livre d'Emile Vanderheym ,le bijou serait exposé au cabinet des Antiques à Vienne



Les Babylonniens, 700 ans avant Jésus Christ, étaient les premiers(semble-t-il) a porter des bracelets avec des breloques ou des amulettes, mais il fallut attendre les années 1850 pour voir cette mode se développer.

La Reine Victoria ne fut pas en reste vis a vis de la mode de cette époque, elle aimait les "Charms" et lorsque son mari, le Prince Albert qu'elle aimait beaucoup décéda en 1861, elle fit exécuter des Charms de deuil. A l instar des bijoux de deuil, c'étaient des médaillons avec  des mèches de cheveux de la personne décédé ou des pendentifs avec le portrait de l'être cher.

En France, Charm, se traduit par Breloque, mot très ancien à l origine étymologique inconnue

Mon dictionnaire Richelet de 1756 précise
Breloque: Bagatelle, ou petites curiosités de peu de valeur.

En 1853 un autre dictionnaire


Cette mode des Charms ou Breloques  venait des "Châtelaines" , j'ai exercé 44 ans à Rouen et près de mon Magasin/Atelier se trouvait l'excellent musée du Secq des Tournelles, musée de ferronnerie unique au monde ou est exposé cette montre en "Châtelaine"


Le mieux est de reprendre la définition du Musée:

La châtelaine est un objet de parure qui se portait à la ceinture (par une agrafe) et à laquelle la montre était suspendue à une chaînette centrale. Très en vogue à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, elle s'agrémentait de chaînettes complémentaires, terminée par des mousquetons qui permettaient d'y fixer des breloques personnalisées.

Ici les breloques sont des outils ou des ustensiles de table : sur une première chaîne on distingue une tenaille de forgeron et une tenaille de menuisier, deux compas différents et deux règles ; sur la suivante, un couteau, une fourchette à deux dents, une cuillère et un fusil à aiguiser ; de l'autre côté, près du centre, un compas, un marteau et un couperet de boucher ; enfin sur la dernière, deux équerres, une règle, deux marteaux différents, une pelle, une hache, et une scie. Le travail est soigné, car les règles et équerre sont graduées, les pinces et les compas fonctionnent et les couverts ont un manche travaillé.
Mais il est impossible d'y voir l'évocation de métiers bien définis quoique les arts manuels y soient grandement valorisés.
Lorsqu'on portrait un tel objet à la ceinture, il était agréable de se faire remarquer par une démarche qui faisait cliqueter les breloques.
Cette châtelaine appelle un propriétaire homme, par les thèmes qu'elle développe, mais elle peut également avoir été offerte par un homme à une dame...


R.Miles en 1895 écrivait




En 1889, Tiffany à New York présenta un bracelet avec une breloque, un bracelet avec un seul coeur fixé en pendentif, de nos jours ce bracelet est toujours un objet symbolique pour Tiffany.



Mais les Charms/Breloques  ont une fonction qui est aussi magique ou religieuse, l'alliance a une fonction sociale, elle indique le statut du "marié" Le Charms lui est souvent un gris-gris, une amulette, un porte bonheur, un talisman(le 13,, le trèfle, le bossu, la carte à jouer, la bourse, la carte à jouer ), mais il indique aussi vos croyances,(la Croix la médaille religieuse) vos animaux symboliques (l éléphant, le chat , le chien, la tortue). Sur ce bracelet  une vieille chaussure , mais ce pourrait être aussi un escarpin.

Les vieilles chaussures rassurent mais n'enchantent pas.toute femme aspire à glisser le pied dans un escarpin sublime. Une chaussure rationnelle commande le respect, un talon haut appelle l'adoration.
Le cachet qui est la "marque" de chacun, ma grand mère cachetait ses lettres avec de la cire et sa marque.
Le seau à champagne de ce bracelet dénote un goût pour ce breuvage.


Alors en 1900 la Vicomtesse de Réville écrivit dans le journal "La mode et le bijou"
Voici que, déjà, l'imitation en Angleterre s'est emparée de l'idée que j'ai signalée à propos des coeurs, suspendus à une cravate de ruban. On vend à Londres une cravate régate en ruban assez étroit dont les pans, au nombre de quatre, sont terminés par un léger motif de bijouterie qui se replie à l'extrémité du ruban coupé en carré, sur lequel il remonte en demi-cercle. Ces motifs sont ciselés ou semés de pierres.
Ce nouveau genre d'aiguillettes peut inspirer la gracieuse imagination des fabricants français. Il faut qu'elle continue à se manifester aussi pour les breloques et les fétiches qui sont de plus en plus, auprès des femmes, la grande faveur du jour. Cette faveur durera certainement si elle est aidée par l'originalité et par le goût des fabricants ; elle répond à un état d'esprit bien féminin. Quoi de plus charmant que de voir symboliser, par les bijoux tant aimés, les penchants naturels de toutes
pour les aimables superstitions !

En 2010 eut lieu à Paris Chez Maître Thierry de Maigret * (Rue de Montholon) une très interessante vente de "Charm's" certains atteignirent des prix surprenants, l'expertise  avait été faite par le cabinet Vendome Expertise 25 rue drouot Paris,cabinet fondé par Christian Vion*.

Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret
Cette pensée émaillée est tout un symbole (Pensez à moi)


  
Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret

Éléphant avec perle, rubis , émeraudes, roses diamants. l'éléphant est associé à la mémoire, la sagesse, la longévité, la prospérité, la bienveillance, le père, la force tranquille (La vraie, pas la politique)

En 1903 le catalogue Keller  produit ceci; et dans la "Revue de la Bijouterie"

Des Cachets avec des pierres précieuses

Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret
Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret
Un fer à cheval saphir et diamant en platine avec coeur en saphir, une fleur en rubis? ou un trèfle à quatre feuilles, puis de Van Cleef et Arpels, un délicat "Charm's" en platine ajouré stylisant une horloge ponctuée de diamants taille baguette. Signé, numéroté AG 143. Vers 1920.




Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret

"Charm's" en or et émail plique à jour, stylisant une cloche rehaussée d'une guirlande fleurie, le battant orné d'une perle dent de chien. Travail français vers 1900. Poinçon de maître d' Eugène Fontenay. . Poids brut : 5.40 g.
Ensemble en or ciselé et émail, composé de 3 charm's stylisant une palette de peintre, un kiosque à spectacle et un petit rat. Travail français. Poids brut : 4.50 g. l'ensemble.
Ensemble en or ciselé et émail, composé de 3 charm's stylisant une palette de peintre, un kiosque à spectacle et un petit rat. Travail français. Poids brut : 4.50 g. l'ensemble
Charm's en or découpé émaillé, représentant un village de montagne à Noël. Signé "Janesich", numéroté Vers 1900.(petits manques à l'émail). Poids brut : 1.50 g.

En 1904 dans l'excellente revue "Touche à Tout", l'actualité féminine nous narre,


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret
"Charm's" en or ciselé stylisant une tortue, la carapace pavée de rubis ronds facettés, rehaussée de roses couronnées. Vers 1900.Poids brut : 3.70 g.
Délicat "Charm's" en citrine sculptée, stylisant un petit lapin accompagné de son collier en or et argent ponctué de perles dont une en pampille. Travail probablement russe de la fin du XIX ème siècle.(manque les yeux) Poids brut : 3.50 g.
En or et argent composé d'un Charm's représentant 1 bossu habillé de roses diamantées et de rubis. Travail de la fin XIXème début XX ème siècle. 



Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret
 2 amusants "charm's" stylisant une briquet amadou appliqué de motifs représentant un ramoneur et un cochon et d'un petit nécessaire de pique-nique. Vers 1900. Poids brut : 9.10 g l'ensemble.
Ensemble en or 18k et 14k, composé de 2 "charm's" stylisant un portail ouvrant frappé d'initiales diamantées formulant "avoir de la veine", donnant sur une miniature représentant un jardin rehaussé d'un cochon et d'une seconde pendeloque ciselée stylisant un autre cochon ponctué de roses diamantées, l'oeil en rubis. Travail français vers 1900 pour un. Poids brut : 7.70 g. l'ensemble.

Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret

Superbe "Charm's" porte bonheur en or et émail plique à jour, stylisant un fer à cheval centré d'un 13 rehaussé de trèfles à 4 feuilles. Travail français vers 1900. Poids brut : 2.50 g.
"Charm's" en argent ciselé noirci, stylisant un chat portant un collier ponctué de roses diamantées agrémenté d'une perle en pampille. La bélière en or. Travail français vers 1900. Poids brut : 9 g.
"Charm's" en or stylisant une feuille de vigne émaillée, la tige ponctuée de roses diamantées en serti platine. Travail français vers 1900/10. Inscription au dos : Je meurs où je m'attache. encore un symbole.



Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret
Charm's de Van Cleef et Arpels avec son étui et un certificat:

Revue de la bijouterie Joaillerie 1902
D'autre part, voici une châtelaine d'un nouveau genre, dont le nom reste à trouver, et sur laquelle j'appelle l'attention. Elle se compose de plusieurs rangs de breloques, suspendus à une monture originale par de minuscules chaînes d'or. Au premier rang, par exemple, on verra toute une série d'animaux variés en or; les uns incrustés de pierreries, les autres recouverts d'émaux repré sentant des fleurs. Le second rang sera composé de petits bonshommes en uniforme, soldats, marins, sergents de ville, facteurs, pour le moderne; ou de pages, de chevaliers, de juges, etc.,
souvenirs du temps passé. Un troisième pourra être formé de petits morceaux de quartz, de pierres brutes, voire même de pierres précieuses, etc.
On le voit, la plus large carrière est ouverte aux caprices et aux fantaisies des femmes; il s'agit de leur donner satisfaction et, pour ainsi dire, de matérialiser leurs rêves en un bijou. J'imagine que le style moderne peut, dans la circonstance, remplir un rôle merveilleux et affirmer, en toute liberté, son charme et sa séduction. Il semble que cette idée de châtelaine, qui vient directement d'Amérique, a été inspirée pour lui permettre de se développer dans tout son éclat en laissant à son imagination la bride sur le cou. Nos artistes sauront trouver autre chose  que de petits bonshommes ou de petits animaux, et, par de subtils imprévus  artistiques, ils voudront séduire et conquérir, à la française, les hésitantes coquetteries des plus rebelles.





Fabergé 
Il vendit des oeufs pour les Tsars tel cet oeuf en or, émail vert pomme, celui ci a été fabriqué par Fédor Afanassiev, il est posé sur cette carte de la Tsarine Alexandra a coté d'une de ses breloques qui est en or jaune et blanc et émail blanc rouge  jaune et noir, mais Fabergé vendit aussi des breloques/Charm's







Un oeuf au panier de Champignon

Un oeuf Coccinelle
Un oeuf au poisson  tous poinçonnés KF


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret


Expertise , Vendome Expertise, Vente Thierry de Maigret
Amusant "charm's" en or, stylisant une véritable boîte à diable à ressort, les yeux et les poussoirs ponctués de cabochons de pierre rouge. Travail français vers 1910. Poids brut : 7.20 
"Charm's" porte bonheur en or et platine ajouré, stylisant un 13 porte bonheur, rehaussé de rubis calibrés et de roses diamantées. Vers 1900. Poids brut : 2.60 g.
Bel ensemble en or ciselé et ivoire composé de "charm's" stylisant des éléphants ponctués de rubis, d'émeraudes de roses diamantées et d'une perle. 
Un soleil pavé de roses couronnées, les yeux, le nez et la bouche ponctués de rubis calibrés. Vers 1910/20.
Ensemble en or et émail composé de 2 "charm's", stylisant une carte postale, et un as de carreau. Travail français vers 1900. Poids brut : 2.70 g. l'ensemble.

En 1911 un article de Fémina qui parle d'une médaille d'amour avec les fameux vers de Rosemonde gérard, voir aussi:
http://richardjeanjacques.blogspot.com/2009/02/plus-quhier-et-moins-que-demain.html





Le 31/1/1938 le journal "Life" publiait cette photo, sur laquelle se trouvent  109 charm's, chacun est différent. La vogue des Charm's en 1938 datait de l après dépression de 1929. Les Joailliers tels que Cartier, Marcus, Udall et ballou trouvaient qu'il était difficile de vendre  des cadeaux d'anniversaires chers ou des pierres précieuses et remirent au gout du jour ces Charm's pour les fixer sur des colliers ou surtout, sur des bracelets.
En un rien de temps ces Charm's commencent a apparaître en argent , en or, ou en plaqué.


En 1938 les photos étaient en noir, j'ai trouvé une photo en couleur.
A l'époque la valeur des 109 charm's de cette photo étaient estimés aux environs de 1700$

Il reste une interrogation, "Charm" en Anglais se traduit par Amulette, breloque, fétiche.... mais Charm's ,,,,,???
Il semblerait que ce soit la maison Cartier qui ait développé ce terme, 
Louis Cartier avec offert un bracelet (ci dessous) en 1923 avec neuf breloques à sa deuxième épouse la Comtesse Jacqueline Almassy

Collection Cartier Cliquez pour agrandir
Si vous avez un commentaire ou un complément c'est juste après l article

*Vendome Expertise
*Thierry de Maigret