mercredi 15 septembre 2010

Cartier: L'avant Biennale des Antiquaires 2010



Rue de la Paix  12/09/2010  16Heures
Ce 12 septembre 2010, un temps superbe, beaucoup de monde Place de l'Opéra, la place Vendôme déserte, et entre les deux , une noria de Limousines noires dépose ou reprend des passagers au "13 Rue de la Paix."
Ma femme et moi avons été invités par un des 12 grands vendeurs de la Maison Cartier.
Cartier ouvre sa boutique un dimanche pour recevoir ses grands clients du monde entier depuis Samedi.
A l'occasion de la Biennale des Antiquaires qui ouvrira mercredi 15 septembre, Cartier invitait ses clients, et une Limousine avec Chauffeur les amenaient de leur Hôtel à la Boutique.
J'avais pris rendez vous , les invités étant reçus personnellement par leur vendeur habituel.
Veuillez cliquer sur les photographies pour les agrandir



 Dès le pas de la porte, un service d'ordre impressionnant, des cerbères en costume sombre, au regard attentif, reconnaissable au micro dont le fil passe du visage à l'encolure du veston. Une première présentation..., une autre personne intervient.., un premier SAS et un personnel de charme très souriant qui vous fait attendre sur un canapé, le temps que la personne qui vous a invité vous prenne en charge.
Notre guide nous fait faire une  visite des bureaux du magasin, du bureau des Chefs d'états à celui de Louis Cartier.Les boiseries  de Style louis XVI ont été rénovées en 2006 lors des travaux pharaoniques qui avaient duré une année, elles avaient déjà été revues et restaurées en 1926 et en 1937 pour mieux les accorder au gout contemporain, des  vitrines Art déco avaient été conçues dans un style cubiste. La cheminée est toujours là, et sur cette cheminée, un objet rare, une pendule à gravité qui glisse le long d'une colonne sous le contrôle d'un système à crémaillère. Lorsqu'elle arrive en bas , elle est replacée à la main en haut de la colonne et par là-même remontée. (Cliquez sur l image pour l'agrandir)

Nous ressortimes dans l'entrée  principale du 13.


La première pièce de joaillerie m'a beaucoup impressionné , un bracelet manchette  en platine , motif tête d'oiseau dont l'aile fait le tour du poignet, tout en diamant, un surprenant traitement du volume. Je dois préciser que toute les vitrines sont fermées, il n'y a pas de clef, je ne vous parlerais pas du système, sauf que l'ouverture et la fermeture ainsi que celui qui a ouvert sont enregistrés, mais lorsqu'un vendeur  prend une pièce dans une vitrine , il laisse a la place un jeton numéroté , sécurité supplémentaire dans le cheminement de l'objet. 

Ci contre collier platine 1 diamant briolette jaune de 50.03carats 1 diamant jonquille de 5carats28,2 diamants taille rose de 12 carats21 et 12carats02 
Je posais la question" Ce sont des pièces aussi belles que du temps de Louis Cartier?" j'eus comme réponse"Bien entendu les gens très riches de notre époque sont plus riches que les Rois." Et comme je venais d'admirer un collier avec un motif dragons "On revient aux motifs Dragons ?"  "pensez à nos clients asiatiques et surtout Chinois"
 



 Bague en platine, un diamant brun taille émeraude de 24 carats 31, diamants taillé en baguettes et brillants

 
Pendants d'oreille en platine, deux diamants taille briolette,  20carats72, et brillants



Ce bijou dessiné était dans une vitrine, splendide collier en platine avec 7 saphirs poires gravés pour 95carats97, boules côtelées en saphir, diamants taille baguette, mais c'est pour rappeler son importance que je présente le dessin, même si certaines des pierres ont été sélectionnées avant, tout partira du dessin. Une maquette est la plupart du temps faite après ce dessin, mais le dessin est primordial , surtout chez Cartier.

Ce magasin a été "rénové" par Sylvain et François Dubuisson en 2006, le premier avait été ouvert en 1899.
Il est difficile pour des raisons pratiques et stratégiques de montrer les ateliers ou de les faire visiter, et pourtant les clients le désireraient et au long de ma modeste carrière, mes clients adoraient venir dans l'atelier, mais pour eux c'était approcher du mystérieux de ce métier, ils aimaient aussi voir leur bijou en cours de fabrication. Souvent les ateliers sont ailleurs , Cartier a toujours eu des ateliers dans l'immeuble .

Cette coupole au centre du grand hall a été vitrée pour que les ateliers puissent être vus , je trouve cela très important. Bien entendu Cartier donne du travail à de nombreux artisans en dehors de leurs ateliers, ne serait ce que pour entretenir le savoir faire.

Ce hall était dimanche remplis de clients venus du monde entier  pour voir 400 pièces d'exception, peu importe les prix, ce sont des joyaux oeuvres d'art.
Là encore j'insiste sur la sécurité, des gardes se trouvaient en bas de l escalier et ne laissaient passer que sur ordre du vendeur.
Les architectes qui ont conçu ce magasin en 2006 ont étudié les archives de la maison afin de recréer le magasin tel qu'il aurait pu être lorsque Louis Cartier s'est installé rue de la Paix à la fin du XIX°.

 Là encore, en montant cette escalier , nous croisons le regard de Louis Cartier dont le portrait se trouve dans l'axe , au centre de l'étage.

Ci contre Dessin d'une pièce exposée et qui est réalisée dans les tons de vert et bleu chers à Louis et qu'il appelait son "décor de Paon"
Cette nouvelle collection utilise beaucoup la couleur.
Des opales exceptionnelles dont une superbe opale de feu de 5 à 6 cm de haut avec un volume rare et retravaillée par un glypticien qui a poli et gravé cette pierre pour rester au plus près du cristal d'origine.
Au centre de ce bijou, une opale magnifique, de grande taille, 35carats52 , elle si profonde et changeante qu'il faut avancer, reculer, la voir de droite et de gauche pour apprécier cette pierre.
 Au passage un petit mot de cette pierre, le Larousse des pierres précieuses nous précise que "l'origine des couleurs a fait l'objet de maintes hypothèses, jusqu'en 1965 ou des scientifiques Australiens et Allemands mirent en évidence la structure des Opales grâce au microscope à balayage électronique" Elles sont constituées d'un assemblage de sphérules siliceuses. Lorsque ces sphérules sont de dimensions variées, l'assemblage est irrégulier et la lumière ne peut qu'y diffuser, ce qui donne l'aspect laiteux; mais lorsque les sphérules sont de dimensions identiques elles forment un empilement compact constituant en quelque sorte un macrocristal, une opale noble peut être considérée comme un objet polycristallin.
Pour simplifier l'opale est comme une confiture, une gelée de microcristaux.
Ce collier splendide réunissait un ensemble autour de l'opale composé d'un saphir cabochon ovale, moins poire que sur le dessin, 8 diamants jaunes taillés en briolette des boules d'opale des brillants, des boules côtelées en émeraude.
 Les pendants d'oreilles composés de 2 saphirs taille cabochon 10carats78, 2 diamants taille briolette 2carats1, des roses, boules cotelées émeraude, boules opale , diamants taille brillant.

Mon fils me demandait pourquoi il y avait un verre d'eau dans la vitrine.

Dans ce gel siliceux qui compose les Opales, il y a de l'eau et c'est très important car le dessèchement possible de l'opale affecterait l'iridescence de la pierre et provoquerait des fissures et même la rupture de la pierre, il ne faut pas un climat trop sec pour ces pierres.






















Opale blanche de 40.67carats saphirs violets de 10cts39 et 10carats22, 1 saphir paparadscha  de 2carats 50, 1 saphir rose de 5carats 43.


2 eme collier saphir jaune coussin de 11carats14, 1 opale de 26.04carats, 1 diamant jaune poire, des boules d'émeraudes et des diamants taille brillant.



Cartier Photo © par B. Rindoff-Petroff 2010

Ce soir là  un repas était offert par Cartier a ses invités et  le collier en émeraudes ci-dessus était porté par  l'égérie de Cartier ,il sublime e bella Monica Bellucci. Cliquez pour agrandir





 Pour moi l'une des plus belles pièces, mêlant le rose de la Morganite (petite soeur rose de l'émeraude) le vert des saphirs coussin, et celui des chrysobéryls, une couleur de pêche associée à celle d'une pomme verte...un bijou de printemps, ou le rappel de bonbons acidulés qu'on aimerait gouter, l'impression que toutes les couleurs de peau peuvent porter ce bijou. un équilibre dans la dissymétrie des motifs, je n'ai pas de mots pour qualifier cette merveille.

Les pendants d'oreilles qui accompagnent ce collier















D'autres pièces paraissent plus classiques mais les détails font apparaitre une telle recherche, une telle sélection des pierres.




Mais, 400 pièces ne pouvaient s'exposer toutes dans le magasin du 13 rue de la Paix par manque de place, alors la Maison avait choisi l'opéra comique pour y installer des vitrines , nous faire découvrir ce cadre , et le Dimanche soir y donner un merveilleuse réception ou Monica Belluci, égérie de Cartier rencontrait leurs invités.
voir sur ce site quelques photos de cette soirée , la façade de l'Opéra comique décoré par des lasers, Monica, Les invités!!!

Donc accompagné de notre guide nous nous retrouvons sur le trottoir ou nous sommes invités a monter dans une magnifique et longue "Mercédes" avec un chauffeur qui nous conduisit à l'Opéra Comique, par l'Opéra Garnier et les boulevards. De nouveau, une fois les portes ouvertes par des grooms en noir et rouge, il fallut montrer patte blanche pour pouvoir rentrer.


 Un saphir rond gravé de 60carats 89, les griffes qui sont serties de diamants, une première collerette de diamants taille brillant, le tout sur or gris car c'est une bague, et le platine est trop mou pour le corps d'une bague.
Ce n'est pas un saphir ayant appartenu à un Maharadjha, mais un cabochon que Cartier a fait graver. 

J'avais amené mon Nikon , mais comment prendre des photographies avec le monde qui était là, des personnalités qui ne désirent surement pas être photographiées entrain d'acheter ces merveilles et elles se vendaient, a observer les vitrines, car lorsqu'une pièce était vendue Samedi ou Dimanche, un cachet de cire rouge avec les deux C entrelacés  se trouvait à sa place. 

C'est pourquoi cette photographie d'un salon de l'opéra comique est vide de personnages, par discrétion pour les invités, mais essayer d'imaginer les vitrines dans les grands salons, certaines dames en robe longue, et par une porte entrouverte, les acheteurs, les vendeurs, les gardiens de ces trésors assis à des tables installées pour l'occasion.

Un très beau dessin, je vous invite à observer la technique du dessin de bijou, c'est d'abord, d'ou vient la lumière imaginaire? sur celui ci, c'est en haut a droite, c'est le pourquoi des petits points de gouache blanche qui vont faire une grande partie du relief et puis a droite de l'émeraude gravée , quelques touches de gris, quelques traits noirs vont donner du volume.
 Regardez les point de lumières sur le bijou, ils correspondent au dessin.
Entre temps sont passés par là et surtout sur ce bijou, le glypticien qui va graver cette émeraude de 77carts30, les joailliers, puis dans un premier temps les polisseuses, retour de l'objet vers les sertisseurs, reprise du polissage; les enfileuses(eurs) vont passer ces boules d'émeraudes sur leurs fils, un long travail permis par la longue expérience de ces artisans, de ces ouvriers hors du commun.
Mais Cartier ce n'est pas que des bagues, bracelets et colliers, ce sont aussi les objets et à l'Opéra comique, je ne sais plus si c'était au premier étage ou au deuxième qu'étaient exposés deux pendulettes dont une "Mystérieuse" en or gris, cristal de roche, agate grise et diamants taille brillant. 
Cet ensemble de bureau en or gris avec une Serpentine gravée, du corail, de l'onyx, des diamants; Un stylo en or gris et laque noire (était ce un Mont blanc du même groupe que Cartier, le groupe Richemont?)
Il y avait aussi de grandes coupes en Calcédoine ou en agate rubannée avec des motifs joaillerie, pour  l'une d'entre elles, ce motif comportait 1 saphir taille cabochon de 14 carats 25, du cristal de roche, cornaline , onyx et diamants.
Le tout était exposé avec un éclairage soigné mettant en valeur les bijoux et les objets. 
Alors que la veille j'étais abattu, déçu au musée des arts décoratifs par la pièce d'exposition des bijoux historiques, une lubie de nos haut fonctionnaires et conservateurs qui détruit la qualité des pièces exposées, une pièce noire, de petits spots mal dirigés, des légendes a 50 cm du sol, dans la pénombre ou dans le noir, c'est scandaleux, car c'est raté et de plus on a fait sponsoriser cette horreur par "Rolex" qui aurait du refuser.Ce sont les bijoux qui doivent être mis en valeur, par la satisfaction directeur artistique du Musée, Le snobisme de ces gens est incommensurable.
Excusez moi du peu, mais cela renforce pour moi le sérieux de nos grands joailliers, qui savent éclairer, illuminer l'immense travail et les connaissances de tous les acteurs participants à la création de ces chefs d oeuvres.
Une dernière pièce (sur 400) un collier en platine, diamants taillés en brillant, boules de diamant bruns, onyx , perles de cultures et émeraudes pour les yeux, entourent une  tête de panthère en bois silicifié. Un "bois" de 70 millions d'année devenu pierre.
Travail de Philippe Nicolas, glypticien, au long parcours d'étude, si je puis dire, un homme qui a fait "Boulle" puis les Beaux Arts.
Dans un interview il a résumé ce que pensent beaucoup de professionnels et je l'en remercie.
"La transmission de métiers ou le travail sur une pièce peut durer jusqu'à deux ans et demi se heurte aux critères de réussite de notre époque"
Cet homme comme nombre de ceux qui ont fabriqués ces objets exposés a hérité d'un patrimoine et le retransmet a des élèves c'est l'accomplissement de sa vie, c'est l'accomplissement d'une vie. 
Mais nous avons besoin d'eux, Cartier et les autres Joailliers ont besoin d'eux mais peu de grandes maisons les utilisent.
C'est toute la politique que Alain Dominique Perrin avait developpé , un grand merci aux femmes et aux hommes du "13 rue de la Paix"


La visite est terminée à l'Opéra comique, nous redescendons l'escalier traversons la cour d'entrée, retrouvons le chauffeur et la limousine qui nous ramènent rue de la Paix. 


Après midi d'exception , merci aux photographes, aux dessinateurs je les cite
Jean Larivière, Nils Hermann, thierry Matty, Ulf Sjostedt/Getty images, Massimo Pessina, Alessandro Mendini, Laila Pozzo, vinceny Wulveryck,  Agence Bulloz, Gérard Blot/alinari, Lisa larsen, Otto Rodge/Corbis, studio photo Gérard, philippe Gontier, Gilbert Nencioli

2 commentaires:

  1. Quelle visite ! quelle culture et surtout quel talent artistique pour tous ces artisans.
    Remarquable Jean Jacques
    Patrick

    RépondreSupprimer

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais