mardi 13 avril 2010

FONTENAY: L'un des grands Bijoutiers Français


Eugène Fontenay est décédé en 1887 (né en 1823) et si j'ai noté en titre "l'un des grands bijoutiers.." c'est parce qu'il a été un ardent défenseur de la bijouterie a une époque ou la joaillerie était encensée.

Rappel: Les  amoureux du bijou, ne savent pas toujours la différence entre Bijoutier , Joaillier, Orfèvre.
Mis a part que l'orfèvre n'est pas un grade, mais un métier; combien de fois ai-je entendu "Vous êtes Joaillier? oui fabricant !  mais alors, vous êtes un Orfèvre?"
Non! je ne suis pas Orfèvre, je les admire d'ailleurs, mais Fontenay est le parfait exemple pour expliquer la différence entre le Bijoutier (celui qui fait une monture en or) et le Joaillier (celui qui prépare une monture pour que soient sertis des pierres précieuses.
D'ailleurs le British Museum qui reçut ce collier en don de la part de Mr et Mme John Hull Grundy note sur son site:
Eugène Fontenay (1823-87) was one of the foremost goldsmiths in France during the second half of the nineteenth century
Il est vrai que Fontenay fabriqua des services de table.

Il était fils et petit fils de Bijoutier mais fit son apprentissage chez deux patrons qui eurent une  influence certaine sur lui: Edouard Marchand qui inventait sans cesse de nouveaux bijoux, comme des bracelets à Ressort, et Dutreih qui lui a enseigné l'émail sur or fin comme au XVI° siècle

Ci contre Pendentif d'Eugene Fontenay fabriqué en 1870 la plaque en émail est de Richet , il est en vente à la galerie Tadéma à londres , je vous recommande vivement de faire un tour sur leur site pour la qualité des objets

A vingt quatre ans Eugène Fontenay comme la plupart des bijoutiers artisans, s'installe sans un sou et pendant trente cinq ans il aura une production très importante dont malheureusement  il ne reste que quelques pièces identifiées car  en tant qu'artisan il fabriquait des bijoux pour d'autres maisons, à l'instar du collier présenté en haut de page qui fut vendu par la maison Boucheron alors installée au Palais Royal. Ce fut l'occasion de confier les émaux de ce collier à Eugene Richet avec qui il collaborera de nombreuses fois.


Ci contre, bracelet en or, émail noir et lapis lazuli, exposé au Musée d'Orsay à Paris 

Il fabriqua dans les premières années en 1852, un éventail pour la Reine du Portugal en collaboration avec un émailleur "Lefournier" qu'il avait connu chez Dutreih. On garde la trace d'un très beau diadème réalisé pour l'expo universelle de 1855 et d'un autre diadème superbe pour l'Impératrice Eugénie en 1858.
Artiste savant et grand Artisan, Fontenay ne cessera d'étudier et publia plusieurs livres dont le plus important peut être, à titre posthume.

Fontenay admirait beaucoup les techniques  de la granulation et du filigrane, mais c'était déjà dans l'air du temps depuis la restauration. Le style Néo Grec, les découvertes archéologiques se suivaient de mois en mois, ce qui amena au style Néo-gothique.
 Ce  collier tout or de Fontenay est en vente chez un Bijoutier Antiquaire d'Anvers, la maison ADIN , s'il vous intéresse : http://www.adin.be/

Je vous recommande un article de Jacqueline Viruega "le bijou néogothique Parisien."
http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=SR_020_0167onclick="window.open(this.href);returnfalse;"

Article très intéressant dont je vous cite le résumé.


-->La bijouterie néogothique française apparaît vers 1820 sous l’influence romantique et connaît sa plus grande vogue sous la Monarchie de Juillet, puis un bref renouveau sous le Second Empire. Le bijou néogothique appartient à un courant stylistique majeur du 19° siècle, l’historicisme. Mis au goût du jour par les élites, il séduit ensuite la bourgeoisie, puis une clientèle plus large, grâce à une production en petite série. Son déclin, dans la décennie 1850, correspond à celui de la mode romantique. Le style néogothique est également desservi par une contradiction économique : éphémère comme toute mode, il a duré assez longtemps pour être largement plagié, donc affadi. Il est, de ce point de vue, représentatif de l’éclectisme, caractéristique de la bijouterie du 19° siècle
-->
  
C’est à une famille italienne que l'on doit un retour à l'Antique, les"Castellani" avaient remis au gout du jour les motifs Etrusques, Bysantins ou Grecs et ils influencèrent Eugène Fontenay dans le gout Néo Grec qu'il affectionnait. 
La famille Castellani avait acquis une certaine célébrité en restaurant
et en créant le catalogue des bijoux "archéos" collectionnés par le Marquis Giovani Piétro Campana.
J'habite près d'Avignon ou se trouve la collection de tableaux réunis par Campana, les bijoux sont au Louvre, et au passage un petit mot sur Campana.
Cette mode du Néo Gothique fut soutenue par l'Empereur Napoléon III, et c'était dans  l'air du temps, ne serait-ce que Viollet le Duc.

En Italie le Marquis de Campana, né en 1807 dans une famille bourgeoise de Rome  avait de solides revenus fonciers et industriels, il avait aussi pris la succession de son père à la tête du Mont de Piété , et ainsi il avait pu rassembler en peu d'années une énorme collection d'oeuvres diverses, Il était directeur de ce Mont de piété , ce qui était une fonction honorifique. 

Mais il avait les yeux plus grands que le ventre il avait fini par utiliser tous les avoirs du Mont de piété et il fut obligé de gager sa magnifique collection.
Il fut accusé de malversation, arrêté en 1857 et dut partir en exil.

L'Etat pontifical devint le propriétaire et vendit des pièces de cette collection à quelques pays Européens C'est Napoleon III qui gràce à l'entremise d'Alessandro Castellani  finit par acquérir la plus grosse partie de  cette fabuleuse collection dont la France se rendit acquéreur  pour 4.300.000 frs or de l'époque.Elle fut exposée en 1862 au Palais de l'industrie.
La plus grande partie prit  le chemin du musée du Louvre dès le début de 1863 et le reste éparpillé sur plusieurs musées régionaux dont Avignon.

Voir bijoux de la collection Campana au Louvre
http://www.louvre.fr/llv/dossiers/page_theme.jsp?CONTENT%3C%3Ecnt_id=10134198673435614&CURRENT_LLV_THEME%3C%3Ecnt_id=10134198673435614 

Voir la Collection Campana de Tableaux  au Petit Palais à Avignon

http://www.louvre.fr/llv/dossiers/page_theme.jsp?CONTENT%3C%3Ecnt_id=10134198673435614&CURRENT_LLV_THEME%3C%3Ecnt_id=10134198673435614



Fontenay était capable de créer des pièces simples de trait, dépouillées, ou de concevoir d'autres pièces inportables commes des plastrons antiques ou des coiffes. Il fut le premier a réaliser des bijoux en Jadéite dès 1860, ci contre pendants d'oreilles qui se trouvent au musée des arts décoratifs à Paris




En 1878 il est nommé membre du jury de l'exposition universelle

A propos de cet exposition universelle de 1878, ci contre photographie d'un insigne de membre du Jury qui est en or et argent, vous pouvez vous rendre compte de la taille du "Pin's", je l'ai trouvé aux puces de Rouen, le broc n'avait pas vu que c'était de l or, c'est autre chose que les cartes en plastique accrochées sur les vestons. (Peut être était-ce celui de Fontenay?)
Membre du Jury de cette exposition Universelle, Eugène Fontenay, était hors concours, mais il présenta une de ses plus belles créations en or , émail, lapis lazuli et diamants taillés en roses.
Un brule-parfun  composé d'un oeuf en filigrane.





C'est un oeuf en filigrane et émail, porté par des Sirènes et des Dauphins , une synthèse des styles qu'il affectionnait, l'antiquité et la renaissance.
Cet Oeuf (cliquez pour agrandir) représente la vie
et les quatre médaillons sont dédiés à :
La force, le Travail,La volupté et la Destruction.
Ce brule parfum qui préfigure les oeufs de Fabergé, est exposé au Musée d'Orsay.
Les quatre médaillons en émail sont de son complice Richet avec qui il réalisera toutes sortes de bijoux


Ci dessous, l'un des quatre motifs
La Volupté



 C'est lors de cette exposition que Alphonse Fouquet, lui aussi inspiré par les ornementalistes de la Renaissance, présente des portraits en émail peint, encadrés de figures sculptées, comme Fabergé des années après, qui en livrera de nombreux à la famille du Tsar.


En 1882 Eugène Fontenay a cinquante neuf ans , il cède son affaire à son principal collaborateur, Henri Smets
Il va parcourir toute l'Europe, pour étudier l'art de la  Bijouterie dans tous ces pays, deviendra par là-même conférencier et écrira de nombreux ouvrages dans la "revue des arts décoratifs
Pour terminer une page extraite du livre :
Diamants et pierre précieuses Cristallographie, édité en 1881 par Rothschild et dont l'un des auteurs est Eugene Fontenay.


Eugene Fontenay était membre de la chambre de commerce de Paris mais il est aussi l'un des co-fondateurs de la chambre syndicale de la BJO rue du Louvre à Paris.
De nombreuses récompenses dont une médaille d'or à l'exposition universelle de 1867 Croix de la légion d'honneur. 

PS: Il n'y a aucun lien de parenté entre notre artiste Bijoutier et Genevieve Suzanne Marie Thérèse MULMANN qui de chaisière a mi temps au bois de Boulogne devint mannequin chez Balenciaga avant de créer le Comité Miss France sous le pseudonyme de Genevieve de Fontenay
-->
N'oubliez pas de cliquer sur les publicités sur ce blog, cela fait plaisir à mes annonceurs, et cela permet au blog de se financer (très peu...mais!)
-->

2 commentaires:

  1. Congratulations on a well-written article.
    Kind regards, Elkan Wijnberg, CEO www.adin.be

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour JJR,

    Je vous remercie de parler d'Eugène Fontenay, un homme extraordinaire, que j'ai eu la chance de connaître en lisant l'un de ses ouvrages ''Les bijoux Anciens et Modernes de Eugène Fontenay 1887 Maison Quantin ''

    Dans ce livre E. Fontenay passe en revue tous les types de bijoux, y parle abondamment des techniques de production. En lisant ce livre on comprends l'amour de l'auteur pour son métier......les dessins y sont abondant et de sa main....j'y ai même appris comment, il y a longtemps, un ouvrier avait réussi à fabriquer une chaîne en or dont les maillons étaient sans soudure, l'explication de cette technique par Fontenay fût pour moi un grande révélation.

    J'en profite ici pour remercier et rappeller à la mémoire, Monsieur Dumoutier, professeur de bijouterie en première année de la BJO PARIS en 1971 qui avait eu la grande gentillesse de m'offrir ce livre, il est pour moi un grand trésor, et l'un des plus beaux fleurons de ma bibliothèque professionnelle.

    Je suis heureux aussi d'apprendre que E.Fontenay était l'un des membres fondateurs de la BJO de la rue du Louvre.

    Et... encore merci JJR pour vos articles exceptionnelles.....vos recherches, les documents et photos qui les accompagnent sont toujours d'un grand plaisir à découvrir.

    Belle et agréable journée à vous et à vos lecteurs.

    Michel Zimmermann
    Artisan Bijoutier-Joaillier

    RépondreSupprimer

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais