vendredi 4 juillet 2008

Ils ont dit du bijou....Henri Bosco

Dimanche dernier, je découvrais le marché aux puces d'Avignon, un temps splendide, un peu chaud, 32° à midi, un peu d'air, mais sous les arbres de la place des Carmes , un bon temps pour flâner au milieu des bouquinistes, bel endroit qui mériterait de meilleurs marchands.



En repartant sur la droite , une toute petite ruelle et une plaque. Je découvre que Henri Bosco est né là , rue de la Carreterie, au N° 3 , près de l'église des Augustins.

Alors j'ai cherché dans mes archives, il avait préfacé un catalogue de bijoux pour le club des Joailliers Français, auquel appartenait mon père. Sur la place, le festival s'organise, dans le cloitre de l'église des carmes, il y aura des spectacles du festival, mais plusieurs petits théatres de rue se montent autour de la place. Aurait il aimé?


la plaque commémorative, une photo de la rue de la Carreterie, étroite et sombre, mais fraiche, et une photo du clocher des Augustins. Quelle idée d'avoir refait une horloge moderne sur l'édifice!!! et de plus sur les quatre cotés du campanile!






je m'empresse de vous faire découvrir ce que henri Bosco avait écrit, car peu de poètes ont écrit sur le Bijou:



.... C'était donc à l'aube des ages lorsque ceci est arrivé.
Alors l' homme prenait lentement connaissance de soi, de la terre et de l' univers.
Alors la pierre, le métal, le désir, la pensée, animés d'une obscure sympathie commencèrent à se confronter.
Car de la pierre et du métal, émanait un attrait encore indéfinissable, mais fort.
Il créait un désir étrange au coeur de l'homme.
Désir qui attirait la pensée vers la pierre et vers le métal encore captifs.
Le désir désirait ces choses inconnues, mais restait impuissant a en faire tout seul des choses connaissables, des choses qu'on peut posséder.
Et c'est pourquoi il en appela si passionnément à la pensée que celle ci s'enfonça, lampe en main, dans les ténèbres au sein de la matière et en détacha l'or et le diamant.
Mais c'était dans leur gangue.
Et le désir exigea davantage.
Et la pensée brisa la gangue.
Et l'or fauve se mit a luire, le diamant à étinceler.
Or peu à peu, le puissant sortilège qui habitait ces corps nouveaux, libéré de la gangue, rayonna si intensément au dehors que l'homme ébloui, ébranlé, pénétré dans sa chair, envouté jusqu'au fond de l'âme, se sentit lié au métal et à la pierre.
Soudain, il était possédé.
Mais cette possession lui donnait de telles délices qu'il voulut à son tour posséder qui le possédait. C'est ce qu'on appelle l'amour. Et l'amour un peu follement se veut durable.
Pour le rendre tel, l'homme ingénieux conçut cette idée admirable de les associer, de les unir, et d'inventer pour lui, et pour lui seul, un objet encore inconnu de la terre.
Ainsi fut créé le premier bijou, l'anneau fondu dans l'or magique ou étincelait le diamant.
Mais toujours curieux de connaitre, l'homme découvrit bientôt une relation imprévue entre le métal, la pierre et les astres.
Car après le diamant uni à l'or, il avait incrusté à l'or d'autres pierres, le rubis, l'émeraude, le saphir, la topaze, l'hyacinthe, l'aigue-marine.
Et, parfois, quand il regardait jouer le soleil sur ces pierres, il y apercevait, en transparence, des planètes et des étoiles.
Et c'était Mars dans le rubis,Vénus dans l'émeraude, et dans le saphir Jupiter, cependant que topazes et hyacinthes offraient l'image même du soleil et qu'Astarté lointainement nageait dans le bleu de l'aigue marine.
La puissance magique des bijoux en était si mystérieusement multipliée que chacun d'eux semblait y condenser en soi les splendeurs sidérales.
Or qu'advint-il de cette découverte?
Ceci dit-on...
C'est depuis ce temps là que l'homme sagement croit à la secrète vertu des métaux et des pierres.
Et pour agrandir les forces rayonnantes, son art fond, cisèle, taille, sertit ces substances terrestres. Ainsi, tant par le travail de ses mains que par les inventions de sa pensée, il en fait des objets sacrés.
Ses mains attachent la pierre au métal, sa pensée les met en rapport avec les astres et les infaillibles desseins du Zodiaque.
HENRI BOSCO

NICE MCMLXIII

Si vous voulez en savoir plus sur Henri Bosco, voici l'adresse de son site officiel
http://henribosco.free.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais