dimanche 15 juin 2008

Pierre Précieuse de Normandie: La MARCASSITE



La Normandie est pauvre en pierres précieuses mais il en est une que tout un chacun peut découvrir nichée dans la craie des falaises du pays de caux, c'est la MARCASSITE. Certains disent que son nom viendrait du vieux Français, "Marcassin" qui serait lui-même emprunté à l'Arabe, d'autres pensent qu'il viendrait du terme générique germanique Kiesse (Marmorkiess contracté en Markiess). Je pencherais pour l'arabe (Markaschitsa) qui veut dire pierre de feu. C'est en effet l'une des pierres qui frappée avec un silex, convient le mieux à enflammer l'étoupe, donc à faire du feu. Autrefois les termes pyrites et marcassites étaient synonyme jusqu'au jour ou R.J.
Haüy différencia ces deux espèces. De nos jours les gemmologues la considèrent comme un sulfure de fer orthorhombique.


Si au pied des falaises , dans les platiers de Normandie, vous trouvez , inclus dans la craie ou au milieu des silex, une boule de couleur fer rouillé, très lourde, a tel point que nombre de gens pensent avoir découvert une météorite du type de celle qu'on appelle boule de tonnerre. Alors si en plus vous découvrez de l'amadouvier , ce champignon qui pousse en parasite sur les arbres morts ou vivants, en vous promenant dans la foret d'Arques, derrière Dieppe, vous êtes sauvés, car,si vous avez oublié vos allumettes, vous pourrez allumer un feu.
Si vous vous servez des Silexs présents sur les plages de Normandie, pour essayer de casser la Marcassite et que vous arriviez comme celle ci, ci dessus à la casser en deux, vous découvrirez cet éclat. C'est pour cet éclat que la bijouterie s'est beaucoup servi (surtout au 18eme et au 19 eme),de cette pierre qui était facettée en octogone pour donner une illusion approchante de la rose en diamant.
Conserver votre Marcassite à l'abri de l humidité, car elle y est sensible. Elle se décompose en petits cristaux d'un sulfate de fer , la mélantérite mélangée à de l acide sulfurique. Un jour , on peut retrouver un dépôt blanchâtre ou grisâtre d'oxyde de fer pulvérulents sur une tache jaunâtre d'acide sulfurique. Gare aux doigts, mais ne paniquez pas, c'est arrivé à celle qui est en photo ci dessus, je l'ai brossé avec une brosse fine métallique et bien séchés, et la voila de nouveau si intéressante à observer.
Que vient faire François Marie Arouet dit "Voltaire" dans un article sur la Marcassite...., et pourtant!!!!C'est un grand philosophe!, écrivain!, mais saviez vous qu'il avait dirigé une manufacture de Montres?
Voltaire était parti en retraite, 20 ans avant sa mort,il y a 250 ans, à Ferney, un petit village, que dis-je?; un hameau, à la frontière suisse, très près de Genève, une ville qu'il n'aimait pas. Pour un philosophe, il avait plutôt à force de diverses spéculations bien réussi dans les affaires et il s'avéra un grand commerçant. Après la saint Barthélémy, et la révocation de l'édit de Nantes, de nombreux descendants des protestants étaient partis s'installer en suisse , pays de Calvin. Mais, de nombreux horlogers protestants en 1770 , quittèrent Geneve pour s'exiler à Ferney, car les autorités de Genève avaient banni leurs huit chefs, en les accusant d'avoir fomenté des troubles et même des émeutes après l'arrestation de Resseguerre sous de fausses accusations.
Voltaire , installé depuis peu , les accueillit et finança la construction et l'exploitation de plusieurs manufactures de montres. Il fournissait l'argent, les locaux, les matières, mais Voltaire assurait aussi le commerce des montres produites. Il coulait concurrencer les grandes places de l 'horlogerie, comme Paris et Londres.
Il savait que les montres fabriquées par les Genevois étaient trop chères et décida de simplifier la fabrication pour abaisser les prix. En partie, il pouvait abaisser les prix car il disposait d'un privilège de franchise de poste pour livrer les montres.
les horlogers de Ferney utilisaient le plus souvent des imitations de pierres précieuses, dont la marcassite. Entre autres Voltaire même à produire pour le célèbre Lepine, a qui il prêta 500 livre en 1777. Il fabriquait des montres "marketing" avec les portraits de louis XV, Louis XVI, de Marie Antoinette, de Catherine II de Russie. Une bonne étude de marché de l'époque. Il était 2 à 3 fois moins cher que Genève ou Paris .


Voltaire et ses horlogers décoraient souvent les boitiers de montre avec des imitations de pierres précieuses, et produisaient des montres en OR de différentes couleurs , simples , avec roue de rencontre, ou a répétition, ce sont même ces montres à répétition en Or avec des marcassites qui avaient le plus de succès. Voltaire produisait en grande quantité, et vendait ce modèle à 18 louis alors que les Horlogers Parisiens vendaient le même modèle à 30 ou 40 louis.
Et si Voltaire accusait les parisiens de revendre ses montres pour les revendre à Paris , sous leur nom, le double, il savait faire aussi sa publicité,exemple:
"Les montres à répétition pour dix huit Louis d'or ont un repoussoir, un bouton, et des aiguilles d'une espèce de Marcassite fort rare, qui a l'éclat des brillants; mais ces marcassites ne sont point des diamants"
Depuis ce village s'appelle FERNEY-VOLTAIRE

à droite,une des montres conçues et réalisées par la Manufacture Royale de Ferney, fondée par Voltaire, vendue aux encheres le 23/6/2004 par l'étude Beaussant Lefevre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais