mercredi 12 mars 2008

Mettre ses bijoux au clou

Lorsque vous avez besoin d'argent, et que personne ne peut, ou ne veut vous aider, s'il vous reste , ne serait-ce qu'un bijou, les Crédits municipaux vous recevront et vous prêteront en gardant votre Bijou en gage.


Vous pourrez revenir plus tard rembourser la somme empruntée, et votre bijou vous sera rendu, si vous ne pouvez le faire au bout d'une année, ce bijou sera vendu, mais si vous payez les intérèts (faibles) sur l'argent prêté vous pourrez continuer à béneficier de ce prêt une année de plus et renouveller chaque année l opération.
Comme beaucoup, je pensais qu'a l'intérieur des Crédits Municipaux, c'était un peu 'l'inventaire à la Prévert" que les gens gageaient leurs tableaux, leurs meubles, leurs parapluies, leur accordéon,leur manteau de fourrure....!
Jusqu'a ce que j'en visite un de plus près pour les besoins d'une enquète des Douanes que j'assistais en tant qu'assesseur en Douanes.
Que ne fut pas ma surprise d'apprendre que 90% des prêts sur gages l'étaient sur des Bijoux....Alors cela vaut peut ètre la peine de faire un petit article sur le sujet.


Avant le Crédit municipal, les mont de Piété, mais avant les monts de piété?
L'usurier ou le préteur sur gage.


A Rouen, la ville ou j'ai vécu 65 ans , et plus particulierement dans ce merveilleux petit musée des antiquités se trouve ce vitrail, de l'eglise Saint Eloi , vitrail du XVI ° siecle, il relate l'histoire...ou la légende "du Miracle des Billettes".Les faits remontent à l'an 1290, une femme avait obtenu un prêt de 30 sous, d'un Usurier en lui donnant en gage ses plus beaux vetements. Losrqu'elle voulut récuperer pour la fête de Paques ses vètements, n'ayant pas d'argent pour dégager ceux-ci,il lui demanda en paiement delui ramener l'Hostie consacrée lorsqu'elle recevra la communion. Ce qu'elle fit.L'usurier, qui était juif, piqua l'hostie, la tortura de toute sorte, finit par la mettre dans un chaudron qui deviendra un bain de sang. Une voisine ayant dérobé l hostie et l'ayant portée au Curé, celui ci dénonça l'Usurier juif qui fut brulé, ses enfants et sa femme convertis au Catholicisme, leur maison rasée et on fit construire une chapelle à la place.


Ceci pour vous expliquer que les Usuriers Juifs concentraient toutes les rancoeurs, et pas seulement parce qu'ils prêtaient de l'argent, mais parce les gens de l 'époque établissaient un lien entre l'usure et les crimes de sacrilège dont trop souvent ils étaient accusés. (ce qui plus tard amènera à la création des Monts de Piété)
Les juifs ne pouvaient pratiquement exercer aucune activité( le Concile de Latran leur interdisant toute supériorité sur les Chrétiens), même les activités agricoles; Saint Louis avait bien essayé d'inciter les Juifs à devenir Artisans, mais comme aucune mesure concrète n'avait été prise et les "Corporations" Chrétiennes ne les acceptaient pas. Il ne leur restait que la Finance.
A une époque ou l'économie se develloppe, ou les echanges se multiplient, l'Eglise catholique, réprouve la pratique de l'usure pour les Chretiens et permet au Juifs de la pratiquer. Ils deviennent Banquiers , mais les Rois prennent des mesures drastiques contre les juifs , ce qui les affaiblit , alors que parallèllement les prèteurs Chrètiens (Lombards, Venitiens , Cahorsins) mettent en place des systèmes qui font que les juifs, de Banquiers, deviennent petits prèteurs sur gage pour le petit peuple, qui les accuse d'etre des usuriers.
L'idée du juif cupide vient de là.
En 1462 le moine Barnabé de Terni pour contrer les usuriers, accorde des prèts sur gages sans frais et sans intéret, "Crédit de Piété" ou "Monte Piéta" mal traduit par les Français en Mont de Piété.
C'est en 1610, que se crée le Mont de Piété d'Avignon, il existe toujours, mais ce fut le premier de France, c'est la Congrégation Notre dame de Lorette ,désirant "Instruire, exhorter à la patience et soulager dans leurs besoins,les pauvres honteux" qui voulut faire cesser les ravages des Usuriers qui prenait jusqu'a 100% d'intérets.


Paris dut attendre 1637 pour ouvrir avec l 'appui de Richelieu,
un Mont de Piété qui sera fermé après la mort du cardinal. C'est Théophraste Renaudot qui le crée.
Quel homme ce Renaudot! Protestant, médecin à l age de vingt ans, conseiller de Richelieu, il crée les "petites annonces". Il crée aussi "la Gazette" et devient ainsi le premier journaliste.
Il fallut attendre 1778 pour que le Mont de Piété soit rétabli par Louis XVI.


Depuis les monts de Piété se sont développés dans le monde entier.Même la Chine maintenant en compte plus d'un millier .


Entre 1995 et 2005, le crédit municipal de Paris à reçu plus de 450000 dépots et je vous le rappelle, constitué à plus de 90% de bijoux.
Ce même Credit municipal de Paris a commandé une étude qui nous enseigne que les courbes de dépots sont en relations directes avec les courbes du chomage.
Dans 90% des cas les objets en dépots sont récupérés par leur propiétaire , c'est un chiffre à méditer.


QUELQUES ANECDOTES SUR CES PRETS
Donc, sur les mises en gages de bijoux par leurs propriétaires, j'ai glané ça et là , quelques petites histoires.
Une femme avait besoin de soins dentaires pour 5000€, ces soins sont peu ou pas remboursés par la sécurité sociale, elle a mis ses bijoux en gage en attendant de toucher sa mutuelle.


Un musicien amateur qui ne pouvait payer son loyer à gagé ses bijoux pour payer.


A mort de leur mère , deux soeurs ne pouvaient payer les droits de succession, elles ont obtenu un prèt de 6500€ en gageant leurs bijoux et un meuble, elles ont réglés les droits de succession et repris leurs biens un an plus tard.


Cela ne se passe pas toujours bien, exemple : ce joueur de Tennis Thomas Saint Leger Gould qui va en finale de Wimbledon (contre John Hartley) et qui perd cette finale en 1879. Il ne revint jamais tellement il était décu et vexé,et on n'entends plus parler de lui jusqu'a ce que lui et sa femme , joueurs invétérés soient criblés de dettes. Ils font la connaissance d'une veuve danoise fortunée, Madame Emma Lanvin, qui met ses bijoux au clou pour leur permettre de rembourser leurs dettes. Quelques temps après, ils tentent d'expedier par le chemin de fer deux valises vers londres. Une forte odeur attire l'attention du porteur et la police ouvrant les bagages , trouve la veuve découpée en morceaux .
Ils furent condamnés à vie,madame Gould mourut en 1914 à la prison de Montpellier et le finaliste de Wimbledon , meurt au bagne de Cayenne, à l'ile du diable en 1909.



La Reine Isabelle la catholique, voulait mettre ses bijoux au clou pour aider Christophe Colomb à financer son expedition vers"les Indes" , mais son fermier général lui répondit que ce n'était pas nécessaire car il tenait à lui rendre le service de lui prêter sur sa caisse personnelle la somme de 1 million de maravedis.





Pour financer le mariage de leur fille, un couple a donné en gage la bague de fiançaille acquise trentes années auparavant.
Le preteur sur gage et sa femme (musée du Louvre)

Personnellement j'ai accompagné en tant qu'assesseur auprès des Douanes, les douaniers dans une enquete auprès d'un crédit municipal. Les douaniers avaient trouvé sur un suspect, un reçu de chez "ma tante". Ils attendaient de moi que je vérifie le stock de bijoux qui se trouvait dans ce credit municipal, au nom du suspect. Finalement en effectuant des recherches sur une longue durée, ils s'aperçurent que ce Monsieur, portait 40 bijoux, puis plus tard en reprenait 30, en remettait 5 et en reprenait plusieurs semaines après 20. Ce monsieur qui faisait commerce de bijoux (au noir) avait peur de les laisser chez lui, ne pouvait louer un coffre à la banque pour les déposer (et surtout pour ne pas se faire reperer), c'était donc le crédit municipal de cette ville du Nord ouest qui faisait office de Banquier,et en plus cela coutait moins cher qu'une location de coffre à la banque.
J'ai pu verifier aussi que les bijoux représentait bien 90% des dépots.
Présent dans la salle , mais derriere les guichets avec le personnel, je pouvais voir les clients, je fus surpris par la quantité de femmes du Magreb et du moyen orient qui venaient gager de grosses quantités de bijoux. Cela rejoint l'explication que j'ai donné il y a un an, pour les femmes arabes, la dot est constituée de bijoux, souvent très importants en poids d'or, de plus elles continuent à s'en faire offrir au cours de leur vie maritale, car les bijoux restent propriété de la femme quoi qu'il arrive, même en cas de répudiation.'(N'est-ce pas Fatima!) Ce sont donc elles qui viennent les déposer "chez ma tante"
J'avais aussi remarqué , que le personnel par manque de formation, avait prêté sur des bijoux qui n'étaient pas en or.
Plaqué or ou travail fourré. que ne peut déceler le seul essai à la pierre de touche.


Bien que 90% des objets soient récupérés par leur propriétaires, le nombre est tellement important que le Crédit Municipal organise des ventes toutes les semaines, pour les connaisseurs, il y a de bonnes affaires.


Mettre ses bijoux au clou, veut dire qu'autrefois les objets déposés en gage étaient suspendus à des clous


Enfin, dernière anecdote, Pourquoi l'expression CHEZ MA TANTE?


le Prince de Joinville, troisième fils de notre roi Louis philippe voulait honorer ses dettes de jeu , et il dut mettre sa montre au mont de piété. A sa mère qui s'étonnait de ne plus le voir porter sa montre , le prince n'osa avouer qu'il l'avait mise au clou , il dit qu'il l'avait oublié chez sa tante.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais