jeudi 1 février 2007

L'ORIENT ou la magie des Perles


perle fine

"La perle dédaigne l’éclat des gemmes » 

Que voulait dire Dina Level, mon professeur de Gemmologie éminemment respectée par toute la profession? Et pourtant, les phénomènes optiques qui génèrent la beauté des gemmes transparentes ou translucides sont les mêmes qui engendrent l’ORIENT des Perles.l
Les perles sont composées depuis leur noyau jusqu'à leur surface de lamelles
« de couches » sphériques et concentriques. L’auréole de lumière qui nimbe leur surface.
L’épaisseur des couches perlières est de l ordre d’un demi-millième de millimètre.
Chaque couche est constituée par de microscopiques et transparentes plaquettes d’aragonite, (carbonate de calcium) reliées entre elles par une substance organique jaune crème, la conchyoline qui n’intervient que pour 6% La conchyoline est le lien vivant entre chaque couche d’aragonite. Pour vulgariser cela rappelle les couches concentriques dans les coupes d’arbres.

L'indice moyen de réfraction de l'aragonite est de 1.68, son pouvoir réflecteur est de l ordre de celui du Péridot, mais...sa biréfringence est 4 fois plus grande.

Petit rappel: la biréfringence, apanage des gemmes anisotropes, réside dans la différence existant entre l indice le plus élevé et l indice le plus faible pour une même lumière monochromatique, la lumière jaune du sodium

Je vais essayer à l'aide du petit dessin ci-dessous de vous expliquer le parcours de la lumière au travers des couches perlières.


Cliquez sur les images pour les agrandir
La lumière frappe la 1 ère couche, et une petite partie est réfléchie de suite 1/16ème
Une partie de la lumière traverse la couche suivante qui à cause du retard apporté la vitesse de pénétration de la lumière, se disperse en vibrations colorées
Une autre partie de la lumière est réfléchie et retourne à la surface.
Une réflexion partielle des vibrations colorées sortant de la première couche va pénétrer la 2 ème couche, puis une partie la troisième etc., alors qu’en même temps une autre partie remonte vers la surface.
Ce cycle recommence continuellement en se compliquant au fur et à mesure que la lumière pénètre à l intérieur de la perle et qu’augmente le nombre de couches traversées par les rayons pénétrants et retraversées en sens inverse, par les rayons réfléchis vers la surface. Vous aurez donc des phénomènes de gerbes de lumières, provoqués par ces interférences, qui vous donnent cet aspect velouté des perles que l on appelle « l’ORIENT » des perles.
L’autre partie du velouté de cet Orient provient des phénomènes de diffraction et d interférences produits par la surface de la perle sur la lumière incidente.
Fixez une perle des yeux, et bougez la entre vos mains, vous verrez cette lumière spéciale qui auréole les perles.
Plus la perle sera restée dans l huître, plus elle aura de couches perlières et plus son « ORIENT » sera profond.



Cliquez pour agrandir
La nacre et les couches d'une perle sont de même matière, mais la nacre est faite de couches planes et ses irisations sont vives et sèches. Observez la Perle, ses couches sphériques compliquent à plaisir tous les phénomènes optiques pour en fondre tous les effets et envelopper la perle dans une gaine de lumière douce d'interférence dont aucune gemme ne peut se parer
Lorsque vous achetez un collier de perles, faites vous présenter plusieurs colliers de perles sur un bristol blanc, vous comprendrez que certains sont plus beaux que d’autres et vous apprécierez mieux leur prix

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N hesitez pas a laisser des commentaires, meme anonymes et je répondrais