lundi 5 septembre 2016

Claude Entremont . 74 ans après la mort de Renée Rachel Puissant Van Cleef

Attention, article beaucoup plus complet: 80 photos inedites sur Vichy sur: https:
//histoiredesvancleefetdesarpels.blogspot.fr/2016/08/claude-entremont-enfin-identifie-74-ans_73.html


Souvenez vous de cette lettre à en tête du ministère de l'intérieur, qui concernait Renée Rachel Puissant Van Cleef,  36 jours avant son "suicide"

Cliquez pour agrandir le document

La fille unique d' Alfred Van Cleef,  qui après  la mort de son père en 1938, devint la patronne de cette belle affaire de Joaillerie place Vendôme à Paris, et qui organisa la sauvegarde de cette affaire juive en réalisant  une aryanisation "bidon" pour échapper à la saisie par le régime de Pétain et les Allemands, ce qui avait sauvé l affaire.
 Elle avait essayé de s'enfuir, mais c'était trop tard  pour rejoindre le Portugal et elle revint vers Vichy ou elle possédait une succursale.
Magasin très bien situé a coté de l' entrée de l hôtel du Parc là ou résidait le Maréchal Pétain et le gouvernement.


Mal lui en prit, puisque le Maréchal Pétain ne voulait pas de magasins juifs sur le parcours de sa promenade journalière et son médecin-secrétaire  le docteur Menetrel  les fit tous fermer.    


Sur cette photo, le magasin de Vuitton, et plus haut celui de Van Cleef et Arpels, l'enseigne au dessus du magasin, sur le fronton a été enlevée, c'est maintenant le bureau de propagande du Maréchal.

Vuitton avait négocié pour rester en "vitrine" à l hôtel du parc, il créa même une usine à Cusset (tout à coté de Vichy) pour fabriquer toutes sortes d'objets nécessaires au culte du Maréchal, dont le buste qui ornait toutes les mairies de France. Henry reçoit la francisque dès février 1942 (francisque crée par Robert Ehret, avant guerre joaillier chez Van Cleef et ami de Alfred Van Cleef qui a du se retourner dans sa tombe ). Il devient un intime du colonel Bonhomme, homme de confiance de Pétain et participe officiellement au déplacement du Chef de l’Etat le 1er mai suivant, à l’occasion de la fête du Travail.
Henry Vuitton aurait entretenu de fortes amitiés avec les officiers de la Gestapo, obtenant de devenir l'un des rares industriels décorés par l'Allemagne nazie, en remerciement de sa loyauté

Renée Rachel Puissant Van Cleef habitait au "Majestic" jouxtant l hôtel du Parc, mais en 1942, au mois de novembre, les allemands avaient envahi la zone libre et il fallait faire de la place dans les deux hôtels alors on prépara à la va-vite une liste de gens à déplacer,  ou à "virer."


C'est une liste des clients sédentaires, c'est à dire ceux pour qui l'hôtel Majestic est devenu la résidence principale. C'est le cas de Renée Puissant Van Cleef qui d'après cette liste, occupe l'appartement 364.
Une note au commissaire divisionnaire, chef de la circonscription de Vichy nous fait savoir que le Capitaine Chavonin attaché au Cabinet de l'Amiral Platon, a déposé cette liste remise par le sieur ALETTI (propriétaire des hotels du Parc et Majestic) laissant sous entendre que Monsieur Aletti chercherait à se débarrasser de ces clients, ce qui est étonnant.
Et le 6/11/1942 une réponse manuscrite a en tête Ministère de l'intérieur,direction de la police Nationale:
"transmis pour enquête discrète sur les personnes mentionnées"


J ai donc bien étudié ces documents que les archives de l'allier avaient retrouvées, mais les archives de l'Allier ne saisissaient pas le sens de ces documents.
J'ai donc grossi le document pour essayer de trouver le nom du commissaire divisionnaire, plusieurs possibilités, mais très vite,  il apparut qu'il s'agissait du commissaire divisionnaire chef de la circonscription de Police de  Vichy; Mr Claude Entremont.
Mais très peu de traces ont été laissées sur lui et son passé,  et récemment un mail d'une dame:

Au hasard de recherches sur le net, je suis arrivée sur votre blog concernant le livre de Vincent MEYLAN sur la famille VAN CLEEF et ARPELS.
Le paragraphe sur Claude ENTREMONT, commissaire divisionnaire à Vichy, a retenu toute mon attention .
Il se dit aussi à demi-mot, dans ma famille, que C.ENTREMONT était un coureur de jupons... Peut être n'a-t-il reçu d'ordre de personne ?...

Coureur de jupons!!!Ce peut être une explication, cette dame  m'avait transmis deux photos, mais la meilleure était au dos signée par une agence, j ai donc demandé a cette agence l' autorisation de la publier, je viens de recevoir l autorisation.


 © LAPI / Roger-Viollet 

Les téléphones prenaient vraiment de la place


Sur la photo, a son revers une décoration: La Francisque

C’était un poste important, délicat, aux ordres du gouvernement en place à Vichy.
ll débuta à Vichy comme commissaire spécial. C’est en 1942 que sa vie prit une tout autre tournure. ll fut nommé sur place chef de la circonscription de police de l'arrondissement de Vichy. Cela équivalait au grade de commissaire divisionnaire. Quelle promotion !
On ne peut pas dire que c’était une place de tout repos, car il était non seulement en rapport mais sous la surveillance de la Gestapo, de la Milice, sans compter le ministre de l'intérieur. Mais enfin, même s'il fit preuve d'une compétence certaine, c’était un avancement inhabituel. Aussi, on pouvait le soupçonner d'une certaine soumission au gouvernement d'alors et une adaptation a sa politique de collaboration.
Un jour, il aurait déclaré au commissaire Leluc : " ll faut suivre le président Laval et jouer la carte allemande.Voyez mon cas. j'étais simple commissaire et je suis divisionnaire, et tout indique que j'arriverai bientôt contrôleur général. »
I1 fut décrit, plus comme un opportuniste que comme un homme de conviction et comme un collaborateur. D’ailleurs, pour obtenir un tel poste, sur place, il fallait qu‘il ait donné des gages à la collaboration. De nombreux faits lui furent reprochés.

"Trois ans de prison pour Entremont, chef de la police à vichy Le 11 juillet 1945, la Cour de justice de l’Allier eut à juger Claude Entremont, qui fut commissaire de police de l’arrondissement de Vichy de 1942."

Qui était cet homme ?


1935 Le Matin

Cliquez sur les images pour les agrandir

1935 "Le Populaire"


1936 


1937 Il est nommé à Tiaret en Algérie, pour ceux qui ont la nostalgie de leur pays
Un très beau site de photos ....d'avant.  http://www.tiaret.biz/photos/


1937


1937


1938


1938


Claude Entremont est à gauche


1942


Le Maréchal attire les foules, on voit nettement le magasin Van Cleef et Arpels, 
l' enseigne a disparu.



Jean Desbordes le cite dans son livre  "Vichy Capitale à l' heure Allemande " aux éditions Godefroy de Bouillon.


Entremont est à l extrème droite





1942 dans "Le Nouvelliste"

Pour moi, c'est une grande part dans l explication du suicide de Renée Rachel Puissant Van Cleef, ses parents étaient juifs, une réussite merveilleuse dans la joaillerie, elle était fille unique adulée par ses parents et surtout son père.
Elle faisait partie du "Tout Paris", brutalement tout s'écroule, les vexations s'enchaînent, elle est seule à Vichy, des amis juifs ont disparu, on la change d' hôtel et en même temps on annonce que tous les juifs doivent se présenter à la brigade des questions juives pour se voir apposer sur tous ses papiers la mention "juif" une vexation de trop.
Une autre version m'a été confiée, le 12-12-1942, des allemands accompagnés de français sont venus la chercher, elle s'est jetée par la fenêtre du troisième étage

Photo de G. Dreux

Le Maréchal s'occupe



1943


Bousquet et Laval


Bousquet et laval a droite



1944


1944 le 2-04 dans l écho de Nancy

VICHY, 14 avril. Le G. M. R. Bourbonnais, qui s'est distingué l'hiver dernier dans la lutte contre le terrorisme en Corrèze, a été ce matin à l'honneur. Au cours d'une émouvante prise d'armes, et en présence de M. Joseph Darnand, secrétaire général au Maintien de l'ordre, les aiguillettes d'or, attestant l'héroïsme de ses gardiens, ont été accrochées à son fanion. La cérémonie s'est déroulée devant le monument aux morts. M. Joseph Darnand était entouré de M. André Parmentier, directeur général de la police nationale du général Labarthete, commandant les G. M, R) des généraux Pierre, commandant la garde, et Martin, directeur général de la gendarmerie, ainsi que de MM. Guillaume, sous-préfet de Vichy, et Entremont, commissaire divisionnaire, chef de la police d'Etat à Vichy.

Dans le journal "Le Matin" du 15-04-1944

Je demandais donc à mon interlocutrice  si Mr Entremont avait laissé des mémoires ou j aurais pu comprendre ce suicide? mais rien...
En ce qui concerne les archives d'Entremont, à notre connaissance, il n'a pas écrit ses mémoires. Mais ce dont on est sûr, c'est que les papiers de son procès ont bien été en possession de mon arrière-grande-tante. Mais au décès de celle-ci, ils avaient disparus. On ne sait pas où ils sont passés. Décidément...

Je reçus une photo de ses carnets

 Il date de 1941 et est écrit de la main d'Entremont. Le carnet ne contient rien de bien intéressant : quelques numéros de rapports d'enquêtes de cette année là... 
Par contre, sur une de ces pages, vous trouverez les dates précises des promotions, dont une rétroactive sur 7 ans ! Je ne sais pas si cela se pratiquait régulièrement à l'époque, mais si ce n'est pas le cas, ça correspond à ce qu'écrit Jean Débordes... 

Dans ce carnet,  la vie d'un commissaire sous Vichy, des enquêtes sur des Francs Maçons, des enquêtes pour marché noir, des enquêtes sur des policiers, des GMR, des maires etc. Des adresses avec des N° de Procès verbaux, mais rien qui ne soit connu en dehors de lui, par exemple...



Il note qu'il est allé au mois d'avril chez Happart à Gannat, j ai retrouvé ce Happart de Gannat, c'est un hotel restaurant donc Mr Happart était chef de Cuisine. Y est il allé pour déjeuner lors d'une descente de sa police?, pour marché noir??? en revanche Mr Entremont  note scrupuleusement ses notes de frais, essence, etc!


Les notes du Préfet sont excellentes,  ce devait être un très bon fonctionnaire, peut être un peu opportuniste comme beaucoup de ceux qui veulent avancer dans la fonction publique, il n'a pas pris le bon chemin, mais il est resté jusqu'au bout.
Ses proches ont disparu, il n'eut pas d'enfants.

Il a fini par perdre la tête et à la fin, il répétait toujours que De Gaulle lui avait volé ses médailles... Il est décédé à 85 ans, en 1975.



Renée Rachel Puissant Van Cleef, trois semaines avant sa mort.
Photo sous copyright JJR

Attention, article beaucoup plus complet 80 photos inedites sur Vichy sur: https:

//histoiredesvancleefetdesarpels.blogspot.fr/2016/08/claude-entremont-enfin-identifie-74-ans_73.html
Si vous avez des compléments, des photos, des documents, bien qu'en apparence les archives des années "Vichy " aient disparues, n'hésitez pas , écrivez moi.

vendredi 26 août 2016

PENDULES MYSTERIEUSES : de Grollier de Servières à Cartier en passant par Robert Houdin et tous les autres

Au mois de Novembre 2016, sera mis en vente chez Maître Mallié-Arcelin, à Paris, une pendule mystérieuse, le fait est assez rare pour que nous nous y attardions.


Cette pendule a été vendue autrefois par la maison "Cartier" ,  le maître horloger qui supervisa sa fabrication était Maurice Couet , j'en reparlerais, car si la maison Cartier a beaucoup communiqué sur ses fabrications de pendules mystérieuses on peut néanmoins se poser une question:
 D'ou venait l idée de fabriquer des pendules mystérieuses?

Maurice Couet qui est un homme cultivé s'est inspiré des travaux de Robert Houdin, véritable magicien de l horlogerie, mais aussi de Monsieur Grollier de Servières qui vécut de 1593 à 1685 ou 1686. 
C'est une fabuleuse histoire d'hommes qui ont recherché la complication, pour réveiller en chacun de nous, femmes et hommes, l enfant qui dort.

Le Mystère? le mystérieux?  c'est quelque chose d'incompréhensible, d' inexplicable, de surnaturel, secret, inconnu.
Les pendules mystérieuses c'est un peu de tout cela à la fois! Regardez une machine qui donne l' heure tout en pensant au plus profond de vous: "Ce n'est pas normal!, il y a un truc! l'heure c'est mécanique, mathématique, mais je ne comprends pas comment cette machine fonctionne! Ou est le secret? le truc?"

Mais avant, ne devrions nous pas mettre  les Clepsydres à l ordre du jour?
Car après tout , il y a une part de mystère pour l époque de la Grèce antique.



Dans une Clepsydre, le temps est évalué par l'écoulement régulier d'une quantité d'eau déterminée : C'est une horloge à eau, connue aussi bien des Egyptiens que des Amérindiens ou que des Grecs. Au début c'est un vase,  il est percé d'un trou qui laisse couler de l'eau. Des traits marqués  à l'intérieur permettent de mesurer le  temps écoulé. 
Celle qui est dessinée ci-dessus par Georges Doussot, mon grand père, est déja plus perfectionnée.


Le fonctionnement est le suivant : un récipient  laisse couler de l'eau dans le 2 ème récipient  par le petit robinet  du haut. Ce récipient laisse écouler vers le bas un débit d'eau inférieur à celui qu'il reçoit. L'eau en excès s'écoule par le tuyau de gauche. Ainsi, le vase est toujours plein, la chute d'eau vers le vase du bas a toujours la même hauteur, et le débit reste constant. L'eau monte régulièrement dans le vase du bas, le flotteur pousse la tige crantée vers le haut, laquelle fait tourner l'aiguille par l'intermédiaire d'une roue dentée. 
C'était un mystère, vous comprenez le pourquoi donc ce n'est plus de la magie.

Vint le Ressort, le balancier, le pendule.....une évolution normale classique de la technique qui  tourne autour de deux aiguilles sur un cadran.

Puis le Sieur Grollier de Servières, né en 1593 à Lyon où il mourut en 1686, avait servi le Roi avec distinction pendant quarante années. Ayant pris sa retraite au bout de ce temps, il se livra à la mécanique, et forma un cabinet assez curieux pour que Louis XIV désirât le visiter lors d'un passage dans sa bonne ville de  Lyon.

Dans son ouvrage: "L'on voit dans ce Cabinet plufîeurs pièces de Tour en Yvoire, qui font des Chefs - d'oeuvres inimitables de l'Art : des Horloges extraordinaires , dont les
mouvemens femblent fe perpétuer à l'infini : & des machines de différentes efpéces , qui concernent les mathématiques."


 Non je n'ai pas bu, le texte qui suit est en vieux François
La feptiéme Horloge , marquée par la Figure 42 confïfte en une Boete cylindrique, qui étant pofée du côté de fa furface curviligne , fur un
plan incliné y femble s'y tenir immobile contre la nature des figures rondes, qui roulent ordinairement avec précipitation tant qu'elles trouvent de la pente.
Celle-ci, je veux dire la Boè'te en queftion , defcend fur fon plan incliné imperceptiblement & avec mefure.
Elle eft de cuivre,  elle a environ cinq pouces de diamètre, &; le plan fur lequel elle eft pofée, a quatre pies de longueur. Les heures font décrites fur l'épaifieur
de ce plan incliné où fur la circonférence de la Boetce , laquelle a une aiguille à deux pointes qui fetient toujours perpendiculairement &C qui marque l hcure courante en deux endroits -, a cavoir par fa pointe fupérieure elle marque l'heure par la circonférence de la Boëte , &: par fa pointe inférieure, elle la marque fur le plan incliné. Cette Horloge n'a ni reifort, ni contrepoids. La durée du tems qu'elle marche , eft proportionnée à la longueur de fon plan incliné.
, Ôr elle ne reçoit fon mouvement que par l'effort que la figure ronde se fait, de se tenir fur le plan incliné", contre son penchant naturel. On en fait l'expérience
de cette manière. Lorfque la Boëte est fur le plan incliné, elle defcend rceptiblement où avec meiure , en marquant les heures comme j'ai déjà dit -,
& l'on entend le mouvement de fon balancier. Mais aussitôt que vous tirés la Boëte de deifus fon plan incliné , &: que vous la pofés fur un plan horizontal, le
mouvement de l'Horloge cesse , et vous n'entendes plus le bruit de son balancier , parceque pour lors la figure ronde étant dans fon état naturel, il ne fe fait
plus d'effort. 




Cette horloge, réalisée en 1660 d'après Grollier de Servières, est placée sur le plan incliné et fournit elle-même le poids moteur  actionnant le mouvement intérieur.
A l'axe de la roue centrale est fixé un levier muni d'un poids qui sert de régulateur de vitesse. Dans le descente, le cylindre entraîne le cadran, tandis que l'aiguille lestée rectifie et indique les heures au rebours du mouvement du cylindre. Cette horloge n'a pas besoin d'être remontée: on la replace tout simplement en haut du plan incliné.


Pendule de Le Gros en 1880

Il en existe une, réalisée par Maurice Couet  au 13 rue de la Paix, siège de la maison Cartier.


Si vous cliquez sur l'image, sous le portrait de Louis Cartier et sur la cheminée, vous verrez cette pendule à gravité,  que mon ami Olaf Van Cleef qui a travaillé plus de 30 ans chez Cartier a remis en haut de sa colonne pour la remonter.

Alors il est difficile de construire un article de ce blog sur ces pendules extraordinaires, doit-on le faire par date? par invention? par nom? 
On peut  penser que la meilleure méthode est de reprendre l origine de ce phénomène et d'expliquer au cas par cas. 
Mr Grollier De Servières est à l origine de cet enthousiasme par ses créations.
Par exemple Mr Grollier de Servières avait inventé une pendule Mystérieuse Tortue.


Que disait de son invention Monsieur Grollier de Servières?

La Figure 49. Planche XXL qui nous reprèfente l'Horloge dix-feptiéme , eft un plat d'étain fur le bord duquel les heures font gravées comme fur un cadran.
Après avoir rempli d'eau ce plat, l'on y jette une figure de Tortue de liège, qui va chercher l'heure courante pour la marquer avec fon petit mufeau. Lorfqu'elle
Га trouvée, elle Ci arrête . fi on veut l'en éloigner , elle y retourne anffi-tôt et  si on l y laisse , imperceptiblement les bords du plat en marquant toujours les heures. Cette machine est d'autant plus fuprenantë, qu'il ne paroît rien qui faffe agir cette Tortue fur l'eau et qui la détermine à aller plutôt d'un coté que d'un autre. Pour faire voir même qu'il n'y a point de lieu affecté pour la faire arrêter, que l'endroit où l'heure courante est décrite , on prie les personnes curieufes qui veulent la voir, de placer à leur fantaisie le plat, de le tourner et de le retourner
plufieurs fois de différens fens -, malgré tout cela la Tortue va toujours avec la même régularité fur l'heure quelle doit marquer.

Matthieu Planchon a la fin du XIX ème siecle fit une reconstitution de l’horloge magnétique dite  " Tortue aimantée  d’après Grollier de Servières"

Ci-dessous, un autre descriptif de Mr Grollier de Servières a propos de son horloge tortue.

Cliquez pour agrandir l image

Maurice Couët , qui devint "l' Horloger" de Cartier en fit une première reconstitution avec des matériaux précieux.

C'est Louis Cartier qui contacta ce fils et petit fils d'horloger, son grand père était un ancien collaborateur de Bréguet.
A partir de 1911, il travaille exclusivement pour Cartier, en 1913 apparurent des pendules aux mécanismes sophistiqués avec des cadrans spectaculaires, en 1919 il installe rue Lafayette un atelier d'horlogerie ou travaillaient une trentaine de dessinateurs et horlogers, il a 28 ans lorsqu'il présente à Louis Cartier sa première pendule Mystérieuse, ces pendules dont on a l'impression qu'elles ne possèdent pas de mouvement et dont les aiguilles ont l'air de tourner toutes seules. Il connaissait le travail sur ce type de pendules effectué par Robert Houdin, ou Matthieu Planchon, et Guilmet et d'autres

Celle ci est datée aux environs de 1927

Fabrication française pour EWC signée Cartier sur le cercle d’heures sur douze heures. Socle en marbre vert mouluré, perlé à la base, et renfermant le mouvement. Cadran en forme d’assiette argent poli, destiné à être rempli d’eau. Cercle des heures surélevé à chiffres romains et étoiles gravés et émaillés noir, minuterie à index gravés. Indication de l’heure par un index flottant en forme de tortue en écaille. Mouvement rond, 2 ajustements, 7 rubis,échappement à ancre, balancier monométallique. 


Puis en 1929 , cette merveille dans l utilisation et les couleurs des matériaux


C'est la plus simple des pendules mystérieuses, un aimant  se trouve sous la cuve la tortue retrouve donc toujours, même si on la déplace, son heure.


Sur le même principe Maurice Couët pour Cartier avait déjà réalisé en 1919-1920 cette pendule, mais elle est verticale.
Fabrication Couët Entourage anneau onyx noir biseauté. Boîte ronde et chevalet métal doré. Cadran rond à centre tournant guilloché rayonnant et émail translucide bleu ciel. Cercle des heures or et émail blanc à chiffres romains et fleurettes or réservé, minuterie intérieure à points or réservé, bordé d’une ligne platine et diamants taille rose. Indication des heures par un index en forme de soleil platine et diamants taille rose fixé sur le centre, indication des minutes par un index diamant taille rose de forme poire. Mouvement rond 8 jours, doré, 15 rubis, échappement à ancre, balancier bimétallique,spiral Breguet.


Cartier continue à faire des pendules magnétiques, ainsi en 2012, le dessin de "A Fleur d'Eau" c'est une Orchidée de Rubellite sculptée sur or gris, diamants taille baguettes rubellites, brillants, mouvement 8 jours à remontage manuel.
Mais au départ c'est une idée du 17 ème siècle.


L' autre grand inspirateur des pendules Mystérieuses fut Jean Eugêne Robert Houdin. 
Robert est né le 7-12-1805, 5 jours après la victoire de Napoléon 1er à Austerlitz. Il est mort à Saint Gervais la Forêt, le 13 juin 1871, peu de temps après la chute sanglante de la commune de Paris Ce fut le plus grand illusionniste de son temps.



Jean-Eugène Robert est né à Blois, et ce n'est qu'en 1843 après le décès de sa première femme, Cécile Églantine Houdin, qu'il fait une demande de changement de nom pour s'appeler officiellement Jean Eugène Robert-Houdin.
Un décret du Prince Président( Napoleon III), confirmé ensuite par un jugement du tribunal de la Seine, devait plus tard autoriser l'inventeur, à joindre, ainsi que ses descendants, le nom de Houdin à son nom patronymique.




Considéré comme l'un des plus grands illusionnistes et prestidigitateurs de tous les temps, à l'origine de presque tous les « grands trucs » de la magie actuelle, c'était aussi un grand constructeur d'automates.

A Blois à la Maison de la Magie se tient une belle exposition ou il est expliqué que dans les années 1850, J.-E. Robert-Houdin est considéré comme un amuseur public malgré les brevets qu'il a déposés en horlogerie et en électricité. Le cabinet de curiosités scientifiques de son théâtre ne lui suffit plus. Lorsqu'il achète sa propriété du « Prieuré » à Saint-Gervais près de Blois, c'est pour être utile à la science et se consacrer à ses recherches. Très pragmatique, il y installe de nombreuses innovations pour se faciliter la vie. Il développe des systèmes automatiques pour s'éviter les tâches répétitives et invente la domotique. L'ensemble des horloges électriques du domaine sont branchées à un régulateur électrique et donc parfaitement synchronisées. Le portail d'entrée du parc est équipé d'une gâche électrique et s'ouvre dès que l'on appuie sur la sonnette. Il y installe aussi beaucoup de ses automates, un téléphérique et d'autres merveilles qui confèrent au lieu une ambiance de parc d'attraction.

Jean-Eugène était un autodidacte en sciences appliquées, mais il déposa des brevets dans de nombreux domaines et certaines de ses inventions comme le plastron électrique des escrimeurs, ou le compteur kilométrique, sont encore utilisées de nos jours. Dès 1851, il présente aux notables de Blois une expérience d’éclairage électrique avec une lampe à arc de Foucault. Lampe qu'il a contribué à améliorer grâce à son régulateur type. Pour illuminer le banquet de la communion de sa fille Églantine en 1863, il fabrique des lampes à incandescence à fil de bambou carbonisé. Mais ce procédé lui semble limité et coûteux et il ne poursuit pas cette expérience. Il faut attendre 1878 pour que Thomas Edison fabrique une ampoule à filament métallique.

Chercheur infatigable, J.-E. Robert-Houdin travaille jusqu'à la fin de sa vie. Alors qu'il est atteint d'une cataracte, qui menace de le rendre aveugle, il décide d'aider l'ophtalmologue qui le soigne. En étudiant cette maladie, il constate que les instruments d'observation de l'oeil sont limités. Grâce à ses connaissances en optique, il réussit à élaborer de nouveaux outils d’observations qui vont permettre des progrès significatifs en ophtalmologie. En 1866, il dépose les brevets du pupilloscope (qui montre les variations de la pupille à la lumière), du pupillomètre (qui permet de mesurer le diamètre de la pupille), et du rétinoscope (qui permet l’observation du réseau sanguin de la rétine). Ses travaux reçoivent la médaille d’or du congrès international d’ophtalmologie. En 1869, il est élu membre de la société des gens de lettres pour l'ensemble de ses livres, et voit s'entrouvrir les portes de l’Académie des Sciences. Mais, l’armée prussienne prend Blois et ses environs. Au froid, s’ajoutent les pillages et les privations. J.-E. Robert-Houdin épuisé tombe malade et meurt d’une pneumonie le 13 juin 1871. Il meurt aussi de douleur et de chagrin — la perte de son fils aîné tombé sous lès balles prussiennes et les tristesses de l'invasion — plutôt que de vieillesse

Mais Robert Houdin pour nous c'est avant tout l inventeur de la pendule mystérieuse.


Voici la pendule Mystérieuse de 1839 de Houdin, le mystère est qu'on voit les aiguilles, qu'on les voit avancer et qu'on ne voit pas quel mécanisme fait avancer ces aiguilles


annonce de Robert Houdin en 1839


Cela n'empêche pas  Houdin d'inventer d'autres mécanismes


en 1842, il se définit lui-même comme Mécanicien.


1843

1er mai 1844 : Présentation de l'automate l'écrivain-Dessinateur, lors de l'exposition Universelle. Le Roi Louis-Philippe fait partie des admirateurs. La construction de l'automate aura nécessité presque deux années de travail, marquées par la mort de sa femme.


1845 le cadran s'élargit toujours une seule aiguille (vente de la maison Sotheby's)


1845 revue "Le Voyageur"



En juillet 1945 "le Ménestrel" en parle


Chez Christie's
Une pendule Napoléon III, cristal et ébène, pendule mystérieuse grande
Robert-Houdin, Paris; vers 1850
Une plaque gravée se trouve  en dessous signée Robert Houdin, Rue de Vendôme à Paris 



Chistie's la date de 1850


1855

En 1855, Robert-Houdin a présenté sept de ses inventions à l'exposition Universelle.
Robert-Houdin a été récompensé onze fois par l'Académie des Sciences, qui l'a élu membre à titre posthume. Il a inspiré des générations après lui, et non des moindres comme la firme Cartier, qui ont repris l' idée des pendules mystérieuses de Robert-Houdin un peu plus tard, en combinant l'art de l'illusion avec une décoration fantastique.
Ses propres pendules mystérieuses peuvent être divisés en sept types de base. L'actuelle  appartient à la deuxième série, qui a été inventé autour de 1837. Quand elle a été exposé la première fois en 1838, l'horloge a suscité un grand intérêt et la spéculation chez les horlogers expérimentés, qui se demandaient comment il avait fait . Une de ses lettres mentionne l'idée de trois verres, utilisé de nombreuses années plus tard, dans les horloges Cartier. En effet, l'horloge comporte un moyen astucieux de transmettre la puissance à la roue dentée


1865 

Le cadran n'est pas transparent , mais en émail blanc avec chiffres romains, échappement à ancre, une sonnerie sous le socle frappant les heures et les demies heures sur une cloche. La hauteur est de 40 cm et la largeur de 18.5cm
Vendue par la maison Antiquorum à Genève.

Il serait trop long de relater toutes les inventions de Robert Houdin mais Le Petit Journal écrivit en 1867 que: 

Robert Houdin a disposé toute sa maison -en courants électriques, pour avoir
bêtes et gens sous la main. La pendule dont je viens de parler est chargée, en outre, de transmettre l'heure à deux grands, cadrans placés, l'un au fronton de la maison,l'autre au logement du jardinier.
Ces cadrans communiquent par l'électricité à d'autres. cadrans dans l'intérieur
de l'habitation.
Ils renseignent même sur les travaux du jardinier. Il ne peut pas chauffer sa serre au delà de dix degrés de chaleur ou laisser baisser la température au-dessous de trois degrés de froid sans que Robert Houdin soit averti0
Cette maison du père-Robert Houdin est disposée, en outre, de façon à dérouter
les plus audacieux voleurs. A une certaine heure, vous ne pourriez pas toucher une fenêtre, une porte, une serrure, sans mettre toutes les cloches en branle.
Le voleur qui tenterait une effraction donnerait lui-même l'alarme et serait pris
tout de suite au trébuchet.
Robert Houdin père, qui a été l'un des mécaniciens les plus ingénieux de notre
époque, a semé des trucs partout. Ici, c'est une marmite qui écume toute seule le pot-au-feu. Là-bas, c'est un automate qui sert à table, sans jamais laisser tomber une| goutte de sauce sur la robe d'une dame.
Il y a dans son parc un petit ravin à traverser.
Pour passer ce ravin, il n'y.a ni pont, ni chemin, Il n'y a qu'un petit banc situé sur ses bords. On va s'asseoir sur ce petit banc, qui, par l'effet d'un ingénieux mécanisme, | vous passe de l'autre côté du ravin et revient instantanément reprendre sa première place.



Et Robert  Houdin continua aussi à fabriquer des montres, telle celle-ci, revendue par Antiquorum à Genève.
 Houdin était installé alors au 9 boulevard des italiens à Paris en 1873 Montre calendrier N° 4204 brevetée.

Cliquez pour agrandir toutes les images





La pendule mystérieuse de M. Henri Robert. En 1875, ce qu'en disait le savant Mr Figuier dans La "revue l'année scientifique"

"On voit depuis quelques temps des pendules sans mouvement apparent. M. Henri Robert fils a présenté à la Société d'encouragement une de ces pendules dont il est l'inventeur, et il a donné l'explication de son mécanisme.
Cette pendule consiste en deux aiguilles, marquant les heures et les minutes montées sur le point central d'une plaque circulaire, qui porte à sa circonférence les marques des heures et des minutes. Chaque aiguille va se placer d'elle-même à l'heure réelle; elle parcourt le cadran en indiquant sans cesse l'heure et la minute, sans paraître mue par aucun mécanisme.
Le secret de la marche des deux aiguilles consiste dans un petit rouage de montre qui est placé dans un contrepoids dont est munie chaque aiguille. Ce rouage de montre fait déplacer une lourde pièce en platine qui circule ainsi dans la boîte contenant ce contre-poids et y prend des positions diverses.
Dans ses différentes positions, le poids de la pièce de platine, se combinant avec celui de l'aiguille, fait prendre à cette aiguille toutes les inclinaisons qui sont nécessaire pour qu'elle parcoure régulièrement le cadran pendant l'intervalle des heures qu'il s'agit d'indiquer.
La pendule mystérieuse de M. Henri Robert est une des plus jolies créations de l'horlogerie moderne.





1877.Pendule Mystérieuse de Monsieur Théodore.

C'est Henri Robert (dit Houdin) qui, dans le "Bulletin de la société d'encouragement pour l'industrie nationale" présentera la pendule mystérieuse de Mr Théodore.
"A l'époque Henri Robert était horloger au 86 rue faubourg Saint Honoré (face à l Elysée) et Theodore était installé au 129 rue de Turenne à Paris.
Mr Robert rappela que le caractère des pendules mystérieuses consiste dans la dissimulation du mécanisme qui fait marcher les aiguille, de maniere que l'on ne voie que le cadran tracé au milieu d'une glace sur lequel des aiguilles complètement isolées, douées d'un mouvement régulier dont on ne peut découvrir la cause, indiquent les heures et les minutes.
Robert (Houdin) s'etait servi de la juxtaposition de deux surfaces en cristal, dont l une a relativement à l autre, un mouvement qui ne peut etre aperçu à cause de la transparence de la matière.
Monsieur Cadot a simplifié les choses en les composant de deux glaces juxtaposées,maintenues dans un cadre unique à deux faces. Le mouvement contenu dans le socledonne a l'une d'elles un petit mouvement saccadé qui fait sauter les aiguilles des minutes, fixée à l une de ces glaces et qui la fait ainsi marcher."





Alors que le mécanisme de la pendule de Théodore est construit tout autrement et produit des effets différents. Au lieu du ressaut de la glace dans le sens vertical qui faisait marcher les aiguilles le mouvement agit sur elle, par deux excentriques pareils qui lui donnent un mouvement rotatif autour de leurs centres.
Dès lors, au lieu d'être saccadée, la marche des aiguilles est continue et semblable a celles de toutes les horloges ordinaires, ce qui éloigne l attention du spectateur des moyens qu'on a employés pour déterminer cette marche.
Cette disposition a un autre avantage, c'est que sur la même glace et avec le même mouvement, on peut placer , autour du cadran principal, autant de cadrans qu'on le voudra, puisque chacun des points de la glace mobile décrit un cercle pareil autour du point de la glace fixe, auquel il correspondrait, si les deux glaces étaient en repos . On peut donc ainsi avoir simultanément l'heure du temps moyen en divers points du globe. 

N oubliez pas de cliquer sur la photo pour agrandir l image

Figure.5 Vue de face de la pendule, avec section du cadre renfermant les trois glaces et du socle montrant le mécanisme du moteur.
Le figure 6 représente la section transversale par un plan vertical perpendiculaire a celui de la figure 5 et passant par le centre du cadran.
La figure 10  donne le détail a grande échelle de la petite minuterie cachée dans le moyeu des aiguilles
a- cadre vertical entourant les trois glaces.
b-socle de la pendule contenant le mécanisme moteur
c- ornements servant a assujettir le cadre a sur le socle 
d- glace antérieure fixe à biseau, portant le cadre et les aiguilles
e-glace intermédiaire mobile, donnant le mouvement à la minuterie des aiguilles
f-glace postérieure qui elle est fixe.




Pendule Mystérieuse de Rosset 1878

Pourquoi cette pendule est dite mystérieuse? C'est une statuette qui soutient d'une main un axe  horizontal sur lequel oscille un balancier compensé, qui est alourdi à sa partie inférieure par une boule étoilée et surmonté au dessus  de son point de rotation par un cadran de verre. Revendue par l'étude Chayette et Cheval



Aucune connexion de mouvement  entre les aiguilles et la boule.
Dans le moyeu de la rotation des aiguilles se trouve dissimulée une petite masse, qui surmonte l'extrémité d'un levier articulé par le bas au cadran de verre.
Lorsque celui-ci oscille à droite et à gauche, cette masse chavire successivement, de chaque coté de sa position moyenne, dans le petit logement qui lui est ménagé. 
Un pied de biche  qu'elle actionne dans ce mouvement  alternatif fait mouvoir un rochet, et celui-ci commande la grande aiguille par l intermédiaire d'un rouage destiné à ralentir suffisamment la rotation, une petite minuterie ordinaire également cachée dans le moyeu, emprunte à cette aiguille le mouvement de celle des heures.


Dommage, je n ai pas trouvé d illustration des pendules de Rosset , celle ci provient d'une vente de Christie's en 2007

Quant à l'oscillation motrice du pendule dans son ensemble, elle est obtenue de la manière la plus simple



Un mouvement d'horlogerie renfermé dans la boule inférieure ferait osciller sur le centre de cette boule un balancier remontant, si ce centre était fixe et le balancier libre à son extrémité.
Mais au contraire la boule est indépendante et l'extremité du balancier disposée en forme de fourchette, embrasse un petit axe horizontal fixé à la statue.
C'est donc la boule qui obeit à la réaction mutuelle, et qui prend le mouvement voulu d'oscillation.



Pendule de Cadot



1877

1880

1880


Dans la Revue Le Chercheur de 1885:
"La précision du travail est tout.
Parmi les systèmes ou les dispositions curieuses d'horloges imaginés à différentes époques, on peut citer les boules de Venise, pendule en forme de sphère portant les heures gravées à son équateur, et qui, suspendue par une cordelette sert à elle même de poids moteur. On pourrait aussi dire quelques mots des pendules mystérieuses en cristal, sans mouvement apparent, telles que celles imaginées par MM. Henri Robert, Cadet, Rosset ou Henri Cunge, dont le Chercheur a parlé"

J ai cité les oeuvres de chacun mais pour ne pas dévier trop de notre sujet, bien que les boules de Venise soient un peu aussi des horloges mystérieuses...j'en publie une illustration ci-dessous;

Cliquez pour agrandir la photo




 1899



La première pendule de cet article de la revue "La Nature"  est une pendule qui serait du 16 eme siecle, haute de 20 cm, en cuivre doré, elle semble être d'origine Italienne.
L' heure est donnée par un petit style au quart de cadran en regard avec la lettre A. Il est entraîné par une roue dissimulée entre deux disques. Donc l' illusion consiste surtout dans le mode de transmission du rouage aux cadrans et celui ci est placé dans le socle. 

En figure N° 2, la reproduction d'une pendule du 18 eme siecle.


Je ne vais pas m' attarder sur la technique, mais sur certains détails donné par l'horloger Mathieu Planchon qui a signé l'article, La pendule est haute de 60 cm , la figurine est en bois sculpté et doré. Sur le disque en cuivre servant de cadran sont des cartouches en émail avec les heures peintes.


J ai retrouvé une photo couleur de la pendule, car elle avait été montrée à l exposition de Bruxelles en 1935. la faux renversée que tient Le Temps a le manche  disposé de telle sorte que conccuremment à un tronc d'arbre placé derriere le personnage, il sert de support à l'axe sur lequel est montée l unique aiguille. Cet axe est brisé; la partie postérieure est fixe, s'emmenchant par un crré dans le tronc d arbre, et porte une roue dentée, calée sur elle. La partie antérieure mobile est solidaire d'un tambour enveloppant la roue dentée Sur ce tambour est fixé un deuxieme tambour plus important excentré qui renferme le mouvement:  ce dernier engrêne avec la roue dentée fixe, Cette reproduction d une pendule du 17 eme siecle rappelle etrangement les travaux d'un horloger Etienne Pomé .



Cette horloge se nomme "Horloge mystérieuse d'Etienne Pomé, sa photo est dans le livre "Mesure du temps et de l'espace de la bibliothèque des arts à Paris" qui indique qu'elle se trouve dans une collection particulière. 


Vente réalisée après la mort de Mr Roussel , expert.
Et cette pendule d 'Etienne Pomé est décrite ainsi
2(3(5 — Petite horloge Je suspension, de forme ronde, en cuivre gravé et doré il décor de rinceaux. Le cadran en émail peint est orné de divinités mythologiques, et porte 1(2 nom d'Etienne Pomé. Il est muni, en plus des aiguilles, d'une réglette ornementée portant à chacune de ses extrémités deux cadrans, l'un horaire, l'autre avec les points cardinaux.

Avouez qu'elle ressemble étrangement à la "Pendule du Temps" dont on ne connait pas l auteur du modèle original, mais ce pourrait être Etienne Pomé.

Que dire aussi de cette pendule ci-dessous




Je l ai trouvée dans le journal Vogue de 1929 qui faisait un reportage sur la décoration du  bel appartement de Monsieur Leonce Rosenberg. Quelle etrange ressemblance avec les pendules de Robert Houdin??

En 1900 cet article de la revue "La Nature"



Cette pendule trois grâces a deux disques tournants est en vente chez pendulantic.com

En 1900 on célèbre donc la pendule de Falconnet , certes les trois grâces sont très gracieuses mais c'est encore une idée de Mr Grollier de Servières




Il eérivait à l' époque : C'est un Globe célefte fur la circonférence duquel les heures font décrites , Ô£ qui tourne fur la tête d'un Atlas qui le porte pour faire marquer l'heure courante à une aiguille fixe. Les mouveniens de cette Horloge font cachés dans l'intérieur du Globe et ils le font tourner imperceptiblement. De manière que ce n'efl pas l'aiguille qui va chercher les heures, mais ce font les heures qui viennent fucceivement chercher l'aiguille.




Conception d'une horloge de Jean François Forty, avec deux putti supportant une urne. La frise supérieure de l'urne est calibré pour les mouvements d'horloge et un serpent d'enroulement indique le temps. Les puttis sont fixés à la base dans laquelle les jambes sont transformées en feuilles et les relie. Il n'y a qu'un disque tournant.




Cette pendule de Jean François Bailly date de 1821

Bailly (1780 - 1821), horloger de Napoléon, a été l'un des plus célèbres horlogers de l'Empire, il était responsable de la bonne marche des pendules des châteaux de Compiègne et du Trianon.


Celle ci date de 1905 et a été fabriquée par Cartier  qui a d ailleurs repris ce principe de nombreuses fois


Superbe pendule appelée " a deux disques tournants fabriquée par Cartier elle date de 1904, le socle octogonal est en vermeil. Le vase Louis XVI est en marbre bleu Turquin. Le disque tournant des heures email vert a chiffres romains, blanc dans des cartouches émail bleu, et pois émail jaune aux demies entourés d une ligne blanche entrelacée. Le disque tournant des minutes , email blanc à index , chiffres arabes de 5 en 5 et vis dorées. Index des heures fixe en  forme de pointe au centre du motif guirlande. Mouvement de Paris, rond 8 jours porte échappement à ancre. La mise a l heure et le remontage se fait sous le couvercle amovible.

Il faut attendre 1913-1914 pour découvrir les somptueuses pendules mystérieuses de Cartier, C’est une invention de magicien qui devait inspirer à la Maison Cartier certaines de ses créations les plus emblématiques. L’idée de la « pendule mystérieuse » présentée par l’illusionniste Jean-Eugène Robert-Houdin en 1839 sera en effet reprise par un horloger génial, Maurice Couët (1885-1963).
Fournisseur exclusif de la Maison Cartier, il a 28 ans quand il dévoile pour Cartier la première de ses pendules mystérieuses.


Maurice Couet dans l'atelier d horlogerie de Cartier Rue Lafayette

Qaund il commence a travailler pour Cartier il a  déjà une solide expérience. À partir de 1911, il devient le fournisseur exclusif de Cartier. La première pendule mystérieuse, baptisée Modèle A, sort des ateliers en 1912. Maurice Coüet s’est inspiré des pendules de Jean Eugène Robert-Houdin, célèbre illusionniste et inventeur de la magie moderne.
Le Modèle A connaît plusieurs variantes liées à la nature du socle, au décor du cadran et de l’encadrement ou encore à la forme des aiguilles. 1920 voit la naissance du modèle dit « à axe central ». Cette innovation donne à Cartier une plus grande liberté dans ses recherches esthétiques.
En 1923, fruit d’une nouvelle évolution technique, le mouvement est logé au sommet des célèbres pendules mystérieuses Portique. Extrêmement rares, certaines d’entre elles exigent plus d’un an de travail et l’intervention de nombreux ateliers. La production de ces complications n’a jamais cessé et se déploie aujourd’hui à travers une collection de montres de Haute Horlogerie, dont la montre Rotonde de Cartier Mystérieuse, révélée au SIHH 2013. Une exigence et une curiosité qui hissent technique et virtuosité au rang d’arts.

Modèle A 1913

Pendant des décennies , les "Pendule Mystérieuses" ou "Clocks Mystery" ont capturé l'imagination. D' abord inspiré par le travail du magicien français du 19ème siècle et horloger Jean Eugène Robert-Houdin, les premières horloges Mystery ont été conçus pour Cartier en 1912 par Maurice Couet et connu sous le nom "Modèle A."

Cette pendule Vendue au Comte Greffulhe, époux de la célèbre comtesse Greffulhe, « la plus belle femme d’Europe », selon Marcel Proust, qui la prit pour modèle, parmi d’autres, pour sa duchesse de Guermantes.



La Maison Sotheby's avait vendu en 2013 le même jour, 3 pendules mystérieuses


Sous cette pendule, la plaque en or gravée cette plaque cite l'European Watch & Clock Co. Inc. Cartier cite l' European Watch dans son historique 1919,  en même temps que la montre Tank, alors que j ai trouvé des montres de 1910 avec la citation EW& a moins que 1919 soit l installation aux Etats Unis.



“Pendule Mystérieuse Modèle A” Cartier, Paris. Fabriquée aux environs de  1920. Très belle et apparemment unique, or jaune et platine, cristal de roche et diamants :
La fascination pour l'invention de Maurice Couët est basée sur le principe d'une illusion d'optique. La première horloge mystère de Maurice Couët reposait sur un système de double essieu latéral. En 1920, il a conçu un autre modèle en utilisant un seul axe central et par la suite, les deux méthodes ont été utilisées. Le mystère est que les aiguilles qui semblent flotter dans l'espace sont sans aucun lien avec le mouvement, alors qu'en fait, elles sont chacune fixées sur un disque de cristal séparé. Ces disques sont chacun entourés par une bordure crémaillère et entraînées par vis sans fin fixées aux extrémités des deux essieux latéraux,  La rotation de l'essieu est actionné par le mouvement caché dans la base. Par conséquent, ce ne sont pas les aiguilles  qui se déplacent, mais chaque disque sur lequel elles sont fixées individuellement, à deux vitesses différentes, l'une pour les heures et pour les minutes.


1921 Cartier
"Pendule Mystérieuse", or jaune 18 carats, émail et onyx, Art Déco mouvement  huit jours fabriquée pour Londres 1921


Ainsi la pendule qui sera mise en vente au mois de novembre chez Maitre Mallié-Arcelin est une mystérieuse à axe central.
En 1920, Maurice Couët et la maison Cartier innovent encore avec la pendule à un seul axe central, contrairement au modèle A dont les disques sont actionnés par deux axes situés de chaque côté de la base. Ce seul axe central permet d’autres innovations esthétiques. Ce modèle a été produit pendant au moins un an, à l’instar du modèle présenté à la vente. Datant des années 20, notre
précieuse pendule présente une topaze centrale, production rare de Cartier, les disques actionnant les aiguilles étant généralement en quartz, citrine, cristal de
roche.



En 1922 Mystérieuse a axe central: Fabrication Coüet. Embase or poli découpé. Socle rectangulaire onyx poli renfermant le mouvement. Colonne chinoise onyx biseauté, motifs or et émail noir en haut et en bas, un bourrelet émail bleu
turquoise à la base. Centre octogonal transparent en cristal de roche biseauté. Échelle des heures or et émail turquoise à chiffres romains appliqués en platine et diamants taille rose, fleurettes or réservé aux demies. Aiguilles platine et diamants taille rose. Dos or poli décor émail noir, tranche or poli. Mouvement rectangulaire 8 jours, doré, 15 rubis, échappement à ancre, balancier métallique,spiral Breguet. Mise à l’heure et remontage par clé sous le socle.


En 1923 revue "la renaissance de l'Art"



Cette pendule est Signée sur la base: Fait par Cartier Paris-Londres-New York  Embase en or poli. Deux colonnes cylindriques cristal de roche, motifs or et émail noir aux extrémités, sur deux socles cubes onyx et quatre motifs cristal de roche sculptés en escalier. Linteau or et émail noir renfermant le mouvement, deux cabochons de corail. Statuette Billiken cristal de roche. Centre dodécagonal transparent en cristal de roche facetté, suspendu à une barre de cristal de roche et deux motifs or jaune gravés. Échelle des heures or et émail noir à chiffres romains appliqués en platine et diamants taille rose.
Aiguilles platine et diamants taille rose. Dos or poli décor émail noir, tranche or poli décorée de deux filets émail noir. Mouvement carré 8 jours, double barillet, doré, 13 rubis, échappement à ancre, balancier bimétallique, spiral Breguet. Axe de transmission masqué par le cabochon de corail sur la barre de cristal de roche. Statuette Billiken amovible permettant l’accès au mouvement. Mise à l’heure et remontage par clé.
* D'après wiki, Le Billiken est une poupée de charme créé par un professeur d'art et illustrateur américain, Florence Pretz de Kansas city dans le Missouri , qui dit avoir vu le personnage mystérieux dans un rêve.  On pense que Pretz  a trouvé le nom "Billiken" dans un poème de Bliss Carman en 1896 A Song Of The Little People . En 1908, elle a fait breveté Le Billiken . C était éléphant avec des oreilles pointues, un sourire malicieux et une touffe de cheveux sur sa tête pointue. Ses bras étaient courts et il était généralement assis avec ses jambes tendues devant lui. Billiken est connu comme "Le Dieu des choses telles qu'elles devraient être."



1924

La fabrication de chaque pendule nécessite au départ presque une année. Environ cent exemplaires voient le jour de 1912 à 1930. Entre 1923 et 1925 naissent les modèles « Portique » où le cadran apparaît suspendu à la manière d’un gong. Les modèles exotiques, comme la pendule Éléphant de 1928, rejoignent l’esprit des « pendules à sujet » françaises du XVIIIe siècle.


1925 Pendule Tortue, crayon, graphite et gouache , je vous laisse admirer la perspective du dessin vue de haut.


En 1925 une très belle revue de l' époque, par la qualité de ses articles et de ses dessins publiait un reportage sur Cartier et les pendules mystérieuses

Cliquer pour agrandir

Donc...si j en crois la "Gazette du bon ton" la première pendule mystérieuse fût achetée par Lady Ripon et offerte à la Reine Mary d'Angleterre


La page d'après


1926
C'est encore une Mystérieuse à axe central fabriquée par Couet en 1926, corail,onyx, or evidemment,cristal de roche. Sauf un petit détail, elle a appartenu a Farouk, ex Roi d'Egypte et que les motifs en diamants, lettre F, qui ornent le socle ont été rajoutés ultérieurement.

1928

Fabrication Coüet
Socle onyx mouluré et poli à coins japonais, pieds corail. Éléphant sculpté en jade, tapis de selle et harnais gravés, yeux diamants taille rose et émail noir, un diamant taille rose dans un motif corail gravé et ajouré bordé d’émail noir sur le front, deux perles cerclées d’émail noir à l’extrémité des défenses, harnais orné de cabochons de corail, selle marqueterie de nacre soulignée d’émail noir, franges boules de corail. L’ensemble supporte une petite pendule mystérieuse en forme de pagode ,socle or et émail noir incurvé, une ligne boules de jade à la base, montants corail, côtés et dos miroirs facettés entourage émail noir, toit onyx sculpté, quatre pampilles clochettes corail et perles. Centre rond transparent en cristal, encadrement petits miroirs facettés, bordure émail noir, écoinçons platine et diamants taille rose. Cercle des heures à chiffres arabes platine et diamants taille rose.
Aiguilles en forme de dragon platine et diamants taille rose. Mouvement rectangulaire 8 jours, doré,échappement à ancre, balancier bimétallique,spiral Breguet, situé dans une boîte en métaldoré fixée à la base de la pagode et s’insérant dans le dos de l’éléphant.
Mise à l’heure et remontage par clé en soulevant la pagode, permettant ainsi l’accès au mouvement.
Collection Cartier: Elle appartenait au Maharadjah de Nawanagar

L ours de Van Cleef et Arpels


Parallèlement d'autres maisons ont suivi ce mouvement , tel Van Cleef et Arpels qui fera fabriquer ses pendules  par Verger.
Verger Frères a été fondé par Ferdinand Verger en 1872 et transmis à plusieurs générations de joailliers parisiens, successivement à ses fils et petits fils, les frères Verger, puis aux cousins François et Claude Verger, et ensuite aux célèbres ateliers, Georges Lenfant et son successeur Atelier Bouder. Depuis 10 ans, l'Atelier Bouder a reconstitué patiemment le patrimoine de Verger Frères à partir des milliers de dessins originaux mais surtout à partir de plus de trois mille maquettes originales de pièces réalisées dans les Années Folles qui ont traversé le temps.
Depuis la fin du XIXème à Paris, l’entreprise des frères Verger a réalisé des parures, des montres et des pendulettes précieuses de Haute Joaillerie. Pendant les Années Folles, -roaring twenties -, de 1910 à 1935, Verger Frères s’est révélé comme le maître de la synthèse entre les Art Nouveau et Déco précieux.



Maitre Millon vendit une pendule tortue de la maison "Hour Lavigne" toujours construite sur le principe de Mr Grollier de Servières. Pendule mystérieuse. Mouvement quartz. La tortue se déplace sur l'eau par l'intermédiaire d'une tige aimantée. (Avec écrin et sa notice) Diam. 20 cm H. 8 cm



1929

Dessin de la Modèle A de 1929 fabriquée par Maurice Couet 

1929 Embase de cette pendule A est en or poli, le socle est en Onyx poli et renferme le mouvement Corps en cristal de roche mouluré et poli Encadrement rectangulaire or et plumes de martin-pêcheur  etc etc .


Une pendule art déco 1930.
Un  cadran rectangulaire  en or avec émail noir, chiffres romains et des aiguilles avec  une base de laque noire ,des colonnes de laque couleur corail, renforcée sur trois côtés par des plaques en miroir , surmonté d'une obélisque conique  en cristal de roche sculpté et taillée sur le revers pour donner l'illusion d'une pagode, vu de l'avant, monté en argent et or, circa 1930.
Signé Cartier, No. # 2613, Made in France, 8 mouvement de jour signé European Watch & Clock Co.



Admirable fabrication Coüet, l'une des plus belles: mais il faut avoir une pensée pour la somme de personnes ayant travaillé à la finalité de cette pendule, je ne vais pas énumérer  les spécialités artisanales de tous pays ayant contribué à cette ouvrage, mais sans eux, rien n'eut été possible.
Socle à coins japonais onyx mouluré et poli, renfermant le mouvement, une ligne de perles en haut et une bordure or et émail bleu foncé et turquoise à la base. Deux socles néphrite sculptée supportent l’un une statuette chinoise représentant la divinité Kuan Yin en jade blanc sur base une ligne de bâtonnets corail, or et émail noir, l’autre une pendule mystérieuse à axe central sur base or et émail turquoise et noir, une ligne de perles et un bourrelet émail rouge. Sur les côtés, chien de Fô et vase sculptés en jade blanc, cabochons de turquoise,fleur et branche corail, perles baroques. Centre octogonal transparent en cristal de roche biseauté. Cercle des heures or et émail turquoise à chiffres romains appliqués en platine et diamants taille rose, points or réservé aux demies, une ligne émail bleu. Dos or décor émail noir, tranche or poli. Aiguilles en forme de dragon platine, diamants taille rose et émail noir. Mouvement rectangulaire 8 jours, sonnerie des
heures et des quarts, doré, échappement à ancre, balancier bimétallique, spiral Breguet.
Mise à l’heure et remontage par clé au dos du socle. Collection Cartier


Celle-ci date de 1943, elle a été réalisée pendant la guerre, à Paris, il fallait bien que tous vivent, y compris le personnel de la maison Cartier, ...la seule question qu'on puisse se poser est qui a commandé cette pendule  et acheté cette pendule, un collabo?, un Allemand? un B.O.F.?
En effet Cartier indique qu'en pleine guerre, en pleine pénurie, cette pendule utilise une sculpture en corail du 19 ème siècle provenant du démonté de 1928
Autant la maison est diserte de ce qui concernait les différentes grandes fortunes du monde avant 1939 et après 1946, autant la maison a fait un vacarme assourdissant sur les "peoples" d'avant et après guerre, autant elle reste silencieuse sur ce commerce de la guerre.          


En 2006 , la Maison TAJAN  au mois de novembre, fit une vente exceptionnelle, bien que  chez Tajan le mot exceptionnel soit courant de par les objets vendus.
 Tajan nomme cette pendulette Mystérieuse la "Borne de la Liberté" et pense qu'elle "rappelle étrangement les fameuses bornes de la voie de la liberté qui jalonnent  le parcours commémorant la victoire des alliés de Sainte Mère Eglise à Bastogne."


Cette pendule Mystérieuse, ainsi nommée parce que les aiguilles semblent flotter dans l'espace, fut offerte par le Général De Gaulle à la Reine Elisabeth de Belgique en 1945.
Hans Nadelhoffer nous signale aussi un Cadeau d'une Pendule Mystérieuse semblable du Général De Gaulle alors à la tête du gouvernement provisoire et de son ami Gaston Palewski, à Staline, à Moscou.
Hans Nadelhoffer parle d'un modèle avec une base en Lapis Lazuli, était ce le même modèle? combien le Général de Gaulle en a t il offert?

Sur celle offerte à la Reine Elisabeth de Belgique, se trouve une croix de Lorraine, la base est en or avec  plaque de Lapis Lazuli. Les index indiquants les heures sont sertis de diamants. Les aiguilles sont en Platine sertis de diamant, elle est signée et numérotée 139/01308.  Le poinçon de Maitre est celui de Maurice Couët* , elle mesure 12 cm en hauteur , elle a été vendue à Monte Carlo 380850€
Hans Nadelhoffer la décrit "Modèle de 1944 comportant une base en forme de dôme ainsi qu'une borne en cristal"
Ce qui laisse à penser que le Général de Gaulle a du prendre une pendulette existante et faire ajouter la Croix de Lorraine. Le général de Gaulle remerciait ainsi la Maison Cartier dont le directeur des ventes à Londres Etienne Bellanger avait mis à la disposition du Général des bureaux de New Bond Street mais aussi sa propre maison et la Roll's Royce de la Maison Cartier. Le général avait aussi confié à la maison Cartier de Londres et plus particulièrement aux dessinateurs Rupert Emmerson et Georges Charity la réalisation de la maquette des insignes, médailles et premiers exemplaires de l'ordre de la Libération. La fameuse Croix de Lorraine, que le général porte sur la photo ci-contre. Le Général visita les ateliers "English Art Works" de Cartier qui pendant la guerre produisaient des pièces d'avions. Hans Nadelhoffer écrit dans son merveilleux livre "Cartier" aux éditions du regard, que le 10 mai 1940, les forces armées allemandes occupent Paris. Au mois d'Aout onze des membres les plus importants de la maison Cartier sont prisonniers. Parmi eux, Louis Devaux* qui sera nommé président de la Firme a sa sortie, Pierre Claudel* et les dessinateurs Lachassagne et Rémy. Jeanne Toussaint est à Ciboure (tout près de Saint Jean de Luz) et Jacques Cartier, à Saint Jean de Luz, Louis Cartier attend en vain à Lisbonne un visa pour les Etats unis.
* Louis Devaux  Né à Tananarive en 1907, diplômé d'HEC (promotion 1927), Louis Devaux est directeur puis président directeur général de Cartier SA, de 1929 à 1946 eut une magnifique carriere qui l'amena entres autres à la présidence du CNPF
*Pierre Claudel, (fils de Paul Claudel) de son côté, retourna volontairement en France au printemps 1940 pour rejoindre l’armée. Il fut pris par les Allemands près de Strasbourg et fait prisonnier pendant plusieurs mois.Pierre Cartier entreprit tout pour le faire libérer, comme il mit tout en oeuvre pour que Claude, fils de Louis Cartier et de la comtesse Almassy, d’origine hongroise, puisse quitter Budapest où il se trouvait à cette époque. Pierre et Marion Claudel ainsi que leurs trois filles retournèrent à New York au printemps 1941.
Jacques Cartier décède à Dax la même année. Louis Cartier, qui pendant l’occupation avait laissé les rênes de la rue de la Paix, à Jeanne Toussaint, directrice de la Haute joaillerie depuis 1933, s’établît également à New York. Il y mourut en 1942. A la suggestion de Pierre Cartier, Marion et Pierre Claudel reprirent les affaires de Paris, tandis que son neveu Claude allait s’établir à New York.


1947

Il y eut avant et après guerre plusieurs autres pendules  mystérieuses et mon but n'est pas de toutes les relater, mais d'expliquer l origine des idées mécaniques et des personnes qui par leurs inventions diverses ont permis a la Maison Cartier et a ses merveilleux ouvriers d'arriver a ce résultat.

L'Eventail et la pendule Carpe de Cartier

Mr Grollier de Servieres aurait inventé ce système Horloger mais....

Vers 1895 Mathieu Planchon célèbre créateur d'automates, reprend un descriptif de Grollier de Servières et fabrique cet éventail qui se plie et se replie pour nous donner l heure.Matthieu Planchon (1842-1921) est  né à Bourges
Horloger , inventeur et créateur d’automates , historien et théoricien de l’horlogerie ( nombreuses publications sur l’histoire et les techniques )
Il était Installé à Paris depuis les années 1870
Il a  travaillé avec Jean E. Robert Houdin, et a étudié les systèmes de pendules mystérieuses ( existe une documentation sur ses travaux dans les années 1897/1899 et autour de l’Exposition de 1900 , concernant les pendules dites « magnétiques « , des curiosités de l’horlogerie , des pendules éventails , etc … )



L’éventail, “à la brisée” est fait de 13 baguettes d’ivoire reliées par un ruban de soie bleue, ornées de dorures et peintes de scènes montrant Ulysse et Diomèdes découvrant Achille habillé en jeune fille parmi les filles de Lycomèdes.
Il pivote comme un éventail ordinaire et s’applique sur un support recouvert de velours bleu. Chaque branche est peinte d’un chiffre arabe indiquant l’heure.
L’heure est indiquée par un serpent(ici, à gauche) en forme d’index sur la première branche tandis que l’éventail se déploie branche après branche et revient en arrière quand il s’est entièrement développé, conduit par le pivot fixé au dos du support caché par le velours et placé dans une boîte de cuivre avec un une charnière Dimensions : 24 x 39 x 15cm

Autant sur nombre de modèles de pendules mystérieuses, on ne croise que Cartier, autant sur ce modèle éventail on  trouve de nombreuses maisons , mais chronologiquement, je pense...que c'est Cartier qui en 1925, reprit le travail de l'éventail de Matthieu Planchon



Fabrication Coüet. Embase or poli découpé. Socle rectangulaire obsidienne à coins japonais renfermant le mouvement, une ligne de boules de corail au sommet. Deux carpes sculptées en jade gris, yeux corail bordé d’émail noir et motifs en diamants taille rose, flots cristal de roche dépoli, vagues de nacre bordée d’émail bleu et parsemées de cabochons d’émeraude. 
Cadran en forme d’éventail cristal de roche, échelle des heures à chiffres romains de VI à VI platine et diamants taille rose ombrés de laque mauve. Au centre, minuterie chemin de fer à chiffres arabes de 5 en 5 sur un disque de cristal tournant, apparaissant dans un décor de perles et de vagues de nacre bordée d’émail rouge. Indication de l’heure par aiguille en forme de dragon platine, diamants taille rose et laque mauve, indication des minutes par un index
fixe nacre et diamants.
Mouvement rectangulaire 8 jours, à aiguille des heures rétrograde.


Cette pendule éventail est en or , platine, onyx, agate et lapis, Les béliers sont en quartz rose, le jet d' eau en cristal de roche et les aiguilles sont en brillants.(décrite telle quelle dans le supplément commercial de l'Illustration du 27-10-1928)
Ce principe d'affichage de l' heure a pour nom: "Affichage rétrograde", Maurice Couet en a fabriqué de semblables pour Cartier  et, bien qu'il soit écrit qu'il ne travailla que pour Cartier, il a peut être fourni Bourdier qui était le beau frère de Cartier
Cette pendule va du chiffre 12 au chiffre 12, l aiguille ne pouvant effectuer un tour complet elle se déplace de 12 à 12, puis elle est renvoyée à son point de départ par un système à Ressort, d'où son appellation d'aiguille rétrograde.

Cette pendule vendue par Arnold Ostertag et revendue par Christie's en 2008 a été fabriquée en 1929.
Grâce aux recherches de la maison Christie's nous savons qu'elle a été achevée en juin 1929 pour Ostertag, qui l'a signée.Au fond un pentagone de cristal de roche, le cadran est aussi en cristal de roche, un mouvement mécanique de Philippe René Jaccart, comportant 15 rubis signé Vacheron Constantin, au centre une gazelle en aiguë-marine taillée, elle repose sur une agate, la fontaine est en lapis lazuli et diamants, émeraude sculptée, rubis, une base noire en laque, les pieds sont en agate le N° est 405984


1930

Un exemple d'horloge mystérieuses pour  Black Starr et Frost, avec la marque des fabricants, Vladimir Makovsky et Georges Verger d'après la Maison Christie's
Un cadran rectangulaire à facettes, en cristal de roche, avec des aiguilles de diamant taillés en rose, dans un cadre incrusté de nacre ,avec des oiseaux sculptés en lapis  lazuli, perchés au sommet des branches et des feuilles d'or gravées, avec des fleurs turquoise, cabochons émeraudes motifs orientaux, onyx noir sculpté et lapis base de lapis, montés en platine et or 750/1000°, vers 1931. Dans un écrin Starr & Frost, Gorham Inc., portant les initiales DDH.
La tradition familiale nous dit que cette horloge a été acheté chez Cartier par William Andrews Clark (1839 à 1927)
Dans son comté, il possédait un ranch appelé "Las Vegas" en raison de son intérêt dans le  chemin de fer qui allait permettre à sa ville de prendre un grand essor.   Il a amassé une des plus grandes fortunes de l'Amérique et construit l'une des demeures les plus extraordinaires de l'Amérique, à New York qui a été démolie peu après sa mort. Sa collection d'art a finalement été léguée à la Corcoran Gallery de Washington DC.
Jusqu'a l apparition de cette horloge, on avait cru généralement que deux fabricants d horloges mystérieuses; Cartier et dans une moindre mesure , Verger.
Et pourtant cette horloge diffère des autres horloges mystérieuses Art Déco parce qu'elle repose sur un concept mécanique différent et un effet d illusion différent.
Cette horloge a été fabriquée par un fabricant français peu connu jusqu'ici et presque oublié , Pierre Gravoin,  il signe ses horloges de son Poinçon


auteur
Gravoin, Pierre
patronyme(s)
prénom (état civil)
Pierre
profession
Fabricant bijoutier
initiales
symboles
une double croche
n° de garantie
4093
n° de préfecture
17328
date d'insculpation
25 mars 1924
lieu(x) d'activité
75

Paris
adresse de l'atelier
20 rue Chapon



Pierre Gravoin  fabriqua d'autres horloges mystérieuses, Christie's de Londres en vendit  quelques unes avec cadran circulaire en avril 2000, le mouvement est signé Black Starr et Frost.


Cette pendule a pour nom"l'arbre de la connaissance du Bien et du Mal, elle fut présentée à l exposition universelle de New York. Fabriquée avec du platine, de l or  750/1000° ,malachite, nacre ormeau, corail Lapis Lazuli, diamants cristal de roche mouvement 8 jours.
L arbre de la connaissance du bien et du mal, se trouvait dans le jardin d'Eden.
Il avait été interdit à Adam et Eve d'en manger les fruits, mais Eve fut tentée par le serpent. Adam et Eve furent chassés du Paradis pour avoir mangé ces pommes.
Les béliers en Lapis-lazuli montent la garde de chaque coté de l arbre. Ils sont sculptés dans un style qui rappelle les "gardes" en statuaire chinoise.
Le cadran de l'horloge et les scènes en mosaiques représentant  l'eau et la cascade furent imaginées et créés par Vladimir Makowsky qui était un émigré russe , installé à Paris.
C'était un grand spécialiste des mosaiques en pierres dures, considéré comme le meilleur dans cette spécialité, il travailla pour tous les grands de la joaillerie, Cartier, Van Cleef et Arpels etc .....




L' atelier Rubel Frères  fabriqua aussi aux alentours de 1920 cette pendulette, pour le plus ancien des Bijoutiers Américains, la Maison "Black Starr and Frost" Elle est en Or et platine, Lapis lazuli, onyx noir, cristal de Roche nacre, diamants


Poinçon de Rubel Frères.

Il existe certainement beaucoup de Pendules Mystérieuses inconnues, ou méconnues par exemple celle ci dessous, je l ai vue quelque part mais je suis incapable de la retrouver...en revanche j'ai retrouvé le brevet de Cartier.





Le document n'est pas très net  et la description compliquée, mais je vous propose quand même le résumé du brevet 

Cette invention comprend:
1° Une pendule mystérieuse, dont le cadran est constitué par la tranche graduée d'un tambour, porté par deux tourillons destinés à être posés librement sur les demi-paliers d'un socle ou support approprié, le tambour comportant intérieurement un mécanisme convenablement disposé et éventuellement lesté, de manière à occuper par gravité une position fixe, tandis qu'un index fixe ou assemblé à l'un des tourillons est prévu devant le cadran horaire.
2° Un mode d’exécution présentant les particularités suivantes prises séparément ou selon les diverses combinaisons possibles :
a-. Le cadran horaire est relié par des bras à un disque monté fou sur l'un des tourillons et solidaire en rotation de la roue qui, dans un mécanisme normal, entraînerait la petite aiguille.
b, . Le socle est constitué par une embase sur laquelle sont fixées deux colonnes terminées par deux demi-paliers semi-cylindriques ouverts à leur partie supérieure.
c. Dans le cas oû l’index est porté par un tourillon, la remise à l'heure a lieu par un simple déplacement angulaire relatif du cadran formant le pourtour du tambour rapport ã l’index.

d. Dans le cas où l'index est fixe, un des flasques du tambour porte un repère ou un ou motif decoratif jouant le rôle du dit repère, et la remise à l heure a lieu par déplacement relatif du cadran par rapport au dit repère ou motif.


Plus ancien en 1879 la pendule de  Mr Cadot, qui a de particulier sa forme rectangle .



La "revue Chronométrique" la présentait ainsi, ci-dessous

Cette pendule est représentée de face et de profil, figure 1, planche 194.
La partie supérieure est formée de deux glaces. Celle placée en avant est fixe; l'autre, indiquée par des lignes pointillées, peut subir un léger soulèvement latéral.
La glace fixe porte le cadran et les deux aiguilles. Celle des minutes reçoit le mouvement, comme on le verra plus loin, de la glace mobile, et elle est reliée à l'aiguille des heures par une fine minuterie dissimulée par la tête des aiguilles. Comme le petit déplacement de la glace mobile est tout à fait insensible, le principe du mouvement de ces aiguilles échappe complètement aux yeux.
Voici comment il se produit : Un mouvement de pendule est logé dans le socle; on en voit les deux platines en pp et l'axe central l, figure 1.
Un bras coudé bac, pivotant en a, repose par son levier inférieur sur les dents d'une roue étoile b, portée par l'axe central.
La roue soulevant et laissant redescendre le levier b a, l'autre bras ac, qui suit ce mouvement, agit sur une petite tige en s, laquelle, pressant la glace mobile sur ce point, lui donne un petit mouvement de bascule ou de va-et-vient latéral. C'est ce petit mouvement qui, agissant sur l'aiguille des minutes par le système vu en H, produit la rotation des aiguilles.
Il va de soi que la glace est supportée par un système de bascule et de ressort (non représenté) qui permet de produire le mouvement de la glace avec un faible effort.
Le dispositif vu en H est représenté, mais plus complet et modifié dans la figure 3.
L'axe de la roue R porte l'aiguille des minutes et fait partie du système de la minuterie adhérent à la glace fixe. La petite barrette B a pivote en d et porte en a le cliquet c. Un bout de spiral, assujetti en s, maintient la barrette en d et appuie sur la tête du cliquet en c.
La glace mobile g g porte deux goupilles ii, et c'est par ces deux goupilles, s'avançant de chaque côté de la barrette B a, que celle-ci reçoit un mouvement de va-et-vient, qui, par le cliquet c, fait chaque fois avancer d'une dent la roue R.
Les effets ci-dessus décrits produisent un mouvement alternatif. Voici maintenant comment M. Cadot obtient un mouvement continu.
G, figure 4, est le bas de la glace mobile; T la bascule de soutien, reposant par deux supports percés sur les chevilles c et c'; chevilles implantées dans les deux roues A', A". Ces deux roues mises en mouvement par la roue centrale A soulèvent et laissent redescendre la glace, conformément à la marche des chevilles c et c', décrivant les cercles b et b'.
Un contre-poids p maintient l'équilibre de la glace dans toutes les positions successives des chevilles c et c'.
Le mouvement continu de la glace se transmet à la roue des minutes par une fine cheville, pénétrant dans l'entaille de la petite rondelle E (figure 3), qui elle-même fait partie de la minuterie, -et qui remplace tout le système au-dessous de x x de la figure 3.



En 1880 il obtint une médaille de bronze

Cliquez pour agrandir

Une anecdote au sujet de cette  revue très célèbre au 19 ème "Nature" Elle avait été fondé par un de mes apparentés familial  qui écrivit  un grand nombre de livres scientifiques. Son père Mr Peudefer ne lui pardonna jamais d'avoir modifié son nom.
Monsieur Peudefer , retraité du Ministère de l intérieur  il est mort de  diphtérie en 1866 et mon grand père  a écrit dans ses mémoires:
"N'avait jamais voulu revoir son fils Henri dit "de Parville" au pretexte qu'il avait changé de nom car il n'était pas très fier de celui de Peudefer. Il avait même laissé derrière sa photographie quelques lignes constituant un soufflet des plus sanglants" 
Henri fut Journaliste, vulgarisateur scientifique célèbre.
Il avait changé de nom au grand désespoir de son père pour s'appeler Henry (un Y à la place du I.) 
De Parville: Il prit ce nom en rapport avec la maison ou était né son père à Parville près d'Evreux. Décision publié dans le bulletin des lois, le 7 janvier 1865
Sorti de l' école Centrale, il fit partie de la première expedition scientifique tentée par l'Empire, à panama avant De Lesseps. L'expedition ne réussit pas et Henri Peudefer revint avec la fièvre jaune. C'est alors qu'il changea de nom pour signer dans le journalisme scientifique, puis comme rédacteur au moniteur officiel.
Mais François Henry Peudefer de Parville, il est évident que cela a une autre gueule que François Peudefer!!!

 



Pendule Mystérieuse de Cadot





en 1886

"La transparente" inventée par Monsieur Henri Cunge, eut elle du succès??


En 1888, il cherchait un associer ou quelqu'un à qui vendre son brevet.

La grande sphère  accomplit comme notre planète, son mouvement complet en 12 heures, la petite met une heure a tourner sur elle même.
Le secret?
Les deux sphères sont mises en rotation par un mouvement d'horlogerie logé et adroitement dissimulé dans le support métallique, dans ce modèle le support métallique est figuré par un serpent, dont le dard sert d index pour la petite sphère des minutes.  L index des heures est représenté par une statuette allégorique du temps, qui présente son doigt étendu devant la sphère en mouvement.


1888 la revue "Le magasin pittoresque"
remarquait à une des expositions des Sciences et des Arts industriels (1886), au Palais de l'Industrie, un modèle de pendule mystérieuse dû à un jeune ouvrier horloger, Mr Henri Cunge.
Cette pendule, appelée la Transparente par son auteur, se composait de deux boules de cristal d'inégal diamètre, placées l'une au-dessus de l'autre, portant gravées à leur circonférence les heures de 1 à 12, et tournant sans mécanisme visible devant des index indiquant l'heure et la minute exactes.
Dans ce modèle comme dans les précédents, le mécanisme est dissimulé dans le socle de l'appareil, et c'est le moyen de communication avec le mécanisme et les sphères qui, n'apparaissant pas au premier coup d'œil, fait tout l'intérêt de cette pendule dont la marche est satisfaisante.



Jaeger le Coultre reprend l invention de Robert Houdin en 1934: 
Pendule mystérieuse «Comète» en métal chromé et verre double face présentant un mouvement électrique en 110 volts 50 alternances intégré dans le socle. Un système à crémaillère entraine deux plaques de verre sur lesquelles sont imprimés les index, à savoir, Saturne pour indication de l'heure et une étoile filante pour les minutes, les étoiles symbolisant les 12 heures. (transformateur fourni) Signée "Jaeger Lecoultre". Vers 1934. H: 23 cm Diam: 18,5 cm "Comète", Revendu par la maison Aguttes


Après les pendules mystérieuses, une Montre Mystérieuse, celle de Monsieur Schwob


Armand Schwob

Que disait la revue "Art et Décoration" de 1880
"La montre de MM. Armand Schwob appartient aussi au genre des mystérieuses seulement, elle est solide, ne réclame aucune précaution d'équilibre et fonctionne régulièrement dans toutes les positions. C'est une pendule mystérieuse de poche. Un cadran de verre est serti dans un cercle d'argent et deux aiguilles se promènent comme par magie sur cette glace transparente sans la moindre transmission de mouvemens apparente. L'œil traverse la montre d'outre en outre; on peut lire son journal à travers le cadran. Quelle est la clef de l'énigme ?
Ouvrons la montre. Derrière le cadran, nous trouvons un plateau de verre qui ne s'aperçoit pas quand la montre est fermée; derrière ce plateau, une glace. L'axe des aiguilles traverse le plateau médian auquel il est fixé et repose, d'un côté, sur le centre du cadran, de l'autre, sur le centre de la glace. Il n'est pas difficile de s'apercevoir que les aiguilles tournent, parce que le plateau médian tourne lui-même. Mais d'où lui vient son mouvement? A la partie supérieure de la montre, près du pendant, le boîtier forme croissant; dans le croissant d'argent, pourtant si réduit, on est parvenu à loger tout un mouvement"



Rare montre Schwob en or 

Construit en 1889 sur le principe inventé par Robert-Houdin pour les horloges, cette montre semble fonctionner sans aucun mouvement mécanique. En fait, entraîné par le mouvement en forme de croissant caché au-dessus du cadran à la frontière, les aiguilles sont renouvelables avec la plaque de verre, mise sous le cadran. Breveté par Armand Schwob & Frère à Paris le 24Janvier 1889, ces montres étaient très populaires à la fin du 19ème siècle, un certain nombre ont été produits dans des boites en argent, mais la plupart sont maintenant en mauvais état des cadrans de verre étant souvent cassés.
Extrêmement rare en or,  il semble que pas plus de 10 exemplaires ont été produits. Brevet suisse n ° 151, Classe 123, publié le 24 Janvier 1889



La Maison Galartis a vendu aussi une montre en or de Armand Schwob & Frères, La Chaux-de-Fonds, vers 1889-1900. Montre de poche, en or jaune 18 carats, « Mystérieuse», double face, de type découverte, à remontage au pendant et mise à l’heure au doigt, construite selon le brevet d’invention suisse no 151, du 24 janvier 1889 Boîtier de forme ronde «pommes et filets», avec fausses plaques gravées en taille-douce d’arabesques et de grotesques, avec fond vitré Cadran en verre, avec chiffres arabes suspendus peints de couleur or; le pourtour sur fond noir Aiguille «Louis XV» en métal doré Mouvement 20’’’, calibre à ponts, partiellement construit en for de croissant, doré, avec échappement à cylindre, balancier mono-métallique, avec spiral plat en acier bleui, raquette de réglage en acier poli Fausse-plaque avant signée Diam. 54.3 mm.  Il est extrêmement rare de trouver cette montre habillée d’un boîtier en or; elles sont généralement en argent ou en acier bruni.

Un autre systeme classique fut élevé au rang de pendule mystérieuse.
La pendule a crémaillère ou à gravité. A l époque du Roi Louis XVI les allemands fabriquèrent plusieurs modèles à crémaillère.
L'horloge est actionnée par le poids de son propre mécanisme et se déplace le long d'un râteau vertical (crémaillère)



Celle ci est de, Du Monceau à Ansbach


Pendule à crémaillère de fabrication allemande , elle est en bois doré, la durée de remontage est de 1 semaine 77 cm de haut, large de 35, le cadran a 7 cm de diamètre.

Alors, en 1927, Maurice Couet va developper ce principe 


Pendule Portique à gravité de Cartier en 1927
Or jaune, corail, jade gravé, onyx (socle), néphrite (colonnes et linteau), diamants taille rose, 4 cabochons de rubis, émail noir.
Mouvement Longines rond 8 jours, doré, échappement à ancre, balancier bimétallique, spiral Breguet.

La boîte descend lentement entre les deux colonnes. En fin de course, c’est-à-dire tous les huit jours, elle doit être replacée en haut, manuellement. La force motrice du mouvement est obtenue par le déplacement de la boîte du fait de la gravité terrestre. Provenance : Collection de Barbra Streisand

Cliquez pour agrandir

Autre pendule colonne à gravité, fabriquée par Maurice Couet, le grand horloger de Cartier, comme celle de la pendule portique en jade, à gravité, la boite descend lentement le long de la colonne et doit être replacée manuellement tous les huits jours.
Elle a été vendu au Maharadjah de Patiala. L' embase est en or le socle en Lapis Lazuli, nacre, corail, malachite, cadran rond en nacre avec chiffres en corail les aiguilles sont en or émaillées, avec un diamant, trois cabochons d'émeraude
C'est toute la différence entre des idées anciennes, fabriquées par des horlogers et Maurice Couet qui, à l'horlogerie développée avec progrès ajoute des matériaux très précieux , collectés dans le monde entier.


Au travers des deux vitres en la regardant de face , on ne voit rien, puis avec une certaine inclinaison....

En 1937  est déposé un brevet , celui de la pendulette à Prisme de Gaston Cusin.
Gaston était né en 1897, jeune horloger de talent puisqu'il réalisa sa premiere montre à l'âge de quatorze ans et travailla avec Maurice Couet depuis l'installation de l atelier Cartier rue Lafayette




C'est le périscope sous marin qui lui donne l'idée d'une pendulette à cadran réfléchi et refracté par deux prisme, dont le principe sera appliqué à quelques montres-bracelets.
En 1938 Gaston Cusin dépose une autre invention. Il s'agit d'une pendule à usage maritime dans laquelle deux cadrans sans aiguilles, un pour les heures, un pour les minutes bougent à des vitesses différentes.




En 1946 nouveau brevet d'une invention de Gaston Cusin

On peut, me semble- t- il la considérer comme une horloge mystérieuse, 



Cliquez pour agrandir toutes les photos


Résumé du brevet:
Cette invention comprend:
1°-une pendule permettant d'effectuer la projection lumineuse de l'heure au plafond et
sur toute la paroi et comportant un écran translucide  sur lequel sont inscrits, dans le sens 
inverse d'un cadran normal, les chiffres des heures et des minutes, lequel disque est entraîné en rotation à la, vitesse de le roue des heures par le mécanisme de la pendule, un dispositif lumineux permettant de projeter les indications  figurant sur la partie du disque qui correspond à la position des aiguilles sur le cadran habituel; 
2°- Un mode d'exécution de la pendule spécifiée ci-dessus présentant les particularités sui-
vantes prises séparément ou selon les diverses combinaisons possibles : 
a.- La pendule comporte un cadran normal avec aiguille des minutes et aiguille des heures;
b.- La roue des heures entraîne par une transmission à roue, pignons dangles et arbres, le 
disque translucide; 
c.- En regard de la partie du disque à projeter  est prévu un cache évidé avec index; 
d.-Dans l'axe du cache sont disposés le lampe d'éclairage, un condensateur en un objectif 
glable. _ _
Société dite : CARTIER 

Et puis , evadons nous, 


Mr Grollier de Servières fabriqua aussi des horloges avec des sytèmes à billes





Il avait inventé aussi de nombreuses machines pour l irrigation, avec des systèmes hélicoidaux



Par exemple cette machine a relever l' eau d'une riviere vers un point plus haut.


Alors de géniaux bricoleurs ont repris les idées de Grollier de Servières et cela marche, cela donne l'heure,  je le sais, j en ai possédé une:

Merci a notre Bibliotheque nationale qui conserve et publie les documents de notre patrimoine, sans laquelle ce travail ne serait pas possible.


J'apprécie les commentaires, les suggestions, les propositions, etc

commissaire-priseur

5 rue Severo
75014 PARIS
09 82 38 21 86
06 61 74 54 79