lundi 5 février 2018

MAUBOUSSIN: L agriculture mène à tout, même à la grande Joaillerie.



C'est ici que commence l'aventure, à Luceau dans la Sarthe


C'est en effet à Luceau, un petit bourg de la Sarthe que Urbain Mauboussin 32 ans Maréchal ferrant et sa femme Magdeleine Noury 30 ans donnent naissance à un garçon  qu ils prénomment Urbain Georges Mauboussin en présence de son oncle, Louis François Noury qui lui, était cultivateur.




L école communale de Luceau avant 1900.
Pour comprendre la suite, il faut faire un peu de généalogie.
Urbain Noury 1738-1813 et anne Menus eurent trois enfants, dont Jean Noury 1778-1842, avec sa femme Marie Reine Guillaume, ils eurent  de 1815 à 1837 12 enfants.  
Alors que Jean Baptiste Noury, le petit dernier né en 1837 s'associera plus tard  avec un bijoutier Parisien , sa soeur (11 eme enfant)  Madeleine Noury née en 1831  épousera Urbain Mauboussin et aura un fils Georges Mauboussin.
Il y a donc un lien familial entre Georges Mauboussin  et Mr Noury Bijoutier qui est son oncle.

J ai demandé à la ville de Luceau s'il y avait des traces d'urbain et Georges dans les archives, rien ou presque  Urbain Mauboussin est décédé en 1896.

Mairie de Luceau mairie-luceau@wanadoo.fr

Pièces jointes 30 janv. (Il y a 5 jours)
À moi
Monsieur, 
Ci-joint les éléments trouvés dans nos registres d’état-civil. 
Il existait une concession Noury/Mauboussin au cimetière. Relevage en 1998.
La concession datait du 20/12/1896. 
Cordialement.




Monsieur Rocher fonde un entreprise de Bijouterie en 1827, je n'ai pas trouvé trace de cette fondation de l entreprise , seulement deux traces en 1854 et 1856 dans l annuaire du commerce et de l industrie avec comme adresse, 24 rue Beaurepaire Paris.
 D après certains...Jean Baptiste Noury aurait repris l affaire Rocher en 1869, 
M. Rocher puis Jean-Baptiste Noury, son plus proche collaborateur, acquièrent une bonne notoriété grâce la qualité de leurs fabrications, souvent destinées aux détaillants d’Amérique latine."Marguerite de Cerval"
Pour se situer dans l histoire  1869 ouverture du canal de Suez L’impératrice Eugénie depuis son yacht L'Aigle, prend la tête du premier cortège de navires qui franchissent le canal construit par Ferdinand de Lesseps en Egypte 

1873 l almanach du commerce

En revanche!! en 1873  un certain Louvel et Cie est déclaré successeur de Rocher, et ce Louvel est installé Rue Grénéta. Dans cette Compagnie il faut certainement englober Jean Baptiste Noury qui aurait repris en 1873 avec Louvel, la maison Rocher.
En 1873, Georges Mauboussin né en 1862 , Neveu de ]ean-Baptiste Noury,  rejoint la Maison Noury comme apprenti, et prend des cours de dessin dans lesquels il réussit excellemment, il n'a que 11 ans.
Une médaille de bronze viendra, en 1878, couronner leurs travaux lors de l’Exposition universelle de Paris.


1879

Remarquez que dans cet annuaire de 1879, on notait les adresses des bijoutiers de nos colonies



1879


1879


1883

1883 Louvel vend son affaire (ses droits sociaux à Noury)

En 1883, Georges Mauboussin prend la direction des ateliers après avoir fait un autre apprentissage à la Maison Debacq
Il prend la direction de l affaire en 1883, étonnant ,à 21 ans, mais près de 10 sources me l indiquent.



Louvel après avoir quitté Noury, monte une nouvelle société avec ses fils au 54 rue de Turbigo



1887 dans le  JDDPL  , la vente des diamants de la Couronne de France, il y a une faute d orthographe , mais c'est bien Jean Baptiste Noury qui achète  17 carats de diamants royaux



1887
J ai grossi le début de l article

1888
C'est toujours Noury et rue Grénéta.


1892

Georges était passionné de sports cycliste

1892

1893

Il offrait des lots au club du sport vélocipédique

1893 dans "le Rappel, le mariage de Georges avec Madeleine Chez Lemardelay

Pourtant ce restaurant avait eu les honneurs  de la presse pour avoir organisé quelques temps avant une "Orgie", il fermera d ailleurs en 1895, mais "Le Temps" rapporta les faits:

Plusieurs gros négociants des entrepreneurs de travaux publics tout particulièrement, furent séduits par cette idée et ils résolurent d'organiser, dans les salons de Lemardelay, rue Richelieu, une véritable orgie.
L'organisateur du festin, très connu dans la haute société parisienne, s'est caché sous le pseudonyme d'Armand de Civrey.; c'est à son nom que les invitations avaient été faites; elles étaient ainsi conçues, M. le comte Armand de Civrey prie quatre dames d'assister au banquet qu'il offre, le mardi 20 septembre, à sept heures très précises, dans les salons Lemardelay, etc.
Ces invitations furent répandues  à profusion dans le monde de la basse galanterie. Deux cent soixante femmes répondirent à l'appel des organisateurs. Quarante cavaliers étaient chez Lemardelay pour les recevoir. A huit heures, on commença à servir le repas. Le menu était des plus variés. Les bouchées la Dubarry y figuraient à côté du « poisson sauce .nationale ». Tout d'abord, le banquet se passa tranquillement, mais les tètes des invitées furent bientôt échauffées par le saint-émilion et le beaune. Alors des scènes honteuses se produisirent. Une femme fut promenée autour des tables. Dans le simple appareil d'une beauté qu'on vient d'arracher au sommeil. Vers dix heures, les organisateurs de la fête, redoutant que tout cela ne finit mal, partiront précipitamment et alors un grand nombre d'invitées, complètement ivres lancèrent au-dessus des tables des verres et des carafes. Les cris qu'elles  poussaient étaient entendus du dehors et une foule nombreuse stationnait devant le restaurant.
Vers dix heures et demie, les garçons de l'établissement commencèrent à faire évacuer les salons et constatèrent  la disparition d'un certain nombre de couverts en argent.
Plusieurs durent engager avec les invitées de véritables luttes pour obtenir la restitution de ces objets. Enfin, à onze heures, tout était terminé. Le directeur. du restaurant Lemardelay put constater alors les dégâts causés par ses clientes d'occasion. Il les évalue à 700 fr Dans cechiffre rentre le prix d'un certain nombre de couverts volés. Un vol assez important a été commis au cours de cette orgie. Mme Suzanne S. qui assistait à la fête, s'est aperçue, après une bousculade où elle avait  été malmenée, qu'on lui avait dérobé une broche en platine, une montre et une épingle ornées de diamants le tout d'une valeur de 6000 francs. Enfin, une des soupeuses a dû être conduite au poste de la rue Vivienne, sur la plainte du restaurateur, à cause du scandale qu'elle a fait dans l'établissement. Cette dame est une nommée Eugénie F. artiste dramatique"




En 1893 Le Touring Club de France, décida de créer un Insigne pour ses membres, Georges Mauboussin étant membre du club proposa un dessin. Le Touring Club de France (TCF), créé en 1890 par un groupe de vélocipédistes, est une ancienne association, disparue en 1983, dont le but était le développement du tourisme.
Nous verrons plus loin que Georges était un passionné du Vélo...cipède.




En 1893 sa femme fait partie de "l'association des femmes françaises" ce qui nous permet de connaître l adresse personnelle de Georges Mauboussin a cet époque.


Modèle de l insigne dessiné par Georges Mauboussin


1894 Les Prix


1895 Georges est un membre actif, mais aussi...... cliquez pour agrandir l image de ce vélo pliant!!



En mai 1896 même madame Noury est membre du TCF.


1900, épingle Tutti Frutti de Mauboussin
Naissance de Pierre Mauboussin et en 1901 de René Lacaze qui travaillera dans la maison  en 1940



1902 déjà des contraventions, Georges Mauboussin roulait trop vite


1905 dans le bulletin de l'union des employés


1906 Mauboussin toujours rue Grénéta



Georges roulait-il trop vite?, l enfant de 7 ans était il distrait? accident grave avec la voiture conduite par Georges Mauboussin



Des nouvelles dans le Figaro, c'était en 1907


1908  les débuts de l aviation qui au travers de Georges Mauboussin vont certainement influencer Pierre Mauboussin 




En 1908 Georges est membre de "la revue aérienne"



La bague de Madame Steinheil qui venait de chez Noury-Mauboussin




Marguerite Jeanne Japy, épouse Steinheil (1869-1954)

Connaissant une certaine notoriété depuis février 1899 pour sa liaison avec le Président Felix Faure, décédé à l'Elysée durant une de ses visites, La légende rapporta que l'abbé Herzog, curé de la Madeleine, fut mandé par Mme Félix Faure pour lui administrer les derniers sacrements, mais, sans attendre son arrivée, il fut remplacé par un prêtre de passage devant l'Élysée qui, en demandant à son arrivée : « Le président a-t-il toujours sa connaissance ? » se serait entendu répondre : « Non, elle est sortie par l'escalier de service ! ». Mme Félix Faure habitant l'Élysée et pour éviter le scandale, la maîtresse dut en effet s'éclipser tellement vite qu'elle en oublia son corset — que le chef de cabinet Le Gall a conservé en souvenir.
La rumeur populaire colporta que c'était une fellation prodiguée par sa maîtresse qui avait provoqué un épectase autrement dit un orgasme fatal ce qui valut à marguerite Steinheil le surnom de « la pompe funèbre » Les chansonniers de l'époque affirmèrent: « Il voulait être César il ne fut que Pompée» ce qui est autant une allusion au goût du président pour le faste qu'à la cause prétendue de sa mort. Cette phrase a été attribuée également à Georges Clémenceau qui ne l'aimait guère Ce dernier aurait également déclaré à cette occasion : « En entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui. » et « Ça ne fait pas un Français en moins, mais une place à prendre. ».

Je demande a mes lecteurs étrangers de m excuser, il faut être Français pour apprécier ces Plaisanteries douteuses

Madame Steinheil se retrouva dix ans plus tard au banc des accusés du tribunal des Assises de la Seine dans une ténébreuse affaire d'homicide.






Le 31 mai 1908, la mère et l'époux de Marguerite Steinheil seront trouvés morts étouffés dans leur logis de l'impasse Ronsin, rue de Vaugirard, à Paris. Madame Steinheil, bâillonnée et ligotée à un lit, dira avoir été attachée par quatre personnes (trois hommes et une femme) en habits noirs. On imaginera qu'ils recherchaient des documents secrets ayant appartenu au président Faure, sans doute en rapport avec l'affaire Dreyfus.
Les services de police soupçonneront l'épouse mais, sans preuves tangibles, devront classer l'affaire. Madame Steinheil relancera l'enquête en glissant dans une poche de son domestique, une perle qu'elle affirmera avoir été dérobée par ses quatre assaillants. Elle tentera ainsi de faire accuser le fils de sa gouvernante, qui produira un alibi.
Marguerite Steinheil sera emprisonnée à la prison de Saint-Lazare en novembre 1908. L'opposition cherchera à faire de cette affaire un procès politique, certains accusant madame Steinheil d'avoir empoisonné Félix Faure, pour le compte d'un "syndicat juif", parce que le Président s’était déclaré hostile à la révision du procès Dreyfus.
Elle sera acquittée le 14 novembre 1909, bien que le juge ait qualifié son discours de "tissus de mensonges".

Désireuse d'échapper à la cohorte des journalistes qui font le siège du Palais de Justice depuis le début du procès, elle trouve refuge dans une clinique au Vésinet. La presse ne tarda pas à l'y retrouver.




1911 Henry Noury est cité dans la revue du syndicat  des éleveurs de Chevaux Purs Sangs



1911:Une sombre affaire, notez que Noury est indiqué "Bijoutier en gros"



1920 Georges est cité dans l annuaire des Châteaux,  il est d ailleurs conseiller municipal de Luzarches dont dépend le domaine de l ancienne abbaye.




Le pavillon des hôtes du logis abbatial, tel qu'il se présentait après les démolitions sous Benjamin Constant en 1796 et avant la construction des ailes latérales en 1934 par l'architecte Ruaud.
C est donc ce château qu'acheta Georges Mauboussin




L abbaye avait été achetée  par  M. Petit de Paris en août 1792. Mais ce dernier la revendit à Benjamin Constant le 7 août 1795. Tous les bâtiments étaient restés intacts jusque là, mais Constant les fit démolir à l'exception de la ferme et du pavillon des hôtes du logis abbatial où il logea Madame de Stael qu'il avait connue un an auparavant. En 1796 Constant fut élu  représentant dans l'assemblée locale du canton de Luzarches.




1920 Épingle Jabot en platine, or, jade, rubis, saphir et diamant, Mauboussin, vers 1920
La couronne de jade sculptée ornée de rubis cabochon, de saphirs cabochons et de diamants taille rose, et surmontée de diamants ronds, baguette  broche barrée de bornes rubis et émeraudes sculptées, signée Mauboussin, France
 :Maison Sotheby's




En 1922 dans le Bottin Georges Mauboussin note toujours Noury


Novembre 1923 dans le Journal Le Matin




1923  l immeuble ou Georges Mauboussin va installer son magasin, ses bureaux et son atelier, et cette même année, Mauboussin va participer à l exposition internationale de Milan


L immeuble du 3 rue de Choiseul de nos jours et au fond à gauche le passage Choiseul.



1925 Mauboussin va participer à l exposition des arts décoratifs, et adresse cette carte d invitation


Une broche en cristal de roche et diamant Art Déco avec diamants baguette  reliées par un lien en cristal de roche rectangulaire, vers 1925,  Platine
Signée Mauboussin, France 




C'est en 1925 que Georges Mauboussin va recevoir la croix de la Légion D honneur


Après avoir exposé a Milan et New York, c'est au titre du ministère du commerce qu il recevra sa décoration.





A l'exposition des Arts Décoratifs, Georges Mauboussin avait exposé un diamant octogonal de 64 carat , des colliers de perles noires d'orient




1925  Une broche , très grande, Art Déco, platine
Centré sur une émeraude colombienne de coupe rectangulaire pesant environ 10,76 cts. à l'intérieur d'une ancienne bordure découpée à la mine, entourée d'un diamant à défilement, entourée de platine, vers 1925
Signée Mauboussin, Paris
Avec le certificat CS 33024 des Laboratoires Gemmologiques américains, indiquant que l'origine de ce matériau serait la Colombie. Le laboratoire est d'avis que ce matériau présente des signes modérés d'amélioration de la clarté (traitement à l'huile [baume canadien]) Maison Sotheby's



Le saphir cabochon en étoile, pesant environ 86,53 carats, suspendu à un diamant, émail noir, un anneau en onyx et un motif en saphir sculpté,  chaîne à maillons détachable, vers 1925 50,0 cm, pendentif 7,6 cm, avec marque de dosage française pour le platine
Signé Mauboussin France
Accompagné du rapport no. GRS2011-033660 du 22/10/2011 du GRS GemResearch Swisslab déclarant que le cabochon saphir est d'origine birmane, sans indication de traitement thermique  Sotheby's





Très beau motif Art déco de 1925 Le motif ajouré est  serti de diamants de différentes tailles pesant environ 6,90 carats, orné de quatre perles en émeraude sculptées et de deux perles de rubis sculptées, signée Mauboussin France, numérotée x754, avec des marquages ​​français et des marques d'atelier; vers 1925. Vendu par Sotheby's

1925 publicité dans le journal Vogue

Dans ce même journal Vogue en 1925 un article

Un amateur avisé qui depuis la fin de la guerre se serait composé pour lui une collection de ces nécessaires, se serait constitué un ensemble d'objets charmants, d'abord, et aurait fait aussi une magnifique affaire, car ces objets, dans peu de temps, auront acquis une plus-value considérable, égale au moins à celle des objets analogues du XVIIIe siècle. Et ce serait au moins aussi intéressant que d'accumuler de mauvais tableaux. Il y a longtemps que Lacloche s'est distingué dans cet art, et il n'a pas attendu l'Exposition pour montrer quel sens aigu du raffinement il apportait à cet accessoire, un des plus personnels qu'une femme puisse avoir. Depuis cinq ans ses vitrines en présentaient toujours un grand nombre, et d'une audace dans la somptuosité, d'un charme dans la recherche, d'une ingéniosité dans l'arrangement qui attiraient et retenaient. Il expose cette année une forme nouvelle! cette boîte à deux compartiments, avec, au centre, le bâton de rouge. Elle a quelque chose de cultuel comme une navette à encens, objet destiné à servir la religion de la beauté.

Mais tout le monde s'y est mis, Boucheron qui, avec une conscience magnifique donne son effort, et d'un tel cœur, dans tous les domaines de sa profession et dans le sens moderne, expose lui aussi de charmants nécessaires. Mauboussin en montre où l'emploi des pierres dures est ingénieux et vif. Marchak, le jeune joaillier russe, en a fait exécuter en nacre incrustée et gravée, qui ont un caractère très particulier.
Les bracelets, les broches, les chaînes, les pendentifs, les montres, tout participe de ce goût, de cette nouveauté, de cette fantaisie et il n'y a pas jusqu'aux bijoux faux qui ne soient d'une qualité assez exceptionnelle, en ne cherchant pas à imiter les bijoux vrais, mais en se servant de leur matières propres, émail et métal pour obtenir des effets bien à eux et répondre à leur destination exacte d'ornements essentiellement transitoires. L'Exposition de Paul Piel est à cet égard très significative.
Il faut donc couvrir de fleurs les joailliers parisiens. Ils ont eu d'abord le courage méritoire de faire avec les matières les plus somptueuses, mais les plus coûteuses et les plus sensibles aux variations financières, des objets essentiellement décoratifs, sans ménager leur temps, celui des artistes, celui des artisans, ne négligeant rien pour arriver à l'effet à obtenir. Les vitrines de Boucheron, Mauboussin, Lacloche, Dusausoy en sont les exemples les plus frappants. On n'y sent pas le marchand de pierres, mais vraiment le joaillier et c'est une grande nouveauté. C'est une grande joie pour les amis du goût français, qu'ils aient aussi bien réussi.




1925 publicité dans le journal Vogue


1925 publicité dans le journal Vogue

1925 publicité dans le journal Vogue




Étui à cigarettes platine, néphrite, diamant et rubis, Mauboussin
Le coffret en néphrite rectangulaire serti de diamants taille rose pesant environ 1,35 carat, rehaussé de quatre rubis cabochon, mesurant environ 3 5/8 x 2 x 5/8 pouces, numéroté 85481; vers 1925.




1926:dans le journal la renaissance de l art français: , vous avez pu voir plus haut que c'était Mr Rocher en 1827 qui avait créé la lignée familiale. Louvel et Noury, c'est 1873!!!


La Renaissance de l art Français en 1926 , une visite de la Maison Mauboussin  par la revue


1926 dans la renaissance de l art


1926 cette pièce eut un grand retentissement, c'était un diadème en forme de jet d'eau, tout le centre est en diamants baguettes


1927 Georges Mauboussin acquiert le "diamant Nassak" sur cette photo il est présenté par Georges à l ambassadeur de France aux Etats Unis Paul Claudel

ce fut un achat semé d embuches, je vous conseille de lire:




En juillet 1927 dans la renaissance de l art français, ce qui est extraordinaire, c'est que je l'ai retrouvé, de nos jours, en vente chez Christie's


UN SAUTOIR ART DECO DIAMANT, MULTI-GEM ET ÉMAIL, DE MAUBOUSSIN Suspension d'
un pendentif, conçu comme un vase en diamant de forme européenne, unique et circulaire, centré sur une émeraude hexagonale en cabochon sculpté, prolongé de rubis sculpté, de saphirs et de fleurs et de feuilles d'émeraude , rehaussé de détails en émail noir, d'un cerceau d'onyx, au neckchain, conçu comme une série de maillons diamantés circulaires, chacun centré sur une feuille de rubis sculptée, rehaussée de saphirs et d'émeraudes calibrés, alternant avec un diamant taille unique et des mailles en émeraude calibrées et calibrées, rehaussées par des détails en onyx et en émail noir, montées en platine, 1927, avec marque d'essai française et marque de fabricant (indistincte) Par Mauboussin, no. 025755Avec certificat d'authenticité daté du 9 novembre 2009 de Mauboussin, constatant que le pendentif et le neckchain sont inscrits aux archives sous le n °. 90234 et 90269, en date du 22 juin et du 1er juillet 1927, respectivement  



1927 Publicité groupée de 3 grandes maisons




1927 Bracelet en platine, perle naturelle, diamant, améthyste, onyx et cristal de roche, Mauboussin, Paris Les maillons hexagonaux espacés par des panneaux de motifs géométriques, décorés de perles naturelles de teintes blanches et roses, accentués par des carrés d'améthyste chamois avec des fioritures d'onyx noir, entourés de vieilles mines et de vieux diamants taille européenne, longueur 7½ pouces, numéroté 023092, avec titrage français et marques de fabricant; vers 1927. Vente Sotheby's


1928 dans le journal Fémina


1928 dans le journal Fémina


1928 Dans le journal L officiel


1928 dans le journal l Officiel


Brevet pour boite de montre, pendentif et autre article similaire
par Georges Urbain Mauboussin  en 1928






1928 rubrique d un bon journaliste dans l Officiel




1928 dans la revue l'Officiel


1928 dans la revue l Officiel



1928 Renaissance de l art

1928 Renaissance de l art



1928 dans le journal Fémina


1928 Dans le Journal La Renaissance

Mauboussin en 1928 frappe un grand coup avec quatre expositions sur les pierres précieuses


1928 dans le quotidien Le Gaulois


Paul Léon, est une personnalité importante a l époque  né le 2 octobre 1874, mort le 1er août 1962 à Chantilly, Il fut le principal historiographe du service des Monuments historiques  français.fut membre de l'institut de France, directeur général des beaux-arts, professeur au Collège de France , grand croix de la Légion d'honneur .



Drôle d'oiseau, Le PM4 de pierre Mauboussin qui va participer en 1929 a de grands courses 


1931  un dossier très complet à lire



1929 dans le journal La renaissance des Arts, au Salon des artistes décorateurs , Pierre Mauboussin expose des lignes de bijoux , il est très inspiré par la mécanique



Voici le collier que Pierre Mauboussin exposait et qu' on apercoit sur la photo précédente


Étui à cigarettes en trois or , publié dans "La Renaissance"




Collier Rare et Diamant Pendentif, Mauboussin vendu par Sotheby's
Le pendentif conçu comme un vase à fleurs, serti de baguettes, de diamants ronds, orné de saphirs, de rubis et d'émeraudes, rehaussé d'émail noir, suspendu à un collier à mailles de même forme, les diamants pesant environ 18,00 carats , monté en platine, non signé, numéroté, avec pendentif français et marques de fabricant, collier avec marques de dosage françaises, composite 1929, pendentif avec broche ajoutée plus tard, collier peut être détaché pour être raccourci et porté comme quatre bracelets, collier et longueurs de bracelets respectivement 700, 175, 170, 170 et 165mm respectivement, étui équipé estampillé Mauboussin


1929 Vogue




En 1929, Mauboussin avait des magasins à Londres et à Buenos Aires, et un autre devait ouvrir ses portes à New York .
La maison actuelle "Mauboussin "écrit sur son site le 10-04-2017:et
"Le 1er octobre 1929, Mauboussin ouvre un nouveau salon à New York. La bourse s’écrase le 29 octobre 1929 et la grande dépression qui s’ensuit affecte profondément les affaires de la marque"
 Est ce la bonne date ????




En effet , je possède le supplément du Figaro N° 237 du jeudi 13 juin 1929 et il note déjà New York 330 park avenue .

Cela ne change rien au fait que le 29 octobre 1929 le marché boursier s'est effondré. Ce n'était pas le bon moment pour s'installer à New York. Alors que la crise allait faire disparaître nombre de joailliers, la filiale américaine de Mauboussin prit la  décision courageuse de fusionner avec Trabert & Hoeffer, un joaillier new-yorkais . La nouvelle société, Trabert & Hoeffer, Inc-Mauboussin, a prospéré ils prêtaient des bijoux a des actrice d 'Hollywood célèbres,  non seulement en habillant des célébrités et des mondains dans des bijoux personnalisés extravagants, mais aussi en créant une ligne innovante et accessible appelée "Reflection ."


Dans ce même supplement du Figaro de 1929, une autre page de Mauboussin. Le président de l' exposition Galliéra écrivait :

Même si ce texte est long, l' avis de Georges Fouquet, qui fut un grand de la Joaillerie Française et le président de l exposition Gallièra sur la Bijouterie et la Joaillerie modernes est important et savoureux

L'Exposition des Arts Décoratifs de l925 a marqué une étape  de l'évolution de l'Art Décoratif dans tous les domaines .
Elle a eu le grand mérite, entre autres, de permettre au public de se familiariser avec les formules nouvelles.
 Après le grand succès qu’y ont obtenu nos industries, il nous a semblé intéressant,à cinq années de date, de montrer aux amateurs français et étrangers que si l'Art Décoratif dans son ensemble a évolué, les joailliers ne s'étaient pas tenus à l'écart du mouvement général.
Avec la vie moderne et ses exigences il ne peut plus être question d'avoir des bijoux avec des petits nœuds Louis XVI ou des ornementations empruntées à d’autres époques.
La caractéristique de la vie actuelle est la vitesse.
ll faut que la composition d’un bijou soit vivement comprise, et celui-ci doit donc être conçu avec
des lignes simples, dépourvu de toute mièvrerie et de tout détail superflu. Il doit avoir comme point
de départ un principe de "construction" où se manifeste le rythme harmonieux des proportions, des masses et des coloris. A tous ceux qui créent des modèles de bijoux, comprennent aujourd'hui ces règles primordiales du décor de la toilette féminine, et on pourra voir au Musée Galliera l'application affirmée de ces tendances .
Tout bijou, doit comporter une idée dans sa conception aussi bien pour celui fait d'une pierre seule,
fût-elle de grand prix, que pour celui composé d'un ensemble de pierreries. Il ne doit pas donner
l'impression d'un insigne de société par l'uniformité répétée de sa monture : il doit au contraire être empreint d'une note personnelle.
Toute femme ne peut porter indifféremment le même bijou celui ci doit s’adapter en quelque sorte à la personne elle meme, selon sa taille son teint, selon l ambiance dans laquelle elle se meut . Un bijou ayant cette caractéristique fait aussi bien honneur a celle qui le porte qu’a celle qui a su le choisit et qu’a celui qui l’ a conçu et executé.
Il faut laisser a ceux qui veulent faire étalage d’une fortune nouvellement acquise le mauvais goût d ‘exposer ostensiblement leurs nouvelles richesses. Mais les vrais amateurs comprennent tout le charme d’'avoir un objet qui reflète une recherche, une création, quelle que soit la valeur des pierres qui le composent; et il ne doit pas être la seule représentation d'un échange d'un nombre plus ou moins élevé de billets de banque.
Nous constatons, du reste, depuis quelques années une évolution très caractérisée dans ce sens, évolution qui ne semble que s'affirmer de plus en plus.
Paris possède une pléiade d'artistes tous prêts et très qualifiés pour composer les pièces empreintes de note artistique ; nos ouvriers sont des techniciens parfaits et avec de tels éléments de coopération nous réalisons des bijoux qui ne se rencontrent en aucun pays dans le monde.
C'est à Paris qu'on vient chercher les bijoux de goût, ce n'est qu'à Paris qu'on peut les y trouver.
Cette suprématie de nos deux industries, nous devons l'affirmer et nous devons de temps en temps, à des dates fixes, faire une manifestation d'Art comme celle qui est actuellement au Musée Galliera. Le public et tous ceux que les bijoux intéressent y verront les nouveautés conçues et réalisées, et ils y trouveront aussi les " tendances". Nos créations appréciées et consacrées par nos élégantes sont recherchées de l'Etranger, où elles vont diffuser la culture et la pensée françaises, faisant de la propagande à l'égal des autres productions de l'esprit.
ll est incontestable que dans quelque centaine d'années nos bijoux seront recherchés pour les Collections et pour les Musées où ils auront leur place.
Nous voyons les amateurs s'intéresser déjà aux créations de l'époque de l900, et rechercher, dès maintenant, à ce premier tiers 'du XXe siècle, des pièces exécutées à cette époque qui a vu donner le premier coup de pioche à tous ces vieux errements, époque qui fut le berceau de ce renouvellement de l'Art appliqué
Ceci n'est-il pas pour nous rendre rêveurs 1
 GEORGES FOUQUET,


1929 dans la Renaissance , des idées bien à eux


Janvier 1929 la renaissance

Dans le numéro de la Renaissance , le critique d'art écrit:

M. Mauboussin aime retrouver des bijoux qui bénéficient d'un passé glorieux et les rajeunir en leur redonnant une monture moderne.
Ainsi a-t-il procédé pour trois émeraudes célèbres, car elles avaient été offertes par Napoléon III à l'Impératrice à l'occasion de la naissance du Prince Impérial. Curiosité bien de circonstance en ce moment où l'on célèbre la mémoire de Napoléon IV.
M. Mauboussin n'innove pas seulement lorsqu'il nous montre un collier où la perle alterne avec une chaîne de diamants, une broche figurant en une synthèse audacieuse un virtuose devant son piano à queue, il s'ingénie à découvrir des applications nouvelles de la perle ou de la joaillerie blanche sur de petits sacs précieux pour le soir ou sur des boucles de chapeaux.



Excellente maison de vente  : pour ce petit bouquet de 1930: 



A la fin des années 20  Mauboussin publie un catalogue, une mine d 'or pour dater les objets



Les photos publiées ci dessous sont tirées en partie de ce catalogue qui a été sauvegardé et qui est en vente actuellement  chez 1stdibs à New York. J ai demandé et obtenu  de cette maison de publier quelques photos , je suis heureux qu' ils aient accepté. "disponible sur 1stdibs.com"



L éditeur est Mauboussin, l imprimeur est Devambez, il n'est pas daté (mais ce doit être entre 1925/ 1930), comprend 42 pages, celui ci est broché, de 16,1X21,5 cm avec 28 planches en noir et blanc 458 bijoux reproduits  avec les prix



Ce livret, très rare, est illustré de dessins originaux de Mauboussin et de photographies des bijoux produits par la Maison de Mauboussin. Connu à Paris depuis le début du 19ème siècle sous le nom de Noury, Mauboussin a depuis gagné la réputation de produire quelques-unes des pièces les plus belles et recherchées et ce livre en met en lumière certaines. 14 pages avec illustrations et photographies.



avec l autorisation de 1stdibs.com,” disponible sur  1stdibs.com


Un autre catalogue est en vente chez 1 stdibs






avec l' autorisation de 1stdibs.com,” vous pouvez l acheter il est disponible sur  1stdibs.com




Ce n'est pas tout, il y a aussi un autre catalogue de conservé et disponible chez 1stdibs




avec l autorisation de 1stdibs.com,







1930 suite des expositions sur les pierres précieuses




Un brevet de Georges  Mauboussin pour des agrafes en 1930


Brevet de 1930

Georges Mauboussin déposa plusieurs brevets dans ces années 30 par exemple ci dessous 


Celui ci par exemple  pour des boites diverses, 

Mais aussi brevet pour des broches pinces, ou Brevet pour boîtier de montres, pour matières et objets divers.

1929 a 1933. Mauboussin  crée des succursales à Rio de ]aneiro, Buenos Aires et Londres;  la maison mère, contrôlant totalement la fabrication.  



1930 dans le journal Coemodia, on réclame du beau bijou



Femina avec une belle couverture d' un dessinateur Weclawowics, il exécuta des dessins de bijoux pour Mauboussin


1930 dans l officiel

1930 dans la Renaissance  la revue donne en exemple les vitrines de Pierre Mauboussin

1930 UNE EMERAUDE ART DECO, RUBIS ET BROCHE EN DIAMANT, DE MAUBOUSSINConçu comme le Taj Mahal, serti de diamants baguette et taille unique et d'un dôme en diamant demi-lune,rehaussé d'un émeraude sculpté et de rubis cabochon et de saphirs variés. , monté en platine, vers 1930, dans un étui en cuir rouge signé Mauboussin Vente par Christie's




Platine, pierre colorée et broche de diamant, Mauboussin.
Conçue comme une jardinière ornée de rubis et d'émeraudes gravés sertie de diamants de différentes tailles pesant environ 3,80 carats, signée Mauboussin-France, numérotée 1234, avec des traces de titrage françaises; vers 1930. vendu par Sotheby's




Centre d 'un bracelet en jadéite, calcédoine, émail, rubis et diamant, vers 1930
Composé de trois plaques, chacune sertie d'une jadéite sculptée dans un cadre serti de rubis cabochon et de diamants taille unique et circulaires, appliquée avec émail noir et bleu, alternant avec des maillons en calcédoine blanche, longueur environ 185mm, numérotée, French assay marques, affaire signée Mauboussin. vendu par Sotheby's


1930 dans Vogue



Deux couvertures de cet excellent designer Weclawowics




1930 Vogue, à propos de l exposition de Mauboussin sur les rubis.



1930 l expo Rubis dans Vogue


1930 Pendentif et bracelet dans Vogue



 Broche en platine, rubis, diamant et émeraude, Mauboussin, vers 1930 
Conçu comme un sarpech indien stylisé centré par trois rubis sculptés de conception foliacée et une perle de rubis, accentuée par 24 émeraudes calibrées et bordées de nombreux diamants ronds, baguette, triangle et trapèze pesant environ 6,50 carats, non signés, numéroté 4124, avec dosage français et marques partielles de fabricant. vendu par Sotheby's

1930 beau bracelet de l association commerciale  "Trabert & Hoeffer-Mauboussin avec l' autorisation de 1stdibs.com,” disponible sur  1stdibs.com” 



1930 Weclawowics



1930 Société des artistes décorateurs


1930 Société des artistes décorateurs


1931 dans vogue




1931 dans Vogue



1931 dans Vogue

1931 Novembre dans Fémina



Mai 1935 Bulletin de l art ancien et moderne


Decembre 1931: un avion construit pas pierre Mauboussin est signalé dans Le livre d'or de l'aviation Malgache


1932 Avec le même avion mais vers l'extrême orient



1932 Vogue présente  un objet d 'art créé par Pierre Mauboussin


1932 dans Vogue, de larges bracelets joaillerie


De larges bracelets en 1932 dans "Vogue"


Décembre 1935 dans vogue


Même le journal "la révolution prolétarienne" en 1933 cite  Mauboussin




1933 dan la revue "les ailes"


1933 Voiture crée par Pierre Mauboussin, inspiré certainement d'une gouverne d'avion


1933 dans Vogue

1933 dans vogue

Marcel Goulet, cousin et fondé de pouvoir de Georges Mauboussin, redresse l’affaire après la crise économique de 1929 et, a partir de 1942, c'est son fils ]ean Goulet Mauboussin qui assurera sa
continuité et sa stabilité pendant plus de quarante ans.
Pourquoi redresser l affaire : souvenez vous ou aller lire mon article :
https://richardjeanjacques.blogspot.fr/2011/09/la-faillite-du-comptoir-lyon-alemand-et.html

La plupart des entreprises déjà fragilisées par la crise de 29 se retrouvèrent dans la crise de 1932 en France et la Faillite de Lyon Alemand et dans le dossier des diamantaires que j ai pu trouver à la BNF (Bibliothèque nationale de France) ce résumé du dossier Georges Mauboussin
Dossier 4. Mauboussin (Georges).
Cette société anonyme, mise en liquidation amiable en 1934, devait plus de 16 millions à la BNC qui lui avait consenti un crédit de 15 millions en participation avec le Comptoir Lyon-Alemand et le Crédit foncier colonial et de banque.
D'ou les deux extraits qui suivent:


1934 Fin de la société Mauboussin successeur de Noury


Dec 1934 Vente de Mauboussin, 3 rue de Choiseul à Mr Goulet.


Pour comprendre le rapport de Marcel Goulet avec Pierre Mauboussin,  j'ai fais un arbre généalogique simplifié, Jean Noury a eu 12 enfants. Jean Baptiste Noury  qui était cousin de Mr Rocher,  est le frère de Marie Noury et de Madeleine Noury , Marcel Henri Goulet  est donc cousin de Georges , plus tard les Goulet en accord avec Pierre Mauboussin associeront leur nom a Mauboussin devenant les Goulet-Mauboussin.



1934 dans Fémina


1934  dans le bulletin de la société historique du Val D oise
toujours au chateau de Hérivaux


Journal Fémina de mai 1935



1935 Très beau bracelet montre avec cabochons émeraudes même le cadran est marqué au nom de Trabert, Hoeffer Mauboussin. Avec l aimable autorisation de  1stdibs.” disponible sur “ 1stdibs.com 



1935 dans la revue l'Officiel


1935 de mars dans "Vogue"


Ce texte signé de Nalys date de 1935  dans l'Officiel


1935 dans le journal "Les Modes"


1935 Vogue


1935 Vogue


1935


1936  Danièle Darrieux dans le journal Fémina



1936 dans la revue l'Aero, Pierre Mauboussin


1936  L 'Officiel


1936  1stdibs


Milieu des années 30 tiré du livre "Tiffany" Editions Vilo Paris"


Années 30 "tiré du livre "Tiffany"


1936 dans vogue, toujours de larges bracelets et colliers


1936 dans vogue


1936 dans Vogue clip transformable


1936 Page Mauboussin dans Vogue


Vogue 1936


Pierre Mauboussin fait aussi de la publicité dans le Journal d'Air France en 1936



1936 dans la revue d'Air France


Très beau collier dans Fémina de 1937


Il fait partie des jurés suppléants pour l'exposition universelle en 1937



1937 dans l officiel superbe bracelet, je pense qu il a été fabriqué par De Perçin.


Dommage que la photo ne soit pas nette, 1937 dans Fémina


1937 dans l officiel


1937 dans l officiel


1937 dans l Officiel


Fémina 1937


1938 dans Fémina


 toutes les grandes maisons ont sponsorisé les coupes de dames de Bridge
Mauboussin en Mai 1938 dans Femina


Femina 1938 


1938 dans l aérophile


1938 dans l officiel


1938 trophée de Pierre Mauboussin dans "l'année aéronautique

Macklowegallery  vend en 2018, cette bague Trabert Hoeffer et Mauboussin 1938



1938 L officiel


1938 l'Officiel


1938 l'Officiel


1939 journal Le Temps


1939 dans l officiel: Collier superbe , a t il été réalisé ou est il resté un dessin?


1939  Vogue un peu passe partout de VCA


1939 dans l officiel


Avril 1939 dans Vogue


1939 Vogue


1939 Vogue


1939 Vogue


1939 Vogue


1939 Vogue


1939 Vogue


1939 Vogue


1939 avec l' autorisation de 1stdibs.com,


1940 avec l autorisation de 1stdibs.com,

Je ne sais si vous avez remarqué dans les livres, les articles, les légendes de photos de bijoux  chez les auctionners, que tous les bijoux de la période 1939-1940 sont notés "1940" c'est pourquoi les dates indiquées sont a prendre avec des pincettes
Personne n'a travaillé pendant la guerre, certains livres ont donné certains Joailliers comme ayant fermé pendant la guerre, comme par exemple Van Cleef et Arpels avant que je n entreprenne de reprendre leur histoire. Les conservateurs chargés du patrimoine des maisons continuent a oublier ces années et l histoire ne reprend qu'en 1945. Jamais je n'ai lu que tel bijou avait été acheté par un ministre, un acteur, un écrivain, un collabo BOF.


Belle broche de 1940 vendu par la maison Sotheby's


On pourrait la citer comme broche (67 grs) témoin des années 40


Trabert  & Hoeffer -incl-Mauboussin 

Cette broche est au V&A muséum. La société Trabert & Hoeffer-Mauboussin s'est formée en 1929 et est devenue une présence importante sur Park Avenue à New York. Une grande partie de son succès provient de sa ligne distinctive de bijoux «Reflection». La ligne «Reflet» a été la première à introduire les formes et les couleurs audacieuses des bijoux européens modernes en Amérique.

Les bijoux ont été réalisés en utilisant la technique de moulage, ce qui a permis à l'entreprise de créer des pièces en expérimentant une gamme de pièces standardisées. Sous le slogan «Réflexion - votre personnalité dans un bijou», les femmes ont été encouragées à décider elles-mêmes de la disposition des pièces et à créer des bijoux personnalisés à un coût inférieur à celui des bijoux traditionnels sur mesure. L'utilisation de pierres fines a également augmenté leur accessibilité.
Le moulage permit à Trabert & Hoeffer inc-Mauboussin de fabriquer des éléments standard que la cliente pouvait assemblera sa manière pour faire un bijou convenant à sa personnalité, ce qui auparavant restait le privilège des riches Les pièces n'étant pas faites à la main, mais finies à la main étaient d un prix plus abordable

Le style des bijoux 'Reflection' a été modifié au fil du temps, et à la fin des années 1930 et au début des années 1940, il a été caractérisé par les courbes douces évidentes au lieu d angles ce qui était le signe d'une révolution américaine dans le désign.



Paire de pendants d'oreille "écailles" rubis et or, monture Mauboussin vers 1940.
Chaque pendant d'oreille est orné d'une boucle stylisée pavée de rubis ronds, retenant une pampille articulée de motifs en or poli centrés de rubis ronds,longueur 50 mm environ, signé Mtre Mauboussin,(ce qui veut dire que Mauboussin a fabriqué la monture et que les pierres ont été fournies) , les pampilles sont amovibles: Sotheby's



Un exemple de la collaboration Trabert & Hoeffer avec Mauboussin
Inhabituel Bracelet en or blanc 14 carats. 1940 par Trabert & Hoeffer Mauboussin, Etats-Unis, signé T & HM et numérotée 1127. Le clip amovible  qui peut être porté comme clip sur une  robe - a été fabriqué en France dans les années 1920. Il est en or blanc 18 carats, émeraudes taille baguette, environ 2.75 carats, taille baguette et diamants taille ancienne européenne, environ 3.0 carats. Un bijou de poignet chic qui scintille élégamment.  
Cette photo de bijou est publiée avec l autorisation de  1stdibs.com,” “available on 1stdibs.com” 





Parure rubis et diamants modèle "reflexion" Trabert & Hoeffer Mauboussin" des années 40 Comprenant une broche conçue comme un bouquet serti de rubis taillés, diamants taille circulaire de teinte jaune et diamants taille unique, numérotée ,signée Trabert & Hoeffer-Mauboussin,, et une paire de clips d'oreilles. Vente Sotheby's

Parmi les nombreux clients, le maharadjah d’lndore, la reine Nazli d’Egypte et le tout-Hollywood, Marlene Dietrich, Greta Garbo, Paulette Godard.




Trabert & Hoeffer avec Mauboussin
avec l autorisation de 1stdibs.com,” disponible sur  1stdibs.com” 


TRABERT & HOEFFER, INC.  est une maison de joaillerie américaine fondée au milieu des années 1920, à New York. Au début cette maison vend du neuf et de l occasion mais aussi des créations , ils deviennent vite des créateurs de talent. Trabert s’associe avec Hoeffer, Trabert achete des pièces anciennes en Europe et Hoeffer est responsable des finances.
Trabert meurt au cours de leur première année d'association, La Maison garde la raison sociale de l'entreprise. lls ouvrent une succursale à Paris, rue Lafayette, Mauboussin ouvre une succursale à New York, le 1" octobre 1929. La crise économique qui éclate  met cet investissement en péril., ce qui était arrivé aussi a Van Cleef et Arpels, Trabert et  Hoeffer rachète le stock de Mauboussin et le droit d'utiliser le nom commercial de Mauboussin accolé au sien. Les pièces sont alors signées Trabert & Hoeffer Inc Mauboussin. Au début des années1930, ils vont s installer à l'angle de Park Avenue et de 55th Street, et ouvre des succursales dans des régions ou la crise n’a pas trop touché les potentiels acheteurs.
Grâce à Trabert & Hoeffer Inc.-Mauboussin, les cabochons sont à la mode. Sa succursale de Los Angeles attirent de nombreuses vedettes d›l'lollywood - joan Crawford, Merle Obeon, Marlene Dietrich qui achètera d’importants bracelets.1930, la maison lance une nouvelle ligne "Reflection Your personality in a jewel". Les clientes peuvent elles-mêmes créer des bijoux en or personnalisés par l`association de divers éléments choisis dans une gamme. Le succès est immédiat. Dans les années 1950, l'accord avec Mauboussin n'est pas reconduit. A la fin des années 1960, tous les magasins sont fermés, seul subsiste celui de Chicago, 738, Michigan Avenue,





Aquarius, le porteur d'eau, sert un cocktail désaltérant de diamants frais et froids dans cette broche Retro astucieusement stylisée par les joailliers chic et sophistiqués de Chicago et de Paris d'autrefois - Trabert, Hoeffer & Mauboussin. Circa 1940s-50s, 14K,, je trouve que ce travail de plané est superbe
https://www.langantiques.com/trabert-hoeffer-mauboussin-water-bearer-brooch.html
Trabert & Hoeffer avec Mauboussin
avec l autorisation de 1stdibs.com,” disponible sur  1stdibs.com” 



Clip des années 1940
avec l autorisation de 1stdibs.com,” disponible sur  1stdibs.com” 





DEMI-PARURE RETRO AIGUES-MARINES ET DIAMANTS, PAR MAUBOUSSIN
Formule d'une sertie d'une épaisse marmite de diamants découpée dans un décor rayonnant ponctuée d'aigues-marines et de diamants ronds et rehaussée de rubans de baguette et de diamants, 9 x 6,5 cm, et d'une paire de pendentifs d'oreilles en suite, 5 cm., vers 1940, poids brut: 83,04 gr., monture en or jaune 18K (750), platine (850 ) et Palladium Clip signé Trabert & Hoeffer Mauboussin, pendants d'oreilles non signés Vendu par Christie's




Montre-bracelet émeraude Lady, Mauboussin, années 1940
Le cadran carré avec finition brossée logé dans un boîtier de forme angulaire, rehaussé d'émeraudes de calibre, à un bracelet à maillons hexagonaux, mouvement mécanique, longueur environ 168mm, signé Mauboussin, numéroté,. Vendu par Sotheby's






Bracelet en platine, or blanc 18 carats, aigue-marine, saphir et diamant, Mauboussin, Paris
Centre d'une aigue-marine taille émeraude pesant environ 45.00 carats, au sein d'un jeu de défilement avec diamants ronds et baguette pesant environ 8,70 carats, complétée par des maillons coniques serties de saphirs ronds, longueur 6 pouces, signé Mauboussin, Paris, avec marquage français et marque de fabricant français pour Verger Fils; vers 1940. Vente Sotheby's
On pense que le design de ce bracelet a été inspiré par la ligne Maginot, un système de forteresses défensives construites dans le nord-est de la France pour diviser les territoires occupés français et allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Les forteresses étaient caractérisées par leur conception linéaire et leurs épais murs de béton, dont beaucoup étaient construits sous terre, ce qui leur donnait un aspect de monticule. À l'extérieur des structures principales, une série de «dents de dragon», de forme similaire aux mailles saphir du bracelet, étaient disposées pour empêcher le défilé des chars allemands.
Un bracelet avec des liens de conception similaire est sur une photographie de la vitrine de Mauboussin à l'Exposition universelle de New York en 1939. Cette photographie peut être vue à la page 118 de Mauboussin par Marguerite de Cerval.



1940 Trabert & Hoeffer Mauboussin avec l autorisation de 1stdibs.com,


1940 Journal L Officiel


1940 journal L officiel


1940 mars: Vogue


1940 dans Vogue



Broche en diamant, Mauboussin, années 1940, or jaune Numérotée. Vente Sotheby's


Vanity case saphir Lady's, Mauboussin 1940
Le boîtier rectangulaire est orné d'un motif géométrique rehaussé de saphirs calibrés, contenant un miroir, un boîtier compact, une boîte à pilules et un étui vesta, signé Mauboussin et numéroté, marques du fabricant, mesurant environ 170mm x 104mm x 19mm, avec étui .



 Broche en or bicolore et platine, diamant et rubis, Trabert & Hoeffer Mauboussin, vers 1940
La fleur stylisée, au centre, cabochon rubis,rehaussée de 14 rubis ronds, avec  nombreux diamants de taille ancienne pesant environ 2,50 carats,  signé Trabert & Hoeffer Mauboussin. vente Sotheby's



Trabert & Hoeffer Mauboussin  datée entre 1940 et 1949!!!
avec l autorisation de 1stdibs.com,” disponible sur  1stdibs.com” 



Bracelet manchette 'Reflection' 18 carats, platine, rubis et diamants, Trabert & Hoeffer - Mauboussin
 serti de rubis cabochon, rehaussé de diamants ronds  pesant environ 2,45 carats,  signé Trabert & Hoeffer Mauboussin ; vers 1940.



1940 dans l officiel



1941 dans la revue l'Art et la mode


1941 l'Art et la mode


1941 l'Art et la mode 



1941 l'Officiel

René Sim Lacaze qui fit les grandes heures de Van Cleef et Arpels.
Pour une raison qui n'a pas été révélée, sa patronne Renée Rachel Puissant Van Cleef, la fille unique d' Alfred Van Cleef , patronne de l entreprise après la mort de son père en 1938, décida en 1940 quand tout allait mal de se séparer de René Sim Lacaze, il le reconnait dans son livre de mémoires, mais n'explique pas le pourquoi . Cette publicité marque un tournant dans son histoire, il est démobilisé et apprend que Van Cleef, est aryanisé , il va se présenter pour reprendre son travail, et les nouveaux patrons ne le reprennent pas , alors il va rentrer chez Mauboussin. Cette page est une page de pub Mauboussin, mais désormais il signe de son nom.


Mai 1942  Les petits bouquets René Sim Lacaze signait ses dessins

René Sim Lacazedans ses mémoires ecrit" une rencontre fortuite me mit en présence de Jean Goulet Mauboussin, président directeur général de la maison Mauboussin, encore à cette époque rue de Choiseul et un peu plus tard 20 place Vendôme. C'est ici l occasion de vous livrer le texte qui figure dans le très bel ouvrage, paru le 20 novembre 1992 relatant l historique de ce grand joaillier, sous mla plume de Marguerite de Cerval:  au début de la guerre, Jean Goulet Mauboussin avait rencontré dans le métro(restrictions oblige)Sterlé, le célèbre joaillier, accompagné d'un ami intime: René Sim Lacaze. Celui ci premier prix au concours de la Chambre Syndicale avait  fondé le bureau de dessin de la Maison Van Cleef & Arpels, puis au bout d une dizaine d'année en était devenu le directeur artistique, travaillant en parfait accord avec René Puissant Van Cleef venait de fermer momentanément les portes de son magasin à Paris.......Ce fut surtout sous l occupation qu'il a été suivant sa propre expression, l'enfant gaté de la maison...


Dessin réalisé pour une publicité passée dans l Officiel

Madame De Cerval indique que René Sim Lacaze avait créé pour Mauboussin un dispositif de fixation d ornements en 1948 et qu il fut breveté
J ai cherché ce Brevet et j ai le plaisir de vous le proposer





1942 dans L officiel


1942 le collier avec les motifs Lyre créé et dessiné par René Sim Lacaze


1942 Dans l officiel René Sim signe ses dessins de papillons, créés pour Mauboussin


1942 L officiel René Sim Lacaze



1942 Or jaune diamants rubis


Texte explicatif de la couverture ci dessus: il y a un clip saphir de Mauboussin et un autre rubis en page intérieure
1943 ces deux bijoux sont en corindons synthétiques, était-ce le fait de la guerre et le manque de pierres précieuses, ou le bijou a t il été revendu, pierres démontées et à la place des synthèses????
Revendu à New York par Sotheby's et gravé Trabert & Hoeffer Mauboussin

En France durant cette période le client devait fournir les matières avec un pourcentage pour la perte et les allemands interdisant l importation de pierres précieuses de nombreux bijoux ont été sertis de pierres synthétiques, et personnellement j ai fait de nombreux déçus parmi ma clientèle qui m amenait des bijoux familiaux a démonter pour  remonter. 



1943 Bijoux de Mauboussin en couverture de l officiel


1943 dans l officiel




1943 dans l officiel  les bijoux de la couverture sont des dessins de Mauboussin


1944 Fiche de fabrication d une montre pour Mauboussin , aux ateliers de la maison Lomazzi


1945 Clips de Mauboussin pour les revers
1945  Trabert & Hoeffer Mauboussin
avec l autorisation de 1stdibs.com,” disponible sur  1stdibs.com” 



1945 je ne trouve pas ce volatile de Mauboussin élégant,mais tout est affaire de goût



1946  L 'Art et la Mode




1946, avant de déménager place Vendôme



Janvier 1946 dans l officiel avec un très beau dessin de Pierre Pagès


1947 Le magazine de l aviation mondiale


1947 L art et la Mode Bijoux de Mauboussin



1947 Christie's revend ce collier en le décrivant ainsi: diamants de taille circulaire, 1947
numéroté 3931  Accompagné d'un certificat d'authenticité Mauboussin du 19 mars 2009 indiquant le collier à fait fait par la maison de Mauboussin en 1947



1947 rare photo de Pierre Mauboussin


1947 


Février 1947 dans l Officiel



1947 L Officiel


1947 l Officiel


1947 l'Officiel


1947 dans l officiel

1947 petit bouquet précieux  de René Sim Lacaze pour Mauboussin avec l autorisation de 1stdibs.com,

A propos de RS Lacaze, il avait écrit dans ce qui serait ses mémoires,  qu il avait un atelier de fabrication, il n en a rien été , je le sais déja depuis un bon moment, un de ses enfants m'a écrit ceci.
Mon père n'a jamais possédé d'atelier ni place Henri Bergson ni ailleurs. Il travaillait avec un atelier indépendant qui je crois ne travaillait que pour mon père. Cet atelier est devenu je crois Bué-Levassor et existe toujours sans doute.
Voilà .... Si je peux vous éclairer en quelque chose‌....

En effet la socièté Buée-Gendreau & Levassor existe toujours, et ne travaillait pas que pour son père.



1948 l officiel


1948 l officiel



1948 l officiel


1949 dans l officiel un collier en émeraudes gravées



1949 l Officiel

1950 


1953 l'Art et la mode


1958 l art et la mode 


Dans la revue trimestrielle d Air France 
Regardez au centre , cet oiseau en 1960


Le re-voici dans une autre revue de 1960






1965 


Collier en diamants, Mauboussin, années 60
Le devant serti de diamants taille brillant, à un collier à mailles fines tissé, longueur environ 390mm, signé Mauboussin, numéroté, titré français et marques du fabricant (dommage Sotheby's ne nous signale pas quel est l atelier qui a fabriqué ce bijou)





Broche en émail et diamant, Mauboussin, années 60
De conception florale et foliacée, appliquée avec de l'émail vert pâle, les fleurs serties de rubis, de saphirs et d'émeraudes taillés circulaires, rehaussées de diamants circulaires et de taille unique, Saphirs, rubis, émeraudes, diamants, émail, or signées Mauboussin, numérotées, marques françaises. Vente sotheby's

Pierre Mauboussin n'avait pas de descendance mais souhaitait vivement que la Maison conserve son nom. En 1962, il fut convenu avec Jean Goulet que sa famille allait ajouter le nom de Mauboussin au leur, devenant Goulet-Mauboussin



1965 broche clip


1965 dans l officiel


Les bagues Nadia, incontestable réussite des années 1980

Jean Goulet-Mauboussin initie successivement ses deux fils, Alain et Patrick, à la gestion de l’entreprise familiale. De cette nouvelle donne surgira une vitalité due à l’élan et la jeunesse des deux frères. Ils vont savoir formuler l’essentiel sur un bijou par un langage simplifié, immédiatement compris. Pas de surcharge décorative superflue mais des qualités tactiles, des rondeurs, du vécu, pour répondre à des émotions nouvelles. De ce changement de génération naîtra une vedette : la bague Nadia, laquelle doit son nom au mariage de la nacre et du diamant dont on a associé les deux premières syllabes. Ces deux matières, dont l’une est précieuse et l’autre non, vont accomplir leurs accordailles autour d’un anneau en or jaune. C’est tout… Elle incarne la toute-puissance d’une œuvre complète tant elle est vérité dans un contexte politique où l’Etat – providence  réapparaît : la génération Miterrand valorise l’individualisme, jusqu’au « cocooning ». Par sa forme refermée sur elle-même, son serti parfaitement clos, elle répond en même temps, par sa douceur au toucher et à l’œil, à la tendance comportementale de son temps et au désir de féminisation des sentiments. Tout en restant précieuse, la bague Nadia est proche de l’intime, humaine, lumineuse par les reflets lunaires de la nacre : ce n’est pas un bijou d’apparence. Il est authentique, écologiquement irréprochable et universellement compris : Mauboussin a su toucher les femmes dans le monde entier.



1980 Bague en nacre et diamant, Mauboussin.
Le diamant de taille circulaire, d'un poids de 4,90 carats, est orné d'une monture en roseau ornée d'incrustations, les épaules incrustées de nacre sculptée, taille 55 1/2 , signée Mauboussin Paris. Sotheby's



Vous trouverez chez stdibs un exemplaire du Livre écrit en 1992 par Marguerite de Cerval.


avec l' autorisation de 1stdibs.com,” vous pouvez l acheter il est disponible sur  1stdibs.com






 avec l autorisation de 1stdibs.com,” vous pouvez l acheter il est disponible sur  1stdibs.com




En 1998, Mauboussin reste une affaire familiale, indépendante, dirigée par Patrick Mauboussin, fils de ]ean, représentant la sixieme génération.


Patrick Mauboussin cède le contrôle de sa joaillerieV. L. - LES ECHOS | LE 15/05/2002

La joaillerie Mauboussin, qui connaissait de graves difficultés de trésorerie, a été reprise par un homme d'affaires français établi à Genève, Dominique Frémont. A l'issue d'une augmentation de capital réservée de 15 millions d'euros, celui-ci, actionnaire de la société depuis juin 2000, fera passer sa participation de 20 % à plus de 70 % ; Patrick Mauboussin et son associé Daniel Dolffus conservant moins de 20 % tandis que la banque BNP Paribas consolide en capital un prêt à long terme lui donnant le solde des parts. Créée en 1827, Mauboussin était la dernière maison de la place Vendôme contrôlée par des capitaux familiaux, les autres (Chaumet, Boucheron, Van Cleef...) ont été reprises les unes après les autres par des grands opérateurs du secteur comme Cartier ou de la mode comme Gucci.

« Mon ambition, est de permettre à cette maison de tirer parti de tout le travail de relance effectué par Patrick Mauboussin depuis 1998 ", explique Dominique Frémont, qui doit sa fortune à la société Fotolaboclub devenue, selon lui, le numéro un mondial du développement photographique par correspondance avec des ventes de 350 millions de francs suisses. Introduite en Bourse, cette société a récemment été cédée au groupe helvétique Valora.

Une centaine de points de vente
Patrick Mauboussin continuera à assurer la direction artistique de la maison. Depuis 1998, année où il racheta avec le concours de la BNP les parts de son frère Alain, Patrick Mauboussin


La marque a déménagé de la place Vendôme en 2015 pour s’installer sur la rue de la Paix.
Ceci est une autre histoire



Si vous avez des commentaires, vous pouvez les faire ci dessous ou me les adresser à richard.jeanjacques@gmail.com