dimanche 29 mars 2015

Georges LE TURCQ Dessinateur et Fabricant, époque Art Nouveau

Les vicissitudes de la vie auraient pu nous priver de Georges Le Turcq, ce Joaillier qui triompha dans les années 1900.



Le 21 prairial an IV (9 juin 1796) Marie Le Turcq eut un petit garçon avec un "propriétaire" Jean Fiquemont, le mari de sa mère Marguerite Le Turcq.

Ce petit garçon, François, naquit fils naturel, il dut attendre ses 6 ans en l 'an 11 (1802-1803) de la république pour que son père naturel Jean Fiquemont à l âge de 70 ans, accompagné de son épouse Marguerite Le Turcq reconnaisse à la Mairie de Damvillers, François Le Turcq comme étant son fils légitime, Il le fallait bien car Marie Le Turcq avait, dans sa déclaration de grossesse chez le notaire Maitre Saint Rémy de Damvillers, affirmé cette filiation.
Que serait devenu François Fiquemont, sa mère aurait elle pu assumer seule son éducation?
Que s'est il passé plus tard ? la filiation Ficquemont n' est plus mentionnée dans les actes et François conserve le matronyme LE TURCQ

François était Menuisier, il eut un fils Victor qui fut ajusteur sur métaux sa femme Pauline Hachin, était peintre sur éventail, tous deux ils eurent un fils Georges Le Turcq qui va naitre en 1859 et qui deviendra Joaillier. 




En 1884 constitution de la société  Julien Duval et  Georges Le turq, 


la porte rouge c'est le 113 boulevard Sebastopol



C'est le poinçon de Duval et Le Turcq, les lettres "D" et "L" avec une étoile



En 1889  , Duval et Le Turcq participent à l exposition Universelle de Paris, déja le Trocadéro et la tour.





D'après Vever: Dès 1891, Duval et Le Turcq, tous deux élèves de l'École des Arts décoratifs où ils s'étaient liés, et qui s'étaient, établis bijoutiers en 1885, firent une médaille qu'ils intitulèrent « la Vierge des Catacombes ». Cette médaille, très épaisse, contrastait absolument avec celles très minces que fabriquaient alors les spécialistes des médailles religieuses ; elle obtint un succès complet, et fut vendue en quantité énorme en France et à l'étranger.
Duval et Le Turcq, bons dessinateurs, et ayant du goût, s'étaient donné pour programme de créer du nouveau. Ils le réalisèrent en fabricant un nombre considérable de bijoux d'une exécution très soignée.




Cette médaille Vierge des catacombes est reprise actuellement par la maison Arthus Bertrand, je regrette que cette maison n'ait pas répondu a mon courrier,  sur le fait qu'il ne soit pas inscrit au catalogue que la médaille est de Julien Duval et de Georges Le Turcq




Vever cite ce bracelet ainsi:Sans les rappeler en détail, nous citerons seulement, comme se rattachant au genre médaille dont nous parlons, un bracelet " Gaulois ", obtenu par l'estampage, qu'ils firent en 1890. 
On y retrouve des thèmes du Gui, du coq Gaulois .
Citation aussi de l'époque: Sans les rappeler en détail, nous citerons seulement, comme se rattachant au genre médaille dont nous parlons, un bracelet « Gaulois », obtenu par l'estampage, qu'ils firent en 1 890, et dont nous donnons la reproduction. Des orchidées et des papillons, avec des émaux mats et des émaux sur paillons, eurent beaucoup de succès vers 1889. Citation de Vever





Ils ont exposé leurs bijoux à l‘Exposition Universelle de Paris 1889, en même temps que Tiffany and Co a dévoilé 25 bijoux d'orchidées similaires, émaillées avec grand succès. Il y eut a cette époque, l' introduction de  la culture des Orchidées et l'Hybridation, connu sous le nom 'Orchidmania' et a provoqué un engouement pour ces bijoux à la fin du 19e siècle.
Duval et Le Turcq ont continué à avoir un succès similaire avec une série de
bijoux 'médailles' qui est devenue très populaire et bien vendue en France et a
l'étranger.  Ils se sont séparés en 1894 (D'apres Hancocks de Londres son site vaut une visite de votre part)

http://www.hancocks-london.com/default.html




Vers 1894 Lalique, veut prouver que les Bijoux ne sont pas seulement des montures destinées a porter des pierres, mais que les bijoux peuvent être créés comme a l époque de la Renaissance à partir d'éléments figuratifs, qui seront sculptés dans de l or, émaillés pour amener de la couleur, sur lesquels on sertira des pierres précieuses
C'est le règne des chardons, des épis de blé, du lierre, du papyrus, anémones, chrysanthèmes et des ailes d insectes qui vont encadrer, enfermer des perles baroques et des pierres fines comme les opales, topazes, agates, et choisies plus pour leur qualité décorative que pour leur valeur marchande,
En France, Lalique eut de nombreux disciples : Eugène Feuillatre, qui excellait dans
les chatons exotiques en forme d’orchidée avec de minuscules goutte de rosée en diamants sur les pétales, Lucien Gaillard dont les fleurs asymétriques étaient
inspirées par l’art japonais, Henri Vever, Alphonse Auger avec ses insectes montés , Georges Fouquet et Georges Leturcq.



Papillon créé et fabriqué par Julien Duval et Georges Le Turcq aux environs de 1890





Coupe papier argent et émail de Georges Le Turcq en vente à la Galerie Tadema




En 1894 Julien Duval et Georges Le Turcq se séparent, et en 1895  Georges Le Turcq fabrique ce bracelet , appelé "Bracelet Faust", il a été fabriqué à 
l'occasion de la 1000°  représentation du "Faust" de Gounod à l'Opéra de Paris.
Madame Evelyne Possémé nous indique qu'il est composé de cinq médailles sculptées par Vernier, représentant en buste les figures de Marguerite, Faust jeune et vieux, Mephistophélès et Valentin.

"Les deux associés se séparèrent en 1894 et continuèrent chacun à produire de jolies choses. A l'occasion de la millième représentation du Faust de Gounod, à l'Opéra, en 1895, Le Turcq eut l'idée de faire, avec la collaboration de Vernier, un bracelet « Faust a, obtenu par la frappe et qui reproduit les figures de Marguerite, de Faust, de Méphistophélès et de Valentin".  Henri Vever

en 2014 La maison Tajan  le remettait en vente, sur le catalogue le bracelet n'a pas été bien photographié, il en manque un morceau (et  Tajan notait :Rare bracelet Faust)


Il représente une suite de motifs ronds illustrant les personnages de l'opéra de Charles GOUNOD. Les profils ciselés représentent Faust en vieillard, Valentin, Marguerite, Faust en gentilhomme et Méphistophélès, entrecoupés des représentations du pacte, de la guerre, de la cassette de bijoux, de la colombe de l'Amour et de l'Enfer. Travail français en or jaune 18K. Poids brut : 48,3 gr.
Dimensions : 16,7 x 2 cm
Ce bracelet fut créé à l'occasion de la millième réprésentation du célèbre opéra Faust en 1894. Cette œuvre fut créée à l'Opéra de Paris le 19 Mars 1859. Des exemplaires en or et en argent furent produits et présentés par les grands joailliers parmi lesquels on trouve CARTIER. Estimé 6 à 8000€ il n'y a pas eu d'adjudication



Hans Nadelhoffer a écrit un livre sur Cartier que je trouve d'une très grande honnêteté, c'est un ouvrage méticuleux, précis , complet, fruit d'un travail de plusieurs années , pas d'à peu près, de Storytelling pour riches femmes de ménages, type "Noblesse et royautés" ou "point de vue images du monde", il nous apprend que Louis Cartier s'était tenu a distance du mouvement Art Nouveau, mais Hans Nadelhoffer cite Georges Le Turcq et son bracelet qu'il annonce en Vermeil, il y eut donc plusieurs versions, en argent en Vermeil et en Or-750/1000°
Hans Nadelhoffer ajoute dans ses notes: Le Faust de Goethe, traduit par Gérard de Nerval, illustré par Delacroix en 1827. Dans la bijouterie française au XIX ème siècle, , henri Vever  situe en 1895 le bracelet Faust de Le Turcq alors que les registres de Cartier le situe en 1894.

Ce qui me permet de vous livrer une réflexion, Hans Nalhoffer nous donne une précision que nos vendeurs actuels n'offrent pas, au sens ou tout le monde situe les oeuvres de Le Turcq en 1900, se calquant ainsi sur le livre de Vever.
Ce devait être étalé dans le temps. C'est pourquoi je n ai pas reproduit les dates indiquées par certains , nous sommes en présence de bijoux d'un grand professionnel, c'est ce qui compte.

De plus Hans Nadelhoffer écrit que G. le Turcq avait fabriqué une Azalée Japonaise et un Volubilis rouge , que je regrette de ne pas avoir trouvés.



René Georges Le Turcq prend parti pour le Colonel Picquart jeté en prison alors qu'on lui doit la révision du procès de Dreyfus, car il avait trouvé la preuve de l innocence de  DREYFUS
Georges Picquart décida de communiquer à l'homme politique Auguste Scherer Kestner les preuves dont il disposait. Il est alors chassé de l'armée en 1898 et emprisonné pendant près d'un an. Les dreyfusards en font un héros, à l'instar d'Octave Mirbeau qui écrit dans la préface d'Hommage des artistes à Picquart (février 1899) : « Comme on avait condamné Dreyfus, coupable d’être innocent, il savait qu’on condamnerait Picquart, doublement coupable d’une double innocence : celle de Dreyfus et la sienne. »Vu les dates c'est certainement René, Georges le Turcq Joaillier et non son fils René qui était sculpteur



Georges Le Turcq (1859) exécuta aussi, vers 1900, de belle joaillerie et des bijoux avec émaux très intéressants. De son côté, Julien Duval (1856), s'étant adressé à son camarade Vernon (de son vrai nom Frédéric de Vèrnon, 1858), qu'il avait connu à l'école des Arts décoratifs, lui demanda une série de médailles admirables dont
nous rappellerons les principales : la « Sainte Cécile », en 1896 ; la « Gallia », en 1897 ; « l'Amour », la « Vierge », en 1898; le « Jour », la « Nuit », « l'Aurore », le « Crépus- cule », en 1899 et en 1900, "Vever"

En 1898  Georges le Turcq va faire travailler un provincial monté a Paris, Jules Chadel, Fils d’un ébéniste de Clermont-Ferrand, formé comme sculpteur, Chadel étudie à l’École Nationale des Arts Décoratifs à Paris. Vers 1898, il commence à créer des modèles pour le joaillier Le Turcq. 
En 1905 il est embauché par le joaillier Henri Vever, dont la boutique rue de la Paix est alors au faîte de sa gloire. Pendant vingt ans, Chadel lui reste fidèle et produit plus de 20 000 modèles de joaillerie et d’objets décoratifs. Il devient aussi le relieur attitré du joaillier Vever, par ailleurs grand bibliophile.




Duval et Le Turcq avaient exposé a Pforzeim et avaient ramené un rapport sur cette exposition pour leur chambre syndicale





Rapport de Julien Duval et Georges Le Turcq



Bagues de Georges Le Turcq, dans le livre de Vever


Bague de Le Turcq, publiée par Vever



Bague platine et or en vente chez : http://www.berganza.com/index.html
C'est étonnant de ressemblance , est ce une autre version de Georges Leturcq, bague plus longue, possible! en tous les cas façonnage et sertis semblables




Cette bague est citée dans le livre de Vever en 1908 dont j ai reproduit la photo ci dessous, au centre.
la maison Christie's l'a a nouveau revendue et cite ceci:
Bague Art Nouveau avec une perle , diamants émail  PAR GEORGES LE TURCQ 
Conçue comme une fleur avec une perle en forme de goutte allongée avec émail vert, vers 1900, signée Georges Le Turcq
Avec certificat 39832 en date du 29 Août 2002 de la FFCA Institut Suisse de Gemmologie indiquant que la perle est une perle d'eau de mer naturelle




Bagues de Le Turcq dans le livre de Vever



Or émail plique à jour, diamants et perles baroque vers 1900 Pforzheim, 

Le Turcq se spécialisa tout particulièrement dans la joaillerie. La bague illustrée ici est un excellent exemple du talent avec lequel il réalisa d'élégants modèles. L’anneau, serti de diamants en pavé, se relève en s’incurvant et se sépare au-dessus de la perle, cachant la monture sous les deux pointes terminales. Les feuilles sont en émail translucide vert.




Bague en or,  perle,  diamants et émail - Georges Le Turcq pour A. Beaudoin, Paris, ca. 1900-1901. © Schmuckmuseum Pforzheim/Foto: Rüdiger Flöter

 Antony Pierre Auguste, Beaudoin, s'est surtout illustré pendant la période Art Déco.

D'après Evelyne Possémé, conservatrice en chef du département Art Nouveau et Art Déco,il est surtout connu pour avoir été l un des fournisseurs de la comédienne Sarah Bernhardt qui le baptisa dans ses mémoires "le plus grand orfèvre du siècle" Mémoire ou elle ne cite , ni Lalique, ni Fouquet, ni Mucha qui pourtant travaillèrent pour elle , rappelez vous le célèbre bracelet-bague Serpent de Fouquet et Mucha.




Cette bague est en photo dans l extrait du livre de Vever , ci-plus haut




C'est une boucle de ceinture de Georges Le turcq




Bague Art Nouveau Or, plique-à-jour émail, diamants et perle. Longueur: 2.9cm. Largeur: 1.9cm.




Épingle à chapeau en or jaune, perles et émail. Georges Le Turcq pour Antony Beaudoin, Paris, 1900
Sur ses carte de visites, le fameux Beaudoin Antony , ou il apparaît domicilié au 253 rue Saint Honoré ,  se qualifie lui-même de "Joaillier d'Art moderne"




C'est un pendentif en or jaune perles et émail qui a été exécuté par Georges Le Turcq aux environs de 1900 pour Antony Pierre Auguste BEAUDOIN





Bague Art Nouveau 'Primavera' Or Ruby diamant H: 3,1 cm  L: 1,8 cm
5 diamants taillés en  rose  0,70 cts environ.
3 diamants taille ancienne 0,15 cts et rubis 0,50 cts Vous pouvez l'acheter à Londres à la Galerie Tadéma:http://www.tademagallery.com/



C'est encore la galerie Tadema de Londres qui nous propose cette bague de Georges le Turcq
Art Nouveau or et 3 diamants de 0.06 carats chaque


Bague de doigt en or, diamants, perles et d'émail - Georges Le Turcq pour Antony Beaudoin, Paris, ca. 1900-1901. © Jewellery Museum Pforzheim / photo Rüdiger Flöter


Bague qu'on retrouve dans le livre de Vever et sous plusieurs couleurs d'émaux



Bague en or avec une fantastique opale bleue-noire





Cette bague indiquée de G Le Turcq en vente a la Galerie Tadéma ne me parait pas être de Le Turcq, j aurais aimé une publication des poinçons




En  1901 dans le journal Art et Décoration
MM. Bréant et Coulbaux ont édité quatre modèles de cannes tout à fait intéressants pour la variété d'imagination et les sérieuses recherches d'adaptation qu'ils manifestent. On y observe ce souci des formes repliées sur elles-mêmes, que nous avons recommandées. Le pommeau de canne formé de trois flamants entourant un cabochon de pierre est à cet égard assez significatif : les ailes et les cous des oiseaux s'enlacent et se nouent, de manière à former en vérité une couronne ininterrompue, aux flexions souples. Même dans cette gueule de serpent, férocement ouverte, qui surmonte une autre canne, les crocs restent émoussés et poursuivent sans aspérité le modelé général



Ces cannes furent fabriquées par Georges Le Turcq





Cette boucle de ceinture dans la presse de l époque en 1901 et la voici, ci-dessous revendue par Christie's


Cette boucle de ceinture  est de forme ovale sur laquelle sont sertis quatre cabochons de chrysobéryl vert . Elle pèse 89 grs. Bien que revêtue d un poinçon d'orfèvre AG, elle est de Le turcq





1900 vase Oeillets
Parmi les pièces patinées de son exposition, il en est une que nous reproduisons et dont l'exécution est due à M. Le Turcq ; elle est d'une composition charmante et d'un moderne sobre et élégant. Le vase en argent patiné noir, violacé et dégradé jusqu'au blanc, présente une opposition d'un très heureux effet entre le col et la panse. Les oeillets dorés de deux tons d'or se marient agréablement avec les tiges et les feuilles d'or vert vieilli: Vever:


1902 pendentif Georges Le Turcq or diamants et perles



Composée de deux cornes d'abondance en or ciselé, émail vert , les fruits et les fleurs sont en or de diverses couleurs dessinés par Chardon (qui travailla aussi pour R. Templier) , executée par Georges le Turcq en 1903 pour Boucheron (visible dans le livre de "Neret" sur Boucheron)



En 1905, le journal "Le Matin" nous informe sur l'oeuvre de Le Turcq commandée par le ministre de la Guerre et attribué au Canot de marque Mercédes pour les courses en rade d'Alger



Et toujours les fameux vases de Sevres





1912 Annuaire des Beaux Arts



Dans les archives du ministère de la Culture selon l inventaire général, qui nous indique le 12-août 1912 comme date d insculpation c'est a dire: 
  1. Action d’insculper
  2. La planche destinée à recevoir l’insculpation des poinçons lors de leur entrée et de leur sortie de service  (Manuel de la garantie, 1822,)
Chaque nouveau poinçon est frappé sur des plaques de cuivre et le nom et la date de départ de ce poinçon est conservé par la garantie. Or il se sépare d'avec Julien Duval en 1894 et continuant à produire, il devait avoir un autre poinçon entre les deux dates. En tous cas ce sigle du "Bonnet d'âne"  a bien fait rire une dame de 86 ans, de la famille de Georges, à qui je fais découvrir en ce moment des informations sur le grand père de son mari.





Deux bagues qui sont au musée de Pforzhiem
© Schmuckmuseum Pforzheim, Germany





Très belle broche de G le Turcq , vendue a Londres il y a quelques années, photographies fournies par un membre de la famille que je remercie à nouveau.




Cette même broche vue de dos, voir la qualité des mises à jour



Bijou très intéressant de Julien Duval, l ancien associé de Georges Le Turcq

En 1920 Le Figaro publie un article:
A la Société des Beaux arts
Prime de 300 francs Louis-Georges Capon, (vases en acier et en cuivre, montes au marteau).Prime supplémentaire de 100 francs Albert Henri Collinet (bahut, chêne sculpté). Mention René Le Turcq (collier, bracelet, cachet, bagues). Jean de Paris.
M. le Secrétaire analyse ensuite un rapport présenté à la Chambre syndicale de la Bijouterie par MM. Falize fils, Duval et Le Turcq, au nom du Conseil de perfectionnement de l'enseignement professionnel dans cette industrie et celles qui s'y rattachent. Ce rapport, qui est du plus grand intérêt, par lui-même et par les exposés qui l'accompagnent, paraîtra in extenso dans notre bulletin.
II tend à la création d'une école professionnelle.





Georges Le Turcq, d'après sa famille, aimait beaucoup le Théatre




Journal Le Matin le 9/10/1926 Mort de madame Georges le Turcq


Journal le Temps Mort de madame Georges Le Turcq



La fin, Georges le Turcq meurt le 30 mars 1940

Il existe peu d'archives sur Georges le Turcq, si vous en avez, je me ferais un plaisir de les publier si vous me les adressez à richard.jeanjacques@gmail.com