samedi 6 septembre 2014

Les Bijoux de Coco Chanel


Les Bijoux de Chanel, lesquels? 
Ses bijoux en or et pierres précieuses ou ceux en tocs?, ou les bijoux très étudiés de la société Chanel en 1993? 
des semaines que j'essaie de trouver une vérité dans tout ce qui a été écrit et j'ai du mal à séparer en matière historique, le vrai du faux.


En 1905 elle est déjà dans le Figaro
Cliquez sur toutes les photos pour les agrandir

Gabrielle Chanel aimait les gros bijoux et elle se tourna vers les bijoux fantaisies quoiqu' elle eut beaucoup d'amants qui lui offrirent de vrais et très chers bijoux.


J'ai une fois recencé les metiers du métier. j'en avais trouvé 47 entre les brunisseuses, les polisseuses, les sertisseurs, les orfevres, les glypticiens, les dessinateurs évidemment, les horlogers, les fondeurs, les lapidaires , les diamantaires, les enfileuses, les ciseleurs, les émailleurs,les graveurs, les chainistes etc. Et tous ces professionnels mettent dix ans a apprendre.
Et une question me hante, est ce que les bijoux de Cocteau???? Sont ils vraiment dessinés par Cocteau vérifies  ou inspirés par lui, tout cela parce qu'il est célèbre?  Après tout, nombres de fausses lithographies de Dali et autres circulent!
Beaucoup de bijoux d'artistes n'auraient eu de reconnaissance si celui qui en endosse la paternité n'était pas célèbre? 
Moi même, il y a des années, j'ai demandé à des peintres ou autres artistes de dessiner des bijoux , beau coup de pub, mais aucune idée nouvelle car les artistes ne reproduisent que leur oeuvre en plus petit.
Mais avant, il faut bien parler histoire, peu, car tellement de biographes de Mademoiselle Chanel l'ont fait.




Coco Chanel fut une couturière  importante à l’époque de l'entre deux guerres 

Elle voulut renouveler et moderniser le vêtement féminin. 
Elle voulait introduire un aspect « garçon » à la haute couture. 
Chanel s’inspire de son enfance et de ses amies, de ce qu’elle voit dans la rue pour créer. Elle trouve que la mode doit être accessible à tout le monde 
« Il n'y a pas de mode si elle ne descend pas dans la rue.” Disait-elle. 


En 1910,(1909 selon d'autres) elle ouvre sa première boutique de chapeaux appelée «  Chanel Modes », à Paris. Elle va très vite comprendre à l instar de maisons comme Van Cleef qu'il faut créer des succursales dans les villes de loisirs à la mode.
Deauville 1913
A ses débuts Gabrielle Chanel était modiste, voir ci-dessous article du Journal "les modes".





Ouverture du magasin de Deauville en 1913. 



Mais c’est en 1916, en taillant dans le tissu "jersey" (jusqu’alors réservé aux sous-vêtements), une robe chemise sans taille et sans col, s’arrêtant très au-dessus de la cheville, qu’elle transforme « pour toujours le spectacle de la rue ». Cette matière pauvre et rêche, acquise parce que l’étoffe manque a cause de la guerre, va permettre à Chanel de créer la « ligne pure », et de pousser plus loin les audaces de Poiret, qui n’avait osé que dévoiler le pied et desserrer l’étranglement du corset. 
Alors que dans « les rues d’Amérique [...] les jupes continuaient à battre les talons », Mademoiselle Chanel laissait voir à Paris ce que des siècles d’étoffes avaient voluptueusement caché. En bouleversant la mode, elle « la fait changer de siècle ». Au grand dam de Proust, qui rêvait de voir encore Mme Swann laisser « s’étaler derrière elle la longue traîne de sa robe mauve »… Après ce premier coup de maître, Chanel enchaîne les succès : le pyjama androgyne (à porter sur la plage ou le soir), les pantalons larges, la jupe plissée courte, les cardigans en maille et le fameux tailleur à poches plaquées.(Stéphanie Dulout)

Ses amants l'aident à s'installer, que ce soit à Paris ou ailleurs, mais un évenement surgit en 1920.
C'est le Lancement de son parfum N°5:
 Ernst Beaux rencontre Gabrielle Chanel par l intermédiaire du grand Duc de Russie Dimitri Pavlovitch son nouvel amant et en 1921 elle va lancer son premier parfum.
 « Mlle Chanel, qui avait une maison de couture très en vogue, me demanda pour celle-ci quelques parfums. Je suis venu lui présenter mes créations, deux séries : 1 à 5, et 20 à 24. Elle en choisit quelques-unes, dont celle qui portait le no 5 et à la question « Quel nom faut-il lui donner ? », Mlle Chanel m’a répondu : « Je présente ma collection de robes le 5 du mois de mai, le cinquième de l’année, nous lui laisserons donc le numéro qu’il porte et ce numéro 5 lui portera bonheur ». déclara mr Beaux. En 1922, Ernest Beaux créa le N° 22
Mais ce premier parfum il faut le diffuser, le vendre, intervient la famille Wertheimer, propriétaire des cosmétiques Bourjois, ils sont alsaciens et en 1909 ils avaient aidé Mr Bader le fondateur des Galeries Lafayette qui lui aussi était alsacien et juif. Theophile Bader va présenter les Wertheimer à Gabrielle Chanel. En 1924 ils vont s'associer avec Gabrielle dans  "Les parfums  Chanel" 
pour la fabrication, le lancement, la gestion du N° 5. Les Wertheimer ont 70 % du capital, Chanel 10 % et Adolphe Dreyfus et Max Grumbach 20 %. C'est important pour la compréhension de l histoire future.


1921 une page de Vogue consacrée a Gabrielle


En 1921 Coco avait déja chez elle son fameux escalier en glace, et c'est le grand peintre Vuillard qui en témoigne par ce tableau

Des 1924, elle demanda à la Maison Gripoix de Paris de réaliser pour elle des bijoux fantaisies. Gripoix utilisait surtout la pate de verre, faites un petit détour par ce joli blog:

Dans les années trente la Maison Gripoix va connaître avec l’émergence de couturiers comme Charles Frédéric Worth, Paul Poiret, Molyneux, Jeanne Lanvin, et bientôt Chanel, un essor sans précédent.
Ce sont les fausses perles et la sophistication de leur « nacrage » qui feront la réputation de cette maison devenue incontournable.
La Maison Gripoix est devenue le cheval de bataille des collections Chanel, réalisant au fil des ans une profusion de bijoux émaillés, dont la technique maîtrisée de la pâte de verre permet toutes les déclinaisons de couleurs et de multiples variantes de formes, et ce jusqu’à la fin des années quatre-ving
t.
e-116328981.html

N oubliez pas de cliquer sur chaque photo pour agrandir
A partir de  1928, les difficultés surgissent entre Coco Chanel et les Wertheimer, car Coco Chanel trouve que les  Wertheimer s’enrichissent sur son dos (façon de voir). En 1934, elle prendra un jeune avocat pour la défendre, Maître René de Chambrun. Pour ceux qui n'auraient pas lu mon "Histoire des Van Cleef et des Arpels", René de Chambrun est un jeune avocat qui épousera en 1935 Josée Laval la fille du président du Conseil Pierre Laval.
Josée  De Chambrun fut une amie de Renée Rachel Van Cleef, lire

Femina 1928


L oeil de Paris 1928





Au début des années 1930, plus de 2400 ouvriers et ouvrières travaillent dans ses ateliers, et bientôt son usine.
En 1930 Un journal de mode américain remarque l'innovation des Bijoux Fantaisies de Chanel, il indique que toutes les  actrices américaines sont séduites par les bijoux de Gabrielle Chanel, pourtant c'est sa rivale Elsa Schiapparelli qui a fait connaitre le "Bijou non précieux" sur le marché internationnal et celle ci a engagé des créateurs comme Schlumberger, Etienne de Beaumont, Francis Winter, Hubert de Givenchy (avant qu'il ne devienne couturier) Giacometti, Dali, Cocteau et Elsa les fait travailler sur du bijou mode contemporain alors que Gabrielle  tire son inspiration des bijoux anciens.
L'amérique l'acclame en 1931 et lui offre un contrat fabuleux de 1 million de dollars pour habiller les stars  de la MGM ( la premiere ce fut Gloria Swanson)  elle devait réaliser des costumes  deux fois par an, elle accepta l'offre. 



C'est vers le début des années trente qu'elle rencontre Verdura, en réalité Fulco Santostéfano della Cerda, Duc de Verdura.


En 1926 il s'était lié d'amitié avec Linda et Cole Porter qui découvrant ses nombreux talents, l'encouragèrent à faire une carrière artistique et a se rendre à Paris. Au début il travaille comme créateur de tissus pour Chanel, mais six mois après son arrivée, Coco le remarque et le charge de redessiner  sa collection de bijoux (ceux offerts par ses deux amants, le Duc de Westminster et le grand Duc Dimitri) superbes bijoux mais démodés.
Durant six années, Verdura va creér pour elle et la Maison Chanel des nouvelles pièces parmi lesquels deux larges bracelets en émail incrusté d'une croix de Malte, sorte de bijoux Bysantins.(l'empire romain d'Orient au VI °)


On retrouve constamment la Croix de Malte dans les collections de Verdura, la broche du haut et celle de droite ont été dessinées pour Chanel en 1930 en or. Il a fabriqué pour Coco Chanel des croix de malte, mais par exemple celle de gauche tout en or et diamants a été fabriquées en 1943 pour Clare Booth Luce , rédactrice, ecrivain, ambassadrice, dramaturge américaine , ce qui laisse a penser que contrairement à ce qui a été ecrit, l idée des croix de malte ne vient pas de Gabrielle Chanel.
Pour ma part je trouve que Verdura est le meilleur créateur de Chanel. Mais ce bijou ci-dessous par exemple


Ce n'est pas du Verdura, ce n'est pas du Chanel mais c'est la décoration de l'ordre du Saint Esprit, et cela date du XVIII eme siecle




Ces deux broches de Verdura pour Chanel, au design intéressant pour les années 30 doivent etre des bijoux fantaisies, cela se voit aux pierres, au serti, mais je n'ai pas trouvé de renseignements précis sur elles.


En 1932 à la sortie de la crise de 1929, elle dessine une collection de joaillerie, dont il ne reste pratiquement rien, il est difficile de trouver le véritable cheminement de cette idée





Elle expose cette collection de Joaillerie dans son appartement personnel en l' Hotel de Rohan au 29 rue Faubourg Saint Honoré, elle à 49 ans, elle est célèbre, le tout paris va venir voir cette exposition, ne serait ce que pour l appartement ou habite cette mademoiselle Chanel.
Un catalogue sera imprimé par Draeger, avec 5 photographies de Robert Bresson qui n'est pas encore cinéaste, et un petit texte de Madame Chanel.
 Ce tout Paris va se pâmer devant la mise en scène de cette présentation de bijoux, surtout pour l'époque...car elle les présente sur de magnifiques mannequins de cire.

Art et décoration de 1912.Bijoux de Paul Iribe et Linzeler

Ces bijoux ont été dessinés "a quatre mains" a t'il été écrit" par elle même et Paul Iribe, je n'ai pu trouver avec certitude, trace du joaillier qui les a exécutés.
En revanche Paul Iribe n'est pas un inconnu dans le bijou, il avait déja dessiné en 1912 des bijoux, exécutés par Linzeler  Joaillier très connu.
En 1913 il créa des meubles qui annonçait l'art déco


Pendant et après la guerre Paul Iribe fut un dessinateur satirique qui collabora à divers journaux, dont "la Baionnette" 



1915 journal engagé dirigé par paul Iribe.


"Si j'ai choisi le diamant, c'est parce qu'il représente, avec sa densité, la valeur la plus grande et le plus petit volume. Et je me suis servie de mon gout de ce qui brille pour tenter de concilier par la parure , l'élégance et la mode

En 1932 Gabrielle Chanel, eut une relation sentimentale avec Paul Iribe, rédacteur et éditeur du journal politique  "Le Témoin" présentant la France comme la victime des autres , tels Mussolini, Hitler, Chamberlain.
Designer, il a créé des meubles "art deco" en particulier pour Coco Chanel, mais l'a t il assisté  pour sa collection de bijoux? Ne serait ce pas plutot Verdura?


A propos des bijoux :
Elle disait: je me fous des bijoux. Ils n'apportent rien, dans la vie ils n'ajoutent pas à la joie de vivre. En general les femmes y tiennent beaucoup. On ne leur en donne pas. Moi je n'y tenais pas du tout et on m'en a beaucoup donnés, il fallait toujours que je dise: Non merci! j'ai assez de bijoux ! Qu'est ce que vous voulez que j'en fasse?





A propos des bijoux: Elle disait : 
« Je suis couverte de colliers, de chaînes, de broches, de boucles d'oreilles et de pierres de toutes les couleurs, de sorte que l'on ne- me comprend pas lorsque je prétends ne pas aimer les bijoux. Ce que je n”aime pas, c'est la pierre pour la pierre, le gros diamant-navette, le bouchon de carafe qui constitue une
 référence, un signe extérieur de richesse pour le mari ou pour l'amant de la femme qui le porte. Je n'aime pas non plus le bijou pour le bijou, le clip en diamants, et le rang-de-perles-entre-guillemets que l'on sort du coffre pour “le montrer un soir, que l'on remet au coffre après le dîner, et qui appartient
bien souvent à une société anonyme. Tout ça, ce sont des bijoux-qu”on-peut-vendre-en-cas-de-crise. Des bijoux pour riches. Je ne les aime pas. »


A propos des bijoux elle disait:
« Des bijoux, il en faut beaucoup. S'ils sont vrais, c”est ostentatoire et de mauvais goût. Ceux que je fais sont très faux et très beaux. Ils sont même plus beaux_que les vrais. »




A propos des bijoux 
Elle disait :  Les bijoux marquent une époque. J'aimerais que la mienne soit marquée par les bijoux Chanel. Elle le sera! Je pense à toutes ces femmes qui, grâce aux bijoux Chanel, portent sur elles des fortunes qui ne valent rien. J'ai demandé à l'un de mes mannequins si elle avait une idée de ce que vaudrait ce qu'elle avait autour du cou, si c'était vrai :
-- Aucune idée, Mademoiselle.
_ Six cents ou sept cents millions.
Ciétait des émeraudes, en plus gros. Lorsqu”on fait du faux, on fait toujours plus gros. Ça valait une vingtaine de mille francs. »





Sur ces bijoux, on se perd dans les déclarations diverses, selon certains un joaillier lui aurait demandé de dessiner des modèles, c'est probable, c'est courant.
Selon d'autres ce serait "une délégation de Joailliers" mais encore,...
Ce pourrait être  la Guilde internationale des diamantaires qui après la crise des années 29  était à la recherche d'un designer pour aider l'industrie du luxe à sortir de la crise, et la guilde aurait donné carte blanche à la Reine de la mode pour créer une collection de diamants sur platine.


Elle disait : -
« Savez-vous comment les joailliers appellent les bijoux en or, avec des brillants Les bijoux de guerre ! De l'or, de l'or, et des pierres qu'on monte, qu'on monte, et qui brillent... !
On a peur de souffler dessus de crainte que ça s'en aille. »







Fameux collier étoiles de Coco Chanel
Je ne peux m'empecher de faire un rapprochement avec Folco Di Verdura qui créa beaucoup de colliers "Ouverts"  or il connaissait Coco et travaillait avec elle depuis 1926. Rapprochons du Collier de Chanel celui que Verdura dessina et réalisa en citrines et or pour la très célèbre Doris Duke


A propos des bijoux. 
Elle disait :" Le bijou, c'est un ornement. Ceux que je fais sont très jolis. Certains sont tellement beaux que j'en suis épatée moi-même. Ça devient somptueux, tout à fait byzantin. Pourquoi est-ce que tout ce que je fais deviens byzantin ? »
Elle disait :
" Si j'enlevais tous mes bijoux, en quoi serais-je changée ? »


Joli bijou fantaisie de Gripoix en 1930 pour Chanel



1932 en photo avec Serge Lifar et  a droite un des colliers de son exposition: le thème du noeud en bijouterie est très ancien, le celèbre noeud sous louis XV , ceux qui faisaient partie des bijoux de la couronne de France, nombreux sont ceux exposés en photo sur ce site, il n'y a aucune idée  révolutionnaire dans ce bijou.

Grand Noeud de corsage de l Impératrice Eugénie

"Si j'ai choisi le diamant, c'est parce qu'il représente, avec sa densité, la valeur la plus grande et le plus petit volume. Et je me suis servie de mon gout de ce qui brille pour tenter de concilier par la parure , l'élégance et la mode"


Dans le journal Suisse, Le temps, du 7-3-2012, Benjamin Comar de la maison Chanel répond a une interview:
Une délégation de joailliers avait demandé à Gabrielle Chanel qu’aucun bijou de l’exposition ne soit vendu, et qu’ils soient tous démontés après l’exposition. Or visiblement, en regardant cette broche étoile que vous avez rachetée, certaines pièces ont bien été vendues.
Benjamin Comar: Oui, nous avons pu récupérer un bijou. Il y en a encore quelques-uns dans des collections particulières, mais on ne sait pas si certains ont été démontés ou pas.
On ne sait finalement rien de ce qui s’est passé après l’exposition?
Non, pas grand-chose. Et c’est ce qui en fait la magie: rien n’a été répertorié. Il nous reste le dossier de presse et cinq photos. On a aussi celles qui sont sorties dans les journaux, mais on ne possède pas les dessins des pièces.
Et ce collier «Franges» qui fait allusion à la coiffure des garçonnes et aux franges de leurs robes de charleston: c’était très audacieux de réaliser un tel bijou de tête!
Ce n’était pas un bijou de tête, mais un collier, que Coco Chanel avait choisi de présenter ainsi, comme d’autres colliers d’ailleurs. Il n’y avait pas de bijou de tête dans cette collection de 1932.


Ce n'est pas un bijou de tête, c'est un collier que le photographe a voulu placer ainsi


Monsieur Benjamin Comar, directeur international de Chanel Joaillerie déclara en 1993.
"Avec l'audace qu'on lui connait et au grand dam des diamantaires de la place Vendôme voyant d'un mauvais oeil cette nouvelle concurrente "mademoiselle tira profit des stocks de diamants restés sur les bras des professionnels après le Krach de 1929, elle dut néanmoins démonter les pierres précieuses et les rendre  après l'exposition et ne fit jamais de la joaillerie son métier"

J'ai du mal à croire cette nouvelle storytelling de nos publicistes en somme cette charmeuse, cette femme très légère aurait réussi en 10 bijoux à  démoder toute une profession qui elle, se débat dans des problèmes gigantesques créés par la crise. Les grands: Mauboussin, Van Cleef et Arpels Cartier, Mellerio, etc, étaient dépassés par madame Chanel? bizarre, bizarre, peu de restes dans les écrits de la presse de l epoque, coup de pub? 
Coup de pub de 1932 ou de la société Chanel  actuelle?




A propos des  Bijoux:
Elle disait :"Je ne m'attache pas à un bijou, pas plus que je ne m'attache à une maison. Lorsque je quitte une maison, je suis définitivement partie. Mais cette petite bague, c'est mon talisman. Je suis née au mois d'août. Mon talisman, c'est  l'or et la topaze. "
Elle disait :
<< Dans la rue, on ne doit porter que du faux. Les vrais bijoux, on les met chez soi, pour se faire plaisir, de temps en temps. >›


A propos des bijoux
Elle possédait des émeraudes magnifiques et de très beaux rubis, très rares,
mais elle aimait tout autant des rubis roses du Siam, des saphirs clairs de Ceylan, qui ne valent pas très chers, et des topazes. « Il n'y a pas plus joli qu'une topaze, disait-elle, cette eau dorée. »


Le journal "Cyrano" manie la satire sur le dos de Gabrielle et du Duc de Westminster


Ce serait le seul bijou restant


C'est une déclaration étonnante, que celle de Mr Comar, plus haut.
 En 1932, nous n'avions pas encore digéré la faillite de Lyon Alemand et les nombreuses faillites que cela entraina chez les diamantaires et les joailliers, relisez si ce n'est déja fait ce que j'ai écrit sur ce sujet.


Il n'y avait plus de concurrence et dès le mois d’octobre 1930, les énormes difficultés du marché interne des diamants et pierres précieuses avaient amené les banques créancières à  créer une société « Diaperl » chargée de mettre de l ordre chez les professionnels endettés (tous ou presque), et de faciliter la liquidation de leurs engagements, mais 610 millions de francs de l’époque quand la crise est là et que les commandes ont chuté ?
Avec quoi payer ? Alors en 1932 on songea au règlement en marchandises, il fut créé une « Société Corporative des négociants en perles fines et pierres précieuses »  et un « Comité des affaires diamantaires » pour maintenir un dialogue entre les banques et huit négociants, afin de proposer des solutions convenant à cette situation d’exception et écouler les marchandises au mieux des conditions du marché.



1932 le Journal Vogue présente une robe de Chanel


Vogue rédige aussi un article sur l exposition de Chanel

Cliquez pour agrandir
Donc qui avait  prêté un stock de diamants à Madame Chanel et d'ou venait il ? l un de mes lecteurs aura peut etre une idée?
Il parait illogique de faire fabriquer des bijoux très précieux et très techniques pour au bout de quelques jours, les démonter et rendre les pierres.

Il ne resterait à l heure actuelle qu'un seul bijou, une broche étoile, le dossier de presse et cinq photos, aucun dessin de pièces et les photographies prises par Robert Bresson et André Kertész pour la presse de mode.


Tiré du livre sur Chanel de Patrick Mauriès
Combien de bijoux avaient été fabriqués en 1932?, une dizaine.



Tres joli collier de Gripoix en verre, laiton, résine

Formidable , même la Corse s'y met, avé le soutien de Napoléon!!

Il semblerait que Madame Chanel avait un fichu caractère, en 1936 il y eut pres de 2.000.000 de grévistes, les cousettes de Chanel ne sont pas en reste, elle le prend de haut, de très haut, elle s'estime trahie par son personnel qui tout simplement voulait être mieux payé et avoir des congés, elle  refuse de faire la moindre concession, elle renvoie même 300 employés...puis...ses conseillers vont lui faire comprendre que si elle ne trouve pas d'accord, il n'y aura pas de collection d'automne
En somme, il est plus facile de liberer la femme de ses corsets que le peuple de ses entraves!
En réalité , elle avait peur des mouvement sociaux, de pauvre à la naissance, elle était devenue une très riche bougeoise et comme nos "élites"en ce début de 20 eme siècle, elle est coupée des réalités de la vie quotidienne des Français. Pour elle ses "cousettes" et ses vendeuses avaient été contaminées par une invention américaine le "Sit Down"!!!

Cliquez pour agrandir les photos

En 1937, son apogée, à l'exposition internationale des arts et techniques, ses vêtements, ses parfums et peut être aussi ses bijoux en font une grande vedette au niveau planétaire.


Ces bracelets de Verdura sont en émail cuit sur une base or.
Coco Chanel n'a pas laissé de Mémoires ou d'autres écrits, mais dans "Mémoires de Coco" de Louise de Vilmorin....
"Pourtant, je ne savais pas ce que la lecture allait m’apporter : elle devient l’élément nourricier de mes rêveries et de mes rêves. (…) Quel que soit le livre que je lisais, je m’identifiais au personnage le plus intéressant du récit et, de ligne en ligne, j’en suivais la vie, croyant vivre la mienne. Mon imagination trouvait enfin des complices. Mes bijoux champêtres se cristallisèrent en parures de pierreries, mon extravagance et mon autorité bâtirent des demeures à mon goût () C’est alors que se forma alors l’alliage entre l’éducation que je recevais et les lumières que mes lectures projetaient, pour moi seule, sur mes tendances créatrices, mes ambitions matérielles, mes aspirations sentimentales et l’ensemble de mon avenir. C’est à ce moment-là aussi que je compris clairement ce qui m’était absolument nécessaire : briser les entraves de la pauvreté et, pour être libre, uniquement pour cela, gagner beaucoup d’argent. Mes lectures me permirent de comparer ce qui m’entourait et ce qui m’attirait." 


Cette photographie date de 1937 et a été prise par Kollar, elle porte un bracelet  "Croix de Malte" de Verdura


Cette  autre photo date aussi de 1937 et elle porte une broche d'inspiration byzantine



En 1938 dans le journal "L'art et la Mode" modèle de  Chanel ceinture et motifs oiseaux: Gripoix?



A propos des bijoux:
Le duc de Westminster lui offrit une parure d'émeraudes,entourées de diamants bague, boucles d'oreilles, bracelet,collier, et, dans des écrins semblables à ceux de la parure, deux bracelets tout pareils, avec des émeraudes indiennes, des rubis sang de pigeon, des saphirs du Cachemire. Il lui arrivait de les passer à ses poignets :« Sur moi, c”est ridicule ››, disait-elle.


A propos des bijoux:
Elle refermait les écrins :<< Il va falloir que je démonte tout ça. ››
Elle le fit, et les pierres s'en furent rejoindre celles qui remplissaient les boîtes et les petits bols, avec lesquelles elle jouait pour créer ses bijoux.
Elle aurait bien voulu revoir la Schatzkammer (la chambre du trésor) du Munich, où elle avait admiré des bijoux de la Renaissance et de Byzance, des croix byzantines notamment, incrustées de lourdes pierres. En les décrivant, elle évo-
quait un autre voyage, à Ravenne, avec une visite au mausolée de 'impératrice d'0ccident, Galla Placidia.
Elle disait :
« J'ai fait des fausses perles pour ne pas porter les miennes. On me trouvait jolie avec ça. Je me suis dit : il faudrait que toutes les femmes puissent en porter, pour se mettre en valeur. J'ai cherché et j'ai trouvé les gens pour en fabriquer des masses. J'ai toujours trouvé les gens que je cherchais. »


L accordéon des rues, mais au Ritz en 1937

Et quand même un bracelet or de Verdura pour Chanel


Ces deux colliers ci-dessus et dessous datent de 1938 et ont été fabriqués par Gripoix





En 1938 les couzettes sont au "boulot" mais.... 



En septembre 1939, sans que personne n'ait bien compris, elle ferme ses ateliers de couture, renvoie les mannequins, elle ne garde que la Boutique, (faut bien bouffer) 
Jusqu'a cette date , elle entretenait ses frères , elle leur coupe les vivres , et ne les reverra plus. Elle expliqua plus tard "je croyais qu'on ne ferait plus de Robes"
En réalité d'après Marcel Haedrich," la guerre ne la concernait pas, son formidable égocentrisme la protégeait mieux que le pays ne l avait été par la ligne Maginot"

Parler de la guerre c'est parler de sa collaboration de son mépris pour les français qu'on rafle dans les rues, il est difficile d'en parler tant ses "biographes" l'on fait.  Un écrivain américain, qui a fait la seconde guerre mondiale, Hal Vaughan  a écrit recemment un livre tres bien documenté "Sleeping with the Ennemy" il révèle que son amant était proche d'Hitler, que Coco Chanel était recensée auprès de l'Abwehr, elle était de connivence à tous les étages, avec les nazis. 
On lui a reproché entres autres, d'avoir cherché à profiter des lois anti-juives pour récupérer la propriété des parfums, dont la création et la distribution était confiée depuis les années vingt aux frères Wertheimer - qui commercialisaient à l'époque les parfums Bourjois. Les frères Wertheimer avaient quitté la France au début de la guerre et des 1940 il suffisait de dire que leur "aryanisation était bidon". C'est un de leurs ami Felix Amiot, l'avionneur, qui avait repris leur entreprise.
Un passage du travail de Mr Bruno Abescat dans l Express en 2005
L'affaire semble conclue. Mais, le 3 avril 1941, Félix est convoqué avenue Kléber, à l'hôtel Majestic, siège du commandement militaire allemand. L'ingénieur Sturm attaque bille en tête: «Vous avez acheté la parfumerie Bourjois et les actions Chanel. C'est une vente de complaisance. Les Wertheimer sont vos amis et aussi vos associés. Vous êtes leur prête-nom. Tout cela est naïf et dangereux pour vous.» Félix proteste. Pendant des semaines, il doit subir un bataillon de contrôleurs, qui exigent des réponses et des justificatifs. Au bout du compte, il les enfume. Et parvient à éloigner les menaces d'absorption d'un concurrent: le Groupe allemand des alcools. Mais les ennuis continuent. Ce coup-là, ils proviennent de Georges Madoux, administrateur provisoire nommé par Vichy pour vérifier que l'aryanisation de Chanelest bien réelle. Sa conclusion tombe: «Je suis amené à croire que les allégations de M. Amiot sont tout à fait fausses. La société des Parfums Chanel est encore une société juive.» Et, maintenant, voilà Coco en personne qui sort du bois. Dans une lettre adressée à Madoux le 5 mai 1941, elle y va de bon cœur: «Je me porte acquéreur de la totalité des actions Parfums Chanel qui […] sont encore la propriété de juifs et 
que vous avez pour mission de céder ou faire céder à des sujets aryens.» Elle et l'administrateur 
provisoire s'apprécient. Ils se connaissent de longue date. Avant guerre, il était directeur commercial des Parfums Chanel et directeur de la haute couture chez Coco. Comment Félix va-t-il pouvoir s'en sortir face à de tels duettistes? 

Aux archives nationales, se trouve le dossier AJ382726 qui contient les informations sur cette opération. Coco estimait avoir été flouée, après la constitution de la société des Parfums par les Wertheimer. Elle essaiera sans succès de contester cette aryanisation pour racheter (a bas prix) la firme pour elle même. 
D'abord, grâce au soutien involontaire des locataires de l'hôtel Majestic. Herr Blanke, leur enquêteur, disqualifie le commissaire-gérant de Vichy: «Georges Madoux a été congédié des Parfums Chanel le 31 décembre 1931 pour prélèvements injustifiés dans la caisse.» Ensuite, Rodolphe Frey, l'administrateur français nommé pour faire la lumière sur la maison Wertheimer Frères, écrit: «Je peux conclure, entoute bonne foi, que la parfumerie Bourjois est passée en des 
mains aryennes d'une façon légale et correcte. Et qu'aucungrief ne peut être formulé contre M. Amiot.» Il accompagne ce jugement d'un argument massue: «On ne voit pas très bien comment M. Amiot chercherait à sauvegarder lesintérêts des frères Wertheimer, alors qu'il s'est associé avec
la société Junkers Flugzeug- und Motorenwerke pour laconstruction de 370 avions, cette première commandereprésentant 1,2 milliard de francs…»  Mademoiselle est obligée de rendre les armes.

. En septembre 1944 les F.F.I.l'arrêtent, mais elle est libérée au bout de  quelques heures (et après un intervention discrète du Duc de Westminster ou de Winston Churchill ?). Furieuse, Chanel préfère  quitter la France pour aller habiter en Suisse pendant  huit ans  pour éviter l'épuration,  le temps de faire oublier sa lacheté des cinq années.
1947: Coco Chanel et Pierre Wertheimer se rencontrent à nouveau et décident de faire la paix concernant leur désaccord sur les revenus de la distribution de parfum. 

1950 résine, laiton, bijou de Gripoix pour Coco

En 1954 elle se décide a revenir en France apres 14 ans d'absence , elle organise un défilé, mais les invités sont plus que déçus , Chanel a fait du Chanel...de 1939, elle se retrouve en  dehors de la mode (Chistian Dior et autres), c'est un echec, cuisant, elle déclare: " Que voulez-vous, les gens ne savent plus ce qu’est l’élégance"
Un orfevre du nom de De Gorse (je n'ai pu trouver sa trace) aurait reçu des commande de Gabrielle Chanel en 1954 et en aurait fait executer une partie par Robert Goossens, mais Goossens ne connut Chanel qu'a la mort de De Gorce six ans plus tard en 1960

Bracelet de 1960 or émaillé, diamants rubis de Verdura

A propos des bijoux:
Elle disait :« J'ai gagné des fortunes avec les perles, et des fortunes avec les bijoux. J”aurais des milliards si j'avais mis tout ça de côté. ››


Broche or de Verdura pour Chanel avec pierres véritables

1964

C'est une Ceinture executée par Robert Goossens pour gabrielle Chanel elle est articulée en métal doré, boucle ciselée, repercée et ornée d'un cabochon imitant une émeraude rehaussé de perles blanches et de perles à imitation rubis.



Il explique que Chanel procèdait pour ses bijoux comme pour sa mode, à même la matiere, sans motif préconçu, et c'est Patrick Mauries qui relate Marcel Haedrich, expliquant la "création de Coco " en matière de bijoux.
"Pour faire ses bijoux, elle s'installait dans son salon. Assise sur le bord du canapé, elle tripotait une boule de plastique, au aurait dit du chewing-gum. Devant elle sur la table chinoise, très basse, dans des boites ou de petits bolsdes pierres de toutes dimensions et de toutes formes qu'elle incrustait a sa fantaisie dans son chewing-gum aplati sur la table"


Une amie de Coco Chanel lui avait offert une croix, et elle s'est inspirée de nombreuses fois pour des croix  de ce cadeau, celles ci ont été fabriquées par Goossens


Je ne m'attarderais pas avec dithyrambe sur ce bracelet or exécuté pour Chanel par Robert Goossens.


Coco Chanel aimait beaucoup les musées, en particulier le Musée du Louvre ou se trouve ce bracelet de Yakmour en Syrie, civilisation du 3 eme siècle.


Elle demanda à Robert Goossens dans les années 60 d'exécuter un bracelet inspiré par celui de Yakmour. Je n'ai pas réussi a rentrer en contact avec la maison Goossens alors j'ai emprunté ce cliché à l excellent livre de Patrick Mauriès sur Chanel
La maison de vente Deburaux, avait organisé une vente de bijoux réalisés par Goossens pour des artistes,je reproduis leur texte de présentation.
Orfèvre-bijoutier, né en 1927, Robert Goossens est le grand artiste du métal, l’un des derniers grands maîtres de l’âge d’or du Bijoux. Il est le descendant d’une famille de fondeurs d’art. 
Très jeune, il travaille avec son père puis il entre dans l’atelier del’orfèvre Bauer en 1942, qui crée pour les joailliers Cartier et Mellerio, puis en 1945 chez
Lefebvre.
Sa carrière « Couture » débute en 1948 chez Max Boinet qui oeuvre pour Dior, Balmain, Fath,Balenciaga, Schiaparelli, etc.En 1950, il collabore directement avec Monsieur Balenciaga.Dès 1954, il participe à la création du Style Byzantin, signature de la maison Chanel.Entre 1972 à 1975, il travaille pour la maison Grès. En 1974, il ouvre neuf ateliers : il en sortira notamment de nombreuses productions pour Yves Saint Laurent.
Le cristal de roche très employé au 17e siècle, est la matière de prédilection de
Robert Goossens. L’idée lui est venue de travailler le minéral après avoir restauré une croix encristal de roche confiée par Coco Chanel. Ce quartz est ainsi présent dans une grande partie de sa création (bijoux, coupes et objets d’art).Il travaille toutes les matières, précieuses ou non : c’est l’aspect général qui importe seul et non la valeur économique de chaque matériau.


Bijou de Goossens pour Chanel,  ce bracelet est en laiton, strass, cabochons  orangés en résine


Goossens pour Chanel bijoux fantaisie des années 1960



,

Revers d'une croix de style Bysantin exécuté en or  perles baroques, turquoises et tourmalines par Mr Goossens pour Melle Chanel.

A propos du "design" de sa marque, comme Gabrielle Chanel n'a laissé aucun ecrit


"En 1895 Gabrielle Chanel, âgée de 12 ans,  est confiée avec ses deux sœurs, à un orphelinat  installé au xixe siècle dans les combles de l'abbaye d'Aubazine : elle y mène une vie austère  pendant six années   Elle s'est par la suite inspirée de ses souvenirs de l'abbaye pour créer des vêtements aux lignes épurées harmonieuses comparables à l'architecture, aux couleurs neutres : noir et blanc comme les uniformes des sœurs et des pensionnaires, beige comme les couleurs des murs. Son futur logo aurait été inspiré par les "C" entrelacés des vitraux c'est une version de l'émission " D'apres Des racines et des Ailes"


Mais pourquoi ne se serait elle pas inspirée en visitant le chateau de Chenonceaux du monogramme de Catherine de Médicis , d'autant qu'en 2010 les archéologues qui fouillaient le quartier Henri IV du chateau de Fontainebleau firent une merveilleuse découverte


Une épingle à cheveux de Catherine de Médicis en or!


Donc, y a t il un "Style Chanel" en matière de bijoux? je pense que non!
Il y a des inspirations bysantines et de nombreux emprunts, mais aucune ligne ne se dessine qui soit particulière , sauf le fait d'avoir hissé le  bijou volumineux toc et décor en accessoire de mode.


Avant la guerre, elle reprochait aux frères Wertheimer de s'enticher alors qu'elle leur avait cédé, l'organisation, la promotion etc, de ses produits. 

Mais les freres Wertheimer après guerre preféraient ne pas voir disparaitre le personnage Chanel et leurs relations s'apaisèrent. Aussi, le 24 mai 1954, Pierre Wertheimer rachète la maison de couture. 
Voilà Pierre Wertheimer propriétaire de tout le groupe Chanel. A compter de ce jour, il réglera aussi la totalité des dépenses de Coco: les impôts, le Ritz, la Cadillac, le chauffeur, les domestiques, le cuisinier, le téléphone - et jusqu'aux timbres. Jusqu'à sa mort le 10 janvier 1971, ils subviennent aux coûteux besoins de la couturière, ne serait ce que la vie au Ritz etc. 
Et pourtant: "Sans Churchill, elle était tondue", dit abruptement Edmonde Charles-Roux, menue et toujours féroce à 92 ans.

Un merveilleux ouvrage sur les Wertheimer et Gabrielle Chanel, il faut le lire 
http://www.arretsurimages.net/media/pdf/histoire_chanel.pdf

Pour les petites phrases des rubriques "A propos des bijoux" elles sont tirées du livre de Marcel Haedrich "Coco Chanel Secrète" Chez Robert Laffont