mercredi 1 octobre 2014

Aimé Arnould, ou Edouard Aimé Arnould? qu'importe ! un homme de talent méconnu


C'est un beau collier, vendu par Maître Fraysse en 2002 et  même si nos altesses européennes n'oseraient porter une "pareille chose" , c'est un beau bijou. L'auteur est un bijoutier méconnu "de nos jours" a tel point que le peu de bijoux vendus de lui, sont peu ou mal décrits.
Certains ont dit que c'étaient des feuilles de liseron, j'ai regardé les feuilles de liserons de mon jardin et je penchais  sérieusement pour des feuilles de lierre, 
Donc une lectrice du blog m'a envoyé des compléments à mon travail entre autres , ce ne sont pas des feuilles de lierre, mais...


Des feuilles de Ficaria, plante herbacée vivace de la famille des ranunculaceae
Le nom "Ficaire" vient du mot latin ficus,figue, en raison de ses racines en forme de petites figues. C'est une espèce très commune, appelée aussi "Herbe aux hemoroïdes".
Je regrette que les commissaires priseurs ne daignent pas me répondre au sujet de ce qu'ils ont vendus.
Toujours est il que ce collier me parait contemporain, et pourtant il date du tout début de siècle.
Malgré l'époque ou il a exercé, il ne figure pas dans le VEVER.
Grace à Léonore Van Der Wals, d'Amsterdam, j'ai pu apprendre qu'une personne, Louis de Suremain , préparerait un catalogue, j'en ai trouvé  confirmation dans la gazette Drouot.
Quant à un élégant collier signé Aymé Arnould, il était poussé jusqu'à 4 800 euros. Datant de la fin du XIXe, il prend la forme d'une fougère travaillée en or et agrémentée de diamants. Il sera inscrit au catalogue actuellement préparé sur cet orfèvre joaillier par Louis de Suremain.
Je n'ai trouvé aucun document ou Aimé Arnould soit écrit Aymé.

Cliquez pour agrandir toutes les images

Un peintre très talentueux nous permet de découvrir ce collier, Mr Antonio de la Lagandara.
Ce peintre est un témoin des années 1900 et il a réalisé pour Aimé Arnould les dessins de son catalogue de bijoux. Ce dessin nous montre une variante de ce collier lierre.


Un élégant collier en or jaune, composé de motifs floraux et de larges feuilles. Sur les tiges sont disposés de petits coléoptères dont le corps est en opale ainsi que des pierres bleues,  Signé Arnould, circa 1900. Long. : 44 cm. Poids : 40 g. Vendu par la maison Boule à Monaco

D'autres que moi, pensent que le bijoutier Aimé Arnould, n'est pas le même homme que l'éditeur Aimé Arnould,je vais essayer de prouver le contraire.

Dans le livre: Un style moderne Jugendstil 1899 bis 1905

Broché,  Arnoldsche Art Publishers , Sortie: Juin 2006, 463 pages, 
La maison a été fondée en 1890 à Paris; premières éditions de graphiques et d'affiches, depuis 1900 production de bijoux, sculpture et arts décoratifs

Il y a peu de bijoux de Edouard Aimé Arnould qui ont été vendus en salle ces dernieres années


Broche Lierre d'Aimé Arnould


En 1911 Edouard-Aimé Arnould participe au salon des artistes français et la "Revue Septentrionale" publie un petit texte.


Pour cette jolie broche Opale et or d'Aimé Arnoud, je pense que cette fois ci,  ce sont des feuilles de Liseron.



La galerie Art Fiding : http://www.artfinding.com/: a noté ce  collier d' Aimé Arnould, vendu par Tajan. Il était  en vente  à la galerie de Inez Stodel,à Amsterdam: http://www.inezstodel.com/ qui nous donne une description plus précise.





C'est un collier en or 18 carats composé de 14 éléments représentant des feuilles de fougère. Les grandes mailles sont toutes différentes, les plus petites mailles sont semblables, et chacune est  sertie sur platine d'un diamant taille brillant . Signé:. Arnould pour Edouard Aimé Arnould, Paris vers 1890.
Arnould a rarement utilisé des diamants dans ses créations. Chaque élément est très élégant et fini en détail à la fois au dessus et au dessous. longueur: 38. cm poids: 86,5 grammes.


Bague or jaune, perle fine et diamant, sertissure platine



Page du catalogue de bijoux de Arnould,  dessins de Antonio de La Gandara (1861-1917), Artiste peintre parisien, dessinateur et pastelliste de talent sous la double influence d'un père espagnol originaire du Mexique et d'une mère française éduquée en Angleterre. 
En 1878, il est admis aux beaux arts, alors que ses professeurs, Gerome et Cabanel devinaient en lui un Maître, rien ne laissait présager à quel point sa vie serait intimement liée aux intrigues et splendeurs de la Belle Époque. je vous recommande le site  dédié au peintre:



Broche en or stylisée de deux fleurs et feuillages entrelacés et formée de deux perles en poire. Époque vers 1920. Signée. Poids brut: 6 g. Long.: 3,8 cm.




D'après Art Net , ce collier en argent serait de Aimé Arnould


Tres belle boucle de ceinture en argent de Aimé  chez :www.tademagallery.com

Elle représente "Eve"
H: 6,7 cm  W: 6,4 cm  Marques: 'AA' avec un chardon et la tête de l'aigle
française, c.1900  donc le poinçon de Aimé Arnould
Littérature: cf. Bijoux Art Nouveau, Joseph Sataloff, 1984, p.85
Le Paris Salons 1895-1914, Bijoux, I: Les concepteurs AK, Alastair Duncan, 1994, p.37
Illustrated: Art Nouveau, L'esthétique française,
Victor Arwas 2002, p. 366



Cette bague vendue par la maison d'enchères "Millon"  est ornée d'une opale blanche cabochon navette, en serti clos. Les attaches du corps de bague stylisent deux libellules aux ailes déployées, gravées en relief. Gravée "ARNOULD".(Opale dépolie).  Poids: 7.6 g.




C'est un peigne en corne au motif de feuilles de Ginko exposé au http://www.creative-museum.com/ qui est un musée de la coiffure. Aimé Arnould et les motifs sont en étain


Voici le poinçon de maitre d'Aimé Arnould, on peut lire qu'il a commencé son exercice de Bijoutier fabricant le 2-9-1899 et qu'il est installé au 7 rue Racine à Paris, il a été remplacé après par Yvonne Arnould qui a cessé l activité de la maison en 1945.







Lors d'une vente aux enchères à Versailles, maison Perrin, Royere, Lajeunesse, le 17-10-2010 il a été présenté ce collier en or jaune formant une guirlandes de feuilles de lierre, ponctuée de trios de perles baroques, probablement fines. Il est signé Arnould, il pèse 33grs 80, un texte d'explication était joint:
"La Maison Arnould, installée à Paris au 6 (non, c'est au 7) rue racine, s'affirme comme un bijoutier avant gardiste de l'Art Nouveau, ouvrant ses ateliers à des artistes européens de renommée, comme Alois Reinitzer, médaillé en 1900 à l Exposition Universelle, et surtout, Manolo Hugué, dont certaines créations, comme la Nuit et Vénus au miroir, sont fabriquées en France, mais aussi en espagne ou ses oeuvres sont connues et recherchées".


Ce texte a mon avis fait le lien avec l'éditeur A.Arnould car cet éditeur est installé aussi au 7 rue Racine et A.Arnould édite une plaquette sur ses bijoux, nous avons vu plus haut deux pages de ce catalogue


Et dans ce catalogue "Arnould éditeur" propose des bijoux d'artistes qu'il fabrique en argent









Et comme il est dit plus haut, en particulier des bijoux dessinés par Manolo Hugué qui est un artiste Espagnol, ami de Picasso.
C'est Francisco Durrio, un sculpteur dont influence se mesure à son oeuvre bien sûr, mais aussi à sa contribution à faire connaître des nouveautés artistiques et de nouveaux artistes qui a enseigné l’art de travailler les métaux précieux à Manolo Hugué et a appris a faire cuire l argile à Pablo Picasso. Il a aussi fait découvrir l’oeuvre de Paul Gauguin à de nombreux artistes, dont Picasso. Les artistes qui figurent sur ce catalogue sont, Alexandre Vibert, Alois Reinitzer, Louis Ridel, Crepin, Gautier et Manolo Hugué.


En témoigne cette broche qu'on peut observer sur la deuxième page du catalogue (ci-dessus et avant) et qui a été vendue par Sotheby's récemment avec la légende "Hugué pour A.Arnould" 


Manolo Hugué



Il fait bien fabriquer par Arnould, mais aussi en Espagne comme me l'a confirmé le musée de Catalogne à Barcelone



Cet autre en page 4 de Manolo Hugué


Le même, mais en or.

Bague de Manolo Hugué en argent par Arnould

Vous pouvez voir aussi ces bijoux  au :El Museu Nacional d'Art de Catalunya  qui a  possède beaucoup d'oeuvres de Manolo Hugué




Portrait de Manolo Hugué par Picasso


Bague de manolo Hugué au musée de Catalogne


Bague oeil de Manolo Hugué, explications du musée ci dessous




Donc Edouard Aimé Arnould éditait des bijoux pour d'autres artistes au 7 rue Racine à Paris.

Sur la page 3 a gauche, j'ai retrouvé cet objet vendu récemment en salle.

Edmond Achille CRÉPIN (1880-1949) Encrier 1900 en bronze patiné à décor floral, mono-grammé "C.E.A" et légendé A. Arnould Editeur.Paris sous la base.Long. : 28 cm 
Sur un autre catalogue d'Arnould j'ai trouvé ce bouton électrique dessiné par Crépin


Bouton électrique de Crépin en bas a droite


En bas a gauche j'ai retrouvé une vente de ce porte allumettes

Edmond Achille CRÉPIN (1880-1949)Porte-allumettes 1900 en bronze patiné à décor floral monogrammé "C.E.A" (no 130 du catalogue 1900 de Arnould Editeur). 1 000 / 1 500



Statuette de  Edmond  Achille Crépin


Aimé Arnould travailla aussi pour Louis Marie Joseph Ridel, qui fut un peintre apprécié , mais je n'ai pu trouver le ou les bijoux.
Louis RIDEL, élève de Gustave MOREAU, met en scène des jeunes femmes alanguies, pâles et mallarméennes qu'il pare de bouquets de fleurs aux tons apaisés et de bijoux étincelants.
Sculpteur, décorateur, graveur en médailles, et surtout peintre, il se consacra essentiellement à la réalisation de commandes d'état, et notamment pour le Sénat, le ministère des Travaux Publics ou encore la Mairie du XIIème arrondissement de Paris. Ses envois aux Salon des Artistes Français sont régulièrement récompensés et ses expositions à l'étranger sont nombreuses.




Louis Marie Joseph RIDEL, est né le 12 février 1866 à Vannes.
Il fut aussi l'élève de Elie Delaunay, et de Richemont. Il fut sociétaire du Salon des Artistes Français à partir de 1901. Il a aussi exposé au Salon des Tuileries à Paris. Ses œuvres ont également figuré lors d'expositions à Berlin, Gand, Le Caire, Venise, Düsseldorf, Amsterdam, Tokyo, Saint-Louis et Pittsburgh. Il obtint au Salon des Artistes Français à Paris une mention honorable en 1896, une médaille de troisième classe en 1898, de deuxième classe en 1900, et fut fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1909.
Il a reçu plusieurs commandes officielles de panneaux muraux.
Musées de Nantes, Quimper, Madrid

Alois Reinitzer


Au catalogue de bijoux cité plus haut , beaucoup de petits bijoux sont de Alois Reinitzer, 



orfèvre
auteur
Reinitzer, Eloi
patronyme(s)
Reinitzer
prénom (état civil)
Eloi
profession
Fabricant bijoutier à façon
initiales
E.R.
symboles
une roue
n° de garantie
pas de numéro
n° de préfecture
pas de numéro
date d'insculpation
1er août 1899
date de biffage
"ne fabrique pas"
lieu(x) d'activité
75

Paris
adresse de l'atelier
17 avenue Trudaine
crédits photo
Lebée, D. - © Inventaire général, ADAGP, 2000
référence
PG001716




Reinitzer avait demandé un poinçon à l'administration française, il l'obtint mais ne fabriqua jamais de bijoux.
 J'ai reçu aussi d'une lectrice qui tient à rester anonyme, un passage de livre, sur Reinitzer et Arnould,tiré du livre de Rolende Van Strydonck de Burkel :"les bijoux Art Nouveau en Europe"




En 1914, malheureusement, c'était la guerre, alors les  biens des Allemands et des Autrichiens installés en France furent mis sous séquestre.


22 MAISONS ALLEMANDES ET AUTRICHIENNES
LISTE DES FONDS DE COMMERCE,
MARCHANDISES, CRÉANCES, PARTS D'INTÉRÊTS, ETC
Appartenant à des Allemands et Autrichiens et mis sous séquestre
(DIX-NEUVIÈME LISTE)
En attendant que, conformément à la circulaire de M. le Ministre de la Justice, en date du 5 décembre, la liste officielle des maisons allemandes, et autrichiennes mises sous séquestre dans le département de la Seine par application du décret du 28 septembre ait été publiée complètement au Journal- officiel et communiquée par  le Parquet à la Chambre de Commerce, le Bulletin croit faire oeuvre utile en procédant, d'après les renseignements qu'il lui a été possible de se procurer auprès du Commissaire aux délégations judiciaires chargé des enquêtes, à la publication d'une liste provisoire purement officieuse, restreinte à Paris.
En raison de l'état des moyens d'information mis à sa disposition, la Chambre de Commerce décline toute responsabilité quant aux erreurs de toute nature qui pourraient se glisser dans ce travail, notamment en ce qui concerne l'orthographe des noms, les changements ou levées de séquestre, etc. Elle accueillera, d'ailleurs, volontiers les rectifications qui lui seraient signalées.




Autre Sculpteur , Alexandre Vibert, qui travaillait en collaboration avec Arnould, c'est un vide poche.




Sur l excellent et très beau site de Mr Richet avec qui j ai échangé plusieurs courriers, 

Vous trouverez la couverture d'un catalogue de bijoux et bronzes édités par Arnould éditeur, Mr Richet pense que ce n'est pas le même homme, je suis persuadé du contraire.

A.Arnould éditait à la même adresse que le bijoutier des affiches, des lithos etc 






Affiche publicitaire pour lui même

Photos d'un bijou signé Arnould mais je n'ai pas de détails , peut etre qu'un autre lecteur va nous aider?





Donc si vous avez un commentaire, un complément : richard.jeanjacques@gmail.com